Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ANALYSES ET RÉFLEXIONS CAPITALISME - GLOBALISATION
COVID-19
Publié le 20 mars 2020 | Maj le 23 avril 2020

Contagion sociale : Guerre de classe microbiologique en Chine


Traduction du texte de la revue Chuang par le blog Des nouvelles du front, qui présente un article aussi long qu’intéressant sur l’histoire des liens entre épidémies et production, sur la réponse actuelle de l’État chinois et sur le coronavirus comme symptôme des logiques contemporaines d’accumulation du capital. Faut s’accrocher, ça se lit en plusieurs fois mais ça vaut vraiment le coup.

Le four

Wuhan est familièrement connue comme l’un des “quatre fours” de Chine pour son été humide et étouffant, partagé avec Chongqing, Nanjing et alternativement Nanchang ou Changsha, toutes des villes animées avec une longue histoire le long ou à proximité de la vallée du Yangzi. Sur les quatre, Wuhan est cependant aussi parsemée de fours au sens littéral : l’énorme complexe urbain agit comme une sorte de noyau pour les industries de l’acier, du béton et autres industries liées à la construction en Chine, son paysage est parsemé de hauts-fourneaux à refroidissement lent des dernières fonderies d’acier et de fer appartenant à l’État, maintenant en proie à une surproduction et forcée à un nouveau cycle controversé de réduction des effectifs, de privatisation et de restructuration générale, qui a lui-même donné lieu à plusieurs grandes grèves et manifestations au cours des cinq dernières années. La ville est essentiellement la capitale de la construction en Chine, ce qui signifie qu’elle a joué un rôle particulièrement important dans la période qui a suivi la crise économique mondiale, puisque ce sont les années où la croissance chinoise a été stimulée par l’acheminement de fonds d’investissement dans des projets d’infrastructure et d’immobilier. Wuhan a non seulement alimenté cette bulle avec son offre excédentaire de matériaux de construction et d’ingénieurs civils, mais elle est aussi devenue, ce faisant, une ville en plein essor immobilier à part entière. Selon nos propres calculs, en 2018-2019, la superficie totale consacrée aux chantiers de construction à Wuhan était équivalente à la taille de l’île de Hong Kong dans son ensemble.

Mais aujourd’hui, ce four, moteur de l’économie chinoise de l’après-crise, semble, à l’instar de ceux que l’on trouve dans ses fonderies de fer et d’acier, se refroidir. Ce processus était déjà bien engagé, mais la métaphore n’est plus seulement économique, puisque la ville autrefois animée a été fermée pendant plus d’un mois, ses rues étant vidées par mandat du gouvernement : “La plus grande contribution que vous puissiez apporter est : ne vous rassemblez pas, ne causez pas le chaos” , peut-on lire en gros titre du Guangming Daily, géré par le département de la propagande du Parti communiste chinois. Aujourd’hui, les nouvelles grandes avenues de Wuhan et les étincelants bâtiments de verre et d’acier qui les couronnent sont tous froids et creux, alors que l’hiver s’amenuise avec le Nouvel An lunaire et que la ville stagne sous la contrainte de la vaste quarantaine. S’isoler est un bon conseil pour quiconque se trouve en Chine, où l’épidémie du nouveau coronavirus (récemment rebaptisé “SRAS-CoV-2” et sa maladie “COVID-19” ) a tué plus de deux mille personnes, soit plus que son prédécesseur, l’épidémie de SRAS de 2003. Le pays tout entier est en quarantaine, comme il l’était pendant le SRAS. Les écoles sont fermées et les gens sont enfermés chez eux dans tout le pays. Presque toute l’activité économique s’est arrêtée pour la fête du Nouvel An lunaire le 25 janvier, mais la pause a été prolongée d’un mois pour freiner la propagation de l’épidémie. Les fours de la Chine semblent avoir cessé de brûler, ou du moins avoir été réduits à des charbons ardents. Mais d’une certaine manière, la ville est devenue un autre type de fourneau, car le coronavirus brûle à travers sa population massive comme une fièvre.

L’épidémie a été accusée à tort de tout, de la libération conspiratoire et/ou accidentelle d’une souche de virus par l’Institut de virologie de Wuhan à la propension des Chinois à consommer des aliments “sales” ou “étranges” . Ces deux grands thèmes témoignent du bellicisme et de l’orientalisme évidents qui caractérisent les reportages sur la Chine.

L’épidémie a été accusée à tort de tout, de la libération conspiratoire et/ou accidentelle d’une souche de virus par l’Institut de virologie de Wuhan – une affirmation douteuse diffusée par les médias sociaux, notamment par les messages paranoïaques de Hong Kong et de Taïwan sur Facebook, mais désormais soutenue par des organes de presse conservateurs et des intérêts militaires en Occident – à la propension des Chinois à consommer des aliments “sales” ou “étranges” , puisque l’épidémie de virus est liée à des chauves-souris ou à des serpents vendus dans un “marché humide” semi-illégal spécialisé dans la faune sauvage et d’autres animaux rares (bien que ce ne soit pas la source ultime). Ces deux grands thèmes témoignent du bellicisme et de l’orientalisme évidents qui caractérisent les reportages sur la Chine, et un certain nombre d’articles ont souligné ce fait fondamental. Mais même ces réponses ont tendance à se concentrer uniquement sur les questions de la perception du virus dans la sphère culturelle, passant beaucoup moins de temps à creuser les dynamiques beaucoup plus brutales qui se cachent sous la frénésie médiatique.

Une variante un peu plus complexe comprend au moins les conséquences économiques, même si elle exagère les répercussions politiques potentielles pour l’effet rhétorique. Nous trouvons ici les suspects habituels, qui vont des politiciens classiques qui tuent des dragons à l’étreinte du haut-libéralisme : les agences de presse, de la National Review au New York Times, ont déjà laissé entendre que l’épidémie pourrait entraîner une “crise de légitimité” pour le PCC, bien qu’il y ait à peine un soupçon de soulèvement dans l’air. Mais le noyau de vérité de ces prédictions réside dans leur compréhension des dimensions économiques de la quarantaine – ce qui ne pouvait guère être perdu pour les journalistes ayant des portefeuilles d’actions plus épais que le crâne. Car le fait est que, malgré l’appel du gouvernement à s’isoler, les gens pourraient bientôt être obligés de se “rassembler” pour s’occuper des besoins de la production. Selon les dernières estimations initiales, l’épidémie entraînera déjà un ralentissement du PIB de la Chine à 5 % cette année, en dessous de son taux de croissance déjà faible de 6 % l’an dernier, le plus bas depuis trois décennies. Certains analystes ont déclaré que la croissance du premier trimestre pourrait baisser de 4 % ou moins, et que cela pourrait déclencher une sorte de récession mondiale. Une question auparavant impensable a été posée : qu’adviendra-t-il réellement de l’économie mondiale lorsque la fournaise chinoise commencera à refroidir ?

En Chine même, la trajectoire finale de cet événement est difficile à prévoir, mais ce moment a déjà déclenché un processus collectif rare de remise en question et d’apprentissage de la société. L’épidémie a directement infecté près de 80 000 personnes (selon l’estimation la plus prudente), mais elle a provoqué un choc dans la vie quotidienne sous le capitalisme pour 1,4 milliard de personnes, piégées dans un moment d’autoréflexion précaire. Ce moment, bien que rempli de peur, a amené tout le monde à se poser simultanément des questions profondes : Que va-t-il m’arriver ? Mes enfants, ma famille et mes amis ? Aurons-nous assez de nourriture ? Serai-je payé ? Vais-je payer un loyer ? Qui est responsable de tout cela ? D’une manière étrange, l’expérience subjective ressemble un peu à celle d’une grève de masse – mais qui, dans son caractère non spontané, descendant et, surtout, dans son hyper-atomisation involontaire, illustre les énigmes fondamentales de notre propre présent politique étranglé aussi clairement que les véritables grèves de masse du siècle précédent ont élucidé les contradictions de leur époque. La quarantaine est donc comme une grève vidée de ses caractéristiques communes, mais néanmoins capable de provoquer un choc profond à la fois sur le plan psychique et économique. Ce seul fait la rend digne de réflexion.

Bien sûr, le capitalisme est coupable – mais comment, exactement, la sphère socio-économique est-elle en interface avec la sphère biologique, et quelles leçons plus profondes peut-on tirer de toute cette expérience ?

Bien sûr, la spéculation sur la chute imminente du PCC est une absurdité prévisible, l’un des passe-temps favoris du New Yorker et de The Economist. Pendant ce temps, les protocoles normaux de suppression des médias sont en cours, dans lesquels les articles de presse ouvertement racistes publiés dans les anciens médias sont contrés par un essaim d’articles de réflexion sur le web qui polémiquent contre l’orientalisme et d’autres facettes de l’idéologie. Mais la quasi-totalité de cette discussion reste au niveau de la représentation – ou, au mieux, de la politique d’endiguement et des conséquences économiques de l’épidémie – sans se pencher sur la question de savoir comment ces maladies sont produites en premier lieu, et encore moins distribuées. Cependant, même cela ne suffit pas. Ce n’est pas le moment pour un simple exercice “marxiste Scooby-Doo” consistant à enlever le masque du méchant pour révéler que, oui, en effet, c’est le capitalisme qui a causé le coronavirus depuis le début ! Ce ne serait pas plus subtil que les commentateurs étrangers qui cherchent à obtenir un changement de régime. Bien sûr, le capitalisme est coupable – mais comment, exactement, la sphère socio-économique est-elle en interface avec la sphère biologique, et quelles leçons plus profondes peut-on tirer de toute cette expérience ?

La suite à lire sur Paris Lutte Infos : https://paris-luttes.info/contagion-sociale-guerre-de-classe-13606


Proposé par _
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En complément...

ACTUALITÉS   DROITS SOCIAUX - SANTÉ

Vivre à Sainté (et alentours) en temps de Corona virus

Contrairement à ce qu’affirme M. Le Président : non, nous ne sommes pas en guerre ! Nous sommes juste confronté.es à une situation exceptionnelle, face à un État qui lui, nous fait la guerre : réduction drastique des moyens pour la santé, l’éducation, la culture, violences policières systémiques, etc. En attendant de pouvoir toutes et tous se retrouver dans la rue, cet article tente de suivre l’actualité locale en temps de Covid-19.
Contactez-nous à l’adresse suivante : lenumerozero chez riseup.net

Publié le 10/04/2020
ACTUALITÉS   FLICAGE - SURVEILLANCE

Confinement : comment contester une amende ? Quels sont nos droits en cas de fouille ?

Alors que les contrôles de police, les amendes, voire les condamnations pénales commencent à pleuvoir en ces temps d’état d’urgence sanitaro-sécuritaire, il n’est pas inintéressant de savoir comment y faire face (sur le plan juridique, a minima). Nous relayons un document qui permet de contester une amende forfaitaire infligée pour non-respect des mesures de confinement ainsi qu’un rappel juridique sur les conditions de fouille de vos sacs par la Police.

Publié le 8/04/2020
ACTUALITÉS   RÉPRESSION - PRISON

« Il faut qu’on bloque en promenade ! » : messages de prisonniers de France en réaction au confinement des prisons

Voici des extraits de deux articles publiés sur le site lenvolee.net, media contre toutes les prisons. L’Envolée essaie de relayer la parole des prisonniers qui sont actuellement laissés à leur sort... dans le confinement des confinements. Toujours mal soignés, mais brutalement réprimés dès qu’ils essaient de prendre la parole. Dans leurs messages, les prisonniers appellent à un blocage massif des promenades, dans toutes les prisons de France à partir du 19 mars.

Publié le 23/03/2020
ACTUALITÉS   DROITS SOCIAUX - SANTÉ

Face à la pandémie, retournons la « stratégie du choc » en déferlante de solidarité !

Près de 230 médecins, infirmier.e.s., psychologues, réanimateurs, enseignant.e.s, comédien.ne.s, paysan.ne.s, artistes, chercheuses, scientifiques, musicien.ne.s, syndicalistes, éditeurs, libraires et autres personnalités appellent à s’auto-organiser face à la pandémie de Covid-19 et à rejoindre le réseau de solidarité COVID-ENTRAIDE FRANCE.

Publié le 23/03/2020
ACTUALITÉS   CAPITALISME - GLOBALISATION / DROITS SOCIAUX - SANTÉ

Vivre en temps de Corona Virus (# Première quatorzaine) : florilège de textes et appel à temoigner

Contrairement à ce qu’affirme M. Le Président : non, nous ne sommes pas en guerre ! Nous sommes juste confronté.es à une situation exceptionnelle, face à un État qui lui, nous fait la guerre : réduction drastique des moyens pour la santé, l’éducation, la culture, violences policières systémiques, etc. Pour mieux comprendre l’époque, nous vous proposons une compilation d’articles glanés ça et là ainsi que des initiatives locales, nationales et internationales de solidarité et d’entraide pour faire face à la situation. Nous vous invitons à témoigner afin de visibiliser et relayer les initiatives d’auto-organisation permettant de rompre l’isolement. Que ce soit à l’échelle de l’immeuble, du quartier ou de la ville.
Contactez-nous à l’adresse suivante : lenumerozero chez lautre.net

Publié le 19/03/2020
ACTUALITÉS   CAPITALISME - GLOBALISATION / DROITS SOCIAUX - SANTÉ

Italie - Épidémie et guerre sociale

Face à l’épidémie de coronavirus, le gouvernement italien a décrété l’état d’urgence dans le pays et imposé de sévères restrictions de déplacements à l’intérieur du pays. Chacun ne vit pas pour autant le confinement de la même façon et la guerre sociale se prolonge dans l’épidémie. Traduction d’un texte du collectif Quarticciolo Ribelle, qui occupe un bâtiment au cœur du quartier Quarticciolo en banlieue romaine, et s’implique dans l’auto-organisation populaire face à l’épidémie. Article publié sur le site acta.zone.

Publié le 17/03/2020
ACTUALITÉS   CAPITALISME - GLOBALISATION

Panique boursière en temps de coronavirus - Jacques Fradin

Toujours et encore « l’économie d’abord ».
Les demi-mesures du gouvernement des macrons (toujours et encore des Thénardier) n’ont qu’un seul objectif « centriste » : temporiser.
Essayer, autant que faire se peut, de ne pas toucher à l’économie ; ou le moins possible ; ou à reculons, comme le dos au mur, avec toute la mauvaise volonté imaginable.

Publié le 14/03/2020
ACTUALITÉS   RÉPRESSION - PRISON / RÉSISTANCES ET SOLIDARITÉS INTERNATIONALES

Action de soutien aux prisonnier.es italien.nes

Cette semaine, plusieurs militant.e.s stéphanoi.se.s ont suspendu une banderole au-dessus de l’autoroute pour afficher leur soutien aux prisonnier.e.s italien.ne.s en révolte, et pour informer la population des crimes abjects de la police italienne !

Publié le 13/03/2020
ACTUALITÉS   CAPITALISME - GLOBALISATION / ÉCOLOGIE - NUCLÉAIRE

L’épidémie n’a pas de vertus

Si l’on en croit la multiplication des analyses médiatiques allant dans ce sens dernièrement, l’épidémie de COVID-19 serait bonne pour la planète. Mais il y a assurément une grande différence entre considérer que l’épidémie de coronavirus est en elle-même écologiquement positive et tirer (ou plutôt confirmer) des enseignements écologistes à partir des effets économiques de celle-ci.

Publié le 13/03/2020

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans CAPITALISME - GLOBALISATION

Lire aussi dans COVID-19

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Roanne : la prison tue, crève la taule !
Publié le 2/12/2020

Samedi, double manif !
Publié le 2/12/2020

Blocage de transferts à la M.A de la Talau...
Publié le 2/12/2020

Enfouissons POMA : appel à actions
Publié le 1er/12/2020

Anti-répression : le K6 change de 06 !
Publié le 1er/12/2020

Entretiens avec des zadistes du Carnet
Publié le 30/11/2020