Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS MÉDIAS / RÉPRESSION - PRISON
CALAIS  
Publié le 6 avril 2007 | Maj le 15 décembre 2020

Indymedia en procès pour diffusion d’information sur la situation calaisienne


Le 19 avril, un ancien membre du collectif Indymedia Lille passera devant le tribunal correctionnel de Boulogne sur mer suite à des plaintes déposées par le chef des CRS du boulonnais et Dominique de Villepin pour délits de presse (c’est à dire diffamation) suite à des publications dénonçant les violences policières lors d’une rafle à Calais.

Communiqué de indymedia lille par rapport au procés du 19 avril 2007

Le 19 avril 2007, un ancien membre du collectif indymédia Lille est convoqué devant le tribunal correctionnel de Boulogne / Mer. Il répondra du chef d’inculpation de diffamation publique envers une administration ou un corps de fonctionnaires (en l’occurrence des fonctionnaires de police ayant participé le 23 juin 2004 à l’interpellation de réfugié-e-s dans la zone portuaire de Calais).

Cette personne est inculpée au motif de la loi sur la liberté de la presse (!) de 1881 : dans le cadre d’un délit de presse, la justice s’attaque à une personne qu’elle considère comme directeur de la publication du site internet d’indymedia Lille.

Cette accusation est d’autant plus grotesque que le site internet du collectif indymedia Lille fonctionne sur le principe de la publication ouverte. N’importe qui est en droit de proposer des articles, qui sont relus par les membres du collectif. Le collectif décide alors de publier ou non ces articles en fonction de la charte qui définit les cadres de la politique éditoriale du site.

En inculpant une personne, la justice refuse de reconnaître le fonctionnement horizontal du collectif et essaie de plaquer ses schémas hiérarchiques, ceci dans le but de réprimer un site internet d’information alternative qui refuse les logiques des médias de masse (sélection et formatage de l’information en fonction d’impératifs commerciaux et politiques), et qui fait partie d’un réseau comptant plus de 170 collectifs à travers le monde. Le réseau indymedia est un véritable contre-pouvoir médiatique, et c’est à cela que la police et la justice essaient de s’attaquer.

Les articles incriminés par la justice ont été publiés sur notre site fin juin 2004, suite à des rafles policières visant les réfugié-e-s de Calais. Il s’agissait pour les autorités, 6 mois après la fermeture très médiatique du « centre d’hébergement » de Sangatte, de faire croire que le problème des réfugié-e-s dans le Calaisis était réglé.

En juin 2004 comme aujourd’hui, ce problème n’est pas réglé. De très nombreuses personnes ayant quitté leur pays survivent dans des conditions ignobles dans le Calaisis en attendant de parvenir à traverser la Manche par n’importe quel moyen. En l’absence d’un accueil acceptable, tant du point de vue légal qu’humanitaire, ce sont des militant-e-s qui sont au quotidien sur le terrain pour aider les réfugié-e-s à survivre, et pour veiller à ce que les forces de police, qui ont pour tâche de rendre invisibles ces réfugié-e-s, n’abusent pas de leur pouvoir.

Evidemment, ce travail de vigilance gêne les « forces de l’ordre » dans leurs activités. Après avoir essayé, par des procédures judiciaires et diverses tentatives d’intimidation de décourager le travail de terrain des militant-e-s du Calaisis, la police et la justice s’attaque aujourd’hui au site du collectif indymedia Lille, qui se fait le relais de leurs luttes et de la situation des réfugié-e-s dans le secteur. Ce procès vise donc à intimider et/ou faire taire un média alternatif traitant de ce sujet, et illustre également une volonté de faire silence sur ces hommes et femmes, et sur les violences des politiques « de gestion migratoire des pays du nord ».

Le collectif Indymedia Lille soutient totalement la personne inculpée, ancienne membre du collectif. Il appelle également chacun-e à diffuser à l’occasion de ce procès et par la suite le maximum d’informations au sujet de la situation des réfugié-e-s du Calaisis et d’ailleurs !

Résistons et agissons pour une information libre et insoumise et pour la liberté de circulation et d’installation !

Le déroulement de l’enquête contre indymedia Lille

En juin 2004, le contexte est particuliérement fort sur la question de la liberté de circulation. Les militant-e-s calaisien-ne-s tentent de mettre en lumière les conditions de vie des réfugié-e-s sur Calais notamment à l’occasion de la fête de la musique. Sur Lille plus de 500 sans papier-e-s sont en grêve de la faim.

C’est dans ce contexte qu’a lieu le 23 juin 2004 une rafle de grande ampleur dans la zone portuaire de Calais (près de la distribution des repas). Il y aura plusieurs arrestations violentes. Les témoins essaieront de porter plainte pour « violences policières », mais les policiers ne leur ouvriront pas la porte du commissariat. Par défaut des articles et photographies témoignant des arrestations et des méthodes policières seront postés sur indymedia Lille.

Le 19 juillet 2004, la « direction zonale nord CRS » portera plainte contre le site pour insulte et diffamation dans différents articles dénonçant les violences policières. En aout c’est au tour du ministre de l’intérieur de l’époque, Dominique de villepin, de porter plainte pour les même motifs contre le site.

S’en suivront près de deux ans d’enquête pour des flics parisiens. Durant ces deux années ils s’évertueront à chercher qui est le directeur ou la directrice de publication de ce site (qui est seul-e responsable selon la loi de 1881). Ils liront tous les mails de la liste de discussion à la recherche de rapports de subordination, mais manque de pot le collectif fonctionne de manière horizontale. Ils vont donc chercher à savoir qui se cache derrière les différents pseudonymes utilisés au sein du collectif de modération du site indymedia Lille. Pour y parvenir ils feront des requêtes auprès des différents fournisseurs de services internet - qui leur obéiront - afin d’avoir des logs (= informations permettant ou aidant à identifier un-e utilisateur/rice d’internet), et ils seront également aidés dans leurs recherches par un article dans le journal Nord Littoral concernant une des contributrices du site. Cet article dénonce les propos qu’elle tient sur le site ainsi que ses critiques de l’Etat. Le (ou la) journaliste en profite d’ailleurs pour rendre publique son nom, sa fonction et son lieu d’exercice professionnel. Suite à cela les flics viendront une première fois sur Lille pour une série d’interrogatoires. Ils reviendront de nouveau quelques mois plus tard pour une série plus vaste qui débouchera sur des convocations sur Paris et sur la saisie du disque dur d’un ordinateur personnel.

En mars 2006 la juge d’instruction parisienne conclut l’enquête pour la plainte villepiniste par la mise en examen d’un des membres du collectif (qu’ils désigneront artificiellement comme étant le directeur de publication). Puis elle se dessaisit de l’affaire pour un juge boulonnais qui demandera le groupement de cette plainte avec celle de la « direction zonale nord CRS ». Il récupérera donc sur son bureau deux dossiers : l’un, gros de presque 900 pages, constitué pour la plainte de villepin et l’autre, réalisé suite à la plainte de la « direction zonale nord des CRS ».

S’en suivent de nouvelles convocations, puis des va-et-viens entre juge et procureur pour finir par l’annonce il y a une dizaine de jours de la date du procès. Il aura lieu au tribunal correctionnel de Boulogne-sur-mer le 19 avril 2007 au matin.

P.-S.

Indymedia n’est pas le seul média alternatif attaqué par la justice : actuchomage.org, bellaciao.org, le site d’AC

Réagissons et agissons pour une information libre et insoumise et pour la liberté de circulation et d’installation !

source : http://lille.indymedia.org/


Proposé par dial
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

Lire aussi dans MÉDIAS

Lire aussi dans CALAIS

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Le 1er décembre 1955, Rosa Parks refuse d’obéir aux injonctions ségrégationnistes et racistes du conducteur James Blake
Publié le 1er/12/2021

Appel du collectif « Pour que personne ne dorme à la rue »
Publié le 30/11/2021

Parlons Justice ! Action de soutien contre l’isolement
Publié le 29/11/2021

L’Actu des Oublié.e.s : Saison II - Episode 6 : Femmes en lutte et industrie néo-coloniale
Publié le 29/11/2021

Libre Flot - Lettre depuis l’isolement
Publié le 25/11/2021

La possibilité de l’écofascisme
Publié le 24/11/2021