Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS MOBILISATIONS - LUTTES
SAINT-ÉTIENNE   MOUVEMENT GILETS JAUNES
Publié le 30 mars 2019 | Maj le 25 avril 2020

Carnaval de l’acte XX : nous partîmes 2000...


Rendez-vous 13h à Monthieu. Ambiance bigarrée et joyeuse entre, selon la typologie du Progrès, naïfs Gilets Jaunes, redoutables « zadistes » (participant-e-s du carnaval en costumes) et furieux « casseurs ». Le cortège démarre tranquillement, précédé d’une rangée de camions de CRS. À notre surprise, nous entrons sans encombre dans le centre-ville.

  • témoignage des street medics 42 :

    "Bonjour à tous et à toutes,
    Nous revenons sur la journée de manifestation sociale sur Saint-Étienne. Tout d’abord nous voudrions remercier tous les équipages venus de différents horizons qui sont venus nous donner un coup de main sur cette régionale des gilets jaunes et sur les différents cortèges de la ville. Nous regrettons les différents problèmes qu’ont subi quelques équipages Street Medic comme ceux de l’Isère ou du 63 qui ont fini en vérification d’identité dès 10h30 du matin avec suppression du matériel de sécurité.

    Pour la régionale des gilets jaunes, l’appel a été entendu et beaucoup de monde s’est regroupé sur Saint-Étienne à Monthieu puis Place du Peuple. Le centre-ville était complètement bouclé par plus de 700 forces de l’ordre d’après les chiffres officiels. Des échauffourées entre la police et les manifestants ont eu lieu sur quelques axes principaux du centre ville, les premières prises en charge ont été faites lors de la mise à feu de poubelles (brûlures mineures). À Carnot la situation s’est rapidement tendue et les forces de l’ordre ont fait usage du LBD et de gaz lacrymogène, plusieurs prises en charge sont faites sur place par les différents équipages présents. Le cortège s’est dirigé sur Châteaucreux puis sera repoussé à coups de charges policières et de gaz lacrymogène jusqu’à scinder le cortège en deux, une partie direction Fourneyron et l’autre sur la rue de la Montat par une charge des forces de l’ordre au rythme militaire. Certains manifestants essayeront de ralentir le pas, ils seront rapidement rappelés à l’ordre par les matraques jusqu’au camp de Monthieu où la technique du maintien de l’ordre nous laissera bouche bée, tout le monde sera raccompagné par une horde de gendarmes jusqu’au pont surplombant la voie ferrée pour finir de disperser tout le monde.

    Une quinzaine de prises en charge pour les différents équipages, prises en charge plus ou moins importantes dues à des tirs de LBD, gaz lacrimogène, aux enveloppes des grenades lacrymogènes et autres."

  • Dimanche soir : trois individus toujours en garde à vue dont un mineur de 14 ans

    selon le progrès :
    "Trois individus, interpellés en marge de l’acte XX des Gilets jaunes samedi à Saint-Étienne, sont toujours en garde à vue dimanche soir. Deux d’entre eux seront présentés lundi devant le parquet pour participation à un groupement armé – des pierres ont été retrouvées dans leur sac à dos - et violences sur les policiers.
    Le troisième, un mineur de 14 ans, sera présenté devant un juge pour enfant pour avoir mis le feu à des poubelles. Quatre autres individus ont été relâchés mais feront l’objet de poursuites en justice."

    Pierres et feux de brousailles contre armes de guerre et hélicoptère : solidarité contre cette justice de classe !

  • violences des flics à Monthieu

    Témoignages sur des agressions policières pendant et après la manifestation, manifestant.e.s, passant.e.s, jardin d’enfant et jardin privé criblés de lacrymo :
    https://www.saintédebout.fr/2019/03/31/de-nouvelles-violences-policieres-a-monthieu/

D’environ 2 000 au départ, le cortège a grossi à plus de 4 000. La Place du peuple est peine à craquer et saturée de son, la chorale peine à faire entendre sa voix.
On bout un peu sur place, le cortège se remet en marche. Un dispositif de flics et les menaces de la préfecture en amont empêchent tout accès au centre-ville : qu’à cela ne tienne le cortège remonte vers Beaubrun, où les cafés sont restés ouverts.

Il commence à faire chaud sous les masques et les costumes mais cela n’empêche pas certain’es de mettre le feu à quelques palettes en amont de Jacquard et une personne de péter le blindage en placo d’une banque sur la place (les agios du mois ne sont manifestement pas passés). Tout le monde remonte vers Le Clapier puis tourne à droite. Quelques buissons le long de la voie ferrée sur le boulevard urbain s’enflamment, ça réjouit les gamins. Un radar est cassé, les Gilets jaunes applaudissent. La fête costumée a encore grossi et remplit le boulevard de la Maison de l’emploi jusqu’au viaduc de la voie ferrée. Autour de 7 000 personnes sont là .

Arrivée à Carnot, une centaine de personnes passe les voies de tram en chantant. Soudain, les flics en embuscade sous le pont de la gare répondent à quelques jets de bouteilles par une salve de LBD et de gaz lacrymo. Même pas peur, la décapotable customisée et sonorisée (avec ou sans moteur ?) franchit le rideau de lacrymo et attend un bon moment que le gros de la manif brave le panache de fumée.

Quelques camarades sont blessé’es par les forces de l’ordre en embuscade.
On avance à proximité de la cité du design bien gardée (alors qu’elle a été exceptionnellement fermée aujourd’hui, tout comme les bibliothèques et services municipaux qui sont en congés forcés). Le cortège prend une petite rue vers le sud. Qui par la rue Neyron, qui par la rue Dupont, les foules se dirigent vers Châteaucreux.

Gazages devant la gare, gazages à Fourneyron, les gens se dispersent très vite devant la quantité de lacrymo (il en tombe sur les bagnoles, dans des parkings, etc, déclenchant des débuts d’incendies). Au milieu des gaz et des LBD, heureusement que les équipes de médics étaient là pour soigner les blessé’es. Bon an mal an, au moins un millier de personnes se retrouve et file vers Monthieu. Trop bien de voir arriver des groupes de manifestant’es quand on est esseulé et asphyxié !

De nouveaux guets-apens de flics planqués dans les rues adjacentes essaient régulièrement de scinder la manif. On arrive au rond-point de Monthieu et là , des fourgons de bleus bloquent toutes les issues. Les charges de flics dispersent violemment des groupes de manifestant’es qui se réfugient dans les résidences et les immeubles alentours. Un cortège est repoussé vers St Jean Bonnefond.

D’après la préfecture, 44 personnes ont été interpellées, et à 20h, le commissariat surchargé d’innocent.e.s commence à en relacher certain’es. 11 d’entre elleux seraient retenu.e.s en garde à vue. Nous n’avons pas d’informations exactes sur le nombre de blessé’es au cours de la journée. Contactez-nous si vous avez plus d’info et n’hésitez pas à partager d’autres récits de ce samedi enflammé !


Proposé par chapka
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En complément...

ACTUALITÉS   MOBILISATIONS - LUTTES

Gilets Jaunes - Acte 50 : Appel à manifestation nationale à Saint-Étienne

Depuis plusieurs semaines, l’appel circule sur les différentes plate-forme GJ de la Loire et d’ailleurs. Pour cet acte 50, les GJ de Saint-Étienne appellent à converger sur la ville aux sept collines pour un retour aux sources ! On reprend les bonnes habitudes : rendez-vous samedi 26 octobre à 13h au rond-point de Monthieu et à 14h place du Peuple. Tou.te.s ensemble ! On lâche rien !

Publié le 17/10/2019
ACTUALITÉS   « BENAISES » ET « CANCORNES » / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Trombinoscope des collaborateurs du « réaménagement urbain » à Saint-Étienne

Ce trombinoscope paru dans le journal du carnaval de l’inutile de mars 2019, nous propose un petit tour d’horizon des assos de « réaménagement urbain » qui ont pignon sur rue à Sainté. Jeunes, « alter » et pleines de bonnes intentions. Nous avons ici une vue rapide sur leurs histoires, leurs projets et leurs liens avec le pouvoir municipal ou national.

Publié le 28/09/2019
ACTUALITÉS   MÉDIAS

Le journal du carnaval de l’inutile est en ligne !

Le carnaval de l’inutile 2019, en plus d’avoir réussi à faire fermer pour une journée la biennale du design, déambulé dans la ville au coté des gilets jaunes, a publié son journal que vous avez peut-être déjà eu l’opportunité de voir traîner dans les plus beaux canis de la ville.
Ce journal est une proposition : une récolte d’anecdotes, de vécus, de prises de tête, de colères et de récits. C’est un constat subjectif de l’état de la ville par ses habitantes et habitants. Il nous faudrait choisir entre Saint-Étienne capitale des taudis et du Design. Franchement, on s’en fout, et bien d’autres questions demandent à être posées avant ça. Le journal est disponible ici.

Publié le 8/05/2019
ACTUALITÉS   MOBILISATIONS - LUTTES / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Carnaval de l’inutile

Il fut un temps, où le carnaval était le jour où les esclaves se déguisaient en roi pour se moquer des puissant.e.s. Une occasion d’inverser les rôles, de transgresser les normes établies. Pour un jour, le monde marche à l’envers ! Aujourd’hui, à Saint-Étienne, ce sont les puissant.e.s qui l’organisent – celleux-là mêmes qui relookent la ville en Capitale du design. Celleux-là mêmes qui font mourir des quartiers habités pour en construire de nouveaux aseptisés. Nous proposons plutôt un giga carnaval coloré, bruyant et indomptable !
Les 30 et 31 mars 2019, ce sera un week-end coloré, bruyant et indomptable !

Publié le 8/03/2019

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans MOUVEMENT GILETS JAUNES

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Le 24 septembre, journée de deuil pour le peuple Kanak colonisé par les Français
Publié le 24/09/2021

Rejoindre les Brigades d’Actions Cinématographiques
Publié le 23/09/2021

STEEL LOVING YOU - Acier, métal, soudure, étincelles et arts de rue...
Publié le 23/09/2021

F*** le 28 : contre l’expulsion de Chez Elia
Publié le 20/09/2021

L’Actu des Oublié.e.s - Saison 2 - EP1 : Spéculation
Publié le 19/09/2021

L’outre est pleine : quand les étudiant.es stéphanois.es d’outre-mer décident de se rassembler
Publié le 18/09/2021