Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS MOBILISATIONS - LUTTES / RÉPRESSION - PRISON / VIOLENCES POLICIÈRES
FRANCE   RÉVOLTES POUR NAHEL (2023)
Publié le 19 juillet 2023 | Maj le 10 septembre 2023

Révolte pour Nahel : une répression d’une ampleur inédite


Le site Contre attaque a tenté de recenser les victimes de la répression de la révolte après la mort de Nahel. En quatre nuits seulement, la police a tué un homme, brisé plusieurs vies à tout jamais, procédé à des milliers d’arrestations. Sans compter le nombre considérable de blessés qui ne se signaleront sans doute jamais. Voici donc un bilan provisoire de cette répression militarisée dans banlieues :

Violences physiques

➡️ Un mort à Marseille

Dans la nuit du 1er au 2 juillet : Mohamed, livreur de 27 ans, père d’un fils de deux ans et qui attendait un autre enfant, a été tué par un tir de LBD. Alors qu’il circulait à scooter ce soir là, il est retrouvé mort, avec le choc d’une balle en caoutchouc dans le thorax. Les dernières images retrouvées dans son téléphone sont une vidéo de policiers arrêtant un homme, filmées quelques minutes avant qu’il ne soit retrouvé. Un policier a donc abattu Mohammed avant de le laisser agoniser sur le bitume.

➡️ Deux personnes dans le coma

À Mont Saint-Martin, en Lorraine, le 30 juin. Aimène, agent de sécurité de 25 ans, rentrait du travail et venait de rejoindre ses amis. Alors qu’ils sont en voiture, le jeune homme reçoit un tir en pleine tête : un « bean bag », une cartouche contenant du plomb, tirée par le RAID. Il est plongé dans le coma. Les habitants de la ville racontent une nuit « terrifiante » durant laquelle le RAID « tirait à tout va », dissimulé dans les buissons. Un habitant a filmé une scène dans laquelle on voit trois voitures roulant à faible allure, puis le RAID tirer en leur direction.

À Marseille, le 1er juillet, Hedi est laissé pour mort. Il sort de son travail en hôtellerie vers 1h30 et rejoint un ami. Coincé dans une ruelle par des policiers en civil, il reçoit un tir de LBD dans la tempe avant d’être passé à tabac. Il fait une rupture d’anévrisme, puis sombre dans le coma. Miraculeusement, il se réveillera après une prise en charge en urgence absolue. « Selon les médecins, j’aurais dû être un légume » dit-il à la presse. Il garde de lourdes séquelles et devra être réopéré.

➡️ Cinq éborgnés

Virgil éborgné par LBD à Nanterre, le 29 juin. Après la marche blanche pour Nahel appelée par la mère du défunt, cet ancien militaire part s’acheter à manger. « Hé toi, casse-toi ! » lui crie un policier. Virgil relève la tête en direction des agents. « La dernière image enregistrée par mon œil gauche est celle du point lumineux du LBD avec lequel le policier me visait ». Il perd un œil sur le coup.

Le 27 juin, un autre jeune homme est éborgné à Nanterre. Une vidéo montre un très jeune garçon évacué sur un fauteuil avec une blessure saignante à l’œil, dès le premier jour de révolte suite à la mort de Nahel. Son nom n’est pas connu.

Mehdi a été éborgné par LBD à Saint-Denis. C’était le mercredi 28 juin au soir. L’impact du tir l’a gravement blessé à l’œil et à la tempe droite. Il est laissé au sol, se réfugie dans une école et appelle les secours seul.

À Angers le 3 juillet, un homme de 32 ans est éborgné par un tir de LBD dans le centre-ville, alors que la police protégeait un local d’extrême droite. Au même moment, un autre homme est gravement blessé par un autre tir de LBD qui lui fracture le visage.

Aux Ulis, en région parisienne, une femme qui rentrait du travail a reçu un tir du RAID dans sa voiture en pleine tête.

➡️ Une main arrachée

Le 30 juin à Villejuif, des morceaux de main sont retrouvés dans la rue. Un journaliste de Cnews, informé par la police, parle d’un « morceau de phalange et les restes de grenade » qui « ont été prélevés » par la police pour retrouver la victime, qui ne s’est pas manifestée.

➡️ D’autres cas nous ont été signalés, mais préfèrent rester secrets pour le moment, notamment un hématome intra-crânien par un tir de LBD. Des dizaines d’autres personnes ont subi des passages à tabac au moment de leur arrestation. Lors de nombreux procès, les personnes arrêtées arrivaient avec des hématomes et des plaies dans la salle du tribunal.

Violences judiciaires

➡️ La police a procédé à 3400 arrestations en 4 nuits.

➡️ En 2 semaines, 1278 jugements ont été prononcés, avec un taux record de 95% de condamnations. 63% ont été condamnés à de la prison ferme, avec une moyenne des peines de 8,2 mois. Il s’agit très souvent de simples vols en marge des émeutes. Par exemple des personnes qui ont été interpellées après avoir récupéré de la nourriture ou des vêtements dans des magasins.

➡️ Pour le moment, près de 600 personnes ont été incarcérées.

P.-S.

La suite de cet article à lire sur le site contre-attaque.net


Proposé par _
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

Lire aussi dans VIOLENCES POLICIÈRES

Lire aussi dans FRANCE

Lire aussi dans RÉVOLTES POUR NAHEL (2023)

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Festival PaSTEC (Palestinian ST-É Cinéma)
Publié le 1er/03/2024

Point de situation sur la ZAD contre l’A69 au 29 février 2024
Publié le 1er/03/2024

Tour pour Gaza !
Publié le 29/02/2024

Procès en appel de Eddy versus Pôle Emploi
Publié le 29/02/2024

« Tout est pédé.e »
Publié le 23/02/2024

[Bure] Rencontres printanières anti-autoritaires contre le nucléaire les 17-23 avril 2024 à Bure (55)
Publié le 22/02/2024