Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ANALYSES ET RÉFLEXIONS RÉPRESSION - PRISON
SAINT-ÉTIENNE  
Publié le 23 décembre 2021 | Maj le 28 décembre 2021

Chronique d’une concertation quotidienne (pour quatre adultes et un jeune)


Chaque tranche de la population contient, selon les assignations sociales de l’ordre en place et la logique capitaliste qui y préside, sa partie déviante et improductive, à laquelle s’adresse des dispositifs sociaux particuliers. L’éducation spécialisée – au sens large – prend en charge cette partie de la jeunesse qui ne parvient pas à suivre les parcours de vie « classiques » et à s’intégrer « normalement » dans le champ social. Le texte qui suit est la brève chronique d’une rencontre et d’une séparation dont j’ai été témoin, entre un jeune spécial – dont le nom a évidemment été changé – et un ensemble d’adultes spécialisé.e.s. Si le ou la lecteur-ice se sent attaqué-e, raillé-e ou caricaturé-e, qu’il ou elle sache qu’ici, ce sont bien statuts, rôles et fonctions des protagonistes que cet écrit s’amuse à malmener.

Il est jeune, c’est dommage, a dit la cheffe de service. Et l’éducateur spécialisé a hoché la tête aussi. C’est vraiment dommage, regrettable. Mais là on ne peut plus rien faire, il a mené l’équipe à bout. Puis il n’a bientôt plus l’âge d’être accompagné par le service. Il a cassé des vitres et s’est barré plusieurs jours, plusieurs fois, puis il fume du shit et il a volé des jeux de Playstation. C’est trop. Il fait exploser le cadre. Du coup c’est la fin de la prise en charge spécialisée. Là, ça devient trop spécial en quelque sorte. Un jeune qui fume et qui choure des jeux de playstation c’est trop spécialisé, c’est trop technique. En tous cas ils disent avoir fait beaucoup. Hein Basile, on en a essayé des choses ! Des choses pour ne pas qu’il fume, pour ne pas qu’il casse les vitres, pour ne pas qu’il sorte la nuit, pour ne pas qu’il se batte. Mais rien à faire, tout a échoué, c’est le degré zéro de la réussite.

L’éduc dit qu’ils ont essayé de l’amener devant un addictologue pour le cannabis. Un médecin spécialisé d’une cinquantaine d’années, une longue carrière dans l’accompagnement des jeunes spéciaux et des conduites spéciales. Basile dit que l’addictologue ne comprenait rien à ses histoires. Le sourire empathique de la cheffe de service laisse deviner qu’elle pense précisément le contraire. Que lui, Basile, ne comprend pas bien la situation dans laquelle il est embarqué, qu’il ne maîtrise pas vraiment les tenants et les aboutissants du petit jeu d’être jeune. C’est grave de fumer du cannabis dès le matin à ton âge ! Pour ta santé mais aussi pour ta vie sociale ! Évidemment, de ce point de vue là, ça a l’air extrêmement chiant de comprendre la situation.

Et puis il y a eu toutes ces fugues. La psychologue parle de voyage pathologique. Même pas le privilège d’avoir fait du tourisme. De l’errance sans but, un égarement total et sans motifs apparents. Des départs récurrents pour la Suisse en fraudant le TER jusqu’à Genève, c’est incompréhensible. Et Basile n’en dit pas le moindre mot. C’est le grand marécage de l’incompréhension. Tous les actes de Basile semblent opaques dans leurs bouches. Et, de ne jamais rien comprendre à ce que fait une personne, ça la rend progressivement étrange, lointaine, flippante. J’écoute passivement en tâchant de ne rien retenir de tout ce qui m’est raconté. L’éducateur insiste sur le fait que ça a été très dur pour eux, pour lui, et pour l’ensemble de ses collègues. Il vide son sac. Il a l’air fatigué. L’institution l’a épuisé. Il ne s’adresse plus du tout à Basile qui s’emmerde dorénavant profondément dans cette concertation.

Puis l’équipe éducative a voulu renforcer le cadre, le rendre plus strict. La psychologue ajoute, pour être plus contenant. Et ça a commencé à devenir vraiment difficile à ce moment-là, puis carrément chiant pour tout le monde. La cheffe de service raconte les insultes courantes, les claquages de portes, les coups de poing dans les murs et les frais que tout cela engendre. Basile a clivé l’équipe, c’est à dire qu’il montait les un.e.s contre les autres, racontant que telle éducatrice lui avait accordé le fait de fumer à la fenêtre, que telle autre lui avait autorisé une sortie. Alors sur fond de confusion ça foutait le bordel entre les professionnel.les. Le genre de stratégie qui permet d’avoir un peu la paix j’imagine, mais qui finit évidemment par te foutre tout le monde à dos. Donc toute l’équipe avait quelque chose à lui reprocher. Les reproches étaient de moins en moins professionnels, de plus en plus personnels. Chacun y allait de sa petite déception. Le tableau était cohérent, Basile était un emmerdeur, il avait importuné le dispositif par tous les bords, il le faisait craquer. La fin de la prise en charge annonçait un peu de repos à l’équipe, à l’institution. On te souhaite le meilleur pour la suite !

Basile avait fait son travail de jeune spécial, et eux avaient tenu coûte que coûte le rôle d’adultes spécialisé.e.s dans la jeunesse spéciale. Tout le monde avait joué le jeu, et c’était le jour des adieux. Tout ça avait l’allure d’une belle foirade. Basile ne souhaitait plus parler à personne, et ne dit au revoir à aucun.e éducateur.trice. L’équipe nous faisait de petits signes de la main sur le parking lorsque nous nous éloignions. Je me demandais comment je me serais démerdé à leur place. Est-ce vraiment un métier de passer plusieurs années aux côtés de quelqu’un pour finir par ne même pas se dire au revoir ? Au nom de quoi les éducateurs deviennent des gens à qui l’on n’a même pas envie de dire au revoir ? Quelques jours plus tard, je tombais sur un livre de Fernand Deligny, Les enfants ont des oreilles, où l’auteur s’adresse aux éducatrices et éducateurs de son temps. Il leur dit :

Vos moindres gestes, vos moindres intentions ne sont qu’un reflet de ce « pour-ne-pas » (pour ne pas qu’ils mentent, pour ne pas qu’ils cassent) qui vous obsède et justifie votre fonction dont vous tirez peu de consolations car elle est piteusement rémunérée. Nous, les autres, on ne vous en veut pas. Au contraire. Nous puisons une partie de nos forces dans votre rancune à notre égard. Nous savons bien qu’il nous faut servir de paratonnerre aux agressivités qui s’amènent derrière les fonts bosselés poussées par les vents réguliers de huit et de quatorze heures. Mais, somme toute, on est content que ça soit difficile et si on supporte mal les taudis, la misère et la prétention rengorgée de certains parents, les gosses, quels qu’ils soient, sont nos amis.

P.-S.

Article paru dans le Couac n°12, au printemps 2021.


Proposé par Couac
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En complément...

ACTUALITÉS   RÉPRESSION - PRISON

Quand le ministère de la Justice prône l’éducation

Le Couac a eu vent d’une résistance à l’implantation d’une structure (éducative) et pénale sur la commune de Saint-Genest-Malifaux. Intriguées par cette opposition, deux de nos canetons sans carte de presse sont parties à la rencontre des argumentaires de terrain, des valeurs politiques, du sens moral et des enjeux de société se cachant derrière le projet de construction d’un Centre éducatif fermé. Article paru dans le numéro 12, au printemps 2021.

Publié le 16/12/2021
ACTUALITÉS   RÉPRESSION - PRISON

« Bandit, voyou, voleur, chenapan » - au secours Prévert, ils sont devenus fous

Le nouveau Code de Justice pénale des Mineurs (CJPM) est entré en vigueur ce 1er octobre après un parcours législatif express, nouveau passage en force. À Clermont-Ferrand, ce 30 septembre le Comité « Justice des mineurs » du 63 a organisé un rassemblement devant le tribunal. Réveille-toi Prévert, ils sont devenus fous !

Publié le 13/12/2021
ACTUALITÉS   RÉPRESSION - PRISON

Jeunesse et éducation enfermées

Le Numéro Zéro s’essaie à une nouvelle formule : le dossier thématique. On commence autour de la thématique « Jeunesse et éducation enfermées ». La question est d’actualité, avec (notamment) l’entrée en vigueur le 30 septembre dernier du nouveau « Code de la justice pénale des mineurs ».

Publié le 5/12/2021

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

Lire aussi dans COUAC

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Soirée Brigades de solidarité
Publié le 20/01/2022

Connaître l’extrême-droite pour mieux la combattre #16. Civitas
Publié le 20/01/2022

Terre et capital
Publié le 20/01/2022

Connaître l’extrême-droite pour mieux la combattre #15. Les Patriotes
Publié le 18/01/2022

« Moi, ils m’ont servi à rien »
Publié le 17/01/2022

[Riseup] Soutenez les alternatives radicales !
Publié le 15/01/2022