Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ANALYSES ET RÉFLEXIONS URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT
SAINT-ÉTIENNE  
Publié le 19 août 2017 | Maj le 23 avril 2020

L’expérience design ? Notre ville n’est pas votre laboratoire…


Alors que se tenait la Biennale du design, Couac a souhaité publier cette tribune d’un habitant du quartier Jacquard, qui fait écho à la précédente édition de l’événement. Elle avait pour thème en 2015 « Les Sens du Beau ».

La grande foire au design est de retour à partir du mois de mars. Un mois de consensus local acheté à coup de CDD précaires, d’heures d’intermittences, de subventions associatives dans un contexte de pénurie d’emplois, de précarité et d’assèchement des ressources des assos. Un consensus gagné grâce à la nécessité pour certainEs de garnir un tant soit peu des poches trop vides. La Biennale. Celle de 2015 est la première dans laquelle j’ai baigné en tant qu’habitant stéphanois. Et il y a deux ans, j’ai été pour le moins chanceux, mon quartier abritait un de ses antres : le « B.E.A.U. », Bureau Éphémère d’Activation Urbaine du quartier Jacquard. Les expériences de l’équipe de la Cartonnerie [1], léchant la main de l’E.P.A.S.E. [2] qui l’a fait naître, s’étalaient partout dans les rues alentour. Des vitrines vacantes, repeintes en couleurs rutilantes et fluo (il faut que ça se voie), abritaient une bonne dizaine de mascarades de projets participatifs, multiculturels et citoyens. Tous ces mots vidés de leur sens depuis qu’ils sont indispensables à tout dossier de subvention payant. Car l’adhésion était plus que partielle. Ce ne sont pas les habitants de mon quartier que j’apercevais à travers leurs vitrines... Et Jacquard vivait bien, avant leur « réhabilitation ». Quatre marchés par semaine à l’ambiance plus que métissée, des enfants grouillants balle au pied sur la place à 16h, les habituéEs du café-terrasse infini. La vie quotidienne, quoi. Ramener de l’activité et du lien semblait pourtant être l’objectif affiché par le très artistique concept du B.E.A.U.

Dans les faits, le projet semblait ignorer jusqu’à l’existence du mot sociologie : le journal qu’illes ont publié pour l’occasion l’a bien prouvé, ne parlant que d’urbanisme, de propreté et d’un vivre ensemble flou. Ni origine sociale ni origine culturelle n’apparaissaient au fil de ses lignes, détaillant les objectifs de l’opération. Ce projet a consisté notamment en des performances théâtrales douteuses avec des imitations pastiches d’une visite de musée à travers les rues et le marché, en mode Festival d’Aurillac. Décalage : cela donnait un public bobo, souvent anglophone car international, observant la vie des « populations issues de l’immigration » rassemblées là et faisant leurs courses au rabais des grossistes. Rappelons que j’ai eu l’impression d’être un animal dans un zoo. Et concluons ce point en demandant si la limite de l’humour n’est pas le mauvais goût envoyé au visage des moins favoriséEs, et avec un sourire de gauche… Ou peut-être était-ce juste un problème d’angle, de recul ; c’est possible, mais tout aussi grave. Il y eut aussi cette benne transformée en banc qui abritait les pauses déjeuner des ouvriers du chantier d’un immeuble. La seule assise existante du coin, donc pas le choix. Cela n’a pas semblé choquant à Carton Plein de proposer à son voisinage de s’asseoir dans une poubelle... Le quartier, lui, ne s’y est pas trompé. Le banc-benne a vite croulé sous les déchets. Les chaises d’écoles installées ci et là ont été détruites pour effacer les mornes heures passées sur leur bois dur. Les installations, dégradées. Les façades, taguées dès la peinture sèche. Les anticorps ont naturellement réagi au virus. Et bien sûr, une fois la biennale terminée, les rez-de-chaussée, occupés par les concepteurs parasites, ont retrouvé le vide du concept du B.E.A.U. ; la « réhabilitation du vivre ensemble » est retournée dans son dossier de sub ; l’équipe de la Cartonnerie dans son antre(-soi). Et les vitrines ont retrouvé leurs toiles d’araignées… Pas de désillusion, le côté « éphémère » était présent dans l’intitulé. Pourtant, tout cela a été présenté comme une réussite !

Ce ne fut pas le cas à mes yeux. Tout simplement car le design n’est pas ancré dans la vie. Il n’est que décor de théâtre. Étalant sa splendeur high-tech dans le centre-ville rendu propret, Perdriau et son équipe l’utilisent comme du maquillage de mauvais goût, comme un fond de teint excessif sur un visage un peu fatigué. Tout au plus sert-il à attirer touristes et investisseurs. Mais le design n’est pas pensé pour les gens du quotidien stéphanois. Il est guidé par l’argent. Il offre des bancs publics où l’on doit s’asseoir seulE. Il vend des abat-jours à 800€ et des chaises à 1000. Il démonte les abribus en plein hiver, à l’heure de la neige, du vent et de la pluie, pour les équiper de prises USB. Peut-être les fonds publics seraient mieux investis dans la STAS s’ils rendaient Montreynaud accessible en bus après 22h30, par exemple… Ou s’ils renforçaient les rues qui s’effondrent, plutôt que de les paver de bonnes inventions !

Le design est dévoué à l’attractivité et non à la convivialité. Comme l’architecture, il est utilisé pour contrôler l’espace public, donc les populations (nous). Il est vidéosurveillé, hyperconnecté. À Sainté, il est l’outil numéro 1 de ce que l’on nomme la gentrification : accentuer l’embourgeoisement du centre pour repousser les indésirables vers les périphéries (cherchez donc un équipement design à la Cotonne ou à Montreynaud !). Ce processus est long et lent, parfois presque invisible. Une ville comme Marseille, malgré son caractère plein et entier, reste la preuve que l’acharnement des politiques urbaines peut avoir raison des plus tenaces résistances populaires. Car ces politiques se placent dans une durée qui dépasse une génération de lutte. Car elles intègrent la « gauche cool » à la transformation du quotidien. Car elles sont à même d’intégrer la critique en leur sein (démocratie libérale oblige…). Car elles utilisent des montages détournés (les sympathiques associatifs de la Cartonnerie sont en fait missionéEs pour appliquer les politiques des décideurs de tous les niveaux de l’État, ça passe mieux…). Car elles offrent leur chance aux jeunes issuEs des études design. Car elles savent donner l’impression que c’est mieux qu’avant. Sauf qu’on ne peut plus touTEs y vivre ensemble…

Pour que Sainté reste Sainté, il est donc grand temps de « dé-designer » nos rues, ou de les designer à notre sauce... Et de ne surtout pas tomber dans le panneau verni de la Banale du Design !

Notes

[1La Cartonnerie, « espace public de proximité, expérimental et temporaire », selon leur blog, a(vait) ses locaux dans le quartier Jacquard : « Le 24 novembre 2010 à Saint-Étienne, sous l’impulsion de l’E.P.A.S.E, le site des Cartonnages Stéphanois devient un espace public temporaire. Conçu et animé en plusieurs épisodes par l’association CARTON PLEIN, il est aujourd’hui en gestion municipale et participe d’une recherche-action pluridisciplinaire sur la ville et le jeu. »

L’associatif du 21e siècle semble donc bien guidé par les appels d’offres ; et ça marche. À présent, Carton Plein dispose du local « Ici-Bientôt », espace participatif, rue de la Résistance. Ce dernier appelle d’ailleurs au bénévolat pour nettoyer les vitrines vides de la rue de la Ville, jusque Beaubrun, pour la Biennale 2017. Si jamais certainEs étaient prisEs d’envie de suer sympathiquement pour les puissants de toutes les échelles de pouvoir. Ceux-là mêmes qui, dans leur infinie bienveillance, opèrent des coupes franches dans les subventions associatives, soutiennent le mariage pour tous, imposent l’A45 et ont asséné la Loi Travail à grand coup de 49.3...

[2L’EPASE, « Établissement Public d’Aménagement de Saint-Étienne », a été monté à l’initiative de l’État. Il est financé à moitié par ce dernier, 20% par la ville et 10% chacunE par la métropole, le département et la région. Selon son site, l’EPASE « n’hésite pas à endosser plusieurs rôles selon les opérations. Au-delà d’être un aménageur, il est également promoteur immobilier, gestionnaire, investisseur ou commercialisateur. » Gaël Perdriau est le président de son C.A. Il parle de son action en ces termes : « C’est la transformation urbaine et la dynamique économique de la ville qui sont en jeu. Cela prend du temps. » Il leur suffira donc de patience. Nous sommes prévenuEs.


Proposé par Couac
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En complément...

ACTUALITÉS   URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Design partout, Justice nulle part

A vous visiteuses et visiteurs de la Biennale de l’ennui,
Nous ne sommes pas dupes, ne le soyez pas lors de votre passage touristique à Sainté. La biennale du design vend une ville qui n’existe pas et qui n’est pas la nôtre. Elle n’inonde en rien la vraie vie et n’est qu’une vitrine. Ce n’est pas avec un événement international que les stéphanois-e-s auront une plus belle vi(ll)e.

Publié le 18/03/2019

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

Lire aussi dans COUAC

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Restructuration et rentabilité statistique à travers la gestion pandémique
Publié le 29/05/2020

Petit argumentaire juridique pour justifier d’aller voir un.e proche incarcéré.e à plus de 100 kilomètres de chez soi
Publié le 25/05/2020

25 mai 1973 : fin de la grève des sans-papiers tunisiens
Publié le 25/05/2020

Saint-Etienne ville cosmopolite, prolétaire et solidaire !
Publié le 24/05/2020

On ne veut pas moins, on ne veut pas autant, on veut plus !
Publié le 24/05/2020

17 juin - Agir contre la réintoxication du monde
Publié le 23/05/2020