Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
MÉMOIRE CAPITALISME - GLOBALISATION / MOBILISATIONS - LUTTES
INFOS GLOBALES  
Publié le 20 juillet 2020 | Maj le 21 juillet 2020

20 juillet 2001 : Carlo Giuliani est tué par la police au contre-sommet du G8 de Gênes


Il y a 19 ans, le 20 juillet 2001 : Carlo Giuliani est tué par la police au contre-sommet du G8 de Gênes. Cet article revient sur le déroulé du contre-sommet.
En pleine période altermondialiste ce contre-sommet marqua un tournant tant dans la répression de ce genre d’événement que dans l’histoire du mouvement.

Le contexte

En novembre 1999, à Seattle (USA) le sommet de l’Organisation mondiale du commerce est annoncé comme « historique ». Il doit sceller la puissance du capitalisme sur l’URSS tombée quelques années plus tôt. Mais le sommet officiel est très largement perturbé par des manifestant·e·s varié·e·s mais offensifs. C’est le début d’une nouvelle séquence de lutte qu’on appellera plus tard altermondialiste. Hétérogènes, ces manifestant·e·s s’opposent à l’ultralibéralisme, au changement climatique, à la spéculation financière et à la dette des pays émergents, et pour certains au capitalisme tout simplement. Un slogan relativement partagé de l’époque est « un autre monde est possible ».

En Europe, quelques contre-sommets significatifs sont organisés comme celui de Prague en septembre 2000 contre le Fonds monétaire international. Un mois avant Gênes, lors d’un sommet de l’Union européenne à Göteborg en Suède, un policier tire sur un manifestant et le blesse gravement. Le contre-sommet de Gênes arrive donc dans un contexte de montée en puissance de la contestation des règles du jeu des puissants. C’est tout à la fois une critique écologique, économique et politique des institutions qui (dé)régulent et gèrent le monde. Pour saisir aussi l’ambiance de l’époque il est alors globalement admis que les tactiques différentes de manifestations pouvaient « cohabiter » (non sans d’interminables polémiques stériles sur la violence et la non-violence) dans les mêmes rassemblements internationaux, à condition d’annoncer la couleur avant : « black », « pink », « rouge », « vert », etc.
Grâce à l’internet naissant, les groupes peuvent se coordonner comme jamais jusqu’ici.

Le contre-sommet de Gênes arrive aussi dans un contexte national particulier. En Italie, la répression contre les militants de la gauche radicale n’est pas encore un lointain souvenir et les années sanglantes du long Mai rampant ne se sont pas totalement estompées [1].
Quelques mois avant le G8, Berlusconi arrive pour la première fois au pouvoir avec une coalition regroupant aussi de petits partis fascistes. Le sommet de Gênes semble être le parfait terrain pour un affrontement entre la gauche radicale italienne et la droite extrême de Berlusconi.

Dans les semaines qui précèdent le sommet, la tension monte en Italie et à Gênes en particulier. Plus les jours se rapprochent et plus l’occupation policière s’intensifie au point de mécontenter grandement les habitant·e·s. Les accords de Schengen sur la libre circulation des personnes en Europe sont levés. Les gares de Gênes sont fermées. Une zone rouge est dessinée dans les rues de la ville et matérialisée par une grille métallique de plusieurs mètres de hauteur. Cette zone est réservée au sommet officiel et aux résidant·e·s. Une grande zone jaune qui prend la moitié de la ville est interdite de toute manifestation.

Quelques jours avant le sommet, des colis piégés explosent dans des casernes. Des perquisitions se multiplient et les flics fouillent et menacent les personnes qui semblent être altermondialistes. L’État italien fait savoir par la presse qu’il a commandé 200 sacs mortuaires qui sont stockés dans une morgue de la ville… La veille de l’ouverture du Genoa Social Forum [2], la tension est grande.

Le contre sommet de Gênes

Le 19 juillet se déroule une manifestation unitaire de plusieurs milliers d’altermondialistes en soutien aux migrant·e·s. La consigne de ne pas faire déborder cette manifestation en raison de la présence de nombreux sans-papiers est respectée. De gros sound systems sont dans les rues sur le mode Reclame the street [3]. L’ambiance est festive, sans trop de présence policière. Des conteneurs ont été installés en travers de certaines rues pour compléter la grille de la zone rouge. La manif est un succès.

P.-S.

La suite à lire sur le site de paris-luttes.info.

Notes

[1À ce sujet, lire par exemple La Horde d’or. La grande vague révolutionnaire et créative, politique et existentielle de Nanni Balestrini et Primo Moroni, l’Éclat (pour l’édition française), Paris, 2017.

[2Le Genoa Social Forum (GSF) est une plateforme de coordination contre le G8. Elle regroupe beaucoup de tendances de la gauche italienne ainsi que des collectifs internationaux. Elle se dit ouverte à la « diversité des tactiques », mais exclut les actions violentes telles que l’émeute. Par conséquent la mouvance anarchiste et black bloc n’est pas représentée. C’est cette coordination qui sera en contact avec les autorités italiennes pendant toute la préparation et la tenue du contre sommet.

[3Reclame the street est un groupe activiste anglais qui « inventa » la street party ou manifestive en français.


Proposé par _
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans CAPITALISME - GLOBALISATION

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans INFOS GLOBALES

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Rencontre des CIP Nationales à St-Étienne
Publié le 11/08/2020

Ils dorment par terre, la tête dans le frigo
Publié le 10/08/2020

A Saint-Etienne, les commerçants du centre-ville trahis par le maire
Publié le 10/08/2020

No Tav : un été de lutte contre le TGV Lyon-Turin
Publié le 7/08/2020

L’info poubelle
Publié le 7/08/2020

L’hôpital se fout bien de la charité
Publié le 7/08/2020