Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS RÉPRESSION - PRISON
SAINT-ÉTIENNE  
Publié le 21 mai 2020

Témoignage d’une interpellée du 11 mai


Couac a reçu le témoignage d’une personne interpellée à l’occasion du rassemblement pour déconfiner nos peurs et nos colères, le lundi 11 mai sur la place Chavanelle. Nous relayons ici son témoignage.

Le confinement, j’ai pris ça au sérieux. Faut dire que c’était plutôt facile pour moi. Un toit et 50 m2 en dessous, pas d’enfants à nourrir et à occuper, du chômage partiel, du temps et bien sûr l’immunité de naissance : je suis blanche. Pas de contrôle en près de deux mois.

Mais j’ai pas mal ruminé le mépris constant du gouvernement : du « on ne cèdera sur rien » au #restezchezvous deux jours plus tard, les déclarations grotesques sur l’inutilité de porter des masques (parce qu’il n’y en a même pas assez pour les travailleuses obligées de bosser). Celle qu’on nomme indiscipline irresponsable en Seine-Saint-Denis devient désir irrépressible de prendre le soleil passé le périf’, à Paris, en bord de Seine. La santé pour tous, "quoi qu’il en coûte", se transforme en heures supplémentaires, congés en moins, pour le personnel soignant et la plupart des salariés. Et le discours guerrier ridicule d’un gouvernement qui renforce notre vulnérabilité face au virus en cassant méthodiquement les services de santé publics.

J’avais hâte de partager ma colère, de hurler que le virus révèle l’inefficacité et la violence du modèle libéral (y’a qu’à voir le nombre de morts et les situations de précarité et d’inégalités extrêmes au Royaume-Uni et aux Etats-Unis).

Alors je suis sortie de chez moi, le 11 mai, ramollie mais remontée pour retrouver d’autres énervées. On s’est fait arrêter. Une dizaine de personnes. Les policiers nous annoncent un simple contrôle d’identité. En réalité, on repart avec une amende de classe 4, 135 euros, pour regroupement de plus de 50 personnes.

Pourtant ce jour-là, sur la place, on était par petits groupes, on était masquées, on était surtout plus à distance les unes des autres que tous les jours dans les transports en commun, sur une chaine de production, dans une salle de classe, dans un open-space ou dans un super-marché.

Tout ce qui n’est pas obligatoire (travailler, aller à l’école, consommer) semble interdit. Les espaces où l’on peut s’exprimer sont supprimés, les manifestations interdites. J’ai été verbalisée ainsi qu’une dizaine de personnes le 11 mai, d’autres l’ont été le 1er mai [1], d’autres le 16 mai, et nous le serons encore.

Pendant le confinement, des collectifs ont su s’organiser pour répondre à l’isolement par la solidarité et à l’autoritarisme par l’autogestion. C’est le cas, par endroits, à Sainté. Mais comme beaucoup, aujourd’hui, je me sens inutile et dépassée. J’ai besoin de trouver de la force auprès d’autres, d’inventer collectivement des moyens d’agir pour refuser ce qui arrive et qui n’est pas nouveau – l’individualisation des problèmes comme des solutions, l’austérité, la poursuite de la casse des services, du mépris, et de la répression – et donc, de multiplier les rassemblements dans tous les espaces qui pourront s’y prêter.

Notes

[1Cf. à ce sujet, le "Communiqué de la CNT 42 : 1er mai 2020, joie et répression" (note de Couac).


Proposé par Couac
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En complément...

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans COUAC

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Atelier Google : “évangélisation” en freelance
Publié le 30/05/2020

Restructuration et rentabilité statistique à travers la gestion pandémique
Publié le 29/05/2020

Petit argumentaire juridique pour justifier d’aller voir un.e proche incarcéré.e à plus de 100 kilomètres de chez soi
Publié le 25/05/2020

25 mai 1973 : fin de la grève des sans-papiers tunisiens
Publié le 25/05/2020

Saint-Etienne ville cosmopolite, prolétaire et solidaire !
Publié le 24/05/2020

On ne veut pas moins, on ne veut pas autant, on veut plus !
Publié le 24/05/2020