Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS RÉPRESSION - PRISON
COVID-19
Publié le 23 mars 2020 | Maj le 14 avril 2020

« Il faut qu’on bloque en promenade ! » : messages de prisonniers de France en réaction au confinement des prisons


L’Envolée a récolté et publié des messages de prisonniers qui appellent au blocage des prisons, une vidéo montrant la répression dans la cour de promenade de la Santé, et anime une émission de radio spéciale confinement tous les soirs à 19h sur FPP (106.3 Mhz sur la bande FM à Paris). Si vous avez des messages ou des infos, n’hésitez pas à leur transmettre : 07.52.40.22.48

  • Fleury-Mérogis, Nice, Meaux, Nantes, Uzerches, etc. : vague de révoltes dans les prisons

    Nice, Longuenesse, Maubeuge, Carcassone, Fleury-Mérogis. (voir infos plus bas)
    Lire le communiqué des prisonniers d’Uzerches sur l’Envolée :

    Ce dimanche 22 mars au centre de détention d’Uzerches, les prisonniers poussés à bout par les nouvelles mesures de confinement et l’ignorance dans laquelle ils sont laissés sur la maladie ont réussi à accéder à la cour de promenade et sont montés sur les toits. Sur certaines vidéos qui ont tourné sur le Net, on entend des jeunes gens dire qu’ils ont peur de mourir parce que les sinistres Eris (Equipes régionales d’intervention et de sécurité) et la police sont armés, et pas eux ; et qu’ils tirent à balles réelles, comme ce fut le cas la semaine dernière à la maison d’arrêt de Grasse. Nous reproduisons ici leurs revendications :

    REVENDICATIONS DES DETENUS

    - Nous voulons un DEPISTAGE pour chaque détenu ainsi que pour chaque membre de l’administration pénitentiaire.

    - Nous souhaitons que tous les agents pénitentiaires sans exception soient équipes de gants et de masques (ce sont eux les plus exposés au virus car ce sont eux qui rentrent et sortent de l’établissement).

    - Nous voulons être informé de l’évolution de cette situation :

    -Qu’en est-il, les parloirs seront-ils rétablis ?

    -Qu’en est-il des cantines ?

    -Qu’en est-il des sacs de linge ?

    -Qu’en est-il des soins médicaux en cas de Coronavirus ?

    - Et enfin, pour nous protéger, nous aimerions que chaque détenu ait du gel désinfectant et un masque à sa disposition( le minimum en mesure d’hygiène actuellement).

    Lundi 23 mars
    . Le ministère de la Justice va autoriser la libération d’environ 5000 détenus en fin de peine. La décision a été actée lors d’une réunion aujourd’hui entre la chancellerie et les syndicats des surveillants pénitentiaires, dans le but de désengorger les prisons en période de confinement. (Source : France Info)

    Dimanche 22 mars

    . La mutinerie continue à la prison d’Uzerche. Plus de 250 cellules sont inutilisables. Si la situation se calme, les détenus vont devoir être transférés. Liberté pour tous les prisonniers ! (Source : France Bleu)

    . Une mutinerie a éclaté à la prison de Saint-Malo. Les détenus ont refusé de réintégrer leurs cellules. L’ERIS est intervenue. (Source : Actu Penit)

    . Comme nous l’avons relayé, plusieurs mouvements ont eu lieu dans les prisons depuis l’épidémie de coronavirus et notamment l’arrêt des parloirs. Alors que les détenus, dans des conditions qui les rendent particulièrement vulnérables à l’épidémie, réclament légitimement leur libération, la Direction de l’Administration Pénitentiaire répond par un chantage criminel : « les détenus qui participent à des mouvements collectifs ne bénéficieront pas des dispositifs exceptionnels » sur lesquels travaille le ministère de la Justice pour réduire la population carcérale. Les prisonniers doivent être libérés au plus vite et sans chantage ! (Source : Ouest France)

    20h15 : Une mutinerie a éclaté à la prison de Rennes-Suzin. Une cinquantaine de détenus a refusé de réintégrer les cellules. L’ERIS est intervenue. (Source : Actu Penit)

    20h : Une mutinerie a éclaté à la prison d’Uzerche. Une centaine de détenus est dans des zones interdites. Une quarantaine sur les toits. Les matons ont dû quitter un bâtiment en urgence. Un hélicoptère survole la prison est les CRS arrivent. (Source : Actu Penit)

    19h45 : Une mutinerie a éclaté à la prison de Fleury-Mérogis. Plus de 200 détenus ont refusé de réintégrer leurs cellules. Ils demandent plus de douches, plus de lavages de linge et le port de masque pour le personnel de la prison. L’ERIS est intervenue. (Source : Actu Penit)

    19h30 : Une mutinerie a éclaté à la prison de Limoges. Une trentaine de détenus a refusé de réintégrer les cellules. L’ERIS est intervenue. (Source : Actu Penit)

    19h15 : Une mutinerie a éclaté à la prison de Nice. Une trentaine de détenus a refusé de réintégrer les cellules. L’ERIS est intervenue. (Source : Actu Penit)

    19h : Une mutinerie a éclaté à la prison de Carcassonne. Une dizaine de détenus a refusé de réintégrer les cellules. Ils demandent plus de douches, plus de lavages de linge et le port de masque pour le personnel de la prison. L’ERIS est intervenue. (Source : Actu Penit)

    18h45 : Une mutinerie a éclaté à la prison de Nantes. Les détenus ont refusé de réintégrer leurs cellules. Ils demandent plus de douches, plus de lavages de linge et le port de masque pour le personnel de la prison. L’ERIS est intervenue. (Source : Actu Penit)

    18h30 : Une mutinerie a éclaté à la prison de Meaux. Une cinquantaine de détenus a refusé de réintégrer les cellules. Un détenu a tenté de s’évader et a été placé en garde à vue. L’ERIS est intervenue. (Source : Actu Penit)

    18h : Une mutinerie a éclaté à la prison de Longuenesse. Les détenus ont bloqué les accès à la promenade. Ils demandent plus de douches, plus de lavages de linge et le port de masques pour le personnel de la prison. L’ERIS est intervenue à 16h45 et 5 détenus ont été placés au quartier disciplinaire. (Source : Actu Penit)

    17h30 : Une mutinerie a éclaté à la la prison de Maubeuge. Une centaine de détenus a refusé de regagner les cellules et a attaqué les bâtiments. Ils dénoncent leurs conditions de détention en pleine épidémie du Covid-19. L’ERIS est intervenue. (Source : France 3)

    11h30 : A la prison de Pau, le confinement est maximal suite à l’épidémie de Covid-19. Les parloirs et les activités sont suspendus. La situation est en train de se tendre d’après les matons. (Source : Sud Ouest)

    10h30 : Suite à la mutinerie qui a eu lieu à la prison de Bézier, 5 détenus ont été placés en garde à vue pour dégradations d’un bien d’utilité publique ou violences aggravées. La répression continue même dans les lieux d’enfermement. (Source : 20 Minutes)

    Infos publiées sur acta.zone

Communiqué de L’Envolée du 18 mars

"Un prisonnier âgé de 74 ans incarcéré à Fresnes dix jours auparavant est mort hier du Covid-19. Le même jour, les parloirs ont été supprimés dans toutes les prisons françaises. Aucun moyen de maintenir le lien avec leurs proches n’a été fourni aux prisonnier.e.s. Les activités, sportives et autres, ont également été supprimées. Dans les centres de détention en régime « portes ouvertes », où les prisonniers peuvent circuler dans tout leur étage pendant la journée, les cellules sont maintenant fermées. Les prisonnier.e.s resteront enfermés 22 heures sur 24 en cellule, le plus souvent à trois dans 9m².

Face à cette situation intolérable, des mutineries ont éclaté dans de nombreuses prisons. A cette heure, nous avons connaissance de mouvements à Aiton, Angers, Douai, Epinal, Grasse, La Santé, Lille-Sequedin, Maubeuge, Metz, Montauban, Nancy, Perpignan, Saint-Étienne, Toulon, Valence et Varennes-le-Grand. Les Eris (Équipes régionales d’intervention et de sécurité – GIGN des prisons) sont intervenues dans plusieurs de ces taules, et à Grasse, les matons ont tiré.

Les prisons pour étrangèr.e.s subissent les mêmes restrictions : plus de parloirs pour quinze jours au moins. Comme les associations se sont retirées de certains Centres de rétention administrative (CRA), les prisonnier.e.s ne sont plus soutenu.e.s dans leurs démarches juridiques. L’Ofii (Office français de l’immigration et de l’intégration) qui fournit habituellement le tabac et les recharges téléphoniques ne vient presque plus dans les centres, ce qui produit une situation critique. Les préfectures continuent d’expulser vers les pays qui n’ont pas interrompu leurs liaisons aériennes avec la France. Si les préfectures et les juges ont commencé à libérer des prisonnièr.e.s, souvent pour motif sanitaire, les rafles et les arrestations continuent. Certaines prisons pour étrangers continuent donc de se remplir. Des révoltes et des mouvements collectifs ont eu lieu (...)

Soutien aux prisonnier.e.s et à leurs proches !

Force et détermination !"

Article complet et vidéo ici.

Recueil de messages de prisonniers

"(...) La première décision pour des prisonniers et prisonnières déjà isolées a donc été de durcir encore les conditions d’isolement. Plus de parloirs, mais toujours autant de promiscuité en cellule.
Il n’y aurait pourtant qu’une mesure à la hauteur de la situation : vider les prisons.
Nous relayons ici divers appels à agir lancés sur les réseaux entre le 18 et 19 mars, par des prisonniers de différentes prisons en région parisienne et en France.

Message à tous les prisonniers de France
Demain il faut que l’on descende tous en promenade et que l’on bloque. Si toutes les prisons bloquent en même temps, ils seront obligés de faire quelque chose, ils peuvent transférer personne et ils ne peuvent pas pénétrer dans l’établissement par peur.
Le virus se propage, déjà que nous sommes incarcérés, ils nous coupent les parloirs, ce n’est pas possible et inacceptable donc montrons leur notre mécontentement.
Soyons solidaires car si ce n’est pas nous qui faisons quelque chose, eux ne feront rien pour nous. À la télé, ils n’ont même pas parlé de nous ; pour eux, nous ne sommes même pas des citoyens mais quand il s’agit de voter, ils nous envoient les papiers en cellule.

Blocage aujourd’hui
On a peur de mourir du corona virus, on est traumatisés… Et on reveut nos parloirs ou au moins un visiteur par détenu.
Toutes les prisons de France, tous en promenade aujourd’hui.

À la ronde de 5 heures, débouchez pas vos œilletons, tous les gens qui sont au hebs.
Demain, faut que tout le monde bloque sa mère.
Comment ça nous on a plus de parloirs, on a plus le droit de voir nos familles alors que, eux, ils rentrent le soir voir leur mari, femme, enfants, et après le lendemain, ils nous ramènent plein de corona virus au hebs ?
Si on est bloqués ici, il faut qu’ils soient bloqués avec nous ces fdp de hesses.
Plus de parloirs = plus de shit
Plus de shit = détenus pas contents
Détenus pas contents = la guerre !!!

Faites tourner partout
Fais une annonce dans ta story pour que toutes les prisons de France bloquent les promenades jusqu’à que l’état cède à un parloir par semaine minimum.
On est ensemble.
À tous les frérots en prison : à partir du jeudi 19 mars, il faut qu’on bloque en promenade et tous les jours jusqu’à que l’état nous accepte au minimum un parloir par semaine. Faut qu’on se fasse entendre et c’est bien plus haut que l’administration pénitentiaire, c’est l’état qui dirige. Il faut faire du bruit, ils nous disent que c’est pour quinze jours alors qu’ils savent très bien que c’est parti pour plusieurs mois. Ils nous privent de la seule liberté qui nous reste : la visite de notre famille. Pour les frérots en prison, faites tourner : il faut bloquer les promenades à partir de jeudi 19 mars ? Merci et oubliez pas : l’union fait la force, ensemble on y arrivera." (...)

Article complet ici.


Proposé par raoule
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En complément...

ACTUALITÉS   DROITS SOCIAUX - SANTÉ / RÉPRESSION - PRISON

Lettre ouverte à la ministre des tribunaux et des prisons

Lettre ouverte de l’Envolée à la ministre des tribunaux et des prisons.
« Madame Belloubet, vous partagez avec la société le désintérêt, voire la haine de celles et ceux qu’elle désigne comme des délinquants ; et partant de là, des sous-humains. Mais il se peut que votre nom passe à la postérité pour une raison bien particulière : vous seriez celle qui a prétendu défendre la société en assumant de laisser mourir ses prisonniers. »

Publié le 13/04/2020
ACTUALITÉS   DROITS SOCIAUX - SANTÉ

Vivre à Sainté (et alentours) en temps de Corona virus

Contrairement à ce qu’affirme M. Le Président : non, nous ne sommes pas en guerre ! Nous sommes juste confronté.es à une situation exceptionnelle, face à un État qui lui, nous fait la guerre : réduction drastique des moyens pour la santé, l’éducation, la culture, violences policières systémiques, etc. En attendant de pouvoir toutes et tous se retrouver dans la rue, cet article tente de suivre l’actualité locale en temps de Covid-19.
Contactez-nous à l’adresse suivante : lenumerozero chez riseup.net

Publié le 10/04/2020
ACTUALITÉS   FLICAGE - SURVEILLANCE

Confinement : comment contester une amende ? Quels sont nos droits en cas de fouille ?

Alors que les contrôles de police, les amendes, voire les condamnations pénales commencent à pleuvoir en ces temps d’état d’urgence sanitaro-sécuritaire, il n’est pas inintéressant de savoir comment y faire face (sur le plan juridique, a minima). Nous relayons un document qui permet de contester une amende forfaitaire infligée pour non-respect des mesures de confinement ainsi qu’un rappel juridique sur les conditions de fouille de vos sacs par la Police.

Publié le 8/04/2020
ACTUALITÉS   DROITS SOCIAUX - SANTÉ

Face à la pandémie, retournons la « stratégie du choc » en déferlante de solidarité !

Près de 230 médecins, infirmier.e.s., psychologues, réanimateurs, enseignant.e.s, comédien.ne.s, paysan.ne.s, artistes, chercheuses, scientifiques, musicien.ne.s, syndicalistes, éditeurs, libraires et autres personnalités appellent à s’auto-organiser face à la pandémie de Covid-19 et à rejoindre le réseau de solidarité COVID-ENTRAIDE FRANCE.

Publié le 23/03/2020
ANALYSES ET RÉFLEXIONS   CAPITALISME - GLOBALISATION

Contagion sociale : Guerre de classe microbiologique en Chine

Traduction du texte de la revue Chuang par le blog Des nouvelles du front, qui présente un article aussi long qu’intéressant sur l’histoire des liens entre épidémies et production, sur la réponse actuelle de l’État chinois et sur le coronavirus comme symptôme des logiques contemporaines d’accumulation du capital. Faut s’accrocher, ça se lit en plusieurs fois mais ça vaut vraiment le coup.

Publié le 20/03/2020

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

Lire aussi dans COVID-19

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Petit argumentaire juridique pour justifier d’aller voir un.e proche incarcéré.e à plus de 100 kilomètres de chez soi
Publié le 25/05/2020

25 mai 1973 : fin de la grève des sans-papiers tunisiens
Publié le 25/05/2020

Saint-Etienne ville cosmopolite, prolétaire et solidaire !
Publié le 24/05/2020

On ne veut pas moins, on ne veut pas autant, on veut plus !
Publié le 24/05/2020

17 juin - Agir contre la réintoxication du monde
Publié le 23/05/2020

Mobilisation des hôpitaux à l’appel de 12 syndicats et collectifs
Publié le 22/05/2020