Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS LOGEMENT - SQUAT
SAINT-ÉTIENNE   MOUVEMENT POUR LE LOGEMENT DE TOU’TE’S (2019 - ....)
Publié le 11 juin 2019 | Maj le 25 avril 2020

Logement : pas de repos sur Les Lauriers


On ne vit pas tous dans la ville de manière identique. Et quand on a pas de papiers, de Marseille à Paris en passant par Sainté, c’est le même mépris. À coté du golf, quartier Bel Air, on pourra bientôt se payer une villa du programme Green Life, une maison « bi-orientée », une villa « évolutive » où « la notion d’habitabilité sera au cœur des préoccupations » ; quand certains se posent la question de l’orientation de leur baie vitrée en bambou recyclé, d’autres se demandent juste s’ils vont pouvoir dormir tout court.

Manuel habite en France depuis quelques années, il n’a pas de papiers, il nous a raconté comment ça se passe pour lui qui est habitué aux parcours en pointillé.

En 2015 j’ai été placé à l’asile de nuit. Après quatorze mois, on nous a logés dans un appartement, on est restés là bas presque dix mois. Après ils nous ont dit qu’il fallait partir, on est partis de là parce qu’ils ne pouvaient pas garder des gens plus de deux ans.

Son droit au logement dépend de sa situation administrative :

Une année on a été placés à Jules Ferry, c’est un hôtel, une résidence d’étudiants vers Centre Deux. On n’a pas pu y rester parce que ma femme est passée en procédure de Dublin [1] et alors, la PADA [2] et L‘OFII [3] ne pouvaient rien faire. Ils nous ont dit « faut vous débrouiller ». En mars, elle va faire une nouvelle demande d’asile. Ça c’est pour elle mais pour moi, depuis que je suis débouté en 2012, je n’ai pas le droit à un logement.

Cette année, de début décembre à fin mars (pendant la période de la « trêve hivernale »), Manuel est orienté par le 115 vers les Lauriers, le nouveau lieu d’hébergement d’urgence à Saint-Étienne, qui remplace le gymnase de La Rivière à Bellevue. À l’abandon depuis quelques années, le lieu devrait être réhabilité par une association. En attendant, il propose 90 places d’hébergement d’urgence... dans un réfectoire. Manuel s’y rend tous les soirs avec sa femme et sa fille de 8 ans :

C’est une grande salle, comme un terrain de basket mais il est différent par rapport à Bellevue, à coté dans un autre bâtiment il y a le foyer Clair Vivre, un foyer de jeunes travailleurs avec une dizaine d’étages.

C’est une ancienne résidence pour personnes âgées située dans le quartier Montchovet – La Marandinière, ce choix géographique n’est pas anodin, c’est un quartier excentré, plutôt difficile d’accès. Les personnes à la rue sont donc reléguées aux frontières de la ville, aux portes du Pilat.

Même si le Progrès tente de faire la promotion de ce nouveau lieu d’hébergement, les conditions d’accueil sont en fait sensiblement les mêmes. Comme au gymnase de La Rivière, on y trouve les mêmes lits de camps, alignés dans une grande salle, sans intimité :

C’est un endroit où il faut que chacun se mette dans son coin, une fois qu’on est là -bas avec ma famille on reste sur le lit, on bouge pas. Par exemple si des enfants jouent, on peut pas dire : ‘stop on veut se reposer’. Leurs parents les laissent faire, on peut pas leur dire d’arrêter, chacun a ses revendications.

Les nuits se passent entre les rondes de vigiles et d’autres bruits :

Il y a des gens de la sécurité, trois personnes toute la nuit, même si vous pouvez pas dormir, ils passent tout le temps pour surveiller les gens, ils vont dans l’autre immeuble à côté et reviennent.

À 90 personnes dans un réfectoire on peut facilement imaginer les difficultés imposées par cette promiscuité :

Là bas c’est dur pour dormir parce qu’il y a les bruits des petits, on peut pas dormir même la nuit. Le matin il faut se réveiller, il fait froid, même avec la neige vous êtes obligés, il faut sortir. À 7h il faut se réveiller et à 9h tout le monde dehors, le soir à partir de 19h on peut rentrer. [...] C’est seulement une place pour rester au chaud, on peut pas dormir.

Quant aux travailleurs sociaux, ils ne sont présents qu’au moment des entrées et des sorties, le matin et le soir :

En 2016 quand j’étais à Bellevue il y avait une assistante sociale, cette année je ne l’ai pas vue, c’était bien pour savoir dans quelles procédures on était, pour nous donner des idées de recours par exemple.

Saint-Étienne Le Magazine affirme un besoin de voir la ville se transformer et s’embellir « par petites touches ou par le biais de travaux de plus grande envergure ». Exemples parmi d’autres : le nettoyage des arches de Carnot pour les rendre « archipropres » a coûté 270 000 euros ; du côté du cours Victor Hugo, « pour rendre les terrasses des cafés et des restaurants plus confortables » et donner « une tonalité plus verdoyante à cet axe clé du centre ville », la ville investit 230 000 euros. On comprend rapidement que l’équipe municipale fait un choix délibéré de dérouler un tapis rouge aux investisseurs et aux promoteurs, et d’entasser celles et ceux qui ne sont pas dignes de la ville telle qu’ils la façonnent et l’anticipent.

Notes

[1La procédure Dublin impose à une personne entrée sur un territoire en Europe de faire sa demande d’asile dans le premier pays par lequel elle est arrivée.

[2Plateforme d’accueil des demandeurs d’asile

[3Office français immigration intégration


Proposé par Carnavaal
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En complément...

ACTUALITÉS   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Rassemblement pour les personnes sans logement

Depuis avril 2019, des personnes se battent à Saint-Étienne pour le simple droit à un logement digne. Depuis avril 2019, les pouvoirs publics à qui incombr cette tâche restent – à une exception près – sans réaction, dans l’indifférence voire dans le mépris total. Depuis avril 2019, un collectif de lutte s’est créé pour tenter de faire face à cette urgence. Le collectif des habitants de la bourse appelle les Stéphanois.es à un rassemblement de solidarité, samedi 19 octobre à 14h, place du Peuple à Saint-Étienne.

Publié le 16/10/2019

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans LOGEMENT - SQUAT

Lire aussi dans MOUVEMENT POUR LE LOGEMENT DE TOU’TE’S (2019 - ....)

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Restructuration et rentabilité statistique à travers la gestion pandémique
Publié le 29/05/2020

Petit argumentaire juridique pour justifier d’aller voir un.e proche incarcéré.e à plus de 100 kilomètres de chez soi
Publié le 25/05/2020

25 mai 1973 : fin de la grève des sans-papiers tunisiens
Publié le 25/05/2020

Saint-Etienne ville cosmopolite, prolétaire et solidaire !
Publié le 24/05/2020

On ne veut pas moins, on ne veut pas autant, on veut plus !
Publié le 24/05/2020

17 juin - Agir contre la réintoxication du monde
Publié le 23/05/2020