Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES
Publié le 18 octobre 2018 | Maj le 11 novembre 2018

Soutien aux migrant.e.s dans les Alpes : deux expulsions de lieux solidaires en moins d’une semaine


Le mercredi 10 octobre à 8 heures, le squat refuge « Chez Jésus » a été violemment expulsé par la police italienne. Ce refuge autogéré perché à plus de 2000m d’altitude, à 500 mètres de la police aux frontières italienne, accueillait les migrant·es qui voulaient venir en France. Hier matin, c’est la maison Cézanne de Gap qui était expulsée, laissant à la rue 17 personnes.
La destruction de ces lieux ne doit pas signifier la fin de la lutte aux frontières : au contraire, elle appelle encore plus qu’avant la nécessité de s’organiser pour mettre en place des réseaux de soutien, à travers tout le territoire transfrontalier.

  • Ouverture du centre social autogéré à Gap, rue de l’Imprimerie

    Le CESAà ouvre ses portes rue de l’Imprimerie ! Soyez les Bienvenu-es, avec ou sans-papiers, plutôt sans uniformes, avec votre rage tendre et votre détermotivation.

    N’attendons plus rien de la part de l’État et des institutions qui de toutes façons ne jouent pas leur rôle et ne respectent pas leurs propres lois.

    Face à la situation des exilés et laissés-pour-compte, et au vide culturel de la ville de Gap, le CESAà (centre social autogéré) ouvre ses portes rue de l’Imprimerie. Son but est de proposer un hébergement et des activités libres et gratuites.

    Réapproprions-nous nos vi(ll)es.

    A toutes les copines et copains ayant besoin de changer d’air vous êtes les bienvenues, ici nous avons besoin de vous.

    Lire la suite ici : https://mars-infos.org/ouverture-du-centre-social-3446

Sur l’expulsion de la maison Cézanne, voir les infos et mises à jour ici

Sur l’expulsion de « Chez Jésus » à Claviere

Ils ont expulsé Chez Jésus. 14 camionnettes, plusieurs voitures de police et carabinieri, l’éternel troupeau bien fourni de digossini tout fiers. Ils sont arrivés à 7h40 le mercredi matin. Ils ont défoncé la porte avec un bélier et un marteau, et ils sont entrés.
Le prêtre qui nous a dénoncés, Don Angelo Bettoni, ne s’est pas montré. Le maire si, en revanche. Il était avec la police en train d’inspecter les locaux pendant qu’ils jetaient dehors les vêtements, les tables, les couvertures, les matelas restants. Pendant qu’une pelleteuse arrivait pour tout débarrasser, ils mettaient des grilles aux fenêtres. Mais la position du maire était connue, depuis le début il appelait l’expulsion, parce que Chez Jésus « menaçait les activités économiques du pays et faisait augmenter le flux de migrants (en le rendant plus visible) étant donné qu’il donnait de la nourriture et un endroit pour dormir. »

Ils ont tout se suite séparé, comme de juste d’après leur catégories, celleux qu’ils considéraient « migrants » et celleux qu’ils considéraient « anarchistes », « No Border », ou comme ils veulent. Les premiers ont eté emmenés, pour un « contrôle d’identité », probablement à la procure de Bardonnèche. Il paraît que deux d’entre elleux ont eté relachéEs parce qu’ils étaient « en demande d’asile ». Le troisième, en revanche, a reçu un décret d’expulsion. Les autres ont tous été bloqués pendant des heures par les cordons policiers et ont été inculpés.

Ils nous ont expulséEs parce que, comme cela avait était approuvé à l’unanimité par le Conseil de la Ville Metropolitaine de Turin le 5 octobre, il faut « rendre à la vraie politique » (cit. Monica Canalis, conseillère PD, direction marketing Intesa SanPaolo). Ce qui signifie, comme explicité par le nouveau décret sécurité-immigration de Salvini, le contrôle et la gestion totale de celleux qui arrivent en Italie sans les « bons » papiers. Cela signifie rendre « illégales » des milliers de personnes grâce à l’élimination de la Protection Humanitaire. Cela annonce plus de rafles, de centres de rétentions de déportations. Ils veulent de nouveaux esclaves, disposés à travailler pour un rien, sous la menace constante des papiers ou du centre de rétention. Et que si ils réussissent à se rebeller ils seront bloqués ou bien leur demande d’asile sera révoquée, étant donné qu’à présent la participation seule à une manifestation suffit à être catégorisé comme « sujet dangereux ».

Chez Jésus s’est toujours opposé à toutes les formes de sélection et de contrôle. Dans ce refuge, personne ne demandait ses papiers à personne, personne ne gérait, personne ne contrôlait. C’était un lieu pour s’organiser ensemble contre les frontières, pour celleux qui veulent les traverser et celleux qui veulent les détruire, de façon libre et autogérée, afin que chacunEs puisse choisir où et comment vivre, sans qu’une frontière ne brise la vie et les choix. A l’extérieur du business de l’accueil et de l’expulsion, loins du business des passeurs.

L’évêque de Susa, A. B. Confalionieri, a exprimé sa satisfaction par rapport à l’opération d’expulsion menée par les forces de police. C’est un prêtre qui nous a dénoncés. C’est avec l’Eglise que la Préfecture a preparé l’expulsion, en sauvant la face ave l’ouverture du lieu à Oulx. Et comme le rappelle ce même Evêque, « l’église valsusine a collaboré avec d’autres structures pour ouvrir le nouveau centre d’accueil à Oulx, plus adapté aux exigences des étrangers ». C’est à dire : un lieu ouvert de huit heures du soir à huit heures du matin à 15 kilomètres de cette frontière que celleux qui veulent aller en France essaient de traverser et où les personnes sont refoulées.

L’Église possède le 20% du patrimoine immobilier présent en Italie, pour une valeur de plusieurs milliers de milliards d’euros. Un empire de briques, en pratique. Une multinationale immobilière, pleine de structures et d’argent. Qui d’un côté se fait propagande à coup de rhétorique « de l’accueil », de l’autre qui expulse un local sous l’église qui a donné refuge à des milliers de personnes pendant ces 7 mois, et qui s’implique dans la gestion et dans le contrôle des migrants. C’est aussi pour ça qu’ils ont expulsé Chez Jésus. Question d’argent, en plus de politique.

Et ils sont tous contents. L’État français et ses gardes, qui réussissent à mieux garder le contrôle du flux de personnes dirigé vers la France. L’État italien, qui n’aime ni les lieux ni les espaces autogérés, fait respecter sa loi et « rend à la propriété régulière » les locaux sous l’église. L’Église, propriétaire des locaux ; ses coopératives qui se feront de l’argent sur la gestion du lieu ouvert à Oulx. Les activités commerciales de Clavière, qui espèrent voir ainsi disparaître les migrants de passage dirigés en France qui détruisent le tourisme.
Le ferrailleur de Gravere, qui s’est fait des sous en mettant les grilles aux fenêtres. L’entreprise qui a expulsé physiquement le lieu et tout jeté à la décharge.
ChacunEs a ses responsabilités. Nous ne l’oublierons pas.

Nous invitons toutes et tous à des actions diffuses. Contre les frontières et leur dispositif. Nous rappelons par ailleurs que l’Église a tout de même un rôle de premier plan dans notre expulsion.

La lutte aux frontières ne s’arrête pas !

Plus d’infos sur les luttes en cours contre les frontières dans les vallées alpines, voir ici : https://valleesenlutte.noblogs.org/


Proposé par _
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En complément...

ACTUALITÉS   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / RÉPRESSION - PRISON

Procès des solidaires de Briançon Acte II

En 2019, l’acharnement contre les solidaires, malheureusement, se poursuit… mais les mobilisations solidaires aussi !
Suite à l’inimaginable condamnation des « 7 de Briançon » (verdict tombé le 13 décembre dernier), qui bien entendu font appel de cette décision, la pression sur les solidaires ne faiblit pas, puisque ce vendredi 10 janvier, deux autres personnes sont passées en procès au Tribunal de Gap. Retour sur un procès absurde et injuste.

Publié le 15/01/2019

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans LOGEMENT - SQUAT

Lire aussi dans MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Grève à la Poste
Publié le 4/12/2022

Le hackerspace féministe : 2e rendez-vous
Publié le 4/12/2022

Répression et perspectives au Bélarus : interview avec l’Anarchist Black Cross
Publié le 4/12/2022

Collectes de Noël des Brigades de solidarité et des Green Angels
Publié le 30/11/2022

Communiqué des grévistes de Grdf
Publié le 30/11/2022

Soirée de soutien au CASSIS
Publié le 30/11/2022