Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS LOGEMENT - SQUAT
SAINT-ÉTIENNE   MOUVEMENT POUR LE LOGEMENT DE TOU’TE’S (2019 - ....)
Publié le 11 juin 2020 | Maj le 22 octobre 2020

La mairie de Saint-Étienne coupe l’eau aux occupant.es de la poste de Solaure par « erreur »


Alors que la crise sanitaire n’est pas terminée, la mairie de Saint-Étienne a (en toute illégalité) fait couper l’eau à la trentaine de demandeurs d’asile qui (sur)vivent au squat de la poste de Solaure – un bâtiment occupé depuis avril 2019. La mairie avait lancé une procédure pour expulser les personnes présent.es, cette expulsion avait été rejetée par le tribunal administratif de Lyon..

Résumé des faits publié sur un post FB :

C’est quoi la prochaine étape, on leur coupe l’oxygène ?
Outre le fait que c’est totalement illégal (l’accès à l’eau est un droit fondamental, et la mairie n’est pas propriétaire de l’eau qui est un bien commun vital), c’est une décision totalement irresponsable et inhumaine : au squat vivent des êtres humains : des hommes, des femmes, des enfants, dans des conditions dejà très difficiles ; que va t’il se passer s’ils n’ont plus possibilité de boire, de se faire à manger et de se laver ?
Le maire de Saint Etienne veut-il ajouter à la crise du coronavirus des maladies telles que le typhus ou le choléra qui se développent lorsqu’il n’y a pas d’accès à l’eau ?
Les squats ont bien arrangé tout le monde pendant le confinement, permettant à de nombreuses personnes en très grande précarité de rester confinées sans que ça coûte 1€ à la collectivité.
Les bénévoles n’ont pas cessé d’être présents à leurs côtés durant toute cette période.
Voilà comment leur engagement désintéressé est valorisé par le maire de Saint Etienne, vice-président des « républicains » !
On est également en droit de se demander si derrière cette décision brutale et inhumaine, ne se cache pas une volonté du maire de Saint-Étienne de récupération des voix des électeurs du « rassemblement » national.
Édit : Après moult rebondissements, l’eau a finalement été partiellement rétablie en fin d’après-midi (branchement temporaire avec un tuyau à nu tiré depuis un robinet dans la rue, espérons que ça ne restera pas en l’état pendant plusieurs jours !)
D’après la mairie elle-même, il s’agirait d’une lamentable « erreur », les personnes qui auraient donné l’ordre ne savaient pas que les lieux étaient occupés. On peine pourtant à croire que des techniciens aient pris d’eux-mêmes cette initiative sans ordre de leur hiérarchie !
Les habitants du squat se sont sentis très humiliés, ils ne comprennent pas pourquoi on s’acharne sur eux alors que leurs conditions de vie sont déjà très difficiles. Ils ont souhaité faire un courrier très émouvant qui sera envoyé demain aux médias.


Proposé par _
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans MOUVEMENT POUR LE LOGEMENT DE TOU’TE’S (2019 - ....)

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

Lire aussi dans LOGEMENT - SQUAT

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Jean Louis Gagnaire ou la raclure la plus zélée du macronisme local
Publié le 26/10/2020

Retour sur la mobilisation Antifasciste à Grenoble du 21 octobre
Publié le 23/10/2020

Contre le projet de fusion des universités et pour le maintien de l’UJM !
Publié le 22/10/2020

Collecte commune Brigades de solidarité Green Angels Solidarité
Publié le 22/10/2020

À propos d’Abdelhakim Sefrioui et du collectif Cheikh Yassine
Publié le 20/10/2020

La veille du couvre-feu, les expulsions de squats se sont multipliées
Publié le 20/10/2020