Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS RÉPRESSION - PRISON / TRAVAIL - PRÉCARITÉ
INFOS GLOBALES  
Publié le 13 février 2005 | Maj le 26 avril 2020 | 1 complément

La Confédération Nationale du Travail (CNT) attaquée par la police.


Paris, 13 février 2005
Sans aucune raison, lors d’une fête organisée dans les locaux de la Confédération Nationale du Travail, la police a chargé un concert de soutien qui se déroulait dans ces locaux syndicaux. Les forces de l’ordre ont en effet essayé d’y pénétrer avec une extrême violence.
Plus de deux cents agents, dont une trentaine en tenue anti-émeute, ont dans ce but matraqué et gazé à grand renfort de bombes lacrymogènes les militants syndicalistes présents, ainsi que les simples spectateurs venus assister à cette soirée musicale.

Plusieurs blessés légers et une interpellation sont à déplorer. Nous sommes, quelque deux heures après la fin des événements, toujours sans nouvelles de la jeune fille interpellée. Nous nous inquiétons pour cette dernière, vu la violence de l’intervention ainsi que des propos particulièrement choquants à caractère raciste, sexiste et homophobe proférés par les forces de l’ordre. En outre, nous tenons à préciser que cette jeune femme est asthmatique et donc particulièrement sensible aux effets de ces gaz lacrymogènes. Sa situation nécessite par conséquent des soins médicaux particuliers, leur absence pouvant avoir de graves conséquences sur sa santé.
Nous exigeons des explications de la part des responsables des forces de police pour cette bavure inqualifiable contre notre organisation syndicale, ses militants et ses sympathisants. Nous demandons la libération immédiate de la camarade interpellée, ainsi que l’abandon de toute poursuite judiciaire à son encontre.
Par ailleurs, la CNT constate que le climat délétère et ultrasécuritaire régnant actuellement dans le pays menace aujourd’hui les organisations syndicales jusque dans leurs propres locaux et activités culturelles. Nous condamnons fermement ces dérives qui ne sont pas sans rappeler les pires heures de notre histoire.
Lorsque l’Etat s’attaque aux libertés syndicales, le pire est à craindre. La CNT ne laissera pas s’installer l’impunité et la répression la plus sauvage. Les libertés d’organisation et d’expression ne se négocient pas. D’ores et déjà, des avocats suivent cette affaire.
La CNT fera en sorte que toute la lumière soit faite sur cette bavure.

Pour le Bureau Régional de la CNT Région Parisienne,
Le secrétariat régional.

Confédération nationale du Travail
Union régionale des syndicats CNT de la région parisienne
33 rue des vignoles - 75020 Paris
Tél. : 01 43 72 09 54 - 06 03 80 47 98 ¬- Fax : 01 43 72 71 55


Proposé par silvain
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 complément

  • La jeune fille interpellée hier soir à 22h50 a été libérée ce dimanche
    après midi à 16h00 après 15 heures de garde à vue, après avoir subi des violences, est injustement accusée d’outrages et rebellion et elle est convoquée au tribunal le 29 mars.

    En effet, sans aucune raison, lors d’une fête organisée dans les locaux de la Confédération Nationale du Travail, la police a chargé un concert de soutien qui se déroulait dans ces locaux syndicaux. Les forces de l’ordre ont en effet essayé d’y pénétrer avec une extrême violence. Plus de deux cents agents, dont une trentaine en tenue anti-émeute, ont dans ce but matraqué et gazé à grand renfort de bombes lacrymogènes les militants syndicalistes présents, ainsi que les simples spectateurs venus assister à cette soirée musicale.
    Plusieurs blessés légers sont à déplorer et une jeune fille a été
    interpellée.
    Cette dernière, qui a été libérée, porte de nombreuses traces des
    violences qu’elle a subies. Les policiers insatisfaits de l’avoir menottée et matraquée au sol ont continué à lui asséner de nombreux coups de matraques, coups de poings et diverses clés aux articulations dans le véhicule de police. Les insultes racistes et sexistes n’ont pas manqué non plus « je n’ai réussi à mettre un coup de tonfa qu’à cette pute ! »...
    Nous constatons que depuis plusieurs mois les agents de police agissent avec un sentiment de totale impunité leur laissant croire que tout est possible.
    Cette « bavure » ne restera pas sans conséquences, nous ne tolérerons jamais que nos locaux syndicaux ainsi que nos camarades et sympathisants se fassent agresser. Un coup porté contre l’un d’entre nous est un coup porté contre tous !
    Nous envisageons déjà les suites juridiques que nous pouvons donner à cette affaire. Nos militants blessés (membres cassés, ecchymoses...) sont d’ores et déjà à cette heure en train de déposer plainte contre les « forces de l’ordre » responsable de ces violences. Nous invitons l’ensemble des personnes blessées à prendre contact auprès du bureau régional île de France de la CNT de façon à regrouper l’ensemble des plaintes.
    Nous dénonçons les violences policières et les lois sécuritaires de type Perben 2 qui permettent de poser un cadre légal à ce type d’intervention totalitariste.
    Le mouvement de solidarité spontané, la mobilisation exemplaire et le soutien d’autres organisations Act-Up, LDH, CGT... face à cette violente interpellation, que nous n’hésitons pas à qualifier d’agression xénophobe, a permis une libération rapide de notre camarade. Nous restons mobilisés car notre camarade est injustement accusée de rebellion et outrages à agents et convoquée le 29 mars au TGI de Paris.
    Nous exigeons toujours des explications et des excuses de la part des représentants des force de l’ordre pour l’agression de nos locaux et militants, l’abandon des poursuites contre notre camarade ainsi que la garantie que ce genre d’agissements ne se reproduisent plus. Nous exigeons aussi que des sanctions soient prises contre les responsables de ces violences et nous veillerons au suivi du dossier par l’intermédiaire de notre service jurique.

    Le bureau régional île de France CNT

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

Lire aussi dans TRAVAIL - PRÉCARITÉ

Lire aussi dans INFOS GLOBALES

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

La colère sociale explose à Naples et dans toute l’Italie contre l’hypothèse d’un nouveau confinement
Publié le 29/10/2020

Les Bourses du travail, une expression de l’autonomie ouvrière
Publié le 29/10/2020

Un policier de la BAC de Paris mis en examen pour meurtre
Publié le 28/10/2020

Prison de Latina (Italie) : « Solidarité entre prisonnier.e.s anarchistes ». Un texte de Francesca
Publié le 27/10/2020

Jean Louis Gagnaire ou la raclure la plus zélée du macronisme local
Publié le 26/10/2020

Retour sur la mobilisation Antifasciste à Grenoble du 21 octobre
Publié le 23/10/2020