Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS ÉDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS / MOBILISATIONS - LUTTES
SAINT-ÉTIENNE  
Publié le 14 décembre 2019 | Maj le 28 avril 2020

La direction de l’université n’aime pas le droit de grève


Alors qu’en ce mois de décembre les manifestations se succèdent et laissent espérer une amplification des protestations, le mouvement demeure à l’Université Jean Monnet pour le moins atone. Si des AG et des tractages ont eu lieu et si des appels à ne pas tenir les examens ont été émis, la mobilisation demeure faible. La responsabilité en revient notamment à une direction qui s’attache à la rendre invisible et à éteindre toute braise.

La veille de la manifestation du 5 décembre, une assemblée générale était organisée à l’université par les syndicats étudiants. À cette occasion, la possibilité d’une occupation d’un bâtiment universitaire, à l’instar de ce qui se passe dans d’autres universités, est évoquée. Les effets dépassent les espérances : le lendemain, c’est l’ensemble du site Tréfilerie qui est bloqué. Mais l’initiative en revient à la présidence de l’université, qui veut ainsi éviter l’occupation de salles et aussi étouffer toute velléité de mobilisation. De fait, l’assemblée générale convoquée par les syndicats de personnels pour le début de la matinée ne peut avoir lieu sur place, réduisant la visibilité du mouvement.

Le jeudi 5 décembre devaient également se tenir des examens. Soucieuse de démontrer que, comme le disait Sarkozy, « désormais, quand il y a une grève en France, personne ne s’en aperçoit », la direction de l’université décide de délocaliser les examens prévus afin qu’ils se tiennent à tout prix. Un message sur la nouvelle localisation est dès lors envoyé aux étudiant.e.s … la veille à 23h20. Et l’horaire des examens est même avancé d’une heure. Ils ne pourront finalement pas se tenir.

Le lendemain, une partie du personnel poursuit la grève, notamment à la bibliothèque universitaire. Mais les grévistes sont remplacé.e.s dans l’urgence. L’injonction à remplacer les grévistes comme à se déclarer en amont constitue une restriction au droit de grève qui vise, là aussi, à invisibiliser la mobilisation.

Le personnel de l’université reçoit ensuite, estomaqué, un message de sa hiérarchie : on leur demande de déclarer qu’ils n’étaient pas grévistes le 5 décembre, sous peine de se voir retirer une journée de salaire. La manœuvre, illégale, n’est pas sans paradoxe : la direction de l’université, qui n’hésite pas au besoin à communiquer sur le faible nombre d’enseignant.e.s grévistes déclaré.e.s alors que ces chiffres n’ont que peu de valeur [1], présuppose cette fois grévistes ses personnels. C’est le pendant d’une stratégie politique qui, lorsqu’il ne s’agit plus de saper un mouvement social, s’applique à réaliser des économies sur le dos des personnels.

La direction de l’Université Jean Monnet conduit une politique cohérente qui vise à rogner les droits sociaux de celles et ceux qui y travaillent et s’inscrit en plein dans les réformes gouvernementales. Il y a donc tout lieu de se mobiliser au sein de l’université contre la réforme du système de retraites mais aussi contre les orientations politiques qui l’accompagnent !

Notes

[1La responsabilité de décompter les grévistes revient habituellement à la direction d’une entreprise ou d’une administration. Dans l’enseignement, les heures de travail ne pouvant se déduire de la seule présence sur le lieu de travail, la pratique consiste à demander aux grévistes de se déclarer à posteriori. Pour autant, nombre de grévistes s’y refusent.


Proposé par IDEuX
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En complément...

ACTUALITÉS   MOBILISATIONS - LUTTES / TRAVAIL - PRÉCARITÉ

17 décembre : nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites

Et oui, on ne lâche toujours rien... Après trois grosses journées réussies à Saint-Étienne, on doit faire encore mieux le 17 ! Travailleus.es, fainéant.es, précaires, fonctionnaires, prolétaires, cheminot.es, lycéen.nes, étudiant.es, traminot.es, chômeur.euses, gilets jaunes, profs, etc. Tout le monde dehors le 17 ! Enracinons la grève, contre la réforme des retraites, contre ce gouvernement inique. Rendez-vous à 10h30 devant la CCI, cours Fauriel.

Publié le 14/12/2019

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans ÉDUCATION - PARTAGE DES SAVOIRS

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Petit argumentaire juridique pour justifier d’aller voir un.e proche incarcéré.e à plus de 100 kilomètres de chez soi
Publié le 25/05/2020

25 mai 1973 : fin de la grève des sans-papiers tunisiens
Publié le 25/05/2020

Saint-Etienne ville cosmopolite, prolétaire et solidaire !
Publié le 24/05/2020

On ne veut pas moins, on ne veut pas autant, on veut plus !
Publié le 24/05/2020

17 juin - Agir contre la réintoxication du monde
Publié le 23/05/2020

Mobilisation des hôpitaux à l’appel de 12 syndicats et collectifs
Publié le 22/05/2020