Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
SAINT-ÉTIENNE  
Publié le 22 juin 2019 | Maj le 25 avril 2020

« Cœur d’Histoire » : beaucoup de bruit pour...


Jeudi 20 Juin 2019 à 18h dans une salle de la Bourse du Travail avait lieu une réunion durant laquelle le maire de Saint-Étienne et son adjoint à la politique du logement Monsieur Jean-Pierre Berger, remettaient une synthèse des quatre ateliers thématiques qui se sont déroulés ces derniers mois, dans le cadre du projet « Cœur d’Histoire », des ateliers auxquels ont participé tout au plus 300 habitant.es., qui, aux dires des Stéphanois.es interviewé.es pour cet article, n’étaient pas très représentatifs de la population dans son ensemble.

A la sortie de cette réunion, j’ai interviewé plusieurs personnes dont un certain nombre semblaient fortement déçues. C’était le cas de Marie Hélène, professeur à la retraite, habitante de Saint-Étienne depuis 50 ans :

« J’ai participé à la première réunion de « Cœur d’histoire » et cela m’intéressait à priori mais là , je sors extrêmement déçue. Les discours que nous avons entendus, ce soir, sont sans intérêt, complètement creux. Le maire a dit que nous allions remettre des commerces alors que les commerces ferment ! J’ai l’impression que les élus sont à mille lieux des préoccupations des gens. Je trouve hallucinant que le maire pense qu’il va faire évoluer la ville en mettant du design et en ignorant les problèmes des habitats vétustes. Je suis choqué que ni M. Berger ni M. Perdriau n’aient parlé des Stéphanois.es. On dirait que pour eux la beauté des monuments est plus importante que le bien être des gens. J’aurais également aimé entendre parler de « mixité sociale ». Cela n’a pas été le cas. Il est important que les élus atterrissent : à Saint-Étienne, tout le monde n’habite pas dans des appartements de grand standing. Un quart de la population vit au dessous du seuil de pauvreté et de nombreux appartements mériteraient d’être rénovés. Vraiment, je suis très déçue ! »

Plusieurs autres personnes que j’ai croisées m’ont également confié leurs déceptions, partageant sensiblement la même vision que cette dame. Certains comme Loïc ou Philippe ajoutant qu’il leur semblait que la plupart des personnes qui avaient participé aux « ateliers thématiques » de « Cœur d’histoire » étaient principalement des partisans de l’équipe municipale en place et qu’il fallait se méfier des techniques de la municipalité stéphanoise qui donnaient l’impression d’ateliers participatifs alors que les décisions concernant tel ou tel projet étaient déjà prévues d’avance et que les Stéphanois.es n’avaient plus qu’à les valider.

Cédric, un syndicaliste d’une cinquantaine d’années, a confirmé cela en ajoutant :

« Si la démarche de Cœur d’histoire était plutôt intéressante au départ, il n’y avait eu que 300 participants sur les quatre débats. Au regard de tous les habitants de Saint-Étienne, c’est très peu et je ne crois pas que ces personnes aient été réellement représentatives de la population stéphanoise. Les concertations avec les gens étaient faussées puisque la municipalité avait déjà décidé des projets à mettre en place avant les consultations et les participants aux ateliers de « Cœur d’Histoire » n’avaient plus qu’à valider les décisions prises par la mairie. On nous a parlé de la Comédie de Saint-Étienne mais le projet est déjà en cours, de l’IGH Boivin (construction du grand ensemble) mais la mairie nous a présenté un projet déjà bien abouti et je pourrais multiplier les exemples, les halles Mazerat (les affiches du projet sont déjà sorties), etc. A chaque fois, les décisions ont été prises sans consulter les citoyens ! Ce qui m’a choqué durant les ateliers auxquels j’ai participé, c’est que l’équipe organisatrice nous a proposé des sortes de jeux où les couches populaires étaient complètement occultées. Nous avons été plusieurs à souligner cette absence qui n’a pas été prise en compte ».

Atelier « participatif » de géoprospective pour le « coeur d’histoire »

De toutes les interviews que j’ai réalisées auprès d’un certain nombre de personnes que j’ai retrouvées à la sortie de la réunion synthèse de ce projet (je ne mets pas tous les commentaires des uns et des autres car ils se rejoignaient sensiblement), il est clairement ressorti que le projet « Cœur d’histoire » ne s’adresse pas à tous les Stéphanois.es mais seulement à une clientèle relativement aisée de la population.

Il est important de noter que, sous la pression, en amont de cette réunion (avec une pétition de toutes les organisations syndicales de la Loire) et durant celle-ci où les syndicats de la Loire s’étaient déplacés, le maire de Saint-Étienne, M. Perdriau, est revenu sur son projet de « chasser les organisations syndicales de la Bourse du travail de Saint-Étienne ». Un certain soulagement !

Article publié sur le site de Sainté debout.


Proposé par _
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En complément...

ACTUALITÉS   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Gentrifier Sainté ?

La gentrification est un mot barbare et parfois fourre-tout. Une célèbre encyclopédie en ligne la présente ainsi : « La gentrification (du mot anglais gentry, « petite noblesse »), ou embourgeoisement en français, ou boboïsation dans la presse, est un phénomène urbain par lequel des personnes plus aisées s’approprient un espace initialement occupé par des habitants ou usagers moins favorisés, transformant ainsi le profil économique et social du quartier au profit exclusif d’une couche sociale supérieure. »
Mais qu’en est-il à Sainté ? La question est posée ici avec quelques éléments de réponse...

Publié le 30/07/2019
ACTUALITÉS   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Quartier Saint-Roch : nouveau théâtre de rénovation urbaine

Article paru dans le journal du Carnaval de l’Inutile du 30 mars 2019.
La transformation du quartier Saint-Roch vise à redynamiser un quartier qualifié de « précaire », « peu attractif », « peu sécuritaire ». L’aspect participatif du projet est revendiqué par les aménageurs. Nous avons donc mené l’enquête et nous sommes interrogés sur le lien entre l’EPASE (Établissement public d’aménagement de Saint-Étienne) et les associations du territoire.

Publié le 7/06/2019
ACTUALITÉS   FLICAGE - SURVEILLANCE / MÉDIAS

Langue de bois, novlangue, « serenicity » : gros mensonges

Serenicity serait une super pompier qui va sauver les citoyen.nes perdu.e.s du web, Serenicity une start-up pour écouter les oiseaux avec l’aval de CNIL ? Et le Progrès serait un journal d’information ?
Sur la question des micros à Beaubrun, on nous dit n’importe quoi. Petit décryptage.

Publié le 13/05/2019
ACTUALITÉS   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Design partout, Justice nulle part

A vous visiteuses et visiteurs de la Biennale de l’ennui,
Nous ne sommes pas dupes, ne le soyez pas lors de votre passage touristique à Sainté. La biennale du design vend une ville qui n’existe pas et qui n’est pas la nôtre. Elle n’inonde en rien la vraie vie et n’est qu’une vitrine. Ce n’est pas avec un événement international que les stéphanois-e-s auront une plus belle vi(ll)e.

Publié le 18/03/2019
ANALYSES ET RÉFLEXIONS   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Design et raffiné

La municipalité de Saint-Étienne a fait de « l’expérience design » l’axe de sa promotion de la ville. Le design a sa biennale, il a aussi eu son pavillon FrenchTech DesignTech© à l’automne dernier. Décryptage de cette opération de communication sous la forme d’un récit, partial et partiel, de ces mondanités.

Publié le 10/08/2018
ANALYSES ET RÉFLEXIONS   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Saint-Étienne : Privilégier l’image ou la vie des habitant-es ?

Christelle Morel Journel et Valérie Sala Pala sont enseignantes-chercheuses à Saint-Étienne. Dans un récent article, elles décryptent les discours tenus sur la ville. Un premier, misérabiliste, insiste sur le dépeuplement et la pauvreté ; un second, à l’opposé, dépeint une métropole innovante et attractive. Un autre discours, qui ne chercherait ni à stigmatiser Saint-Étienne ni à en faire un produit à vendre, reste à imaginer. Rencontre.

Publié le 1er/07/2018
ANALYSES ET RÉFLEXIONS   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Ruines vs buildings

« Châteaucreux, quartier d’affaires » disaient-ils déjà il y a 15 ans… Habitant près de la gare, je me demande encore de quel chapeau est sortie cette idée bien cocasse. Au Crêt-de-Roc, 30 à 40 % du bâti est vacant. À Saint-Étienne, ce pourcentage avoisine en moyenne les 20 % soit environ 10 000 logements vacants. À côté de ça, l’EPASE continue de lancer des chantiers de construction de studios, d’appartements, d’hôtels grand standing. À qui la faute ? Cet article propose de survoler les acteurs de l’immobilier à Sainté.

Publié le 17/06/2018
ANALYSES ET RÉFLEXIONS   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Classe créative ?

Saint-Étienne, ville design, innovante, dynamique, créative, la rengaine est maintenant connue. Ce qu’on sait moins, c’est que c’est un modèle à part entière, développé dans les années 90 aux États-Unis et dont l’un des gourous se nomme Richard Florida. C’est à lui qu’on doit le concept fourre-tout de « classe créative » qui fait baver les édiles de notre belle commune.

Publié le 20/05/2018
ACTUALITÉS   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Fais pas STEEL !

[Les dossiers COUAC]
Gaël Perdriau, désireux de proposer une nouvelle image de l’entrée de la ville en arrivant de Lyon, a validé le projet de construction d’un gigantesque centre commercial baptisé STEEL (acier en Anglais). Étrange, lorsque l’on sait que la zone concernée (Pont de l’âne-Monthieu) ne devrait bientôt plus accueillir que quelques automobilistes égarés, ayant perdu le chemin de la divine A45.

Publié le 21/02/2017
ACTUALITÉS   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

L’empathie de la non-vie, Design-on l’ennemi

La biennale du Design 2019 arrive à grands pas et on commence à se prendre en pleine face le rouleau compresseur communicationnel de la mairie. Pour tenter d’y résister, voici un texte écrit suite à la huitième édition de la biennale du Design de Saint-Étienne en mars 2013 par le feu collectif Murmures-Manuela Rodriguez.

Publié le 22/07/2013

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Restructuration et rentabilité statistique à travers la gestion pandémique
Publié le 29/05/2020

Petit argumentaire juridique pour justifier d’aller voir un.e proche incarcéré.e à plus de 100 kilomètres de chez soi
Publié le 25/05/2020

25 mai 1973 : fin de la grève des sans-papiers tunisiens
Publié le 25/05/2020

Saint-Etienne ville cosmopolite, prolétaire et solidaire !
Publié le 24/05/2020

On ne veut pas moins, on ne veut pas autant, on veut plus !
Publié le 24/05/2020

17 juin - Agir contre la réintoxication du monde
Publié le 23/05/2020