Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS MÉDIAS / RÉPRESSION - PRISON
FRANCE  
Publié le 27 janvier 2022 | Maj le 19 février 2022

Soutien à Nantes Révoltée


Le 25 janvier le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, un ancien militant d’extrême-droite, faisait connaître son intention d’ouvrir la voie à une dissolution du média local d’information Nantes révoltée. La droite locale demandait déjà depuis quelques temps qu’on fasse taire ce média, elle semble avoir obtenu satisfaction. Si nous sommes habitué.e.s à voir le ministre s’agiter sans résultat, nous prenons très au sérieux la menace qu’il fait peser sur la presse libre. Pourquoi cette répression ? Nantes Révoltée explique :

  • Contre la dissolution de Nantes Révoltée - Pour la liberté d’expression - Déjà plus de 40000 soutiens !!!

    A toi de jouer : https://t.co/w1t8uWJPm3

  • Communiqué de presse du Syndicat National des Journalistes

    « Nantes Révoltée : un parfum de censure » à lire ici

  • Contre la dissolution de Nantes Révoltée - Pour la liberté d’expression - Déjà plus de 35000 soutiens !!!

    A toi de jouer : https://t.co/w1t8uWJPm3

  • Texte du soutien publié par Mouais le 27 janvier et cosigné par plusieurs médias indépendants.

    L’article « Nantes Révoltée, et nous avec elle » à lire ici

  • Contre la dissolution de Nantes Révoltée - Pour la liberté d’expression - Déjà plus de 30000 soutiens

    A toi de jouer : https://t.co/w1t8uWJPm3

Vendredi 21 janvier, une manifestation contre l’extrême droite avait lieu à Nantes. Un événement assez courant : des centaines de personnes avaient marché dans le centre avec des fumigènes. En fin de manifestations, deux vitrines avaient été abîmées. Nantes Révoltée, en tant que média, avait couvert cette manifestation. Cette marche, banale, a été le prétexte à un déchaînement politique. La droite et l’extrême droite s’emparent de deux morceaux de verre cassé pour réclamer la dissolution de Nantes Révoltée à Gérald Darmanin.

Dans un texte délirant, la responsable LREM de Nantes et la présidente de la région Pays-de-la-Loire écrivent : « on ne peut plus laisser prospérer cette idéologie anarchiste et haineuse plus longtemps », ou encore « depuis près de dix ans, des centaines de policiers et d’habitants ont été blessés au cours de ces manifestations violentes ». C’est vrai, la police nantaise a blessé des centaines de manifestant-es, dont plusieurs sont mutilé-es à vie. Nous l’avons démontré. Nantes Révoltée est aussi accusée de nuire « à l’image et à l’attractivité de la capitale régionale ». À l’image de la métropole « dynamique » en clair. La lutte dérange les profits des barons de la ville.

Il y a quelques mois c’était La Bogue, média d’info limousin du réseau MUTU qui était pris pour cible. Si toutes les affaires n’atteignent heureusement pas ces proportions, les médias libres sont régulièrement menacés.

Cette demande de dissolution fait suite il y a quelques mois à la dissolution du CCIF, le pouvoir macronien a décidé de faire taire ceux qui proposent des contre-discours. À Lyon, c’est le groupe antifasciste la Gale qui est attaqué par le même ministre pour avoir osé poster sur les réseaux sociaux un appel écologiste, relayé largement sur le réseau mutu. Auparavant, c’était le Festival « Lyon Antifa fest » qui avait été attaqué pour avoir relayé dans leurs communications un extrait de concert.

Depuis le début de son mandat Macron a fait feu de tout bois pour réprimer le mouvement social : gilets jaunes, syndicalistes, écologistes... tou·te·s ont connu pour seules réponses la matraque et les tribunaux.

Toutes les instances de médiation entre les citoyens et le pouvoir sont traitées avec mépris. Même quand le pouvoir les organise selon ses propres termes par le tirage au sort, il trouve encore le moyen d’ignorer leurs avis. Sur le modèle de Thatcher avant lui, il a choisi le passage en force systématique dans un pur style « illibéral ».

Dans ce contexte, l’attaque contre Nantes Révoltée apparaît comme une étape de plus dans la course en avant du pouvoir vers un régime autoritaire. Macron a prévenu que son prochain mandat serait un mandat de casse sociale. Il semble avoir commencé à préparer le travail.

Nous apportons notre soutien aux camarades de Nantes Révoltée.

Des sites du réseau Mutu : Rebellyon, La bogue, Le Numéro zéro, Cric, Paris Luttes, Renversé, Basse-Chaine, Expansive, CRIC, Dijoncter.

En attendant d’autres initiatives
une pétition de soutien est en ligne

P.-S.


Proposé par Le Numéro Zéro
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

Lire aussi dans MÉDIAS

Lire aussi dans LE NUMÉRO ZÉRO

Lire aussi dans FRANCE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Une auto-école autogérée à St-é (ça continue)
Publié le 19/05/2022

Minuit dans le siècle #6 L’OAS, le racisme colonial et l’extrême droite
Publié le 19/05/2022

Minuit dans le siècle #5 Marine Le Pen, le RN, l’extrême droite : un ennemi mortel pour les femmes
Publié le 19/05/2022

Le chant des patates
Publié le 19/05/2022

Concert antirep
Publié le 19/05/2022

L’Actu des Oublié.e.s • Saison II • Episode 17 : Abolir la police 1/2
Publié le 16/05/2022