Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS DROITS SOCIAUX - SANTÉ / LOGEMENT - SQUAT
SAINT-ÉTIENNE   MOUVEMENT POUR LE LOGEMENT DE TOU’TE’S (2019 - ....)
Publié le 9 avril 2019 | Maj le 24 mai 2020

Récapitulatif d’une semaine d’occupation à la Bourse du Travail


Depuis quelques mois, depuis quelques années, ou depuis toujours, des citoyens et des citoyennes ressentent le besoin d’accueillir l’étranger. A Saint-Étienne, un groupe s’est formé il y a quelques mois de façon affinitaire autour de la question du logement des personnes en exil ou en galère. Étudiantes en design, retraités militants dans des associations, anarchistes radicaux, parents d’élèves impactées, etc. se sont, petit à petit, agglomérés en un collectif, car chacun de son côté avait croisé le destin malheureux de familles en détresse. On s’organisait, hébergeait des gens dans nos chambres d’amis, on les accompagnait à Lyon pour leurs démarches administratives, on dégottait des soutiens alimentaires à droite à gauche ou on les accompagnait chez des médecins solidaires, on essayait tant bien que mal d’aider ces exilé·es à subvenir à leurs besoins primaires.

  • RDV entre la prefecture et la Cimade

    Contrairement à ce qu’il est dit dans ce texte, la préfecture a finalement daigné recevoir les dossiers de personnes hébérgées à la Bourse que la Cimade avait constitué. Un rendez-vous été fixé ce matin pour discuter de solutions envisageables. Plus d’info à venir.

Mais, depuis le jeudi 21 mars, les choses se sont accélérées. L’expulsion révoltante du squat dit « la maison bleue », suivie de la fermeture du foyer « Les Lauriers » qui hébergeait 90 personnes cet hiver le lundi 1er avril, ont fait débordé le vase de l’exaspération. Une grande majorité des personnes qui avaient trouvé refuge dans ces locaux sont des demandeurs d’asile et l’état français a le devoir de les loger, d’autres sont extrêmement malades ou faibles (bébés en très bas age, personnes handicapées, etc.). Nous ne pouvions plus panser les défaillances de l’état par la seule solidarité individuelle et, lundi 1er avril à l’issue d’une réunion sans solution valable, nous avons décidé de rester dans les locaux de la Bourse du travail avec les personnes sans abri, sans demander l’accord préalable aux syndicats qui avaient accepté d’héberger notre réunion.

Cela fait donc une semaine que la Bourse du travail est occupée par des personnes sans-abri, chaque jour plus nombreus·es car envoyé·es par les services sociaux et les hôpitaux qui manquent de moyens. D’une petite quarantaine hébergée lundi, nous estimons à environ 110 le nombre de personnes qui y dorment tous les soirs (déjà 41 ont déposé des dossiers à la préfecture). Nous sommes bien conscient·es que la situation est explosive et qu’elle ne peut pas durer, mais c’est à l’état et à la municipalité de trouver des solutions à des problèmes qu’ils ont eux même créés. Nous ne ferons pas de propositions.

En fermant les logements d’urgence hivernale sans aucune solution d’hébergement derrière, en acceptant des procédures d’expulsions sur des maisons inutilisées qui appartiennent à des sociétés off-shore, en rendant les conditions d’asile de plus en plus inhumaines, ce sont bien les pouvoirs publics, et non pas les citoye·nes solidaires qui créent la situation actuelle. En refusant tout dialogue avec les occupant·es et en portant plainte contre l’occupation plutôt que de prendre leurs responsabilités, c’est bien le maire Gaël Perdriau et le préfet de la Loire, Richard Evens, qui cristallisent la situation. Il faut rappeler que la grande majorité des hébergé·es sont connu·es des pouvoirs publics et auraient donc dû être logé·es. D’autre part les organisations syndicales et les associations ont demandé à plusieurs reprises à être reçues par le préfet et le maire – aucune réponse ne leur a été faite à ce jour. M Ziegler a, de son côté, affirmé que le conseil départemental prend en charge les femmes enceintes et les jeunes enfants, ils sont pourtant nombreux à la bourse du travail à ne pas être pris en charge.
Pourtant, nous savons que des solutions existent.

L’ouverture annuelle du foyer des Lauriers, un moratoire sur les expulsions de squats dans les bâtiments inoccupés, la mise à disposition de locaux municipaux pour l’hébergement des personnes en exil, etc. Les pouvoirs publics pourraient avoir le courage d’un accueil digne et humain. Quand on sait que l’immigration ne représente en France que 0,3 % de la population et que Saint-Étienne, forte de ses 13 000 logements vacants, pourrait accueillir 17 % de ménages en plus et toujours avoir la place de loger tout le monde, on comprend que le refus de la Mairie de répondre au problème est purement politique. La métropole, qui dans le même temps fait des pieds et des mains pour attirer de nouveaux habitants fortunés dans son agglomération, se refuse au minimum de défense dans l’accueil des personnes qui en ont besoin.


Proposé par gnatemi
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En complément...

ACTUALITÉS   MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / MOBILISATIONS - LUTTES

Rassemblement pour les personnes sans logement

Depuis avril 2019, des personnes se battent à Saint-Étienne pour le simple droit à un logement digne. Depuis avril 2019, les pouvoirs publics à qui incombr cette tâche restent – à une exception près – sans réaction, dans l’indifférence voire dans le mépris total. Depuis avril 2019, un collectif de lutte s’est créé pour tenter de faire face à cette urgence. Le collectif des habitants de la bourse appelle les Stéphanois.es à un rassemblement de solidarité, samedi 19 octobre à 14h, place du Peuple à Saint-Étienne.

Publié le 16/10/2019

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans LOGEMENT - SQUAT

Lire aussi dans DROITS SOCIAUX - SANTÉ

Lire aussi dans MOUVEMENT POUR LE LOGEMENT DE TOU’TE’S (2019 - ....)

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Roberto libero ! Tutti.e liberi.e !
Publié le 3/07/2020

1er juillet 1910 : éxécution de Jean-Jaques Liabeuf, stéphanois et « tueur de flics »
Publié le 1er/07/2020

Enzo Traverso : « Les déboulonneurs de statues n’effacent pas l’histoire, ils nous la font voir plus clairement »
Publié le 29/06/2020

Élections municipales à Saint-Étienne : victoire absolue de l’abstention
Publié le 29/06/2020

Démission à l’UJM : encore un effort camarades
Publié le 28/06/2020

Démission collective à l’Université Jean Monnet contre le projet de fusion !
Publié le 26/06/2020