Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS CAPITALISME - GLOBALISATION / EXPRESSION - CONTRE-CULTURE
Publié le 6 septembre 2021

Film documentaire « Incandescence des hyènes »


Projection et échange en présence du réalisateur, Nicolas Matos Ichaso
Vendredi 24 septembre 21h
au Mélies St François Sainté
Prix libre

Résumé : En Ethiopie, les forgerons de Harar ont la réputation de se transformer en hyènes, pour rôder dans la vieille ville. Une plongée dans le travail des ferronniers éthiopiens, déclassés socialement, avec en toile de fond la beauté nocturne de Harar et sa passion pour le khât. La nuit, derrière la modification des corps au travail et la possible métamorphose des forgerons en hyènes, naît un basculement du réel.

« Passé un prélude diurne, Incandescence des hyènes se déploie intégralement au cœur de la nuit d’Harar, en Éthiopie. Dans la pénombre rougeoient des braises ; des forgerons y fourrent du métal pour mieux le façonner. Le film construit une symphonie sourde de couleurs et de sons, propres à ce moment de la ville et de la nature qui la borde. Le vert des feuilles de khât s’envole du marché pour aller éclabousser les murs de la case où elles sont consommées. L’éclairage des rues dédouble la figure du forgeron marcheur en silhouettes voisines. Le son des coups de marteaux se répand partout, mais lorsque l’on s’approche de l’atelier, c’est le vacarme du feu qui accapare l’esprit. Nicolas Matos Ichaso écoute le silence des forgerons et observe leurs gestes, selon une approche symboliste plutôt qu’anthropologique, qui en extrait des formes et des rythmes. Le travail est détaché de sa fonction, représenté comme un présent qui anime le corps, le tend, lui donne une cadence. Le khât psychotrope le leste et l’élève aussi, jusqu’à la transe. L’organisme lui-même est morcelé, séparation du tout qui lie chaque partie aux éléments qui l’entourent et à la lumière qui la modèle. Ainsi s’opère la jonction avec le mythe selon lequel les forgerons du cru se transforment en hyènes la nuit venue. L’atmosphère dans laquelle hommes et animaux baignent est si épaisse qu’elle convoque des glissements impromptus d’un règne à un autre. Des cris annoncent l’apparition des bêtes, et un poème en déploie la puissance mythique. » Olivia Cooper-Hadjian pour Cinéma du réel


Proposé par Sauk

RDV à retenir

Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Lire aussi dans CAPITALISME - GLOBALISATION

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

L’outre est pleine : quand les étudiant.es stéphanois.es d’outre-mer décident de se rassembler
Publié le 18/09/2021

Mis partout, la démocratie en prend un coup
Publié le 17/09/2021

Communiqué de soutien au Lyon Antifa Fest du mouvement « Occupons Partout Lyon/Villeurbanne »
Publié le 16/09/2021

[Erratum] Mise à jour de la liste des logements vides chez les bailleurs sociaux (2020)
Publié le 15/09/2021

Apéro de rentrée du Couac
Publié le 14/09/2021

L’ateliéphémère, on s’en pass ?
Publié le 10/09/2021