Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS MOBILISATIONS - LUTTES
SAINT-ÉTIENNE   RÉVOLTES POUR NAHEL (2023)
Publié le 2 juillet 2023 | Maj le 26 juillet 2023

La révolte populaire continue malgré le couvre feu partiel instauré par le maire !


Ce samedi 1er juillet, dès 20h, des centaines de personnes sont présentes de manière très éparse dans tout le centre ville et attendent de voir d’où partira le rassemblement.

1H à 2H plus tard, une manifestation sauvage arrive à se former vers l’Hôtel de Ville, malgré toute la répression préventive de la police. À savoir, de nombreux contrôles d’identité avec parfois, interpellation, notamment des personnes les plus jeunes, étant donné que le couvre feu ne s’appliquait que pour les mineurs non accompagné-es.
Précisons qu’avant même le début de la manifestation, le photographe qui a pris les photos ci-dessus, se fera contrôler son identité et subira plusieurs menaces de la part de la police pour avoir photographié un contrôle. Par la suite et tout au long de la manifestation, des menaces de le « casser » en se faisant poursuivre par la BAC, tir d’une grenade lacrymogène dans les jambes et autres intimidations.

Dès le début, les barricades se forment, des vitrines sont brisées et les slogans contre la police résonnent dans les rues ! Très rapidement, les grenades lacrymogènes sont envoyées et la manifestation se disperse. Au bout d’une trentaine de minutes, plein de petits groupes arrivent à se former. Stratégie très efficace malgré le peu de personnes, puisque la police est complètement débordée et ne peut pas intervenir de partout.

Un gros groupe de 100-200 personnes se dirige vers Centre Deux et arrivé à la Place Anatole France, la police attaque la foule avec des grenades lacrymogènes, notamment pour protéger un Carrefour City, ils essayeront ensuite de matraquer les personnes présentes à côté du Carrefour City.

Quelques minutes plus tard, les voitures se déplacent pour rejoindre l’hypercentre et à ce moment-là, une riposte avec des projectiles est initiée par une petite quinzaine de personnes depuis un parc de la Place Albert Thomas.

La BAC envoie des grenades lacrymogènes dans leur direction et les insulte. Ce petit groupe soudé et déterminé arrivera ensuite à repousser 3 fois une intervention de la police qui s’enfuira rapidement après les pluies de bouteilles.

Un groupe d’une trentaine de personnes repart en direction de la Place du Peuple et une solde populaire aura lieu sur une boutique de vêtements. Rapidement de nombreux groupes arrivent à converger sur la Place du Peuple, la police arrive, la riposte populaire avec des pavés et bouteilles est immédiate. À ce moment, énormément de tirs tendus de grenades lacrymogènes.

Il est déjà minuit et les barricades continuent à s’ériger dans tout le centre et ralentissent considérablement les avancées de la police, plusieurs magasins sont pillés, comme le Monoprix de la Place Hôtel de Ville. La police lance de nombreux assauts pour disperser n’importe quel groupe, attraper les personnes qui les mettent en difficulté avec des projectiles/feux d’artifices et surtout, essayer d’attraper les personnes qui prennent des marchandises dans les magasins (la plupart des interpellations seront des à des vols). La police interpellera également des personnes qui avaient des cocktails molotov.

Cette nuit-là, nous sommes aussi nombreux-ses à avoir pu constater que la police nationale et municipale conduisait encore plus dangereusement que les autres nuits et n’hésite pas à tenter de coincer des personnes en zigzaguant à plusieurs camions sur des places avec du monde, ou en essayant de percuter en voiture des manifestant-es (ou faire semblant à minima), comme a pu le faire une voiture de la police municipale vers la Place du Peuple.

La majeure partie des émeutes prirent fin vers 2H du matin dans le centre ville. La préfecture de la Loire annonce 12 interpellé-es pour cette nuit du 1er Juillet.

Dans des quartiers de Saint-Étienne, des révoltes ont aussi eu lieu, à Montreynaud, un bâtiment annexe de la mairie a été incendié. Dans les alentours de Saint-Étienne, à Firminy, des jets de cocktails molotov contre le commissariat ont aussi eu lieu.

Il est évident que la révolte ne va pas s’arrêter et que les ripostes populaire seront du plus en plus forte en intensité si la police continue à réprimer le mouvement.

Justice pour Nahel ! Que vive la révolte populaire !


Proposé par Le Gueuloir
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans LE GUEULOIR

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

Lire aussi dans RÉVOLTES POUR NAHEL (2023)

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Blocage des prisons
Publié le 20/05/2024

Marche pour le vivant
Publié le 18/05/2024

Mine de lithium à Échassière : Journée de rencontres, d’informations et de festivités
Publié le 18/05/2024

zbeul le passage de la flamme
Publié le 14/05/2024

Soirée de présentation autour de la révolution syrienne
Publié le 13/05/2024

Soirée de soutien à des camarades Trans et TDS à Istanbul
Publié le 11/05/2024