Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ANALYSES ET RÉFLEXIONS RÉSISTANCES ET SOLIDARITÉS INTERNATIONALES
Publié le 28 mars 2008 | Maj le 23 avril 2020 | 11 compléments

La théocratie tibétaine


Pour relater les événements récents au Tibet, et éclairer l’œil du lecteur sur sa situation politique, peu d’articles ou de reportages n’abordent le sujet sous l’angle, pourtant nécessaire à la compréhension, de la religion bouddhiste.

Les efforts de la Chine pour réduire le Tibet au rang de province d’un pays à l’idéologie matérialiste, sont motivés par un enjeu bien plus important que la simple annexion d’une région aux ressources minières stratégiques, ou à la possibilité d’y déposer des déchets nucléaires.
L’enjeu est de tuer un important bastion de renouvellement de l’énergie spirituelle d’une religion qui est un danger pour le matérialisme forcené et son corollaire, le productivisme, l’individualisme et la société de consommation.

Pour saisir ce qui est en jeu dans la culture tibétaine et l’acharnement que met la Chine à vouloir la faire disparaître, on peut tenter d’approcher le problème par la relation existant entre le Panchen Lama, détenu par les chinois et dont le Dalaï Lama réclame la libération, et le Dalaï Lama lui même.

Ces deux lignées de lama appartiennent à la même école bouddhiste, celle des Gelug, l’une des cinq écoles tibétaines, et qui détient le pouvoir temporel sur le Tibet depuis le XVIIe siècle. Le Panchen Lama et le Dalaï Lama sont des tulkous, c’est à dire qu’ils sont actuellement des réincarnations de leur prédécesseur, et qu’ils ont la capacité de choisir à leur mort (on dit pudiquement « quitter leur corps ») où ils vont renaître et de donner des indications sur cette renaissance pour ceux qui seront chargés de les retrouver. Le Panchen Lama est en outre le second en importance dans la hiérarchie, il est donc subordonné au Dalaï Lama.

Le point clé politico-religieux est que c’est le Dalaï Lama qui doit reconnaitre la réincarnation du Panchen Lama, et le Panchen Lama qui doit reconnaitre la réincarnation du Dalaï Lama.
Cassez ce couple et vous coupez la tête gelug, donc le phare politique du Tibet, et donc la résistance à la disparition de ce régime théocratique bouddhiste et la culture qui va avec. Les chinois l’ont bien compris et c’est pour cette raison qu’ils détiennent le Panchen Lama. Ils ne leur reste plus qu’à attendre que le Dalaï Lama quitte son corps pour résoudre le problème de la menace de la culture tibétaine sur l’idéologie matérialiste.

Lorsque l’on s’intéresse à la politique tibétaine, on entre tout de suite dans une autre logique, à laquelle nous ne sommes pas habitué. Il faut d’abord pour y adhérer, admettre la possibilité de la réincarnation ! La pensée tibétaine est emplie de cette logique étrangère à la nôtre, et comprendre le Tibet et l’enjeu lié à la survie de sa culture, nécessite un certain effort.

La lutte contre l’hégémonie matérialiste et capitaliste, passe par la défense de la culture tibétaine et bouddhiste. Au Bouthan par exemple, pays bouddhiste, le régime qui a défini un Bonheur Intérieur Brut, à protégé le pays de l’invasion capitaliste, y compris des touristes occidentaux évidemment, qui y rentrent au compte-goutte. Au Népal, il se dit que si une certaine vallée jusqu’ici protégée et inaccessible, venait à être pénétrée par une route, se serait la fin du monde. La vision du monde des himalayens est différente de la nôtre, mais nous devons la prendre au sérieux. Soutenir la survie de la culture tibétaine va bien au delà du simple engagement pour les Droits de l’Homme. C’est aussi soutenir la possibilité d’un futur pour l’humanité.


Proposé par Segognat
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

11 compléments

  • Théocratie, monarchie, république, ou en sommes nous ?

    Nous, nous sommes bien en république, dite démocratique et ou le peuple à l’illusion de décider quelque chose.

    Une république qui a ses prisons saturées, son peuple sous antidépresseur, une consommation de drogue défiant l’entendement, des faits divers sordides, une démocratie républicaine qui a érigé la marchandise et l’argent en idoles toute puissante...

    Il semble que la république soit bel et bien le malheur du peuple, celle-ci ne cajolant et n’accordant ses grâces qu’aux nantis d’argent que sont nos dirigeants, les autres étant voués au « labeur », au « travail », tant adoré en nos contrées occidentales, à la consommation et éventuellement transformé en consommables dociles lors des guerres ou autres attentats que l’état démocratique est capable d’infligé à son peuple, dans le cadre de manipulations échappant à l’entendement de ces derniers.

    La république démocratique dans laquelle nous sommes ne semble faire le bonheur que des riches ou autres classes moyennes supérieure soumis au culte de l’argent et de la propriété, je pense que la république devient vivable, voir agréable à partir de 6 000,00€ net mensuel, en dessous, vous ramez ou vous oubliez et survivez à coup de substances stupéfiantes prescrites, autorisées ou interdites !

    C’est p’tête pô bien au Tibet mais chez nous c’est pas mieux : ! La république n’apporte pas le bonheur mais plus exactement le contraire.

  • experimentation personnelle : c un trait important du bouddhisme tibetain, ainsi que la liberté d’etre soi et il est sur que les pouvoirs politiques en place n’aiment pas ça... où sont les moutons, ils sont tellement faciles à gerer !!
    apres être éntré dans ces traditions originelles (tibet, amerindiens,...) je me sens aujourd’hui tres indigene d’ici et relié à ma terre et aux traditions de l’europe (celles des druides, celtes...) d’avant Xe siecle, dommage pour nos grands parents, depuis le XIIe l’obscurantisme du pouvoir est en place. Tout au long du XXe je remercie quelques uns de nos gd parents pour avoir travailler dur pour nous permettre ce jour une emancipation, un début d’éveil de conscience : quelle merveille d’experimenter nos capacités subtiles : trouver l’eau ss terre, sentir la formidable energie de la terre ou du ciel, entendre l’etat d’esprit de ququ’un. Je dis bien sentir car le magnetisme n’est pas un don qui nous tombe tout cuit dans les mains mais un veritable apprentissage de liberté et de (re)connaissance de soi. quand on perçoit un peu plus le dessous des choses, le pouvoir mal placé ne peut plus avoir d’ascendant sur vous, c’est au plus profond de vous-même que vous trouverez vos réponses. en ça la vie est totalement merveilleuse et bonne, les traditions originelles indiennes, tibetaines, arborigenes... l’ont bien compris et conservé, à nous de (re)apprendre.
    Dans l’Amour universel, retrouvons notre « indigenéité » du forez ou du pilat.

  • pour faire court (On récapitule aussi en Europe au fait. On est nombreux a pas vouloir laisser crever l’héritage culturel rural de nos grand-parents : langues, modes de vie, cultures.
    Le rempart ultime a l’asservissement restera toujours la culture d’autonomie qu’ils nous ont laissé.)
    ha bon ??? et c’est quoi la culture d’autonomie de nos grands parents , le petinisme ????
    quand aux langues regionales ....... c’est quoi la phase avant le nationalisme ????

  • Les théosophismes frelatés en occident naissent de la capacité qu’ont les occidentaux à se laisser hypnotiser par les images. On croit malheureusement connaitre une tradition, religieuse ou culturelle, lorsqu’on s’en est approprié les manifestations visuelles. Il suffit de revenir d’un pays avec un vêtement traditionnel ou manger un plat préparé industriellement d’un autre pour estimer qu’on le « connait ». On fait pareil avec les traditions religieuses, et tout le monde se laisse épater par le premier « guru à grande bouche » qui vient.

    On récapitule aussi en Europe au fait. On est nombreux a pas vouloir laisser crever l’héritage culturel rural de nos grand-parents : langues, modes de vie, cultures.
    Le rempart ultime a l’asservissement restera toujours la culture d’autonomie qu’ils nous ont laissé.

    L’occident avant de sombrer dans la pure dualité dogmatique monopenseuse était druidique. Je pense que la récapitulation doit aller jusque là , avec l’aide des traditions qui sont restées peu ou prou dans la lignée du shamanisme eurasien originel.

    Ca m’intéresse de discuter plus longuement avec toi, si le coeur t’en dis contacte moi stp.

    A+

  • D’un point de vue relatif tout est lié « supra » naturellement, surtout en ces temps de récapitulation généralisée....Quant au synarchisme, ceci demande un retour effectif au « centre », autant demander à un adepte du yoga « gymnastique », les prouesses de la « non dualité » d’un véritable Shadu...
    Attention le dieu Shiva n’aime pas les contres-façons...
    Pour ce qui est du bouddhisme Tibetain un troisième personnage n’est pas à omettre, Dalai lama, Tashi lama, et Bogdo khan, tout trois liés à Manou, à défaut à son investiture symbolique « actuelle »... Encore ce mystérieux orient et son Esprit Traditionnel, loin des théosophismes à forte teneurs mystiques frelatées...
    Salutations et résistances
    Afrad.

  • "Ce qui se passe concerne plutôt les dangers ultimes de ce que l’on appel
    les actions antitraditionnellles , contre initiatiques... et surtout une
    des dernières ruse du « diable » pour vous servir prochainement une
    « spiritualité » toute a rebours...Les officines ténébreuses de ce bas monde
    le savent bien puisque nous le valons bien !"

    Mais est-ce que tout n’est pas justement lié, même si le Dharma en lui même continuera de vivre, et trouvera d’autres époques et d’autres lieux pour s’épanouir dans le monde temporel ?

    La lutte contre les traditions est une constante des régimes autoritaires, qui entendent par ce biais détruire les structures sociales et familiales en dressant les générations les unes contre les autres (cf idéologie du Progrès où tout ce qui est vieux est nécessairement « mauvais », paysannerie réputée « routinière », donc opposée au Progrès, etc), et proposer sa présence comme substitution au ciment social. C’est ce qu’on peut appeler en d’autres termes la mise en servage total par la perte d’autonomie résultante de l’acculturation provoquée par la perte des traditions.

    Parmi ces traditions il y en a qui concernent l’autonomie alimentaire, mais d’autres qui concernent l’autonomie « spirituelle ». Le message de fond du bouddhisme ou du christianisme est un message de liberté totale (pour le christianisme, cf par exemple J. Ellul, « anarchie et christianisme »), donc dangereux pour les régimes autoritaires, dont les véhicules humains entendent assurer leur survie temporelle par la mise en servage total d’un nombre maximum de personnes.

    Si les plans des totalitaristes malades de peurs matérialistes venaient à aboutir au Tibet, c’est une part importante de la continuité de l’existence locale d’une vie autonome qui viendrait a être rompue. Certes il continuerait a en exister d’autres foyers ailleurs sur le globe, mais ce serait un méchant coup d’arrêt qui nous plongerait tous globalement un peu plus profondément dans cette méchante ère d’obscurantisme qui cherche a étendre ses tentacules coûte que coûte.

  • Bon, là on se doit de rectifier,quelques erreurs sommes toutes normales pour des occidentaux. Le tulkou, qui est une influence spirituelle, voir parfois un résidu psychique qui se communique d’un être à un autre, de manière rituelle, ne peut pas être considéré comme une sorte de « golem » ; Ce domaine nous échappe car il entre dans le domaine traditionnel et concerne la métaphysique, non pas l’aspect philosophique, mais bien la partie immergée de l’iceberg. Le bouddhisme tibétain ne parle pas de réincarnation , mais plutôt de métempsychose (les états multiples de l’être)...Pour ce qui est de la continuité théocratique, elle peut bien s’interrompre, ceci ne concerne que le domaine temporel et exotérique, quand au Cœur du Bouddhisme tibétain, les chinois matérialistes peuvent bien faire péter la planète, il demeura préservé puisqu’il tient du domaine Spirituel, donc au delà du temporel et de toute contingence.
    Ce qui se passe concerne plutôt les dangers ultimes de ce que l’on appel les actions antitraditionnellles , contre initiatiques... et surtout une des dernières ruse du « diable » pour vous servir prochainement une « spiritualité » toute a rebours...Les officines ténébreuses de ce bas monde le savent bien puisque nous le valons bien !
    A bon entendeurs saluts !

  • Oui d’ailleurs si tu as suivi l’actualité, le Dalaï Lama souhaite le développement d’une forme de démocratie représentative au Tibet, et la pérénisation de la prospérité.

  • Le Bouthan n’est pas un exemple de paradis même si les choses semblent bouger !!!!!
    Quant au Tibet, on peut lui souhaiter mieux qu’une théocratie ou qu’un régime communiste !!!!!!
    La critique du capitalisme (qui n’est pas parfait)ne doit pas nous amener à soutenir des régimes autoritaires voire médiévaux...

  • Pas mal, néanmoins dire que la croix gammée partagée par les Tibétains et les Nazis n’est pas un hasard, c’est de la fumisterie. Hitler a emprunté ce symbole par esthétisme, et non pas parce qu’il y avait une sorte de lien idéologique entre le nazisme et le bouddhisme. Les skinheads ont fait exactement la même chose en détournant la mode du crâne rasé, qui venait d’un mouvement pacifiste de Jamaïque. Vous n’allez quand même pas nous dire que les pacifistes sont des nazis ?

  • _Du Tibet à la Chine, du mysticisme, du capital et des jeux.
    Un parcours quelque peu tortueux, mais ça occupe les médias et leurs épigones...Que la compassion cathodique à l’égard du Tibet (pas des tibétains qui sont « chinois » depuis le 13e siècle ! on ne trouve l’origine d’un mouvement séparatiste qu’au 19e siècle, et initié par les anglais, en vue de faire éclater la Chine impériale, au profit, déjà , du capital anglais en expansion:cf. la guerre de l’opium) et de sa religion sensée sans doute sauver le monde d’un matérialisme globalisé, pue le catholicisme même plus honteux.
    _De la liberté de croire, à l’obéissance aux dogmes.
    Que la hiérarchie religieuse tibétaine entretienne les mythes du « karma » et de la « réincarnation » pour conserver son pouvoir spirituel, mais surtout bien temporel, ne fait que se situer dans la droite ligne de tous les pouvoirs (religieux ou autres) ; la notion de « karma » dans le dogme bouddhiste consiste dans l’idée que les réincarnations résultent des actes passés (donc,le niveau social des tibétains se doit d’être en conformité avec le dogme, et chacun doit bien sûr accepter son sort...surtout le tibétain d’en bas).On comprend dès lors beaucoup mieux les nombreux soutiens dont bénéficient les hiérarques tibétains, parce que bien sûr , c’est de ça qu’il s’agit et non pas de soutenir un peuple, encore moins de l’encourager à se révolter contre une secte, qui voudrait bien à nouveau pouvoir en profiter .
    _Du racisme, du nazisme et autres joyeusetées
    Que les évènements récents au Tibet aient été déclenchés par des agressions racistes à l’encontre de chinois installés au tibet (et ceci au nom d’une aryanité qui se doit de rester pure, ce qui devrait rappeler de mauvais souvenirs à tout le monde !!!) ne semble pas intéresser beaucoup les médias. Que la répression en Chine ait été extrêmement violente, nous n’en doutons pas une seconde ; tout comme la répression contre toute velléité de séparatisme dans l’Europe dites démocratique l’est également (Pays Basque entre autre)
    Qu’il existe historiquement un lien entre l’aryanité tibétaine et les dignitaires nazis, ne fait plus aujourd’hui aucun doute ; et si la croix dite gammée figure en bonne place dans l’imagerie tibétaine, ce n’est sans doute pas du pur hasard.
    Utiliser la fenêtre médiatique des jeux olympiques (dont la charte actuelle continue de prôner un amateurisme que l’on cherche vainement) pour réclamer plus de liberté pour les chinois devrait être une des priorités, dénoncer l’état chinois et son capitalisme étatique et sauvage également, mais le cynisme est bien plus fort, les affaires bien plus importantes que ça, quant à la chape de plomb de la religion elle recouvre tout le reste.

En complément...

ACTUALITÉS   CAPITALISME - GLOBALISATION

Du pain et des jeux

Du Tibet à la Chine, du mysticisme, du capital et des jeux.
Un parcours quelque peu tortueux, mais ça occupe les médias et leurs épigones... Que la compassion cathodique à l’égard du Tibet (pas des tibétains qui sont « chinois » depuis le 13e siècle ! on ne trouve l’origine d’un mouvement séparatiste qu’au 19e siècle, et initié par les anglais, en vue de faire éclater la Chine impériale, au profit, déjà , du capital anglais en expansion:cf. la guerre de l’opium) et de sa religion sensée sans doute sauver le monde d’un matérialisme globalisé, pue le catholicisme même plus honteux.

Publié le 8/04/2008

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans RÉSISTANCES ET SOLIDARITÉS INTERNATIONALES

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

1791 à 1914 : les racines du maintien républicain de l’ordre
Publié le 10/07/2020

« J’ai vu le chagrin de victimes dévastées » : lettre ouverte au garde des Sceaux
Publié le 10/07/2020

Pour la forêt, et suite à l’abandon du projet de Center Parc de Roybon
Publié le 10/07/2020

« Faut-il attendre que quelqu’un meure pour être autorisé à débarquer ? »
Publié le 5/07/2020

Roberto libero ! Tutti.e liberi.e !
Publié le 3/07/2020

1er juillet 1910 : éxécution de Jean-Jaques Liabeuf, stéphanois et « tueur de flics »
Publié le 1er/07/2020