Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / RÉPRESSION - PRISON
INFOS GLOBALES  
Publié le 2 décembre 2004 | Maj le 26 avril 2020 | 1 complément

Liberté pour Thyde et Jean-Marc ! 2 camarades de la FA arrêtés pour « complicité dans une entreprise terroriste »


« Oui, nous avons hébergé un »terroriste« de trois ans »
Ce matin du mardi 30 novembre 2004, Thyde Rosell et Jean-Marc Raynaud ont été arrêtés par le SRPJ de Poitiers mandaté par la division nationale anti-terroriste (DNAT) dans le cadre d’une enquête sur complicité dans une entreprise terroriste.

Thyde Rosell et Jean-Marc Raynaud militent depuis près de 30 ans à la Fédération anarchiste et animaient depuis des années le centre éducatif libertaire Bonaventure sur l’île d’Oléron.
Dans le cadre de Bonaventure, puis à titre personnel ils ont accueilli un enfant « sans papiers » de 3 ans aujourd’hui âgé de 8 ans. Ils assument parfaitement cet acte et ils le revendiquent dans le texte joint ci-dessous.
Ce jeune garçon s’est avéré être par la suite l’enfant de Mikel Albizu, dit Antza, et sa compagne Soledad Iparraguirre Genechea, alias Anboto, deux militants clandestins de l’ETA arrêtés le 3 octobre dernier.
Des perquisitions ont été ordonnées au domicile de Thyde et Jean-Marc ainsi que dans les locaux de Bonaventure. Au cour de la journée, Jean-Marc Raynaud a du être hospitalisé.
La garde à vue peut se prolonger jusqu’à 96 heures sans qu’aucune information sur la procédure judiciaire ni sur l’état physique et moral de nos deux camarades ne puissent nous parvenir.

La Fédération anarchiste apporte son soutien total à Thyde et Jean-Marc ainsi qu’à leur famille et à leurs amis dans cette épreuve.
La Fédération anarchiste exige leur libération immédiate et l’arrêt de la procédure judiciaire.
La Fédération anarchiste s’inquiète de la criminalisation croissante de l’action politique et syndicale ainsi que des actes d’entraide envers les sans-papiers et toutes les victimes de cette société qui broie les individus.
La solidarité et l’entraide ne sont pas des crimes, mais une pratique et un devoir nécessaire et légitime entre les opprimé-e-s dans leurs luttes contre l’oppression et la domination.
Fédération anarchiste, le 1er décembre 2004

Transmis par le Secrétariat aux Relations Extérieures de la Fédération Anarchiste
145 rue Amelot 75011 Paris
relations-exterieures(a)federation-anarchiste.org
www.federation-anarchiste.org

Oui, nous avons hébergé un « terroriste »... de trois ans !

Quand vous lirez ces lignes, nous serons en prison. Pour quelques jours.
Quelques semaines. Quelques mois. Quelques......

Notre « crime » ?

Avoir fondé et animé une école libertaire. Bonaventure. Y avoir accueilli, sans formalité, des enfants de tous horizons (même des mômes de cathos, c’est dire). Et nous être pris d’affection pour un petit bout en perdition au point de l’avoir accueilli chez nous pendant deux ans et demi. De cela, qui remonte maintenant à plusieurs années, on nous fait aujourd’hui reproche.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que le petit bout en question s’est révélé être le fils d’un couple de militant d’ETA arrêté il y a quelques semaines. Est-t-il besoin de le préciser, nous ignorions ce détail.
Est-t-il également besoin de préciser (les parents s’étant présentés à nous comme ayant des problèmes de « papiers » [1], nous avions quelques doutes sur les véritables motivations de la demande de scolarisation et d’accueil qui nous était faite. Est-il, enfin, besoin de préciser : nous assumons pleinement le fait de scolariser, d’éduquer et d’accueillir tous les petits bouts du monde en détresse sans nous enquérir de l’identité ou des motivations de leurs parents.

Cékomça !

Parce que nous pensons que les enfants ne sont pas responsables de leurs parents [2], seul nous importera toujours leur regard noyé de brume. Car, enfin, quoi ?
Une école libertaire pourrait-t-elle ne pas être une terre d’asile sans perdre son « âme » ?
Des libertaires qui n’ouvriraient pas en grand leur porte et leur coeur à des enfants en détresse d’instruction, d’éducation et d’amour, pourraient-t-ils être autre chose que des gribouilles ? On s’en doute, ce genre de discours est complètement incompréhensible pour les Autorités comme pour le citoyen lambda.
Pour tout ce petit monde, on n’accueille pas pendant deux ans et demi (et ensuite, de temps en temps, pendant les vacances), un môme de terroristes sans faire, plus ou moins partie de la confrérie.

A quoi bon, donc, leur expliquer, en plus, que les luttes de libération nationale visant à instaurer un nouvel Etat, avec de nouveaux patrons et de nouveaux maîtres, ne sont pas vraiment la tasse de thé des anarchistes. Que le mythe d’une soit disant lutte armée opposant quelques frondes à des missiles Tomahawk confine, pour nous, au grotesque. Que l’assassinat à la petite semaine de quelques seconds couteaux, fussent-ils flics ou militaires, est pour les anarchistes, une véritable insulte à la morale universelle et à l’intelligence politique. Et que, pour ces raisons, il est tout simplement impensable que nous puissions fricoter avec certaines conceptions d’une révolte à laquelle, par ailleurs, nous ne contestons pas une certaine légitimité.
Si on ajoute à cela que l’air du temps est à la criminalisation de tout comportement un tant soit peu « dissident », il est donc clair que nous avons le profil politico médiatique pour être mis au pilori. C’est de bonne guerre. Sociale.

Reste que le monde sera toujours divisé en deux. Avec, d’une côté, ceux qui, pendant la deuxième guerre mondiale, ont accueilli les petits juifs et autres (les Israéliens les ont appelés « les juste »). Et, de l’autre, ceux qui ont organisé (ou participé) à la Rafle du Vel d’Hiv et la déportation de ces mêmes enfants.
Avec, d’un côté, ceux qui, chez nous, à l’Ile d’Oléron, ont organisé (ou participé à ) en 1941 le renvoi chez les fascistes espagnols d’une cinquantaine d’enfants de républicains basques qui étaient venus, en bateau, après la défaite, se réfugier au pays de la révolution et des droits de l’homme. Et, de l’autre, de simples gens comme nous qui seront toujours terre d’asile pour tous les enfants du monde.

Dans ces conditions, on voudra bien nous pardonner, à défaut d’avoir choisi le chemin de l’honneur, d’avoir, du moins, refusé de prendre celui du déshonneur.
Etre libre ou se reposer, disait déjà un poète antique.
Telle est et sera toujours la question.
Alors oui, nous avons hébergé un « terroriste » de trois ans. Nous lui avons appris à lire et à écrire. Nous lui avons même transmis nos valeurs de liberté, d’égalité, d’autogestion et d’entre aide. Nous lui avons enseigné que les charentais comme les basques, étaient avant tout des citoyens du monde. Et nous l’avons simplement aimé comme un petit bout d’être humain en mal de tellement de choses. Et nous persistons à ne pas avoir honte de tout cela. On t’embrasse fort, la petite grenouille.
Garde bien tes petites mains serrées sur ces petites pierres de rêve auxquelles tu t’accrochais quand tu avais le blues de papa-maman. Les histoires des grands n’empêcheront pas toujours que tu puisses vivre la tienne sereinement.
Nous t’y aiderons de toutes nos forces et de tout notre coeur.

On t’aime.
Le 20 octobre 2004.
Jean-Marc Raynaud Thyde Rosell

Notes

[1En septembre 2004, l’Inspection Académiques de Rennes, sur demande de la police de l’air et des frontières a envoyé aux directeurs(trices) de l’école un courrier pour retrouver la présence d’un enfant, sans mentionner le motif de la recherche. Un directeur a répondu. Et c’est ainsi qu’un enfant de sans papiers s’est retrouvé en centre de rétention. En octobre 2004, l’Inspection Académique de La Rochelle, sans davantage mentionner de motif, a carrément relayé un message de la police recherchant notre petit protégé. Et là encore, il y eut une réponse. D’où notre situation présente.

[2La charte de Bonaventure commence par : Qu’ils soient le « fruit » du hasard, de l’habitude, de l’erreur, de l’ignorance ou de l’amour, les enfants ne choisissent jamais de vivre. Dans ces conditions...


Proposé par silvain
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 complément

  • Commuiqué de la CNT :
    Tyde Rosell et Jean-Marc Raynaud, nos camarades, doivent être libérés immédiatement

    Tyde Rosell et Jean-Marc Raynaud, militants et enseignants de l’Education Nationale comme de l’école libertaire « Bonaventure », ont été placés en garde à vue hier, mardi 30 novembre 2004.

    La police les accuse d’avoir accueilli et hébergé entre 1998 et 2001, au sein de l’école Bonaventure puis à leur domicile, un enfant, 8 ans à ce jour, enfant dont les parents ont été arrêtés le 3 octobre dernier.

    Comme tous les enfants du monde, cet enfant ne peut pas, fort heureusement, répondre des activités de ses parents, militants très actifs au sein de l’organisation séparatiste basque ETA.

    Pourtant, c’est au regard de cette irresponsabilité juridique de l’enfant, jamais tenu pour responsable de ses parents, que le couple Rosell et Raynaud vient d’être interpellé et gardé à vue.

    A l’heure où nous écrivons, nous savons que Tyde Rosell ne sera pas libérée avant vendredi prochain. Quant à Jean-Marc Raynaud, victime d’un malaise cardiaque, il est sorti de l’hôpital, le médecin ayant jugé que son état de santé était de nouveau compatible avec la garde à vue. Cependant, la police refuse de communiquer des informations à son sujet.

    La CNT tient à apporter tout son soutien à Tyde Rosell et Jean-Marc Raynaud, victimes des lois liberticides de Sécurité Intérieure (LSI), précédées de celles pour la Sécurité Quotidienne (LSQ). Sous prétexte de lutter contre le terrorisme, ces lois ont réduit de manière inquiétante les libertés individuelles. Elles attaquent tout aussi gravement les droits fondamentaux des enfants, inscrits jusque-là dans la loi française, mais pour combien de temps encore ?

    En effet, Jean-Marc Raynaud et Tyde Rosell n’ont fait que leur devoir d’enseignants ; scolariser un enfant, indépendamment de la situation administrative et des activités de ses parents.

    Enfin, la CNT s’inquiète des dérives sécuritaires qui poussent les personnels de l’Education Nationale à collaborer avec la police, pour dévoiler l’identité des enfants qu’elle scolarise. Ces pratiques, qu’on pensait à jamais révolues, ne sont pas sans nous rappeler les périodes les plus sombres de l’Etat français, officiellement désavoué par les plus hautes autorités de la République.

    La CNT appelle les enseignants à résister à ce genre de pratiques, qui portent gravement atteinte au droit des enfants.

    Tyde Rosell et Jean-Marc Raynaud, nos camarades, doivent être libérés immédiatement.

    Paris, le 1er décembre 2004

    Confédération Nationale de Travail
    Bureau Confédéral
    Secrétariat médias
    medias chez cnt-f.org

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

Lire aussi dans MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Lire aussi dans INFOS GLOBALES

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

À propos d’Abdelhakim Sefrioui et du collectif Cheikh Yassine
Publié le 20/10/2020

La veille du couvre-feu les expulsions de squats se sont multipliées
Publié le 20/10/2020

20 octobre 1921 : mort de Charles Flageollet à Saint-Étienne
Publié le 20/10/2020

Terreur et récupération
Publié le 19/10/2020

Vidéos des débats contre la 5G à Lyon le 19 septembre 2020
Publié le 19/10/2020

Retour sur la manifestation du 17 octobre à Lyon
Publié le 19/10/2020