Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS MOBILISATIONS - LUTTES / RÉPRESSION - PRISON
SAINT-ÉTIENNE   MOUVEMENT GILETS JAUNES
Publié le 13 janvier 2019 | Maj le 15 mai 2020 | 3 compléments

Acte IX des Gilets Jaunes, la répression en marche


C’est de mieux en mieux ! Lors de ce IXe acte des Gilets Jaunes la répression continue à Saint-Étienne avec 28 interpellations et 5 blessé’es d’après la préfecture (nombre de blessé’es très discutable).

  • Deux témoignages de gardes à vue suite à l’acte IX

    VIOLENCES POLICIÈRES À SAINT-ÉTIENNE Témoignage d’un militant

    Militant syndicaliste CGT, communiste et gilet jaune, je viens ici témoigner des nombreuses humiliations et violences policières que mes camarades et moi avons vécues ce samedi 12 janvier à Saint-Étienne.

    Aux alentours de 17h à l’avenue de la libération, alors qu’une partie de la manifestation se poursuit en direction de la place du peuple, deux rangées de plusieurs dizaines de CRS et de baquistes se positionnent devant et derrière nous au niveau du lycée Fauriel : environ une centaine de personnes (manifestants et non manifestants compris) sont cernées et piégées, une véritable nasse se constitue. Un déluge de grenades lacrymogènes s’abat immédiatement sur nous. En l’espace de quelques secondes un brouillard épais se forme et l’air devient irrespirable. Panique et hurlements, chacun tente de s’extirper des gaz en espérant ne pas se retrouver dans la trajectoire d’une balle de LBD ou de flash-ball dont le bruit caractéristique retentit ça et là . Plusieurs personnes, dont certaines mineures, crient et vomissent en gisant allongées sur le sol. De longues minutes plus tard, une fois les gaz dissipés, surgissent de nombreux CRS interpellant de façon arbitraire une vingtaine d’individus dont j’ai la malchance de faire partie.

    Mon tort est de posséder sur moi une paire de gants et une écharpe, ainsi que d’être présent à cet endroit et à ce moment précis. S’ensuivent une vingtaine de minutes où des camarades et moi sont menottés et accroupis au sol à la vue de tous en attendant notre transfert au commissariat de police de Fauriel. La garde à vue commence aux alentours de 17h30. Après une fouille détaillée et un contrôle poussé, je suis incarcéré dans une cellule de dégrisement sordide et puante d’une dizaine de mètres carrés en compagnie de 2 manifestants et de 2 autres personnes. Mon audition a lieu vers 1h30 du matin en présence de mon avocat, la faim se fait ressentir et c’est finalement à 2h00 du matin qu’un repas infect me parvient. Toutes les cellules sont pleines à craquer : la majorité des détenus sont des manifestants. Difficile de trouver le sommeil sans matelas ni couvertures, je peux enfin sortir le lendemain après midi aux alentours de 14h avec un simple rappel à la loi. Un comité de soutien d’une vingtaine de camarades est présent.

    Je n’ai pas de séquelles visibles et irréversibles contrairement à d’autres ce jour-là  : au moins deux blessés graves par tir de flash-ball ou LBD à hauteur du visage. Je dénonce ces violences policières insupportables et le déni médiatique honteux de nombreux journaux sur ce sujet. La Tribune-le Progrès a osé titrer le jour même « deux blessés légers », c’est une provocation scandaleuse. Je dénonce aussi les interpellations arbitraires et les gardes à vue abusives ainsi que les méthodes judiciaires humiliantes consistant à ficher et intimider les manifestants.

    La répression est le seul horizon que nous promet ce gouvernement au service des ultra riches. En ces temps d’accélération des réformes anti sociales et d’aigre odeur dictatoriale je souhaite que la convergence des luttes ne reste pas un vain slogan. La colère gronde depuis bientôt 2 mois partout en France. À Saint-Étienne, les débats des gilets jaunes autour de l’enjeu des luttes des classes se dessinent bien plus clairement depuis quelques temps, nos perceptions communes se font jour et s’affinent, les solidarités naissent et se renforcent au fil des semaines. Dans ce climat prérévolutionnaire, soyons présent massivement pour l’acte X tout en organisant au plus vite les conditions nécessaire d’une grève générale historique.

    ++++++++++++++++++++++++++++++++++

    Témoignage suite à une arrestation faite le 12 janvier 2019 à 14h10, sur Avenue de la Libération :

    Alors que je me rendais à la manifestation des GJ, je suis confrontée à un barrage filtrant. Trop tard pour faire demi-tour, je suis déjà dans la ligne de mire de l’un d’elleux. Une policière procède à une fouille au corps.
    Apparemment, les lunettes de piscine et mon masque de chantier qui se trouvent dans ma poche sont un motif d’arrestation.

    « C’est pour me protéger des gaz lacrymo.
    - Oui mais avec ça vous allez durer plus longtemps. »

    Même plus le droit de manifester. Hop, au poste !
    Nous sommes plus d’une dizaine à nous retrouver au poste pour ces mêmes raisons.
    Première petite audience d’avant-goût. J’apprends que je suis accusée d’avoir participé à un groupement en vue de commettre des violences sur personne et des dégradations/destructions de biens. Avec des lunettes ?! L’officier me demande si je veux voir un médecin. Et me propose d’avoir un-e avocat-e commis-e d’office, mais en me précisant qu’iels sont très occupé-e-s, et donc que ça allait prendre du temps et que j’allais sortir moins rapidement. Son collègue confirme. (Si j’avais su !) Il me propose ensuite de prendre le numéro d’un-e proche. Seul lui peut l’appeler, pas moi. Je refuse de signer la feuille d’audience, ça n’a pas l’air de leur plaire.
    Seconde fouille. Placement en cellule.
    Je découvre une pièce sombre qui embaume l’urine. Aux murs, du sang et de la merde. J’attends ici seule pendant quatre heures dans le noir. Certains s’impatientent déjà dans leur cellule. On a rien foutre ici putain. Et on nous menace de 750 euros d’amende si on s’énerve contre nos portes. Un policier s’excuse, vous comprenez, ce n’est pas de sa faute à lui, mais celle de ses collègues, c’est eux qui nous ont arrêtés.

    « Vous verrez les casseurs vont arriver après ! »

    Ce policier parlait sûrement des deux filles qui m’ont rejointe à 18h. Des étudiantes qui faisaient un reportage vidéo pour leur sujet de mémoire, qui se sont fait violemment interpellées alors qu’elles levaient les mains vers le ciel en signe d’innocence. D’ailleurs, elles n’ont même pas le même motif d’inculpation : l’une pour participation sans arme à un attroupement après sommation de se disperser en dissimulant volontairement son visage afin de ne pas être identifiée ; et l’autre pour rébellion. Pourtant elles avaient le même équipement, et se sont fait arrêtées ensemble au même moment...
    Les cellules se remplissent de plus en plus, certains partagent une cellule à sept. La police est débordée et s’emmêle les pinceaux ! On parvient quand même à me faire passer mon audience.
    Mais avant de commencer, j’entends des camarades dehors qui hurlent : « Libérez les gilets jaunes ! ». Un policier s’empresse de fermer la fenêtre. J’entends un de ses collègues se plaindre à d’autres d’avoir vu plusieurs pancartes anti-flics en tête de cortège pendant la manif. Il dit que ça ne lui fait pas plaisir, mais hors de question de se remettre en question.
    Les bureaux sont très étroits, je dois décaler ma chaise à chaque fois que quelqu’un passe, il y a du bruit sans cesse. Difficile de se concentrer. La policière finit par me poser ce genre de questions : « Nom des parents ? Adresse ? Célibataire ? Enfants à charge ? Diplôme ? Profession ? Bourses ? Combien ? Allocations ? Combien ? Prix du loyer ? Nombre de kilomètres entre mon domicile et mon école ? ». Elle met la pression quand je ne veux pas lui répondre : « Vous êtes sûre que vous ne savez pas ? Approximativement ? Vous devez bien savoir ? ».
    Elle enchaîne par les questions au sujet du déroulement des événements, sans me prévenir que j’ai le droit au silence : « Où avez-vous été arrêtée ? A quelle heure avez-vous quitté votre domicile ? Étiez-vous seule ? Vous confirmez que le matériel confisqué ici est le vôtre ? Il était dans un sac ? Pourquoi aviez-vous ce matériel ? Aviez-vous l’intention de commettre des violences ? ».
    Encore une fois je ne signe pas le récapitulatif de l’audience. Selon elle, je sortirai demain.
    S’ensuit plus tard, la prise d’empreintes. Le policier est brut, il n’a pas le temps. « Avez-vous des tatouages ? Des cicatrices suite à des opérations ou autre ? ». Photos sous tous les profils. Fiché-e-s jusqu’à la salive !
    Retour en cellule.
    Il commence à faire vraiment froid, et il n’y a pas assez de couvertures pour tout le monde. Depuis 21h on nous promet un repas qui n’arrivera qu’à 2h du matin. Dans ma cellule, il n’y a qu’un matelas pour quatre, nous en réclamons un second dont nous ne verrons jamais la couleur. Seule une couverture pliée en deux me sépare du sol, je somnole à côté de ces toilettes turques dont on ne s’habituera pas à l’odeur. A cela s’ajoute tous les bruits incessants qui résonnent à l’intérieur du comico... Quand est-ce que nous allons sortir ?
    Notre liberté tient dans les mains du procureur. Entre 3h et 6h du matin, tous les policiers-ères nous disent qu’iels l’appelleront pour 8h. A 9h, nous demandons s’iels ont des nouvelles du procureur. Iels ne l’ont toujours pas appelé. On se fout de nous. On s’énerve. Iels s’énervent. On est tou-te-s tendu-e-s. Puis plus un bruit, pas de policiers-ères depuis un long moment, on a l’impression d’être seul-e-s entre ces murs. Soudain, on entend finalement les policiers-ères venir chercher un-e à un-e les détenu-e-s pour les libérer.
    C’est bientôt à nous !
    12h, je sors du commissariat.
    22h de garde à vue. Et un rappel à la loi.
    Pour des lunettes de piscine. Alors que la manifestation n’avait même pas commencé.

  • 4-2 Empire (et la répression aussi)

    Ressenti personnel de l’acte IX à Sainté, à lire ici

  • « Écorcher une démocraie libérale » : communiqué de la CGT Précaires de Saint-Étienne

    Du mépris décomplexé des ministres à la violence aveugle des forces de l’ordre, la terreur règne. Encore une fois ce week-end, gaz et grenades ont plu sur Saint-Étienne.

    La violence policière ne semble que s’accroître de semaine en semaine, comme si elle était légitime, comme si elle était justifiée. Passage à tabac en règle, nasses à répétition, tirs visant la tête, suppression d’appareils photos et destruction de preuves... ces pratiques n’arrivent même plus à nous choquer.
    Elles sont pourtant signe d’un glissement autoritaire que l’État Français opère non sans virtuosité.

    Alors que les travailleurs de France voient leurs conditions de vie diminuer drastiquement au nom d’un sacro-saint réalisme économique, que nos droits sont systématiquement liquidés et que, lorsque nous résistons, pleuvent sur nous condescendance étatique et répression policière, quel crédit accorder encore à ce régime ?

    Le Comité des Travailleurs Privés d’Emploi et Précaires de Saint-Étienne dénonce fermement la brutalité de la répression policière ici et dans toute la France et souhaite apporter tout son soutien à nos deux camarades du syndicat, arrêtés lors de la manifestation de ce samedi et ayant passé la nuit en garde à vue pour des motifs inventés de toutes pièces.

    Nous ne nous laisserons pas impressionner et continuerons de lutter contre le vol organisé de nos droits, face à la police Pôle-Emploi ou au patronat ! Organisons-nous et continuons la lutte !
    — 
    Comité local CGT des Travailleurs Privés d’Emploi et Précaires de Saint-Étienne.

Entre 2000 et 3000 manifestants ont été comptabilisés avec en face une très forte mobilisation des forces de l’ordre dans toute la ville. Après un début de manifestation plutôt calme, la situation est vite devenue conflictuelle.

Après s’être rendus devant la mairie pour saluer M. Perdriaux, les manifestants se sont rassemblés place Jean Jaurès où la tension était palpable. Quelques jets de projectiles, face à face tendu. La plupart repart en direction de Châteaucreux où le cortège se divise en plusieurs groupes. Dans le secteur de Châteaucreux et de l’Avenue de la Libération, quelques barricades sont dressées. Les forces de l’ordre décident alors de violemment réprimer en réponse à ces terribles barrières métalliques posées sur le bitume !

Les lacrymos tombent en très grand nombre, les flash-ball et LBD40 ne sont pas de congés non plus. On notera que devant le lycée Claude Fauriel les manifestants sont lâchement pris au piège, donnant lieu à plusieurs arrestations ainsi qu’à un blessé gravement touché en dessous de l’oreille sous les coups d’un policier et dont l’audition serait possiblement atteinte (à confirmer).

Après dispersion des groupes de manifestants, on a assisté en centre ville à de nombreuses interpellations, fouilles et arrestations plus ou moins musclées afin de remplir le 99 pour la nuit !

Un rassemblement d’une trentaine de personnes en soutien aux arrêté(e)s et contre la répression a eu lieu devant le commissariat en début de soirée.

La machine à répression est en marche...

Témoignage recueilli :

J’étais avec le groupe qui s’est fait prendre au piège vers Fauriel, l’homme blessé était juste devant moi. Nous nous sommes retrouvés pris au piège avec un cordon de CRS devant nous et un derrière. Ils nous ont gazés de longues minutes (alors qu’aucun projectile n’a été lancé). Impossible pour nous de nous échapper : c’était un véritable lynchage. Obligés de forcer le cordon de CRS pour s’en sortir. C’est à ce moment là que de nombreuses personnes ont été violentées. Beaucoup de personnes ont pris des flashball dans le dos, preuve que les CRS tirent sur les personnes qui s’enfuient.

RDV pour l’acte 10...

P.-S.

D’après Le Gueuloir :


Proposé par Alexandre ODC
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

3 compléments

En complément...

ACTUALITÉS   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets Jaunes - Acte 50 : Appel à manifestation nationale à Saint-Étienne

Depuis plusieurs semaines, l’appel circule sur les différentes plate-forme GJ de la Loire et d’ailleurs. Pour cet acte 50, les GJ de Saint-Étienne appellent à converger sur la ville aux sept collines pour un retour aux sources ! On reprend les bonnes habitudes : rendez-vous samedi 26 octobre à 13h au rond-point de Monthieu et à 14h place du Peuple. Tou.te.s ensemble ! On lâche rien !

Publié le 17/10/2019
ACTUALITÉS   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets jaunes Acte XIV. Convergence régionale à Saint-Étienne

Samedi 16 février grande manifestation régionale à Saint-Étienne. Comme d’habitude, départ du cortège à 13h du rond-point de Monthieu puis rendez-vous à 14h place du Peuple.
Lycéennes, lycéens, étudiantes, étudiants, chômeuses, chômeurs, travailleuses, travailleurs, précaires, branleuses, branleurs, rats des villes, rats des périphéries, rats des champs. La méga classe en gilet jaune !

Publié le 12/02/2019

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

Lire aussi dans MOUVEMENT GILETS JAUNES

Lire aussi dans LE GUEULOIR

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Un policier de la BAC de Paris mis en examen pour meurtre
Publié le 28/10/2020

Prison de Latina (Italie) : « Solidarité entre prisonnier.e.s anarchistes ». Un texte de Francesca
Publié le 27/10/2020

Jean Louis Gagnaire ou la raclure la plus zélée du macronisme local
Publié le 26/10/2020

Retour sur la mobilisation Antifasciste à Grenoble du 21 octobre
Publié le 23/10/2020

Contre le projet de fusion des universités et pour le maintien de l’UJM !
Publié le 22/10/2020

À propos d’Abdelhakim Sefrioui et du collectif Cheikh Yassine
Publié le 20/10/2020