Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
SAINT-ÉTIENNE   MOUVEMENT POUR LE LOGEMENT DE TOU’TE’S (2019 - ....)
Publié le 17 novembre 2019 | Maj le 25 avril 2020

Communiqué du collectif des occupants de la Bourse


Au printemps dernier, des centaines de personnes et familles se sont retrouvées sans solution d’hébergement et ont été expulsées successivement de différents lieux dans la métropole stéphanoise. Le collectif des occupants de la Bourse s’est alors constitué pour les soutenir. Rédigé près de huit mois plus tard, un communiqué fait le point sur la situation et les revendications. « À aucun moment, la mobilisation citoyenne ne permettra de résorber le manque de volonté et d’action de nos responsables politiques et administratifs. Il est urgent que davantage de moyens soient utilisés afin d’héberger et d’accompagner dignement les personnes qui en ont besoin. »

À Saint-Étienne, le 9/11/2019,

Depuis l’occupation de la Bourse du Travail au printemps dernier, notre collectif a permis la convergence entre groupes, personnes présentes depuis très longtemps sur le terrain, et de nouvelles énergies concernées ou touchées par cette situation qui ne fait qu’empirer !
Les nombreuses expulsions, laissant les personnes sans solution, et les moments de vie engendrés par ces épreuves ont créé de vrais liens de confiance entre les soutiens et les personnes aidées et mises à l’abri.
Il s’agit de soutenir matériellement, psychologiquement et administrativement les personnes dépourvues de logement dans la métropole stéphanoise.

Où sont passées les personnes de la piscine de la Talaudière

C’est dans ce contexte que la Mairie de la Talaudière a décidé de mettre a disposition gracieusement les vestiaires de son ancienne piscine municipale afin de mettre à l’abri une partie de ces familles sans solution d’hébergement et épuisées par une énième expulsion.
Il avait été convenu avec la Mairie de rendre les lieux à la date du 31 octobre, d’une part pour des raisons sanitaires et de sécurité, et d’autre part par respect mutuel.

Nous avons rendu publique cette date comme un ultimatum posé face aux structures officielles censées prendre ces personnes en charge, et le délai qui en découlait laissait largement aux pouvoirs publics « le temps » de s’organiser et donc de trouver les solutions dignes et durables pour ces personnes.

Si, à la veille de l’ultimatum et à la suite de multiples rendez-vous, une poignée de personnes vivant à la piscine de la Talaudière ont été relogées par la Direction Départementale de la Cohésion Sociale (DDCS), aucune solution n’a été proposée pour les autres.
Finalement, le 31 octobre, les quarante personnes sortant de la Talaudière ont passé la journée devant la Plateforme d’Accueil des Demandeurs d’Asile (PADA) pour demander leur droit à avoir un toit : c’est là que leur adresse postale a été fixée, en vertu du « schéma national d’accueil », qui oriente vers telle ou telle ville les personnes arrivant dans la région.

En vain, et dans l’urgente nécessité de trouver une mise à l’abri pour ces personnes, nous avons organisé des solutions par nos propres moyens, engageant nos propres responsabilités. Les personnes sortant de la Talaudière ont, en grande partie, été mises à l’abri grâce à l’action et la formidable mobilisation des personnes solidaires. Nous ne souhaitons pas rendre public le lieu de cette mise à l’abri afin de préserver l’intimité des lieux et de protéger les habitant-e-s et le voisinage. Ce lieu de mise à l’abri est légal, mais temporaire.

Mais nous rappelons qu’à aucun moment, la mobilisation citoyenne ne permettra de résorber le manque de volonté et d’action de nos responsables politiques et administratifs. Il est urgent que davantage de moyens soient utilisés afin d’héberger et d’accompagner dignement les personnes qui en ont besoin.

Il reste par ailleurs de nombreuses personnes, dont de nombreux enfants, sans hébergement sur Saint-Étienne.

Dysfonctionnements des institutions et répercussions

G. Perdriau l’a assez dit – se dédouanant au passage de toute responsabilité – c’est à l’État d’héberger les personnes en demande d’asile. Mais nous tenons à rappeler à Monsieur le Maire de Saint-Étienne que cela ne l’empêche pas de faire preuve de solidarité, par exemple en évitant de s’acharner juridiquement contre l’occupation de l’ancienne Poste de Solaure, où des personnes ont trouvé refuge au printemps suite aux multiples expulsions ! Ou simplement en respectant l’acte de solidarité concret de la Mairie de la Talaudière !

Mais c’est bel et bien l’État
en signant les accords de DUBLIN
en votant la loi ASILE IMMIGRATION
et par sa politique répressive
qui est le premier responsable de cette situation.

Nous constatons encore une fois une conséquence de la loi asile immigration et de la politique du gouvernement qui consiste à envoyer les personnes au plus près des aéroports, Lyon étant au bord de l’explosion (en témoigne la situation au Collège Maurice Scève, occupé depuis plus d’un an maintenant, et où environ 450 personnes cohabitent !). De même de nombreuses personnes en procédure Dublin se sont vues transférées de Clermont-Ferrand vers Saint-Étienne sans qu’aucun hébergement ne leur ai été réservé.

L’OFII (ou Office Français de l’Immigration et de l’Intégration), rattaché au ministère de l’Intérieur a de multiples missions dont celle de proposer un logement digne et durable à toutes les personnes dublinées ou en demande d’asile. Au lieu de cela, il les repousse à la frontière, leur empêche de bénéficier librement de l’aide financière en limitant son utilisation, quand il ne la supprime pas ou oublie de la verser.
Les dysfonctionnements institutionnels sont graves et ont des conséquences dramatiques au quotidien.

Alors que l’hiver débute à peine, le 115, structure normalement dédiée à la mise à l’abri d’urgence, est déjà complètement débordé. Nous espérons que le Préfet de la Loire n’attendra pas que le thermomètre chute en dessous de -5 °C pour enclencher le plan « grand froid ». Ce dispositif d’hébergement d’urgence pour l’hiver n’a cependant pas vocation à fournir des logements durables, et il s’agit d’un accueil de nuit uniquement .

Mais nous rappelons aussi à Monsieur Evans RICHARD qu’il devrait remplir également ses obligations de solidarité en matière d’inconditionnalité de l’accueil, inscrite dans le code de l’action sociale et des familles !
Et surtout que quelle que soit la température un enfant est vulnérable et donc en danger dans la rue.

Nous sommes bénévoles, solidaires, non pas travailleurs sociaux et encore moins décideurs politiques.
Que les institutions et associations étatisées cessent de penser que nous trouverons des solutions à leur place. Qu’elles cessent d’indiquer nos lieux de mise à l’abri comme des lieux d’accueil.
Ou alors, qu’ils nous donnent les moyens de créer de vrais lieux d’accueil dignes des personnes hébergées et de la détresse dans laquelle ils et elles se trouvent.
À ce jour, et depuis l’hiver dernier, le collectif n’a été reçu ni par la Préfecture, ni par la Mairie de Saint-Étienne, malgré nos nombreuses demandes de rendez-vous. Leurs services ne font pas d’effort pour permettre une nécessaire coopération, et ne se gênent pas pour se reposer sur notre bonne volonté lorsqu’il s’agit de sauver leur image.

P.-S.

Au vu de cette situation, nous avons encore et toujours besoin de votre aide humaine et financière. Une cagnotte sera bientôt mise en ligne pour soutenir cette lutte qui s’annonce longue et coûteuse. Prochaine manifestation pour la journée internationale des droits de l’enfant, mercredi 20 novembre à 16h30, Place du Peuple.


Proposé par Collectif des occupant’es de la Bourse
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans LOGEMENT - SQUAT

Lire aussi dans MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Lire aussi dans MOUVEMENT POUR LE LOGEMENT DE TOU’TE’S (2019 - ....)

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Plusieurs centaines de personnes dans les rues de Saint-Étienne contre les violences policières
Publié le 4/06/2020

Marée humaine devant le tribunal de Paris. Justice pour Adama et toutes les victimes des violences policières et racistes
Publié le 3/06/2020

Gwadloup : Mé 67 dans nos cœurs et nos écrits
Publié le 2/06/2020

Brigade de solidarité : lancement d’une cagnotte en ligne
Publié le 1er/06/2020

La fusion dans l’air du temps universitaire
Publié le 1er/06/2020

Le Progrès scie le mât du journalisme
Publié le 1er/06/2020