Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS RÉPRESSION - PRISON / RÉSISTANCES ET SOLIDARITÉS INTERNATIONALES
COLOMBIE  
Publié le 24 octobre 2015 | Maj le 13 décembre 2020

[COLOMBIE] Une prisonnière politique est morte suite aux actes de torture de la part de gardiens


Dans un contexte de grève de la faim de 1500 prisonnierEs politiques allant parfois jusqu’à se coudre la bouche pour appeler à un dialogue avec le gouvernement alors en pourparlers avec les FARC à la Havane, les situations de judiciarisations, de tortures et de disparitions fleurissent en Colombie. Incarcération à perpete de centaines d’indienNes en lutte de libération de la terre dans le Cauca... assassinats de membres de mouvements sociaux, de leaders indiens, de journalistes indépendantEs... mais aussi la sortie de prison de chefs paramilitaires ayant massacré des milliers de personnes posent la question de la sécurité de tout un chacun dans une Colombie mise à sac par les multinationales extractivistes.

Santiago de Cali 15 octobre 2015
Le comité de solidarité avec les prisonniers politiques dénonce la mort d’Adriana Bernal, détenue à la prison de Jamundi, alors qu’elle était soumise à des actes de torture de la part du corps pénitentiaire (INPEC).

les faits :
1. Adriana Bernal, recluse dans le patio 1-A de haute-sécurité du complexe pénitentiaire de Jamundi (COJAM), était constamment soumise à un traitement psychiatrique sur ordonnance.

2. Le mardi 13 octobre 2015, Adriana Bernal accompagnée des autres prisonnières Jenny Rojas et Xiomara Sotelo mirent le feu à des matelas situés à côté du poste de garde afin de provoquer leur transfèrement.

Ainsi, Jenny Rojas et Xiomara Sotelo furent emmenées aux cellules de l’unité spéciale de traitement (UTE) tandis qu’Adriana Bernal fut vue avec la chef des gardiens Diana Cardona traversant les édifices de la prison.

3. Aux environ de 17h, Adriana Bernal fut emmenée à l’unité spéciale de traitement (UTE).
Mais à la différence des ces compagnonnes, Adriana Bernal ne fut pas enfermée dans une cellule mais dans un lieu connu sous le nom de « la cage » ou « la niche » qui consiste, dans le style des camps de concentration, en un enfermement avec des fils de barbelés à l’air libre.

Il aurait été conçu pour que les prisonnières aient une heure de soleil à l’extérieur chaque jour.

Dans la « niche », il est impossible de se protéger ni du soleil ni de la pluie.
La « niche » est indiscutablement un lieu de torture physique et mentale utilisé à des fins de contrôle et de châtiment par la pénitentiaire contre la population carcérale.

4. Alors enfermée dans la « niche », Adriana Bernal dut supporter la non clémence du climat très dur cette nuit-là, puisqu’il y eut une pluie torrentielle durant plusieurs heures.
Le vent accompagnant la forte pluie constante fit chuter de manière drastique la température.
Vers minuit, les prisonnières de l’UTE, depuis leurs cellules se rendirent compte du danger imminent pour Adriana et l’appelèrent sans obtenir de réponse de sa part. Adriana était alors à terre en position fœtale.

5. Les prisonnières de l’UTE, désespérées, firent alors du chahut pour appeler les gardiens qui, comme elle ne répondait pas non plus à leurs appels, durent vérifier son état dans la « niche ». Ils revinrent avec un médecin du nom de Tafur qui acta son décès, Adriana Bernal ne donnant aucun signe vital.

Après une heure environ, sept gardiens arrivèrent pour prendre des photos et lever le corps.

6. Certaines prisonnières disent avoir entendu le médecin Tafur mentionner une hypothermie comme étant la cause probable de la mort d’Adriana Bernal et ce, dû au fait d’avoir été exposée à une forte chute de température suite à une intempérie.
Pourtant, certaines des prisonnières nous ont rapporté que les gardiens parlèrent de suicide par pendaison.
C’est pourquoi la fondation de solidarité aux prisonnierEs politiques sollicite le procureur général pour que soit initiée une enquête pénale permettant un éclaircissement des faits, et ainsi visibiliser la situation.

7. La fondation rappelle qu’il est nécessaire de dénoncer les traitements cruels et inhumains que la pénitentiaire (INPEC) inflige aux hommes et femmes privés de liberté.
On enferma Adriana Bernal dans la « niche » non pas pour qu’elle bénéficie d’une heure de soleil mais pour la punir plus sévèrement encore que les autres prisonnières, lui infliger des douleurs physiques et mentales, et la contrôler.
il s’agit ici de torture à l’encontre de son corps et de son psychisme comme acte de vengeance institutionnelle.

AUTRE CAS DE TORTURE

La fondation a reçu une dénonciation révélant d’autres preuves de pratiques de torture et de châtiments injustifiables commis par la garde du complexe pénitentiaire de Jamundi (COJAM) à l’encontre d’une prisonnière.
Il s’agit de Yurani Bejarano recluse dans le patio 2A de moyenne-sécurité.
Pour obtenir des remises de peine, elle travaille en tant que gamelleuse dans son patio (elle répartit l’alimentation).

Yurani Bejarano, du fait de son travail, se doit d’être à l’heure pour effectuer ses tâches. Mais à l’heure habituelle d’ouverture des grilles, il y eut du retard.
Yurani Bejarano, fit une réflexion sur le mode humoristique à la gardienne
HASBLEIDY : « alors ? on était collée aux couvertures ? »... raison suffisante pour faire entrer la gardienne HASBLEIDY dans une colère noire qui décida de ne pas laisser Yurani Bejarano prendre son poste.
Elle lui aspergea le visage de gaz poivré et après l’avoir conduite dans les installations du rez-de-chaussée du patio, lui menotta les deux mains à 20 cm au-dessus de la tête. Yurina Bejarano dut rester dans cette position un temps indéterminé.

Pour la fondation, ce châtiment injustifiable constitue un acte de torture à des fins de vengeance.
La gardienne HASBLEIDY au regard de la faute commise aurait dû recourir aux procédures ordinaires pour solliciter une enquête et non agir de la sorte soit imposer spontanément ce châtiment.

EXIGENCES
La fondation exige que la pénitentiaire (INPEC) démonte les pratiques de torture de ses centres pénitentiaires et en particulier que la direction du centre pénitentiaire de Jamundi (COJAM) déshabilite et détruise les dites « niches » ou « cages » de châtiment et exige différentes procédures judiciaires ou légales sur ces cas-là...

P.-S.

Pour plus d’infos sur la Colombie, brochure : https://infokiosques.net/spip.php?article1157
et pour celleux qui parlent español, un docu sur la prison Modelo de Bogotá : https://www.youtube.com/watch?v=O0HwHy2tSN4
Pour + d’infos : paila[at]riseup.net


Proposé par din
Partager cet article
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

Lire aussi dans RÉSISTANCES ET SOLIDARITÉS INTERNATIONALES

Lire aussi dans COLOMBIE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Il y a dix ans, la révolution tunisienne dégage Ben Ali et lance les « Printemps arabes »
Publié le 16/01/2021

Collecte commune Brigades de solidarité - Green Angels
Publié le 14/01/2021

Guide de survie en protection numérique à l’usage des militant·es
Publié le 12/01/2021

Tentative de suicide dans une résidence universitaire : la santé psychologique des étudiant·es est une urgence vitale !
Publié le 12/01/2021

Des « super CRS » pour anéantir encore plus violemment les contestations
Publié le 12/01/2021

6 janvier 2021 : une base de recrutement du fascisme ?
Publié le 11/01/2021