Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ANALYSES ET RÉFLEXIONS CAPITALISME - GLOBALISATION / DROITS SOCIAUX - SANTÉ / ÉCOLOGIE - NUCLÉAIRE
INFOS GLOBALES  
Publié le 6 juin 2022 | Maj le 25 juin 2022

0,1 % contre 86 %


Est-il acceptable de manquer aujourd’hui d’énergie à Saint-Étienne ? Quand la production d’énergie se fait pour l’essentiel au profit des capitalistes et que la pollution est subie par les travailleurs ? L’analyse, proposée dans le Couac n°13, esquisse deux voies pour échapper au manque – l’une est locale et applicable partout, l’autre est nationale et propose une petite « prise au tas » communiste dans l’univers capitaliste.

- L’industrie, les hôpitaux, les hypermarchés (Steel ?) et immeubles du tertiaire constituent 0,1 % des raccordés à l’électricité et consomment à eux seuls 40 % de la production (Le capital).
- Les PME et activités libérales représentent 13,2 % des raccordés et consomment 23 % de la production (La survivance de l’artisanat).
- Plus de 86 % des abonnés se partagent les 37 % restants (Le travailleur).

Quand ces 86 % vivent à Saint-Étienne, sur un sous-sol truffé de charbon qui fit le bonheur des compagnies minières, tout près de grands barrages hydro-électriques (et dont l’un, le Gouffre d’enfer, déteint en son temps, vers 1860, le record du monde de hauteur) ainsi que de la décharge de Roche la Molière qui produit de l’électricité à partir du biogaz des déchets ménagers, est-il acceptable de manquer d’énergie ? D’autant que cette production locale d’énergie est déjà source de nuisances : nombreux mineurs exténués par l’exploitation, retenues d’eau polluées et barrées aux migrateurs, odeurs nauséabondes quasi-permanentes jusqu’à des kilomètres à la ronde. On propose ici deux voies pour échapper au manque – l’une est locale et applicable partout, l’autre est nationale.

Une lutte dans la lutte des classes

7 abonnés sur 10 sont attachés au tarif unique. Avec plus de trente millions d’abonnés, cela ferait au moins 18 millions qui pourraient faire savoir leur attachement haut et clair en signant cette pétition : https://energie-publique.fr/ [1].

À partir du moment où le contrôle est centralisé, que ce soit dans les mains des monopoles ou des états, il est dans l’intérêt du capital de fragmenter le travail, ses moyens et surtout son organisation. Cette fragmentation crée des occasions d’échanges marchands et de détournements vers les profits financiers. L’éclatement d’un moyen collectif et commun de production d’électricité laisse augurer de mirobolantes prises de profits, surtout quand l’électricité, soit-disant vitale, est à ce point mise en avant. « Croissance verte », « véhicule propre », « confort domestique », « outils numériques et objets connectés », etc. constituent autant de mirages laissant imaginer à l’individu qu’il s’extraie de la masse et brille alors qu’il n’a aucun contrôle, individuel ou collectif, des moyens de sa brillance.

La lutte des classes commence toujours et chaque fois que l’espèce dominante accapare les conquêtes sociales ou politiques précédentes pour son seul profit particulier. La banalisation du recours au numérique rebat les cartes, elle apporte à la fois confort (apparent !) et contrôle à distance des rapports humains. Mais quoi qu’il en soit, la lutte des classes a permis des conquêtes à ne pas perdre.

Contre la précarité énergétique

Le mouvement de fragmentation fabrique aussi les laissés pour compte de l’énergie – énergie qui conditionne également en partie la puissance d’exister. Dans sa magnanimité, le capital invente alors le chèque énergie (en 2018), qu’il conçoit bien évidemment comme une mansuétude de sa part. Mais c’est oublier l’histoire et les quelques présents qu’elle laisse à la postérité. Dans un passé pas si ancien, le système électrique ayant été nationalisé, il fut décidé que chaque habitant de ce pays pourrait bénéficier d’un minimum de fourniture électrique sans plus de formalités (afin de contribuer à l’égalité d’accès des habitants à la richesse nationale). Néanmoins, pour éviter les débordements excessifs de consommation (des « profiteurs » diraient les magnanimes), un fusible de 5 ampères limitait la fourniture à environ 1,2 kW (kilowatt). Un fusible ça « grille » facilement et ça oblige à surveiller de près tout dépassement, à chaque instant – faute de quoi on se ruine en achat de fusibles. Mais en théorie, avec 1,2 kW bien maîtrisé tout au long d’une journée, on dispose de 1,2kW x 24h = 28,8 kWh d’énergie. Cela ne ramène pas le climat de Nice à Saint-Étienne mais pour une petite cagna, cela permet de se chauffer un peu et de cuire son frichti (28kWh représentent près de 3 litres de fioul ou environ 6 kilogrammes de bois).

L’Histoire est faite d’évènements présents qui laissent des traces à la postérité [2]. Ne laissons pas une minorité écrire et retenir l’Histoire. Aujourd’hui est un présent qui se dissout dans demain. Demain est autre présent pour celui qui prend soin de ce cadeau qu’est le présent. En faisant vivre le cadeau, nous prendrons soin des présents collectifs conquis, quitte à les remodeler ou en inventer d’autres (un conquis à une échelle nationale est une protection libératrice à toutes les échelles locales, ne l’oublions pas en ces temps de localisme !).


Petit mode d’emploi du Linky à l’attention de ceux qui auraient besoin d’un peu d’électricité sans avoir à quémander le « chèque énergie »

Avec le Linky, plus besoin de fusible, c’est ce faux-compteur qui prend à son compte la fonction de limitation à 5 ampères. De ce fait il est désormais possible, pour celui qui en est équipé, de bénéficier de l’égalité d’accès sans même être abonné.

Par appuis successifs sur la touche « réarmement » (cf. l’illustration jointe), on accède à l’écran de puissance souscrite (1,25 KVA sans abonnement). Cette manœuvre n’est pas indispensable mais permet, sans explorer toutes les fonctions accessibles et secrètes de l’appareil, de se familiariser au baragouin des indications (pas inutile). Si le Linky n’est pas armé, on retrouve le symbole de contact ouvert au bas de l’écran. Un appui long (environ 5 secondes) sur la touche de réarmement rétablit le courant sur l’installation, sous réserve de ne pas appeler plus de courant que la limitation à 5 ampères (éteins les appareils avant la manœuvre, tu rebrancheras après [3]). Si une coupure est opérée à distance [4], il suffit alors de réarmer pour bénéficier à nouveau de 1,25 KVA.

Et ensuite ? Le pilote automatique du réseau électrique va s’apercevoir que ça consomme sans abonnement, cependant cela peut prendre un bon mois pour lui monter au cerveau et ce même s’il est informé tous les quarts d’heure (les agents, qui sont chaque jour sur le terrain, le savent bien, ils laissent filer). C’est là que le « chèque énergie » entrera en jeu. Le fonds qui alimente les chèques énergie provient d’une cotisation perçue sur toutes les factures d’abonné (environ 2,5 euros). Bien qu’abondamment alimenté par tous, les éventuels bénéficiaires de ce fonds n’y font que peu appel. Effectivement, pourquoi contraindre la dignité à demander l’aumône quand son dû a été durement conquis dans le passé ? La technique proposée ici permet d’obtenir ce dû sans le subordonner à l’humiliation.

Notes

[1Attention : bon nombre de serveurs de messagerie vont classer dans les spams le message de confirmation de signature. Sans démarche personnelle, la « sécurité numérique » neutralisera votre geste de soutien…

[2Nous avions (en partie) une énergie publique. Elle s’appelait péréquation (tarif unique) et solidarité territoriale. Les deux tournent à la subordination au grand capital (tarifs variables et comptes à rendre pour les régions, les départements et bientôt les communes). À titre d’anecdote, il y a quelques mois Greenpeace dressait son palmarès des régions vertueuses en énergies vertes : carton rouge pour la région Auvergne-Rhône-Alpes. C’est un mauvais procès car en fait, ARA produit deux fois plus d’électricité qu’elle n’en consomme et se tape toutes les nuisances qui vont avec (nombreux barrages, centrales nucléaires, etc.). En toute logique, puisque c’est un palmarès régional, la conclusion aurait pu aussi être : on arrête les centrales nucléaires et ce qui accompagne cette industrie (mines, usine à combustible, etc.).

[3Et surtout on ne joue pas avec l’électricité ! Avant de remettre une installation en service, on s’est assuré que personne ne peut être électrocutée (fils à nu, engins défectueux, etc.) ou malmenée par une machine démarrant brutalement.

[4Les coupures centralisées et automatiques ont lieu entre minuit et une heure du matin. Une coupure totale est cependant interdite durant la trêve hivernale.


Proposé par Couac
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans ÉCOLOGIE - NUCLÉAIRE

Lire aussi dans DROITS SOCIAUX - SANTÉ

Lire aussi dans CAPITALISME - GLOBALISATION

Lire aussi dans COUAC

Lire aussi dans INFOS GLOBALES

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

La Fédération sportive et gymnique du travail : pour une histoire populaire du sport ?
Publié le 3/07/2022

Justice pour Mohamed Benmouna : entretien avec le Collectif
Publié le 30/06/2022

Journée de mobilisation à Exarchia contre la construction du métro et la gentrification
Publié le 28/06/2022

24h hippiques
Publié le 27/06/2022

Vénézuela : Cagnotte pour la Libertaria
Publié le 26/06/2022

Marche pour le droit à l’avortement dans le monde
Publié le 26/06/2022