Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS CAPITALISME - GLOBALISATION / MOBILISATIONS - LUTTES / RÉPRESSION - PRISON
LA TALAUDIÈRE  
Publié le 24 juin 2003 | Maj le 22 mai 2020 | 1 complément

JOSE BOVE : Rassemblement mardi 24 juin 2003 à 20h, devant la prison de la Talaudière.


Attac-Loire avec la Confédération paysanne de la Loire, et avec tous ceux (mouvements et particuliers) qui voudront bien relayer cet appel... appellent toutes les forces citoyennes de Loire-Sud choquées par ce nouvel avatar de l’ordre libéral-punitif (voir ci-desous), à participer à un « SIT-IN » ce Mardi 24 juin à 20h00 devant la prison de La Talaudière à côté de St-Etienne

NB : « Au cas où les forces de l’ordre nous empêcheraient d’approcher le site, le rendez-vous serait fixé sur le »parking des abattoirs« (rue Salvador Allende) »

VENEZ NOMBREUX, FAITES VENIR, relayez ...

Prévoir de faire un peu de bruit, pour répondre à Dominique Perben qui aurait déclaré sur TF1 : « José Bové a détruit dix ans de travail scientifique destiné à aider le tiers monde » (sans doute de quoi réconcilier ce gvnmt avec G. Bush qui avait accusé l’Europe d’affamer le tiers monde en refusant les OGM...)

Pour Attac-Loire : M.C.


Communiqué d’Attac-France

Libération sans condition de José Bové !

Après avoir défoncé la porte de sa maison, dimanche 22 juin à 05h30 du matin, 80 gendarmes munis de gilets pare-balles et de mitraillettes, appuyés par des blindés, ont passé les menottes à José Bové alors qu’il était encore au lit. Jeté dans un hélicoptère, il a été transféré à la prison de Villeneuve lès Maguelone, près de Montpellier.

José Bové est aujourd’hui en prison pour avoir légitimement attiré l’attention sur les dangers des OGM (organismes génétiquement modifiés). Attac rappelle que l’Union européenne a précisément décidé d’un moratoire - attaqué par les USA - contre toute importation d’organismes génétiquement modifiés. C’est donc bien qu’il y a danger !

Ce sont les OGM qu’il faut mettre en prison, et non José Bové !
José Bové n’est ni un assassin, ni un truand. Il n’est lié à aucune affaire trouble, de moeurs ou autre.
José Bové est un militant.
Mais aujourd’hui, alors que les grands délinquants de la finance, de la drogue, de la corruption, des trafics d’arme, les assassins de préfet courent toujours, ce sont les syndicalistes que l’on met en prison !

Attac condamne fermement de telles méthodes qui sont inacceptables et odieuses dans un pays démocratique.
José Bové avait été condamné à 10 mois de prison ferme pour avoir simplement détruit des plants de maïs et de riz transgénique à Agen et Montpellier.

L’attitude du gouvernement s’explique par les échecs politiques persistants qu’il rencontre. Mal élu (avec seulement 27% des voix de la population en âge de voter), le Président de la République, lui-même mêlé à des affaires, ne parvient pas à imposer la libéralisation accélérée de notre société comme en témoigne le rejet majoritaire des citoyens à sa tentative de destruction des retraites.
La répression, l’intimidation et la diversion sont alors toujours les armes classiques utilisées par les gouvernements en difficulté.

Attac exige avec force la libération sans condition de José Bové.
Attac appelle à des rassemblements, dimanche 22 juin, à 18h00, devant les préfectures et sous-préfectures (à 18h00 devant la prison de Villeune-lès-Maguelones près de Montpellier).
Attac appelle à des rassemblements, lundi 23 juin, à 18h00, devant les maisons d’arrêt et les tribunaux (à 18h00 devant le Palais de justice à Paris).
Attac va prendre contact, dans les jours qui viennent, avec toutes les organisations soucieuses de préserver la démocratie et les libertés dans notre pays.

Attac, le 22 juin 2003


CONFEDERATION PAYSANNE

Communiqué de presse

Incarcération du Porte-parole de la Confédération paysanne

Depuis ce matin, José Bové, Porte-parole de la Confédération paysanne, est incarcéré. Alors qu¹il avait annoncé être à la disposition de la justice sur sa ferme au Larzac, les forces de l¹ordre ont procédé à une véritable opération commando pour l¹interpeller, un dimanche matin, à l¹heure du laitier. Ce militant syndical a-t-il commis des actes graves ? Avec d¹autres paysans et citoyens, il a eu l¹audace de conduire des actions syndicales pour sensibiliser l¹opinion publique sur les risques OGM dans l¹agriculture et l¹alimentation, une technologie refusée par plus de 70% des consommateurs français et européens pour les risques écologiques et sur la santé. La condamnation à 10 mois de prison ferme dont a fait l¹objet José Bové a suscité, à juste titre, une très large réprobation en France et dans le monde, puisque des centaines de milliers de gens ont réclamé la grâce présidentielle en sa faveur ; initiatives auxquelles s¹ajoutent de nombreuses prises de position publiques de la part de responsables syndicaux et politiques, d¹artistes, de scientifiques, d¹intellectuels, sans oublier 850 maires ruraux dont une délégation se présentera jeudi 26 juin devant le Palais de l’Elysée à Paris.

Les conditions révoltantes de l¹interpellation de José Bové ajoutent à ce vaste sentiment d¹injustice.

Le gouvernement Raffarin dévoile une fois de plus son vrai visage et révèle à nouveau qu¹il choisit de défendre le monde de l¹argent et des affaires au détriment du bien commun et des libertés syndicales.

Le Président de la République est désormais placé devant un choix entre les actes de son gouvernement et les propos publics qu¹il a tenus récemment. Par exemple, au récent Sommet du G8 où il a déclaré que « la liberté d¹expression et de manifestation est un droit en démocratie ». Ou encore, au récent rassemblement mondial des jeunes agriculteurs, où, à propos des OGM, il a clairement invoqué le principe de précaution et dénoncé les risques de dépendance pour les paysans du monde.

La Confédération paysanne, ainsi que les organisations paysannes membres de Via Campesina, appellent chacune et chacun à exprimer, par tout moyen non violent de son choix, sa profonde réprobation contre l¹incarcération de José Bové, Porte parole de la Confédération paysanne.

Contacts : Brigitte Allain : 06.82.07.43.10
Nicolas Duntze : 06.77.74.86.49
Jean Emile Sanchez : 06.70.57.68.26
Hubert Caron : 06.87.61.48.10
Marie-Hélène Chancelier : 06.72.72.16.61
Confédération paysanne nationale : 01.43.62.04.04


SYNDICAT de la MAGISTRATURE
Le 22 juin 2003

COMMUNIQUE SUR L’INCARCERATION DE JOSE BOVE

José Bové a été incarcéré le dimanche 22 juin à la prison de Villeneuve les Maguelonnes, en application d’une condamnation à 10 mois d’emprisonnement pour dégradations volontaires (arrachages de plantes transgéniques).

Les méthodes employées pour l’arrestation d’un paysan opposé aux OGM (organismes génétiquement modifiés) sont dignes du grand banditisme : Arrestation à 6 heures du matin pendant son sommeil, fracture de la porte de sa ferme, transport en hélicoptère jusqu’à la prison. Apparemment, pour le Ministre de la Justice, J. Bové est devenu l’ennemi public N°1 !

Ces procédés s’inscrivent dans une politique de pénalisation du mouvement social et de la contestation : Des dizaines d’enseignants ont été pourchassés par la police lors de la manifestation du 10 juin place de l’opéra, à Paris, et placés en garde en vue ; les grévistes vont se voir imposer, sans aucun échelonnement et pour la première fois depuis 20 ans, des retenues d’un mois et demi de salaire, afin de « payer » leur opposition à la réforme des retraites. Lundi 23 juin, comparaîtront à 13h. devant le tribunal correctionnel de Bobigny, 3 passagers d’un vol Paris/ Bamako, qui ont simplement voulu photographier des policiers menottant des étrangers expulsés. Ces 3 passagers (2 membres d’une association humanitaire, et un responsable de la confédération paysanne), ont été placés 20h en garde à vue et sont poursuivis « pour entrave à la circulation d’un aéronef »(!). Ils risquent 5 ans de prison.

Cet acharnement pénal est diligenté par les parquets à l’égard des « délinquants de la solidarité », qui contestent des choix de société fondamentaux pour l’avenir, comme les cultures transgéniques ou la construction d’une Europe forteresse rejetant les étrangers.

La sévérité des poursuites à l’encontre des « contestataires »a pour corollaire une justice d’une extrême lenteur et d’une grande clémence à l’égard des puissants : Alors que J.Bové est jeté en prison, JC Trichet, ex-gouverneur de la Banque de France, est relaxé le 18 juin, et nommé, deux jours après, président de la Banque Centrale Européenne.

Dans l’affaire du Crédit Lyonnais, dont le trou financier vaut largement le déficit virtuel des caisses de retraites, le parquet n’a bien sûr pas fait appel de la relaxe de JC Trichet, sans doute pour ne pas gêner sa réinsertion professionnelle !

Quant aux hauts fonctionnaires et conseillers ministériels de l’affaire du sang contaminé, ils ont eux aussi été relaxés au bout de 15 ans de procédure. Mais soyons sûr que s’il s’était trouvé, à l’époque, un José Bové pour détruire, au centre national de transfusion, les poches du sang mortel pour les hémophiles, il aurait été immédiatement embastillé pour « dégradations volontaires », car qui détruit un oeuf est beaucoup plus criminel que celui qui détourne 10 boeufs.
C’est ce que devra méditer Monsieur Chirac en examinant la demande de grâce que des milliers de personnes lui ont adressée en faveur de J Bové...

SYNDICAT de la MAGISTRATURE
B.P.155
75523 PARIS cedex 11
tel:01 48 05 47 88
fax:01 47 00 16 05
e.mail : syndicat.magistrature chez wanadoo.fr

P.-S.

ORGANISATION : Confédération Paysanne et ATTAC-Loire


Proposé par dom
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 complément

  • José Bové, on est à tes côtés...
    ATTACK 42
    (Taxe Robin = 100%)

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

Lire aussi dans CAPITALISME - GLOBALISATION

Lire aussi dans LA TALAUDIÈRE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Un policier de la BAC de Paris mis en examen pour meurtre
Publié le 28/10/2020

Prison de Latina (Italie) : « Solidarité entre prisonnier.e.s anarchistes ». Un texte de Francesca
Publié le 27/10/2020

Jean Louis Gagnaire ou la raclure la plus zélée du macronisme local
Publié le 26/10/2020

Retour sur la mobilisation Antifasciste à Grenoble du 21 octobre
Publié le 23/10/2020

Contre le projet de fusion des universités et pour le maintien de l’UJM !
Publié le 22/10/2020

À propos d’Abdelhakim Sefrioui et du collectif Cheikh Yassine
Publié le 20/10/2020