Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS MOBILISATIONS - LUTTES
SAINT-ÉTIENNE   MOUVEMENT GILETS JAUNES
Publié le 16 décembre 2018 | Maj le 25 avril 2020

Gilet jaune acte V : tout Sainté ou rien. Récit de la manif du 15 décembre


15 Décembre 2018 : un samedi festif et revendicatif.
Récit subjectif de quelques personnes ayant vécu l’acte V stéphanois, du rond-point de Monthieu au Soleil, via jules Janin.

  • 53 arrestations, 45 GAV suite à la manif’ d’hier

    le Préfet – via l’organe de communication appelé Le Progrès – annonce 45 GAV (6 concernent des mineurs) suite à la manif’ d’hier, dont 39 toujours en cours en milieu de journée. Nous n’avons pas connaissance du nombre exact de blessé.e.s mais tout laisse à penser qu’ils sont nombreux.ses… Pour légitimer la violence de la Police, le préfet déclare : " Ils voulaient casser du flic !"... Un collectif de gilets jaunes devraient aller porter plainte lundi contre l’État pour usage « disproportionné » de la force, d’une « mise en danger de la vie d’autrui », de « coups et blessures ».
    Rappel : si vous avez été arrêté.e.s, subi des violences de la part des keufs, vous pouvez joindre le comité solidaire stéphanois au 07 73 30 59 27.

12h30 :
On se rend à Monthieu grâce au bus gratos de la stas. Merci à Perdriau pour son soutien ! (Blague)
La matinée ne semble pas avoir été réjouissante : après une brève fermeture d’Ikea et plusieurs autres tentatives de blocage du secteur commercial, les Gilets Jaunes n’étaient pas en surnombre pour mener ces actions.

C’est l’heure du repas. Les réserves des cabanes du rond-point permettent de rassasier tout le monde. Ça discute et échange autour du feu à propos du match qui va se jouer l’après-midi. Tout n’est pas évident, un échange avec un Gj nous laisse entendre qu’un service d’ordre – ayant pour ambition de purifier le cortège et d’en bannir celleux qui ne voudraient pas tout à fait « marcher dans le rang » – devrait encadrer la manif’. La méthode proposée est la suivante «  des balayettes aux voyous de 12 ans  ». Nous entendons aussi que rien a été formalisé et qu’a priori tout le monde ne partage pas son avis. Une autre personne habituée du rond-point refuse que l’on attribue aux GJ la volonté d’être «  droits et pacifistes  » en rappelant qu’en «  mai 68, on en a cassé des trucs pour se faire entendre !  ».

13h30 :
Départ joyeux du rond-point et rencontres avec d’autres petits groupes de GJ. Ça bloque un OuiBus de Macron. Ça chante. On discute tranquillement avec celleux qu’on ne connaît pas encore. Le groupe gonfle au fur et à mesure de la marche. Pendant ce temps, on assiste à quelques fouilles devant les impôts alors sous haute surveillance. Un manifestant, à propos des GM stationnés devant le bâtiment jaune, propose de leur «  lancer des Friskies  » !

14h :
Ce premier groupe arrive Place du Peuple, applaudi par les centaines de personnes déjà présentes. Un autre arrive de l’Hôtel de ville. Une minute de silence rend hommage aux morts du terrorisme, ainsi qu’aux 8 morts du mouvement depuis 4 semaines. L’ambiance se cherche un peu, ainsi que la suite du parcours qui n’est pas encore dessinée. Quelques commerces du coin ont laissé leurs portes et leurs rideaux ouverts pour celleux qui veulent pisser, boire un café avant la promenade, ou faire le plein de clopes. Les petits commerçants ne semblent pas trop avoir à s’en faire. Une foule d’environ 2 - 3000 personnes s’apprête à emprunter la Grand’rue.

14h45 :
Une grande gueule empêche le cortège de se diriger vers la préfecture : «  là-bas c’est les casseurs, nous on part à Châteaucreux  ». Finalement, tout le monde le suivra. La focale médiatique sur les « casseurs » semble toujours aussi efficace, le spectre du jeune s’infiltrant dans les manifs pour casser resurgit dans les discours. A nouveau, elle semble suffisamment forte pour scinder la manif en deux durant quelques minutes, entre « bons » et « mauvais » manifestant.e.s. Cette fois tout le monde décide de rester ensemble, quitte à abandonner l’objectif préfecture, alors défendue par un arsenal policier féroce. Le cortège se met en branle direction Châteaucreux. A croire que la redistribution des richesses n’aura pas lieu aujourd’hui. Les riches (ou celleux qui croient l’être) peuvent continuer leurs courses tranquilles entre le marché de Noël et les rues commerçantes adjacentes. Dans le cortège, quelques personnes tentent de passer outre les divisions foireuses et les propos simplistes qui habitent quelques discussions : nous pensons à ce trompettiste imitant les voitures qui klaxonnent, récoltant les vivats de la foule. Le corps de la manifestation grossit à vue d’œil, rejoint par les retardataires précisément retardés par les contrôles et fouilles « préventives » des keufs. Après Fourneyron, les flics gardent toujours le centre des finances, le siège de la métropole et tous les autres lieux d’argent et de pouvoir : les camionnettes bleues de la gendarmerie mobile jurent un peu sur le fond jaune canari de la Direction Départementale des Territoires.

A Châteaucreux, celui qui nous y a mené.e.s n’assume plus trop son rôle de chef quand certain.e.s lui demandent ce que l’on fait maintenant. Ça ne stagne pas trop pour autant, la foule continue sa route et s’en va gaîment – mais plein de questions concernant la pertinence d’un tel parcours – en direction de Carnot. Sous le pont près de la rue Ferdinand, un artiste-peintre nous montre que depuis quelques semaines, pour certain.e.s ce n’est plus qu’une histoire de taxes et de gazole : «  justice pour Adama, goulag pour Benalla  ». Le rythme s’accélère, le pas soutenu, le cortège s’étale sur la largeur du boulevard Jules Janin, s’étirant sur sa longueur, entre travaux et pétards. On ne sait pas trop où l’on va, mais tout le monde marche de bon train. La cumbia amplifiée d’une sono à roulette détend l’atmosphère et fédère. De nombreux.ses personnes remontent la foule rapidos sentant bien que la tête de cortège va rapidement se retrouver sous les lacrymos. Les premièr.e.s s’approchent de Carnot pendant que d’autres sont encore sous le pont de la gare.

15h30 :
Au abord de la place Carnot, les flics font face et empêchent le cortège de remonter la Grand’Rue. Ils gazent rapidement la foule qui semblait bien vouloir renouer avec l’objectif initial : le centre ville, la préf’, les grandes boutiques et, certainement, prévenir les badauds que « Noël est annulé ». Les premiers projectiles volent. Le reste du cortège arrive et se masse face à la ligne de keufs. Une grande partie des gilets jaunes (et pas que) fait bloc pour les affronter. Dans le gaz beaucoup sont désorienté.e.s, on se cherche un peu, les yeux pleurent. Tout le monde semble dresser le constat que c’est la police qui vient de prendre la décision de stopper la manif et d’en changer le cours et l’ambiance.

16h :
Une banderole est déployée en avant du cortège, en vert sur fond jaune, on peut y relire une punchline toute droite tirée du dernier discours de Jupiter : «  nous ne reprendrons pas le cours normal de nos vies  ». Très vite les flashballs sont utilisés, les balles semblent voler à tous les étages. Nombreux.ses sont touché.e.s aux pieds et aux jambes, une personne aurait reçu une balle dans la joue à ce moment là. Certaines sont néanmoins stoppées par la banderole, ce qui permet à la manifestation de ne pas (encore) se disperser dans le vent. Deux pas en arrière, trois pas en avant. Celleux qui sont apeuré.e.s par ces premières échauffourées s’éloignent du boulevard.

16h30 :
Un début de barricade se forme en même temps que le doute d’une avancée vers le centre. A l’arrière, quelques personnes veulent retourner à Châteaucreux pour fuir cette zone de troubles. L’intervention policière visant à la division du corps manifestant commence à faire ses preuves. La logique de distinction entre « bons » et « mauvais » manifestants.e.s refait alors surface. Mais l’essentiel du cortège sait que c’est la lutte dans sa globalité qui est visée par la violence des keufs et de l’Etat. Le gros de la manifestation décide de ne pas abandonner le terrain.

La boulangère du quartier fait rentrer les gens masqués et affamés qui la rassurent, les petits commerces ne seront – cette fois encore – pas la cible. Les quiches aux poireaux ragaillardissent !
Après plusieurs minutes de bagarre, les camions des GM viennent quadriller le secteur, en soutien aux nationaux déguisés en CRS à l’œuvre jusqu’à présent. La répression s’intensifie. Tirs de flashball, tirs de grenades lacrymo et fumigènes de lacrymo au sol ont raison de la foule. On s’engouffre rue du Treyve. Si le fond de l’air est jaune il est aussi chargé d’un gaz irrespirable et poivré. On est tou.te.s sonné.e.s. Heureusement les attentions mutuelles et les fioles de sérum phy échangées de mains en mains permettent de se rassurer un minimum. Un blessé touché au pied ne pouvant plus marcher est pris en charge par quelques-uns et sera récupéré par les pompiers. Un autre est salement touché au genou. Après quelques tentatives, une voiture se fait stopper. Par chance, le médecin au volant fait monter le blessé dans sa voiture et le sort du bourbier. De nombreuses autres solidarités de ce type s’activent au même moment.

Après quelques minutes, la manif retombe sur ses pattes. On ne lche pas l’affaire et on retourne très vite sur le boulevard, sans stratégie définie.

A bout de souffle, abasourdi.e.s par les violences policières, on débrief de ce moment de folie répressive devant Lidl. Une barricade se forme et un feu de joie s’élève rapidement dans les airs. Il neige. Depuis les rails surplombant le boulevard, certain.e.s récupèrent du bois pour alimenter le feu qui réchauffe l’esprit de révolte. C’est aussi ça l’esprit de Noël ! On verra plus tard pour les cadeaux, l’auto-réduction à Lidl ne fait pas rêver celleux qui le fréquentent au quotidien.

La barricade continue à grandir. Tout devient possible l’espace de quelques minutes. Le millier de personnes restantes envisagent plusieurs itinéraires de fortune : se diriger vers Verney Carron – fabricant de flashball aux origines de l’outillage militaire de la police ; se rapprocher de la maudite cité du design et du « village créatif by crédit agricole » qui s’y trouve – peuplé des designers, start-upers et entrepreneurs aux dents longues, véritable ramassis d’acteurs du « nouveau monde » ; à l’opposé, les derniers Mohicans du pacifisme veulent retourner vers un supposé calme à la gare. Une dernière option optimiste est lancée et consiste à grimper la colline du Crêt-de-Roc pour encore et toujours se balader dans le « cœur de ville ».

17h :
Comme c’est beau un panneau publicitaire de 4 mètres sur trois qui tombe en même temps que la nuit. Après un temps de résistance, deux d’entre eux dégringolent et terminent au bûcher. Au feu les paillettes du consumérisme.
Les grenades des keufs nous rappellent une fois de plus que ce sont eux qui décident de la situation. Dans la confusion, une bande rêve de se la tchave en Volvo. Un caillou sur la vitrine plus tard, elle se ravise et se (re)met à courir.
La foule est repoussée vers la malbouffe. On panique un peu à l’intérieur de Quick et de Poivre et Sel.
Au dessus de nous, on aperçoit 6 camions de flics qui descendent la rue Neyron. D’autres se positionnent sur les rails du train. Les plus désinhibés tirent au flashball par la fenêtre d’un véhicule en train de rouler. Les flics ont eux aussi leur imaginaire : la situation prend clairement les allures d’un mauvais western en cette fin d’après-midi. Les gens s’éparpillent, ça sent mauvais, comme un parfum de la semaine dernière quand des voitures des bleus pourchassaient les dernier.e.s manifestant.e.s et attrapaient à la volée celleux qui essayaient de se barrer. Un groupe de « pas-fatigué.e.s » renoue avec la matérialité d’un rond-point et cherche à soulever des montagnes et des pavés. Difficile de rester groupé tellement ça sent les arrestations massives. Pour beaucoup, la légitime peur prend le dessus et on court vers ailleurs.

17h30 :
L’heure est au repli. On sait bien que la police a fait foirer la manif et compte bien maintenant faire quelques captures pour achever sa journée de travail. La fin de manif est éparse et confuse. En vrac :

Sous le pont de Chateaucreux, aux alentours de 18h, des flics chargent dans les deux sens. Un bus de la Stas s’engage et bloque leurs camions. Complètement fous, les flics sortent en équipement complet et crient «  Rentrez !  », «  Tirez-vous de là ! ». Ils attrapent au hasard (?) un homme noir au gilet jaune et le gazent à bout (très) portant. Les témoins répondent par jet de projectiles issus du chantier de la troisième ligne de tram et récupèrent le type dans un sale état. Les bleus tracent alors direction Jules Janin pour faire du chiffre.

Certain.e.s manifestant.e.s se réfugient dans un P.M.U du Soleil. Le patron leur offre une tournée d’Heineken détaxées en soutien au mouvement. Des flics squattent à 100 m. Les manifestant.e.s sont dispersé.e.s dans les rues autour. Le patron propose aux keufs de «  prendre un café ou partir  » plutôt que de déranger la sociabilité du quartier. Quelques minutes après, la BAC rentre dans le café, contrôle et fouille les clients, pour la plupart des habitués du bar qui ne manifestaient pas aujourd’hui. Les bacqueux reprennent leur chasse à l’homme dans le quartier. Chocolats chauds et gâteaux sont posés sur le comptoir. Des mots chaleureux sont échangés à l’intérieur du bar.

Un petit groupe de résistant.e.s prend la direction de Montaud. Le mal nommé Le Progrès nous indique alors que : «  les forces de l’ordre ont quadrillé le quartier, l’idée étant de maintenir les plus radicaux à l’extérieur du centre-ville. Certains manifestants ont tenté de se cacher dans la cour de l’école maternelle, boulevard Albert 1er. Le groupe semble avoir été dispersé et la tension retombe. Au moins une interpellation a été effectuée dans ce groupe   ». Nous avons également des retours plus violents de cette même scène à travers lesquels les gens réfugiés dans l’école se seraient fait lourdement matraqués.


Proposé par malina
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En complément...

ACTUALITÉS   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets jaunes Acte XIV. Convergence régionale à Saint-Étienne

Samedi 16 février grande manifestation régionale à Saint-Étienne. Comme d’habitude, départ du cortège à 13h du rond-point de Monthieu puis rendez-vous à 14h place du Peuple.
Lycéennes, lycéens, étudiantes, étudiants, chômeuses, chômeurs, travailleuses, travailleurs, précaires, branleuses, branleurs, rats des villes, rats des périphéries, rats des champs. La méga classe en gilet jaune !

Publié le 12/02/2019
ACTUALITÉS   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilet jaune acte X : on s’arrête plus ! Récit en images

La mobilisation ne faiblit pas à Saint-Étienne en ce samedi 19 janvier pour le 10e acte des Gilets Jaunes. Environ 2000/2500 manifestant.e.s étaient présent.e.s d’après nos estimations ; avec notamment un cortège Roannais ayant rejoint les rangs stéphanois !

Publié le 21/01/2019
ACTUALITÉS   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilet jaune acte VIII : récit en images

Plus de 1000 manifestants encore dans les rues de Saint-Étienne pour cette acte VIII des gilets jaunes. Comme dans toute la France, la mobilisation ne désemplie pas à Saint-Étienne et dans la Loire. Et, comme le veut la tradition depuis deux mois, la manifestation s’est terminée sous les gaz, les pluies de tirs de flashball et les charges brutales de la police, entraînant son lot de blessé.es et d’arrestations. Récit rapide et en image.

Publié le 6/01/2019
ACTUALITÉS   MOBILISATIONS - LUTTES

« Mais il est où ce contrat ? On se disperse et on se retrouve ! » Sainté, sixième acte.

Récit de la manifestation des gilets jaunes du 22 décembre à Saint-Étienne.
Le rendez-vous hebdomadaire est cette fois donné sur le parking du Zénith. Toujours plus loin du « cœur de ville » perdriesque. Quand on arrive, un petit groupe de gilets jaunes est perplexe « qu’est ce qu’on fait ici ? Moi je ne le vois pas aujourd’hui celui qui a lancé cette idée ! ». Grosse ambiance (...)

Publié le 23/12/2018

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans MOUVEMENT GILETS JAUNES

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Roanne : la prison tue, crève la taule !
Publié le 2/12/2020

Samedi, double manif !
Publié le 2/12/2020

Blocage de transferts à la M.A de la Talau...
Publié le 2/12/2020

Enfouissons POMA : appel à actions
Publié le 1er/12/2020

Anti-répression : le K6 change de 06 !
Publié le 1er/12/2020

Entretiens avec des zadistes du Carnet
Publié le 30/11/2020