Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ANALYSES ET RÉFLEXIONS ANARCHISME / COLONIALISME - ANTICOLONIALISME / MOBILISATIONS - LUTTES
PALESTINE  
Publié le 3 novembre 2023

Entretien avec des Anarchistes de Palestine – Perspectives depuis la lutte contre l’occupation


Entretien (par une organisation états-unienne) avec le mouvement anarchiste palestinien FAUDA, principalement localisé en Cisjordanie, afin d’obtenir leur perspective sur la lutte actuelle pour la Palestine et d’en apprendre plus sur leur groupe.

Entretien avec Fauda Palestine réalisé par BRRN (Black Rose / Rosa Negra) le 17/10/23 en anglais, on peut les retrouver sur Telegram ou leur envoyer de l’argent via TRX (à l’adresse TY4bQY6xb9WSDgXFkv1dxomwoGtJHFgiib).

Black Rose / Rosa Negra (BRRN, organisation anarchiste états-unienne), a contacté Fauda, un petit groupe localisé en Cisjordanie qui se décrit comme une organisation anarchiste palestinienne, afin d’obtenir leur perspective sur la lutte actuelle. Nous espérons que cet entretien permettra d’aider à créer davantage de liens entre les révolutionnaires aux États-Unis et la jeunesse militante en Palestine, et davantage de connaissance et compréhension mutuelles.

1. BRRN : Pouvez-vous nous en dire plus sur votre groupe – quelles sont vos activités, et qu’est-ce qui rend Fauda différent d’autres organisations politiques palestiniennes telles que le FDLP, FPLP, Hamas, Fatah, etc. ?

1. Notre groupe est connu comme le « Mouvement Fauda en Palestine » et est composé de jeunes activistes et universitaires de l’intérieur et de l’extérieur de la Palestine.

Notre but est d’unir toutes les forces avec des idées politiques et intellectuelles variées, et de les concentrer sur la lutte contre l’occupation injuste et la pensée sioniste raciste en Palestine. C’est pourquoi nous avons de bonnes relations avec des jeunes de confession juive, des converti·es, des musulman·es, des chrétien·nes, et d’autres.

Le fait est que de nombreux·ses palestinien·nes s’opposent aux actes racistes et injustes de l’occupation sioniste, mais ne trouvent pas d’axe unique autour duquel iels pourraient s’unir. C’est pourquoi on observe souvent qu’au lieu de se concentrer sur la lutte contre le racisme et le régime d’apartheid sioniste, iels s’attaquent les un·es les autres.

On joue ici le rôle de médiation entre les différents partis pour rassembler toutes les possibilités et capacités des palestinien·nes à combattre le régime d’apartheid.

Nous avons mené différentes actions, comme apprendre à des jeunes palestinien·es comment lutter et les méthodes de lutte et de pensée anarchiste (Groupe d’Éducation). Coordonner des veillées et des manifestations, certaines pacifiques et d’autres prenant la forme d’un black bloc (Groupe Exécutif). Publier des actualités et tout ce qui est lié à la Palestine et au peuple palestinien, et sur les agissements de l’armée et des systèmes de sécurités israéliens. Par exemple, sur la suppression des libertés individuelles et sociales, la démolition des maisons palestiniennes, le meurtre d’enfants, les massacres et le génocide contre le peuple palestinien, etc (Groupe d’Information). La dissémination d’informations importantes sur l’histoire de la Palestine, l’histoire du conflit palestinien et israélien, et les nouveaux obstacles intellectuels que les nouvelles générations rencontrent, car nous subissons une guerre médiatique féroce qui déforme les faits et les tournent en faveur d’Israël. Comme vous le savez, Israël a des chaînes qui diffusent des informations en arabe en continu afin de déformer des faits historiques et de propager son récit mensonger du passé et de ce qui se passe actuellement (Groupe Médiatique).

Voici un bref aperçu du Mouvement Fauda en Palestine.

2. BRRN : Que voulez-vous que les compagnon·nes aux États-Unis sachent à propos de la situation actuelle en Palestine ?

2. Par rapport à cette question, j’aimerais dire à tous nos frères autour du monde, pas seulement aux États-Unis, de ne jamais faire confiance aux médias mondiaux, qui ont toujours déformé les faits pour les tourner en faveur du colonialisme dans le monde entier et de l’occupation sioniste.

Ici, en Palestine, nous souffrons. Nous souffrons que l’on nous dérobe le minimum requis pour vivre. J’aimerais que vous sachiez qu’il n’y a pas un seul jour – je vous assure, littéralement pas un seul – sans que l’armée israélienne n’arrête un·e jeune palestinien·ne marchant dans la rue.

Les territoires palestiniens en Cisjordanie souffrent tout le temps de coupures d’électricité et d’eau, à une fréquence quasi quotidienne. Depuis des années, l’armée israélienne cherche à déplacer par la force des territoires palestiniens afin d’en prendre le contrôle et d’y construire de nouvelles colonies. Dans le passé, l’armée employait des méthodes purement violentes et répressives pour vider ces territoires et déplacer les palestinien·nes de leur terre mais, récemment, on observe la pratique de méthodes plus douces pour parvenir aux mêmes fins, c’est-à-dire des déplacements forcés. Cette méthode douce consiste à couper l’électricité et l’eau pour une longue période, à ne pas collecter les déchets afin qu’une puanteur empeste dans ces zones, de mener des exercices militaires complets proches de ces zones after de nuire aux populations palestiniennes dans celles-ci, et d’autres actions inhumaines que mène l’occupation sioniste. Ceci est seulement une part infime de ce qui se passe toute l’année ici en Palestine, notamment en Cisjordanie.

Actuellement, au milieu de cette guerre violente, les forces de sécurité israéliennes ont arrêté un grand nombre de civils en Cisjordanie sans aucune accusation précise, par peur d’un déclenchement de nouveaux affrontements en Cisjordanie. Imaginez que vous soyez assis·e à la maison avec votre famille et, soudainement, des soldats israéliens entrent, pointent des armes à feu sur vous et votre famille, puis vous arrêtent sans que vous n’ayez commis aucun crime. C’est exactement la situation que l’on vit ici. J’aimerais que cela se limite à seulement des arrestations. Dans de nombreux cas, ces arrestations mènent à une violente torture en prison, et même à la mort comme résultat de ces pratiques systématiques.

J’aimerais que vous sachiez autre chose : l’Autorité Palestinienne et son président Mahmoud Abbas ne nous représente pas du tout, nous le peuple palestinien. Nous rejetons l’autorité et nous rejetons Abbas et tous ses ministres. Je ne sais pas si vous avez entendu parler de l’accord de coordination en terme de sécurité entre l’occupation sioniste et l’Autorité Palestinienne. Il y a plusieurs années, l’Autorité Palestinienne a signé un accord selon lequel elle servirait l’entité occupante en termes de sécurité. C’est-à-dire que pour tous·tes les jeunes activistes palestinien·nes – combattant l’occupation sioniste d’une façon ou d’autre autre – que l’occupation ne peut pas arrêter, l’Autorité Palestinienne va les poursuivre, les arrêter et les livrer à l’occupation, puis plus personne ne sait ce qui arrivera à ce jeune. Elle ne nous représente ni nous, ni aucun·e palestinien·ne. Elle est complètement rejetée dans les rues palestiniennes mais, malheureusement, elle est officiellement et internationalement reconnue par les Nations Unies et soutenue par les États-Unis d’Amérique.

3. BRRN : Comment s’est passée cette semaine, pour vous, personnellement ?

3. Il n’est pas question d’une semaine ou de deux, mon frère. Nous vivons dans un état d’oppression et de privation des libertés individuelles et sociales toute l’année. Oui, il y a eu beaucoup plus de tragédies et de mauvaises nouvelles cette semaine que les mois précédents. Nous avons appris la mort de beaucoup de nos propres et ami·es à travers les territoires palestiniens. C’est très douloureux. Nous avons beaucoup d’ami·es en Cisjordanie et à Gaza. La population palestinienne de Gaza vit désormais dans une situation extrêmement dangereuse. Depuis plus de trois ou quatre jours, les forces d’occupation israéliennes ont coupé l’électricité et l’eau dans la bande de Gaza. Quand l’électricité est coupée, beaucoup de services sociaux s’arrêtent, notamment les hôpitaux. Les bombardements se poursuivent en continu sur les personnes vivant à Gaza. Ils bombardent cette petite zone même au milieu de la nuit. Israël maintient un blocus total dessus. Les gens ne peuvent même pas leur échapper. L’occupation empêche toute aide humanitaire d’atteindre Gaza. L’occupation interdit la nourriture, interdit l’eau, interdit les médicaments, et tout le reste. Gaza est devenu un petit cachot, bombardé de tous les côtés. Imaginez qu’une mère voit son jeune enfant blessé·e et en sang, mais il n’y a pas d’hôpitaux offrant leurs services à cause d’une coupure de courant. Comment décririez-vous les sentiments de cette mère ?

P.-S.

La suite de cet article à lire sur paris-luttes.info.


Proposé par Le Numéro Zéro
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans COLONIALISME - ANTICOLONIALISME

Lire aussi dans ANARCHISME

Lire aussi dans PALESTINE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Blocage des prisons
Publié le 20/05/2024

Marche pour le vivant
Publié le 18/05/2024

Mine de lithium à Échassière : Journée de rencontres, d’informations et de festivités
Publié le 18/05/2024

zbeul le passage de la flamme
Publié le 14/05/2024

Soirée de présentation autour de la révolution syrienne
Publié le 13/05/2024

Soirée de soutien à des camarades Trans et TDS à Istanbul
Publié le 11/05/2024