Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS RÉPRESSION - PRISON
ROANNE & ALENTOURS  
Publié le 21 juillet 2020

Roanne : un prisonnier meurt asphyxié


La prison tue, ce n’est pas une nouvelle. Quelques jours après le décès de Khaled à la Maison d’arrêt de Villepinte, vendredi dernier c’est au centre pénitentiaire de Roanne qu’un prisonnier décède après avoir mis le feu à sa cellule du Quartier disciplinaire en signe de protestation.

"C’est le détenu qui a mis le feu à sa cellule. On ne sait pas encore pour quelle raison", affirme le procureur de la République de Roanne Abdelkrim Grini. Avant d’ajouter : "Il était en quartier disciplinaire car c’est un détenu connu pour des faits de violences et menaces envers le personnel". Une enquête a été ouverte et il faut au préalable procéder à un travail de salissement du défunt pour atténuer toute velléité d’indignation... Mécanique classique.
Mais il est nécessaire de rappeler quelques considérations de base : quelles que soient les circonstances, les prisonnier.es ont raison de se révolter.

Lire l’article du Progrès ici.

Pour rappel, un prisonnier de la Maison d’arrêt de Villepinte est décédé dans des circonstances similaires il y a quelques jours. À ce propos, lire cet article publié par le journal L’Envolée.

« VOUS L’AVEZ LAISSÉ BRÛLER ! »

Réactions à la mort de Khaled en cellule à Villepinte le 23 juin 2020.
#LaPrisonTue

Avec plus de 1 000 prisonniers entassés dans une prison de 587 « places », la maison d’arrêt de Villepinte en Seine-St-Denis est l’une des plus surpeuplées de France.
Khaled, un prisonnier de 28 ans, est mort mardi soir dans l’incendie de sa cellule. Ses codétenus dénoncent une « bavure », soulignant que les matons ont tardé à intervenir en toute connaissance de cause. Ce n’est pas la première fois que l’administration pénitentiaire laisse crever quelqu’un dans sa cellule sans rien faire, loin de là : dernièrement, le 19 octobre et le 14 novembre 2019, deux prisonniers de la prison de la Santé sont ainsi morts brûlés dans leurs cellules ; les pompiers avaient mis plus de trois heures à intervenir. Sur les réseaux, beaucoup de prisonniers ont réagi à la mort de Khaled pour lui rendre hommage, raconter ce qui s’est vraiment passé et crier leur rage contre la prison, qui tue.

Voici un témoignage trouvé sur Snapchat, légèrement condensé :

« Je tenais à revenir sur la bavure de Villepinte – oui, j’ai bien dit une bavure. Equipe de nuit : une dizaine de [bip] de matons avec un [bip] de bricard… « personnel réduit » ! Toute cette putain d’équipe se tape des beuveries toute la nuit… Ils entendent une alarme : un des matons décide d’aller voir, prend son temps pour monter, va vers la cellule et voit la fumée, mais il ne peut pas ouvrir la porte car il n’a pas les clés : la nuit, seul ce [bip] de bricard les a. Le temps qu’il retourne voir le bricard et que tous ces [bip] agissent, trente minutes, voire plus, se sont écoulées entre le déclenchement de l’alarme et leur arrivée sur les lieux… C’est horrible. Trop dur, je trouve pas les mots. Combien de détenus et de détenues sont partis malgré eux grâce à ce système pénitentiaire et toutes leurs casquettes… Faites attention, vous êtes aucunement intouchables ; bande de [bip] de matons, vous l’avez laissé brûler ! Les nom et prénom de chaque membre de l’équipe de nuit, comment j’aimerais les avoir ! C’est impossible qu’ils s’en sortent avec un accident, c’est une bavure tellement répétée… »

Un autre message sorti de Villepinte raconte plus en détail ce qui s’est passé et signale que plusieurs prisonniers intoxiqués par les fumées ont annoncé qu’ils allaient porter plainte contre les matons. Nous le résumons ici :

« La fouille, à la base, c’était pas pour lui, c’était pour un autre. Ils sont passés à l’œilleton, ils sont venus et ils ont foutu le zbeul. Le mec, il s’est ouvert le ventre – les bras, en fait – en disant : « Regarde, je vais me tuer ! » Il s’est coupé, et puis il a mis le feu en disant : « Venez, venez ! », et ils voulaient pas venir… et le chef de détention, il s’est arraché – parce qu’il était là pour mener toutes ces fouilles. Il était là, et il l’a entendu ; je l’ai vu. Dès qu’ils ont fini de fouiller la cellule, le feu a éclaté. Le chef est revenu vers 21 heures, genre en jean-tee-shirt comme s’il n’était pas là avant, comme s’il n’était pas au courant de ce qui s’était passé. Mais en vrai, ils savent : ils peuvent bien vérifier les caméras. »

Un appel à bloquer les promenades samedi a commencé à tourner sur les réseaux :

« Blocage de promenade dans toutes les prisons de France pour manifester contre la mort de Khaled laissé brûler dans sa cellule samedi 27 juin ! PARTAGEZ LES FREROTS »

Une cagnotte a été lancée pour soutenir les proches de Khaled :
www.cotizup.com/pour-jesuiskhaled


Proposé par malina
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans ROANNE & ALENTOURS

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Rencontre des CIP Nationales à St-Étienne
Publié le 11/08/2020

Ils dorment par terre, la tête dans le frigo
Publié le 10/08/2020

A Saint-Etienne, les commerçants du centre-ville trahis par le maire
Publié le 10/08/2020

No Tav : un été de lutte contre le TGV Lyon-Turin
Publié le 7/08/2020

L’info poubelle
Publié le 7/08/2020

L’hôpital se fout bien de la charité
Publié le 7/08/2020