Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ANALYSES ET RÉFLEXIONS MOBILISATIONS - LUTTES / VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES
SAINT-ÉTIENNE  
Publié le 16 août 2018 | Maj le 25 avril 2020 | 1 complément

Tout brûle déjà . La culture, la jeunesse et les flammes


Lundi 16 octobre 2017, la sinistre Françoise Nyssen venait célébrer LA culture stéphanoise : inauguration officielle de la nouvelle Comédie… et visite de la Maison de la Culture - Nouveau Théâtre de Beaulieu (MJC - NTB). On se souvient que celle-ci avait été incendiée le 17 juin de la même année à une heure du matin. Comme d’habitude dans ce genre de situations, les condamnations sont fermes, le front républicain s’oppose à la « tragédie ». Le débat sur l’avenir du lieu, initié bien avant l’incendie, fait rage. Par contre, très peu de discussions sur le fond. Quelle est la responsabilité des institutions dans une telle situation ? Comment une structure censée représenter la diversité des pratiques sociales peut-elle être prise pour cible ? Que peut-on comprendre de cet acte de destruction ?

Pourquoi brûle-t-on une MJC ?

Née en 1968, la MJC devenue NTB représente les évolutions des structures d’éducation populaire (centres sociaux, amicales laïques, MJC et autres fédérations) : leur professionnalisation, leurs contradictions et leurs rapports complexes aux pouvoirs publics. Équipements dédiés aux jeunes, réunissant professionnel-les de l’animation et militant-es de l’éducation populaire, leurs actions sont diverses et dépendent de multiples facteurs (mobilisation des jeunes, initiatives individuelles, directives municipales...). Difficile donc d’analyser en profondeur les actions au-delà des intentions pédagogiques et politiques affichées. Ce n’est donc pas l’objet de cet article. En tous cas, localement ce qui intéresse la mairie de Saint-Étienne, c’est le festival des Arts Burlesques organisé par le NTB. 13 000 spectateurs en février 2017, des intervenant-es célèbres, une renommée nationale. D’où dès 2016, la ferme volonté municipale de bien séparer les actions liées au festival et les activités d’éducation populaire de la MJC.
Contexte tendu donc entre le lieu et ses financeurs, sans parler des difficultés récentes du réseau des MJC et de leur fédération disparue avec pertes et fracas [1].

Loin de ces considérations, la presse, suivie de près par les élu-es et cravaté-es (combo fatal pour la fabrique de l’opinion publique...) identifie l’incendie comme un acte de délinquance et « la conséquence de plusieurs affaires judiciaires menées contre différents trafics (téléphone, armes, drogues, cigarettes…) dans le quartier » [2]. L’enquête est en cours. Rien ne transparaît officiellement sur d’éventuels conflits entre une partie des habitant-es et le lieu. On sait pourtant que c’est souvent le cas, tant les associations doivent se plier aux exigences municipales via des appels à projets. Ceux-là mêmes qui proposent les sujets à la mode font de la rédaction de demandes de subventions un métier à part entière, avec ses mots et ses codes. La MJC avait ainsi fermé en 2001 suite « à une prise de pouvoir de jeunes sur l’équipe en place » [3]. Mystérieuse explication. Un peu comme si la prise de pouvoir du peuple posait problème à la démocratie...

L’incendie de la MJC n’est d’ailleurs pas un fait isolé, il fait suite à plusieurs départs de feu sur des écoles du quartier, ainsi que sur la Maison des Projets. À Montreynaud aussi, il y a des étincelles. Des caves et une école sont récemment ciblées. Si une MJC est attaquée, ne serait-ce pas parce qu’elle représente l’institution au même titre que des écoles ou des bibliothèques, et non pas un lieu de ressources et d’accompagnement des initiatives, au moins pour une partie de la population ? Les lieux d’éducation populaire sont pleins de bonnes intentions et de personnes engagées. Mais force est de constater que les actions des pouvoirs publics et des associations qui en sont proches sont aujourd’hui plus à destination des classes moyennes que des classes populaires.

“Vraiment ce qui nous repousse, au-delà du tarif, c’est le public que ça touche. C’est quand même chelou de voir les mêmes te-té dans une maison pour tous” . Virus, dans Asocial Club : « Ce soir, je brûlerai… » (Toute entrée est définitive, 2014).

Les rapports conflictuels entre équipements de quartiers et certains groupes ne sont pas nouveaux. Déjà dans les années 60, la stabilité des MJC « tenait à la personnalité d’un directeur, d’un animateur, parfois aussi d’un groupe de jeunes. Un départ, un incident suffisait à remettre en cause un système fragile » [4] tant les objectifs des structures pouvaient être contradictoires entre eux.

Sauver la culture ! Et la jeunesse ?

Le feu met tout le monde d’accord. Au moins dans un premier temps. Les médias relaient l’émotion collective et l’embarras de nos dirigeant-es. L’incendie est un acte barbare, brutal, imbécile. En parlant de « violence » on sort les faits de leur contexte (local, social, politique) et on rend l’action inintelligible. Les auteurs de l’incendie ont un problème. Pour l’opinion publique, ils sont le problème. La deuxième réaction, moins unanime puisqu’elle demande des moyens, s’inscrit dans la suite logique : il faut reconstruire. Seule la culture peut sauver la jeunesse populaire. Dans la lignée des actions culturelles contre leur « radicalisation » et autres projets de promotion des « valeurs de la république ». Grandes ambitions pour petits budgets.

« Comme si on pouvait effacer les traces de la violence par la reconstruction. Comme si on pouvait ne rien avoir vu derrière les flammes, ne rien avoir entendu du bruit des vitres cassées. » (Denis Merklen, Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ?, 2013)

Ce qui compte par-dessus tout c’est de sauver la Culture. Et les réactions à l’incendie illustrent les intérêts que représente la culture pour les pouvoirs publics. La délinquance est prise pour cible (« ceux qui ont fait ça ne veulent pas comme nous du lien social ») [5], quand ce n’est pas la jeunesse dans son ensemble, et mise en opposition à d’autres tranches de la population (« ils pénalisent d’abord les familles et les enfants qui ne demandent qu’à vivre paisiblement ») [6]. La ministre parle même d’un « assassinat de la culture », et l’ancien maire Thiollière souhaite « que ce ne soit pas qu’une maison des jeunes » et que LA culture soit mise au centre des actions. C’est pourtant bien le tournant qu’ont pris les MJC et les autres structures d’éducation populaire depuis les années 1980. Faute de public et donc d’initiatives ascendantes, on multiplie les actions culturelles dans le cadre des appels à projets liés aux « quartiers prioritaires » ou à des « publics cibles ». Mais cette focalisation sur les activités culturelles « accompagnait aussi l’éviction ou plutôt l’auto-exclusion des jeunes d’origine populaire qui acceptaient mal le cadre des activités […] d’autant plus que les équipements alors construits comportaient souvent une annexe culturelle : salle polyvalente, plus rarement théâtre. » [7]

Sauver la culture ! Quelle culture ?

La convocation de LA culture pose une autre question : de quelle culture parle-t-on ? Des cultures ouvrières, de culture de tomates, ou d’une culture artistique dominante à inculquer à tou-tes ? Même Jack Lang a exprimé son soutien à la MJC-NTB. Il défend « un vrai idéal de culture » par l’association de deux éléments « l’exigence artistique et la culture populaire ». Deux qualificatifs qu’il considère donc éloignés ? Thiollière exprime lui clairement les intérêts municipaux à promouvoir la culture : « redonner de la vie à ce théâtre c’est aussi redonner de la vie à ce quartier, et bien au-delà à la ville de Saint-Étienne […] bref, le théâtre de Beaulieu c’est le cœur de la rénovation du quartier ». Urbanisme et culture s’associent donc pour transformer les quartiers plus que pour offrir des ressources aux pratiques sociales. On comprend ainsi aisément les incitations de la mairie à rapprocher associations d’éducation populaire et design. Durant la biennale du design 2017, de grands panneaux jaunes ont ainsi été conçus avec l’aide des habitants du quartier, puis installés à côté du Théâtre. De grands panneaux sur lesquels on peut voir des dessins porteurs de messages républicains pacifistes, devant le bâtiment aujourd’hui calciné. Fumée : 1. Design : 0.

Qu’est ce qu’il reste à sauver de l’éducation populaire ?

Après avoir cherché à contrôler la jeunesse par la culture, les financeurs se sont rendu compte de la dangerosité de donner quelques moyens à des équipes militantes. Un article des années 1970 dont nous n’avons pu identifier l’origine décrivait : « l’accueil des mouvements sociaux (mouvements antiracistes, antinucléaires, féministes) classe définitivement ces lieux dans la catégorie gauchiste et affole certains parents conservateurs qui les décrivent comme “d’authentiques foyers bolchéviques” ». Les équipes sont donc progressivement contrôlées par la professionnalisation, la formation, la baisse des subventions et la mise en concurrence des associations. La dépolitisation générale et le changement de discours modifient en profondeur les intentions éducatives. Finis donc les concerts de rock en plein air, les débats politiques et le soutien aux mouvements sociaux. On parle maintenant de la « laïcité », de la « participation » et du « vivre ensemble », on met en avant les valeurs républicaines et l’intégration. D’autant plus si l’on souhaite prétendre à des financements publics. Mélange subtil entre incitation et acceptation de la langue de bois et des concepts creux. La logique de projets permet aux financeurs de juger l’utilité d’une action a priori et de réduire la liberté d’action des structures.

On peut s’indigner de l’incendie d’un équipement de quartier, souhaiter sa reconstruction mais il serait temps de s’interroger sur la dérive citoyenniste de l’éducation populaire, sur le manque de moyens et de liberté accordés aux associations. Questionner les mécanismes qui créent les inégalités de richesse et de la précarité à la pelle dans certains quartiers n’est peut-être pas suffisant et nécessiterait de remettre en cause de façon plus appuyée l’organisation sociale dans son ensemble.

En octobre dernier, les professionnel-les associatifs (centres sociaux, amicales laïques, MJC...) se réunissaient — pour une fois — à Sainté, contre la suppression des contrats aidés, malgré la précarité que ceux-ci supposent. Il était un temps où nous luttions pour défendre des valeurs et gagner des droits, nous luttons maintenant pour sauver des miettes…

Notes

[1La Fédération des MJC de Rhône-Alpes a été liquidée fin 2016. Seule une partie des postes supprimés a été conservée par les MJC locales, dans des conditions moins avantageuses pour les salarié-e-s.

[2Le Progrès, 17 juin 2017

[3Document de communication de la MJC – NTB, 2017

[4Laurent Besse, Les MJC. De l’été des blousons noirs à l’été des Minguettes, 2008

[5Farid Bouabdellah, directeur de la MJC – NTB, France Bleu Loire, 17 juin 2017

[6Gaël Perdriau, Le Monde, 18 juin 2017

[7Laurent Besse, op. cit.


Proposé par Couac
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 complément

  • Bonjour,
    Il y a plus de dix ans, la même réflexion : « Pourquoi brûle-t-on une MJC ? », m’a conduite, de fil en aiguille, à faire une petite enquête de sociologie à Montreynaud. J’ai travaillé pour une sorte de MJC-Centre social de Montreynaud qui souhaitait connaître la satisfaction des habitants du quartier vis-à -vis de ce qu’il proposait...
    J’ai arpenté le quartier et questionné une centaine de personnes, tous âges confondus... Très sympathique et instructif. Il en ressortait surtout un problème avec « les jeunes » (13-20ans) qui ne se sentaient pas pris en compte, pas écoutés, voire rejetés... (de mon opinion personnelle, cela ne m’étonne pas vu comment certains professionnels du centre parlaient d’eux)

    Lorsque j’ai rendu les conclusions de cette enquête au directeur, il les a lues puis les a directement archivées dans un tiroir. En me disant que cette enquête avait pour but de renouveller leur agrément CAF, et que par conséquent, je devais bien comprendre qu’il ne pouvait rien faire de mes résultats et préférait les mettre au rebut.

    Voilà , peut-être caricaturale, mais j’avais une réponse à ma question de départ ;-)

    Je vous livre ça brut de souvenir donc sans détails pour pas diffamer... Mais je reste dispo pour partager plus en détails et plus sérieusement les conclusions instructives de cette modeste enquête.

    Sachant que dans tous les cas, on apprend toujours mieux de la parole directe des premiers concernés.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans VIE DES QUARTIERS - INITIATIVES

Lire aussi dans COUAC

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Retour sur la mobilisation Antifasciste à Grenoble du 21 octobre
Publié le 23/10/2020

Contre le projet de fusion des universités et pour le maintien de l’UJM !
Publié le 22/10/2020

Collecte commune Brigades de solidarité Green Angels Solidarité
Publié le 22/10/2020

À propos d’Abdelhakim Sefrioui et du collectif Cheikh Yassine
Publié le 20/10/2020

La veille du couvre-feu, les expulsions de squats se sont multipliées
Publié le 20/10/2020

20 octobre 1921 : mort de Charles Flageollet à Saint-Étienne
Publié le 20/10/2020