Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS MOBILISATIONS - LUTTES
SAINT-ÉTIENNE   MOUVEMENT GILETS JAUNES
Publié le 6 janvier 2019 | Maj le 15 mai 2020

Gilet jaune acte VIII : récit en images


Plus de 1000 manifestants encore dans les rues de Saint-Étienne pour cet acte VIII des gilets jaunes. Comme dans toute la France, la mobilisation ne désemplit pas. Et, comme le veut la tradition depuis deux mois, la manifestation s’est terminée sous les gaz, les pluies de tirs de flashball et les charges brutales de la police, entraînant son lot de blessé.es et d’arrestations. Récit rapide et en images.

  • Répression à St-Etienne : plusieurs blessés dont un crâne ouvert. Témoignage d’un Street Médic

    Article publié sur le site de révolution permanente.

    A Saint-Étienne aussi, l’année 2019 a commencé sous le signe d’un regain de mobilisation. Ce samedi, près d’un millier de manifestants ont battu le pavé, bien plus nombreux que le samedi précédent. Ils ont néanmoins dû se frotter, à nouveau, à une forte répression policière.

    Nous avons recueilli le témoignage d’un street médic, qui a commencé à se mobiliser à l’acte II, quand il s’est retrouvé à abriter 10 personnes dans son hall d’immeuble, “juste avant des rafales de flashball” qui avaient lieu dans sa rue. Scandalisé par cette répression, il était alors sorti secourir deux personnes âgées pour les tirer du nuage de gaz lacrymogène et les soigner dans son hall. C’est là qu’a commencé son expérience de “street médic” auprès des manifestants en gilet jaune, équipé de son sac de soin, son brassard blanc et son portable, pour filmer. “Les policiers gazaient les petites gens et nos vieux. J’ai commencé à les soigner et avec ma femme nous avons décidé de faire des brassards blancs… puis d’aller en ville aider nos gens…” , nous raconte-t-il. S’en sont suivis plusieurs samedis de mobilisation intense où la répression n’a pas fléchi, au point que le 22 décembre, des CRS ont lancé des gaz lacrymogènes sur des enfants, en plein marché de Noël.

    Ce 5 janvier, l’acte 8 s’est soldé par 6 interpellations et plusieurs blessés dont un crâne ouvert : “Ce jour était particulière tendu. Trois fois plus de monde que la semaine dernière. Au début c’était une ambiance calme... Malgré les pétards, bannières, slogans… La police a craqué très rapidement... Comme d’habitude… Au niveau de la préfecture, les manifestants étaient très près des gendarmes, qui subissaient sans broncher les jets de peintures. Puis le ton est monté : un monsieur en fauteuil roulant est parti sur la droite du dispositif et a fait face à un groupe de policiers. Ils ne voulaient pas le laisser passer, le périmètre était bouclé… et avec un peu de hauteur, je me rends compte que c’est ça qui a mis le feu aux poudres. Un groupe de manifestants est venu pousser et les premiers coups sont partis, puis tirs de flashball et grenade lacrymo.

    Dès que le monsieur en fauteuil roulant est parti, la première arrestation a eu lieu, et les affrontements à jets d’objets ont commencé sur toute la place Jean Jaurès. Ensuite les manifestants se sont fait repousser rapidement dans la rue de la République, incendiant les poubelles, faisant des feux sur la route… et 2 jeunes ont lancé des oranges depuis un étalage. Les flics les ont arrêtés, et c’est là que le ton est monté… Un juriste m’accompagnait et la police a tenté de lui arracher son téléphone alors qu’il filmait. C’est complètement illégal.

    Nous nous sommes fait repousser manu militari. Puis avec un autre street medic, nous avons demandé aux gens attroupés de partir, car les policiers étaient grenades à la main… Et ça a grenadé. Les gens ont fui et les policiers ont continué à lancer des grenades de désencerclement. Un jeune a pris un impact dans la jambe, l’autre dans la tête… un éclat de grenade (le bouchon allumeur) lui faisant une entaille de 10 cm dans le crâne. Le gamin est quand même tombé sec sous l’impact, mais ensuite il discutait correctement… Il a été évacué par les pompiers, je n’ai pas de nouvelles depuis.

    Les collègues street-médic ont soigné 2 autres blessés, 2 souffle coupés. Avec le juriste et ma femme nous avons nettoyé les yeux d’un groupe d’une petite dizaine... On s’est entraidé ensuite. Au moins 3 blessés ont été évacués par les pompiers, dont une personne âgée. Et j’en ai rassuré un qui était très mal le pauvre... J’ai cru qu’il allait faire une crise cardiaque.”

    Pour nous transmettre vos témoignages concernant la répression des Gilets Jaunes, ou pour nous faire part des mobilisations ayant lieu dans votre région, nous transmettre récits, photos et vidéos, écrivez-nous par mail à siterevolutionpermanente chez gmail.com.

Un cortège de trois cent personnes est parti du rond-point occupé de Monthieu à 13h pour rejoindre la place du peuple où plusieurs centaines de gilets jaunes les attendent. Un petit tour en centre-ville, histoire de gonfler les rangs et direction la prèf’ (après une certaine cacophonie concernant le parcours puisqu’il semblerait qu’un parcours officiel avait été déposé).

Le cortège arrive place Jean Jaurès dans une ambiance assez calme et détendue et vient se positionner au contact de la ligne de Gardes Mobiles. Les camions de GM seront redécorés pour festoyer cette nouvelle année. Les GM font les sommations d’usage - sous les huées de la foule - et... ne bougent pas. Un dance-floor avec Omar Souleymane en fond sonore s’improvise sur la voie des trams, sous le regard impassible des GM...

Les murs et les sols de la ville redécorés

Les CRS se positionnent sur les deux côtés. Un groupe de GJ tente de négocier un petit tour de préfecture et se dirige sur le côté en direction des CRS qui répliquent direct par une rafale de tirs de LBD et de lacrymos... Plusieurs blessé.es à ce moment-là .

Les forces de l’ordre se mettent alors en mouvement en direction de l’Hôtel de Ville. Ils y croisent un blessé évacué (touché apparemment à la main) et usent de nouveau de leurs munitions à tel point que certains d’entre eux demandent des recharges d’urgence. (France Bleu, 05/01/2019)

Comme les dernières semaines, les CRS repoussent la manif dans la grand’ rue jusqu’à la place du peuple. Ça stagne un peu place du peuple, quelques barricades de fortune seront dressées, le sapin de Noël est incendié et un Crédit Mutuel défoncé. Nouvelle charge, vénère ! Les CRS et la Bac dispersent la manif en faisant des percées foudroyantes avec les camions sur les voies du tram (Grand’ rue et les rues parallèles). Au moins deux fois, à deux endroits différents, ils essaieront de« parechoquer » des gens. Là , ils sortent des camions, LBD en main et arrosent tout ce qui bouge... Flippant. Bilan de la journée : 6 interpellations (4 pour jets de projectiles, 1 pour outrage, 1 pour violence d’après France Bleu), au moins cinq ou six blessé.es dont certains à la tête par des tirs de LBD, d’autres par des coups de matraque pendant leur interpellation. Des groupes se font repousser et charger jusqu’à Tréfilerie. Retour au calme, les motards font des allers-retours dans la grand’rue pour « reprendre le contrôle de la ville », sous la huée et les insultes des passant.es : « assassins ! »... Comme les dernières semaines, les flics quadrillent la ville, tournant dans le centre-ville en voitures banalisées pour contrôler et arrêter tout « individu suspect »... Le rituel du samedi a encore tenu ses promesses à Saint-Étienne, avec son lot de joie, de sentiment de force collective, mais aussi d’impuissance face à la brutalité policière... À samedi prochain.

Suite de la manif devant les grilles du 9.9, trouvé sur la page FB du Gueuloir :

Après la manifestation (nous reviendrons dessus dans un prochain poste), une trentaine de gilets jaunes et révolté.e.s se sont réunis devant le commissariat du « 99 » sur le cour Fauriel vers 18h pour soutenir les copains en Garde à Vue.
Des policiers sont arrivés devant la porte fermé de l’hôtel de police dans le but de le protéger. Des soutiens ont tenté un dialogue avec les policiers cagoulés, mais rien de très constructif. Pas d’événements spéciales à signal.

PS : Les photos ont été trouvées sur diverses pages Facebook et dans la presse locale (Le Progrès, France Bleu).


Proposé par malina
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En complément...

ACTUALITÉS   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets jaunes Acte XIV. Convergence régionale à Saint-Étienne

Samedi 16 février grande manifestation régionale à Saint-Étienne. Comme d’habitude, départ du cortège à 13h du rond-point de Monthieu puis rendez-vous à 14h place du Peuple.
Lycéennes, lycéens, étudiantes, étudiants, chômeuses, chômeurs, travailleuses, travailleurs, précaires, branleuses, branleurs, rats des villes, rats des périphéries, rats des champs. La méga classe en gilet jaune !

Publié le 12/02/2019
ACTUALITÉS   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilet jaune acte X : on s’arrête plus ! Récit en images

La mobilisation ne faiblit pas à Saint-Étienne en ce samedi 19 janvier pour le 10e acte des Gilets Jaunes. Environ 2000/2500 manifestant.e.s étaient présent.e.s d’après nos estimations ; avec notamment un cortège Roannais ayant rejoint les rangs stéphanois !

Publié le 21/01/2019
ACTUALITÉS   MOBILISATIONS - LUTTES

« Mais il est où ce contrat ? On se disperse et on se retrouve ! » Sainté, sixième acte.

Récit de la manifestation des gilets jaunes du 22 décembre à Saint-Étienne.
Le rendez-vous hebdomadaire est cette fois donné sur le parking du Zénith. Toujours plus loin du « cœur de ville » perdriesque. Quand on arrive, un petit groupe de gilets jaunes est perplexe « qu’est ce qu’on fait ici ? Moi je ne le vois pas aujourd’hui celui qui a lancé cette idée ! ». Grosse ambiance (...)

Publié le 23/12/2018
ACTUALITÉS   MOBILISATIONS - LUTTES

Troisième semaine de mobilisation des gilets jaunes, ça a chauffé à Centre 2

A Roanne, à St Chamond, à Saint-Étienne, les gilets jaunes continuent de mobiliser pour le 3e samedi consécutif. Des vitrines et du matériel urbain cassé pendant les manifestations, des magasins et des rues bloquées, les gilets jaunes sont déterminé’es mais nagent toujours dans un marasme idéologique douteux.

Publié le 2/12/2018

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans MOUVEMENT GILETS JAUNES

Lire aussi dans LE GUEULOIR

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

« Faut-il attendre que quelqu’un meure pour être autorisé à débarquer ? »
Publié le 5/07/2020

Roberto libero ! Tutti.e liberi.e !
Publié le 3/07/2020

1er juillet 1910 : éxécution de Jean-Jaques Liabeuf, stéphanois et « tueur de flics »
Publié le 1er/07/2020

Enzo Traverso : « Les déboulonneurs de statues n’effacent pas l’histoire, ils nous la font voir plus clairement »
Publié le 29/06/2020

Élections municipales à Saint-Étienne : victoire absolue de l’abstention
Publié le 29/06/2020

Démission à l’UJM : encore un effort camarades
Publié le 28/06/2020