Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS FLICAGE - SURVEILLANCE / MOBILISATIONS - LUTTES
SAINT-ÉTIENNE  
Publié le 6 mai 2019 | Maj le 25 avril 2020 | 1 complément

Déambulation festive contre SERENICITY & Cie


Associons-nous pour contrer les dérives sécuritaires, et refusons le dogme de la ville connectée et déshumanisée. Nos quartiers ne sont pas des laboratoires !
Déambulation festive le samedi 11 mai.
RDV à 13 heures sur la passerelle du puits COURIOT.
Venez nombreux.ses avec percussions et casseroles.

Vous étiez filmé.e.s.
Dorénavant, vous êtes écouté.e.s : dormez tranquilles, vous êtes surveillé.e.s !!!

SERENICITY : un dispositif de surveillance jusque-là inédit en France.

La municipalité de Saint-Étienne a décidé d’installer 50 micros pour « sécuriser » un quartier populaire : Tarentaize-Beaubrun-Couriot (près de 7000 habitants, à savoir 1 capteur pour 140 habitants). L’opération consiste à installer des « capteurs sonores »à l’affût de « bruits suspects ». "Le capteur est relié à une caméra qui va s’orienter à l’endroit d’où vient le bruit, et la caméra va envoyer en direct des images au poste de contrôle sécurité de la ville, pour que les agents qui sont en place puissent décider si c’est grave ou si c’est pas grave." (Jean-Pierre Berger, adjoint au maire de Saint-Étienne).

Une technologie utilisée par l’armée américaine

À la fin des années 1990, les américains l’ont utilisée en Irak et en Afghanistan, puis elle a été étendue dans les ghettos de certaines villes américaines.Le matériel, américain, est importé à Saint Etienne par Verney-Carron, fabricant d’armes.

Vidéosurveillance : un coût très important pour des résultats très faibles.

La ville de Saint-Étienne s’est dotée d’un dispositif de vidéosurveillance à partir de l’année 2001. Aujourd’hui, il compte 300 caméras qui coûtent « un pognon de dingue » : achat du matériel, aménagement du centre de supervision, coût de la maintenance, masse salariale des agents chargés de scruter les caméras.Les faits repérés grâce à la vidéo représenteraient, d’après Laurent Mucchielli (Sociologue, Directeur de recherches au CNRS), 1,2 % des faits de délinquance à Saint-Étienne. Cet argent public (nos impôts) n’est plus mobilisable pour la prévention et l’éducation, ainsi que pour les actions sociales et d’insertion économique en direction des habitants.À ce coût, vient s’ajouter celui des « capteurs sonores » (au moins 150000 € d’après la mairie). Le développement de la surveillance généralisée, outre qu’elle est un gaspillage d’argent public, est une atteinte aux libertés fondamentales.

Associons-nous pour contrer ces dérives sécuritaires et refusons le dogme de la ville connectée et déshumanisée. Nos quartiers ne sont pas des laboratoires !

Déambulation festive le samedi 11 mai.
RDV à 13 heures sur la passerelle du puits COURIOT.
Venez nombreux.ses avec percussions et casseroles.

Téléchargez le tract :


Proposé par R.A.P. Sainté
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 complément

  • Sur ce sujet, cf. aussi le très bon article « The wire, Tarentaize sur écoute » dans le Journal du carnaval 2019, p. 22-23 ! (Téléchargeable ici)

En complément...

ACTUALITÉS   FLICAGE - SURVEILLANCE

L’installation des micros-mouchards dans le quartier Tarentaise-Beaubrun est repoussée

Suite à la vive polémique suscitée par la publication des documents de la maire sur le projet de « Safe City » par la quadrature du net, la CNIL demande à la ville « des informations supplémentaires sur ce dispositif ». Pour autant la bataille continue et il ne faut pas baisser la garde.

Publié le 8/05/2019
ACTUALITÉS   FLICAGE - SURVEILLANCE / INFORMATIQUE - SÉCURITÉ

Mouchards et drones à Saint-Etienne : le maire veut étouffer le débat

La Quadrature du Net publie et analyse les documents obtenus auprès de la mairie de Saint-Étienne sur son projet de « Safe City ». Micros couplés à la vidéosurveillance, drones automatisés, application de dénonciation citoyenne… Ils révèlent la ville sous-surveillance telle que fantasmée par son maire, Gaël Perdriau.

Publié le 16/04/2019

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans FLICAGE - SURVEILLANCE

Lire aussi dans R.A.P. SAINTÉ

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Restructuration et rentabilité statistique à travers la gestion pandémique
Publié le 29/05/2020

Petit argumentaire juridique pour justifier d’aller voir un.e proche incarcéré.e à plus de 100 kilomètres de chez soi
Publié le 25/05/2020

25 mai 1973 : fin de la grève des sans-papiers tunisiens
Publié le 25/05/2020

Saint-Etienne ville cosmopolite, prolétaire et solidaire !
Publié le 24/05/2020

On ne veut pas moins, on ne veut pas autant, on veut plus !
Publié le 24/05/2020

17 juin - Agir contre la réintoxication du monde
Publié le 23/05/2020