Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS RÉPRESSION - PRISON
MONTBRISON  
Publié le 22 mai 2005 | Maj le 13 mai 2020 | 1 complément

A Montbrison : quelle justice ?


Echos par Témoins du procès du gendarme qui a tué Aurélien Joux le 10 mars 2003, d’un coup de fusil à pompe dans le dos alors qu’il était menotté.

A Montbrison, dans le Forez, c’est une ancienne église qui, à la révolution, a été transformée en palais de justice. Mais peut-on encore parler de justice quand on voit les conditions dans laquelle elle se rend ! C’est dans ce palais de justice, à Montbrison, que Ravachol a été condamné, en assises, à la guillotine en juin 1892. C’est dans ce même palais de justice que le procès du gendarme qui a tué Aurélien Joux, le 10 mars 2003, a eu lieu le 19 mai 2005, mais l’audience ne s’est terminée qu’à près d’une heure du matin le lendemain. Mais pour cet adjudant chef de gendarmerie cela ne se passait pas en assises ! Son accusation est qualifiée d’homicide involontaire, pour avoir tiré sur Aurélien dans le dos, alors qu’il était menotté, avec un fusil à pompe à à peine plus d’un métre de lui. Et c’est le seul gendarme qui est inquiété. Son supérieur hiérarchique qui a donné l’ordre de tirer n’est pas inculpé.

Aurélien avait 24 ans. Il est parti un soir avec un copain et il s’est fait arrêter au moment où il pensait visiter un hangar. Il a été conduit au poste de gendarmerie de Feurs où il a reconnu les faits et n’a opposé aucune résistance. Ensuite, dans la nuit, les gendarmes l’ont raccompagné à sa camionnette et c’est à ce moment, alors qu’il était entouré de quatre gendarmes armés, qu’il a été tué d’un coup de fusil à pompe. Quand on connaît Aurélien, on ne peut rien comprendre. Aurélien avait été complètement coopérant, n’a rien nié parce qu’il était franc, pacifique. Pendant deux ans il avait obtenu le statut d’objecteur de conscience. Au lieu de faire son service militaire, il avait travaillé pour la collectivité. Pendant deux ans, c’est long, on ne gagne pas beaucoup, il faut se débrouiller et il l’avait fait. Parce que, en plus, quand il avait des idées, il les mettaient en application.

On ne peut rien comprendre à ce qui s’est passé, il n’y a aucune raison pour que cela se soit passé comme cela. Il paraît évident que cela peut arriver à n’importe qui d’entre nous, et d’autant plus à ceux qui peuvent paraître comme marginaux, si les pratiques actuelles continuent de la même manière. A quelques jours d’intervalle, en ce mois de mars 2003, quatre personnes ont été tuées par un policier, un gendarme ou un douanier : un sans papier à Valenciennes, Mourad Belmokhtar à Durfort, près de Nîmes, Nicolas Billotet à Lyon-St Rambert l’ile Barbe, et Aurélien Joux. Lorsque des gendarmes, des policiers interviennent, et même s’il y a des choses à régler, cela ne peut pas se régler n’importe comment. Porter une arme oblige à encore plus de compétence, on doit savoir ce que l’on a entre les mains et on ne peut pas l’utiliser pour faire n’importe quoi.

Plus de deux ans d’attente pour ce procès, c’est très long pour la famille d’Aurélien, qui demande des explications officielles, qui demande paisiblement que justice soit faite, même si cela ne leur rendra jamais Aurélien. Mais ce n’est pas tout. Ce procès se fit attendre très longtemps le jour-dit. Convoqué à 14h, on apprit ensuite qu’il se passerait vers 15h30. En effet il y avait avant, le procès de FeursMétal, dans le cadre d’un accident du travail grave, qui dura en fait jusque vers 18 heures, (où l’avocat de cette entreprise plaida pendant... une heure et demi, en ne faisant que se répéter sans cesse). Puis, une interruption de séance fut assez longue. Ensuite, quand il s’est agi du procès du gendarme, l’expert en balistique demandé par la famille d’Aurélien était parti car il avait une autre expertise à faire en assises à 19 heures. Du coup, comme l’expert n’était plus là , Marie-Noëlle Fréry, l’avocate de la famille Joux, a demandé le report de l’audience. Ce fut alors un délibéré de près d’une heure pour décider du report ou non. En définitive, la décision du jury a été de ne pas reporter ce procès. Mais il y a eu encore une affaire ou deux qui sont passées avant le procès du gendarme. Ce qui fait que le procès eu lieu vers 21 heures, sans que l’expert puisse être interrogé, et pour ne se terminer que vers une heure du matin !

Cette expertise était primordiale car elle différait énormément des dépositions des gendarmes. En effet, d’après ces dépositions, le coup serait pratiquement parti tout seul et on a presque l’impression que c’est le chien d’Aurélien qui était responsable d’avoir appuyé sur la gachette. (D’ailleurs ce chien a été exécuté à bout portant immédiatement après Aurélien. Pourquoi exécuter un chien comme ça qui pleurait son maître ?) La balistique prouvait une autre version des faits, d’où, pour la famille d’Aurélien, l’importance de la présence de l’expert.

Peut-on encore dans ces conditions parler d’une justice sereine, rendue de plus à une heure du matin ! N’a-t-on pas tout fait pour entraver la justice, éviter la présence de l’expert en balistique, et épuiser tout le monde aussi bien l’appareil judiciaire que l’avocate qui doit plaider, et que la famille et le public. Il faut rendre hommage à l’avocate, mais aussi à tout le public qui est resté fort tard, même s’il était moins nombreux. Cependant il est tout à fait indigne de laisser toute la famille de ce jeune, qui a été tué par un gendarme, dans l’attente, sans manger et se désaltérer, et faire traîner les choses de la sorte en longueur. La justice a vraiment du mal depuis des années à ne pas couvrir de tels faits criminels gravissimes d’un policier ou d’un gendarme par l’impunité. Il ne faut donc pas trop s’en étonner même s’il y a de quoi être scandalisé.

Le procureur recquiert 18 mois de prison avec sursis. Et aucune autre peine supplémentaire pour ce gendarme "comme tous les autres" (ni bien noté, ni mal). En plus, aucune peine supplémentaire, comme l’interdiction du port d’arme, comme une mise à pied professionnelle (le gendarme continue actuellement à exercer). Ce gendarme s’était habillé de son habit d’apparat pour l’occasion, c’est comme si, par exemple, un maire mis en examen allait au tribunal avec son écharpe tricolore...

Le verdict sera rendu le 16 juin 2005, à 13h30 au Tribunal de Montbrison.

Il y aurait aussi de quoi réfléchir par rapport à cette justice de classe au travers d’un autre procès qui avait lieu avant celui-là . Jean Luc Gambiez, le patron de FeursMétal (c’est lui qui voulait faire retraiter par ses ouvriers les ferrailles radioactives des centrales nucléaires du Tricastin) et son chef de la maintenance, étaient jugés parce qu’un ouvrier de maintenance avait été happé par une grosse machine qu’il réparait. Il s’en est tiré de justesse après un coma et de graves blessures et traumatismes. L’avocat de FeursMétal, dans son interminable plaidoirie a même dit qu’il n’était pas utile de mettre des protections aux interrupteurs des machines, puisque ces protections auraient été de toute façon démontées ! Et il y aurait surtout de quoi réfléchir sur le rôle d’un procureur qui ne peut mettre “évidemment que du sursis” à un chef d’entreprise, et demande une faible amende pour l’entreprise parce que si l’amende était trop grosse cela empêcherait celle-ci de se mettre désormais aux normes de sécurité...

http://rebellyon.info/article.php3?...

(photo : La Tribune-Le Progrès, Saint Etienne, du samedi 21 mai 2005)


Proposé par ramon
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 complément

  • Je trouve ça vraiment bien que ce site soit utilisé pour ce genre de compte-rendus informatifs, agrémentés d’impressions personnelles, en plus d’être utilisé pour annoncer des évènements.

    J’ajouterai uniquement une précision à caractère informatif (rapportée par d’autres personnes présentes au procès) : le supérieur hiérarchique du gendarme inculpé , qui n’a effectivement pas été inquiété, n’avait pas donné l’ordre de tirer. Mais il a donné l’ordre à l’équipe de retourner sur les lieux avec Aurélien pour chercher son véhicule et s’occuper des chiens qui étaient restés dedans, et d’y retourner équipés de fusils à pompe.

En complément...

ACTUALITÉS   RÉPRESSION - PRISON

La justice donne-t-elle le permis de tuer ? En cour d’appel à Lyon, la mort d’un jeune par un gendarme à Feurs reste impunie

Dans son verdict du jeudi 1er juin 2006, la Cour d’appel de Lyon, présidée par Grégoire Finidori, confirme le jugement inique rendu le 16 juin 2005 par le tribunal de Montbrison :
- 18 mois avec sursis
- non inscription du « délit » au casier judiciaire. En d’autre terme le gendarme Salesses ne sera pas radié de la gendarmerie, ni ne sera interdit de porter des armes.
- Seule la question des dédommagements pour la famille est légèrement revue à la hausse.
LA FAMILLE D’AURÉLIEN EST COMPLÈTEMENT ATTERRÉE !

Publié le 3/06/2006
ACTUALITÉS   RÉPRESSION - PRISON

A Montbrison, déni de justice dans le meutre d’un jeune par un gendarme

Nous venons d’apprendre une bonne nouvelle.
En effet, le Parquet général a décidé de faire appel du jugement de Montbrison concernant le gendarme qui a tué dans le dos le jeune Aurélien Joux en mars 2003. C’est un fait assez rare. Cela veut dire que le Parquet général considère que le procès du 19 mai ne s’est vraiment pas passé dans les conditions normales habituelles selon lesquelles la justice doit être rendue.

Publié le 30/06/2005

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

Lire aussi dans MONTBRISON

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

11 juillet 1892 : exécution à Montbrison de François Koenigstein, alias Ravachol
Publié le 11/07/2020

1791 à 1914 : les racines du maintien républicain de l’ordre
Publié le 10/07/2020

« J’ai vu le chagrin de victimes dévastées » : lettre ouverte au garde des Sceaux
Publié le 10/07/2020

Pour la forêt, et suite à l’abandon du projet de Center Parc de Roybon
Publié le 10/07/2020

« Faut-il attendre que quelqu’un meure pour être autorisé à débarquer ? »
Publié le 5/07/2020

Roberto libero ! Tutti.e liberi.e !
Publié le 3/07/2020