Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ANALYSES ET RÉFLEXIONS DISCRIMINATIONS - RACISME
SAINT-ÉTIENNE  
Publié le 14 août 2020

Mise au poing – mise au clair


Check tes privilèges blancs !
Femme, noire, artiste et activiste dans différents collectifs ici et ailleurs, mêlant afroféminisme, antiracisme décolonial, luttes intersectionnelles, pro choix, libertaire, elle porte fièrement le surnom que lui a donné son arrière-grand-mère : SanSan.
Catapultée de Lyon à St-Etienne il y a plusieurs années, elle y a posé ses pénates, séduite par ce je ne sais quoi en plus que la ville véhicule. Un truc à la fois âpre et fourmillant, un peu fou, vivant. Le feu sous les crassiers. Le même feu dans la cervelle et le cœur qui lui donne l’énergie d’être une « fantassin du quotidien » (speciale dedicace au rapeur Myscier Blodya pour ce terme, tellement parlant).

Sachant que j’ai besoin de préserver ma santé mentale précieuse pour mener ma vie quotidienne et mon intégrité mise à rude épreuve ces derniers temps ainsi que celle d’ami.e.s m’ayant relaté certains faits, je ne souhaite plus m’épuiser dans des « échanges » avec des personnes de ma connaissance ou extérieures dans tous les cas pas concernées de près ou de loin par les questions raciales ou/et les violences policières et qui pourtant se PERMETTENT de faire de grandes leçons pour m’apprendre ce qu’est VRAIMENT le racisme, faire du whitesplaining avec le « mais moaaaa aussi j’ai souffert de racisme anti blanc d’abord, c’est pas juuuuuste, c’est même pire parce que c’est de la vengeance », du « il faut sortir des clichés quand meeeeme, on est tous Humains hein, #BlackLivesMatter c’est trop clivant, ça incite à la haine » ou encore le traditionnel : « Ben voilà, de l’agressivité, tout de suite tu t’énerves, t’es susceptible ou » je rigole, je disais rien de mal, tu t’enflammes toute seule, faut te calmer, t’exagères, faut pas tout amalgamer, crier à la victimisation permanente, je suis pas esclavagiste, mes ancêtres étaient pas des colonisateurs, faut arrêter de rabâcher c’est relou, BLABLABLA".
Donc ce sera un tir groupé en réponse = gain de temps et d’nrj.

DE UN : je vous emmerde bien fort. Vraiment.
Si vous ne captez pas la nature plus que douteuse des termes cités + haut, ce sera double dose.
La angry black woman que je suis + les autres personnes non blanches qui « osent » vous répondre et vous confronter dans vos postures nauséabondes pouvons exprimer nos ressentis légitimes trop souvent gardés derrière des dents serrées, sans avoir à devoir ménager vos susceptibilités mal placées.

DE DEUX : on devient par la force du vécu expert.e.s de ses oppressions, qu’elles soient : raciales, sexuelles, validistes, sociales et j’en passe. On les connaît TRÈS bien pour les vivre régulièrement, de près, de loin et depuis longtemps. Elles se croisent souvent. Et à ce triste titre, il est de fait LÉGITIME de pouvoir en parler sans se prendre ce genre de dégueulis de bon ton dans la tronche au détour d’une interaction pas toujours souhaitée. Si ça vous agresse, la boîte à pansements d’égos de fragiles est vide, sorry. Pour vous en remettre, allez écouter l’« expertise » de Julie Lescaut sur Cnews et ne revenez PLUS JAMAIS, period.

DE TROIS : à un moment si votre décence est restée confinée avec le peu de dignité qu’il vous restait je n’y suis pour rien, ni les personnes que vous achevez de stigmatiser avec vos propos hardcore aux dehors faussement naïfs.

DE QUATRE : vos approches tordues en mode white savior donneur.e.s de leçons sur les « autres » vous pouvez vous les mettre dans un endroit obscur et humide où ça ne ressortira pas de sitôt, sauf dans des gogues à idéologies rances.

DE CINQ : à un moment, juste soyez humbles : FERMEZ LÀ. Ou soyez réellement dans un rapport de compréhension non jugeante (si si, c’est possible). Sinon taisez-vous. Ça évitera des situations plus que problématiques, malaisantes, oppressantes. Que ce soit pour ce « con-cept » claqué au sol de « racisme anti-blanc » initié par l’extrême droite et consistant à ramener à de l’individuel ce qui est du racisme structurel. Comme comparer de dire à quelqu’un.e que sa maison a été dévalisée et l’autre de répondre sans sourciller qu’un jour iel a a perdu ses clefs bichette... Fucked up. Quand on ne sait pas on se tait et on va se renseigner, et LIRE correctement la définition du terme. On ne laisse pas la charge sup aux personnes subissant les oppressions de devoir EN PLUS les expliquer, les justifier, sans cesse, et en vain le plus souvent car faire de la pédagogie à des murs ça sert à rien. Autant construire autre chose à côté.

DE SIX : quand des personnes parlent de vécus, d’oppressions spécifiques et communes, NE VENEZ pas nier cela d’un revers du manche et direct tout ramener à votre p... de paroisse dominante, usant du white privilege veul.
Vous voulez des mouchoirs pour chouigner ?
Des oreilles compréhensives ?
Des cookies pour votre « engagement » héroïque contre des injustices que vous semblez découvrir ? Vous n’aurez RIEN. Je n’ai plus votre temps et ne suis pas la seule. Parler avec plusieurs personnes se prenant régulièrement des trucs pareils OKLM ça fait froid dans le dos sur le racisme « ordinaire », bien tenace et les « micros » agressions attenantes...
Le racisme et la santé mentale sont liés. Des études en attestent. Mais elles ne sont pas faites en fRrance vu que les études basées sur les statistiques ethniques sont interdites... No comment.
Certain.e.s personnes cachent VRAIMENT mal leur « jeu » sous leurs dehors « Universalistes ».
Mais ON vous voit.

DE SEPT : renseignez-vous pour éviter toute « maladresse » si vous ne savez pas ce qu’est VRAIMENT être un.e allié.e. Il y a maintenant PLEIN d’infos sur le net, les bouquins, les collectifs, faites pas genre c’est introuvable pour vous défausser. Si nous on l’a trouvé, VOUS pouvez aussi le faire.
Être allié.e c’est pas juste se pointer en manif et poster des trucs « engagés » vite fait sur les réseaux pour les effacer quand vous ou vos contacts sont mis dans la sauce avec des coms problématiques et offensants.
Ha, et accessoirement venir couiner ensuite en MP ne changera rien, au contraire. CON se le dise.

DE HUIT : si vous vous en foutez de tout ça, que vous « ne vous sentez pas con-cerné.e.s, que vous laissez ça aux »autres", que c’est pas votre lutte et que le racisme se résorbera de lui-même quand toutes les autres luttes seront menées BLABLABLA, très bien.
Mais dans ce cas retirez-vous TRÈS LOIN, aux confins de votre autocentrisme putride et que SURTOUT, comme dit la rappeuse Casey (que vous écoutez pour certain.e.s juste histoire de vous acheter une street credibility de pacotille), parlez « la bouche fermée ». Ouais, ce sera un super service rendu.

DE NEUF : il va VRAIMENT falloir arrêter le tour de pipeau redondant as fuck -hippie youpie- de : « je-suis-Humaniste-tenons-nous-la-main-en-dansant-dans-les-bois-et-tout-se-règlera-par-magie-un-beau-jour-ya-pas-de-couleurs ».
Cette ritournelle à se taper la tête contre les murs là.
Redescendez de Planète Chépère rapidement, encore un con-cept hors sol qui vous rassure. Ça s’appelle de l’aliénation, de « l’integration », de l’invisibilisation. On y a cru un moment, on est plus dupes. Lucidité. Quand le monde sera un United Color Of Benetton géant on en reparlera. Mais pas avant.
Faut arrêter de vouloir insidieusement culpabiliser et invisibiliser les gent-e-s qui luttent pour simplement avoir au quotidien les mêmes droits que vous en les noyant sous des injonctions « humanistes avec un grand H, nuance », toutes dégoulinantes de bons sentiments et de mauvaise foi de compétition.
C’est un peu trop facile de se la jouer « same blod bro » quand on vient tenir des propos wtf, bien à l’abri derrière la blanchité établie d’une idéologie dictant la norme, l’Universel et le neutre au monde.
C’est trop inconfortable de bouger sa p... de ligne. C’est trop compliqué de se situer honnêtement sur l’échelle de ses privilèges/discriminations et de faire gaffe au quotidien à pas faire chier ou enfoncer les autres. C’est trop fastidieux de se comporter en véritable allié.e où on le peut et dès qu’on le peut avec l’accord des concerné.e.s. Non, on préfère penser et parler à la place de. Mais la dinguerie a assez duré.
Après c’est les mêmes qui viennent gueuler au communautarisme et se sentent exclu.e.s quand on s’entraide et se comprend sans leur présence dans certains espaces alors qu’iels sont partout chez elleux. Mais le gros lol.

DE DIX : pour vous c’est de l’ordre de l’épiphénomène ces « remarques ». C’est bénin, ponctuel, sans « intentions » nuisibles particulières… Ouais.

Pour nous c’est du répété, reçu à déclinaisons variables depuis des lustres, c’est du récurrent, du tristement connu. On a beau faire gaffe, veiller à s’en prémunir, se conscientiser, apprendre à voir venir de loin, les agressions « petites » et grandes reviennent sans crier gare. Charge mentale supplémentaire. Parfois on banalise, on intériorise, stratégie du choc, juste pour pas vriller trop vite. On ne peut pas être en vigilance permanente.

CONCLUSION : à force toutes ces oppressions sont actées. Intériorisées. Étouffées. On en meurt. Dans tous les sens du terme.
À force, comme tout, ça USE, et plus encore... Et ça pète, comme actuellement, comme précédemment, et gare aux éclats !
« Respect my existence or exept my resistance »
Apprenez à balayer devant votre porte, comme nous de même.
Et checkez vos privilèges blancs !


Proposé par Couac
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans COUAC

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

Lire aussi dans DISCRIMINATIONS - RACISME

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Expulsion imminente du squat de la poste de Solaure
Publié le 25/09/2020

Les députés votent une nouvelle mesure anti-squat
Publié le 22/09/2020

L’hypothèse autonome : entretien avec Julien Allavena
Publié le 22/09/2020

Le Rassemblement National s’invite chez Génération Identitaire
Publié le 22/09/2020

Les sans-papiers et leurs soutiens marchent vers l’Élysée !
Publié le 21/09/2020

Avorter en 1979, en 2013, au printemps 2020 : une lutte
Publié le 21/09/2020