Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS LOGEMENT - SQUAT / MIGRATIONS - SANS-PAPIERS
SAINT-ÉTIENNE   MOUVEMENT POUR LE LOGEMENT DE TOU’TE’S (2019 - ....)
Publié le 2 mars 2019 | Maj le 25 avril 2020

Soutien à la Maison Solidaire !


Hello !!
Nous recherchons toujours des places disponibles pour des durées de quelques jours à quelques mois. On insiste parce que ça pinaille du coté des institutions qui n’ont pas assez de place pour tout le monde (conséquence d’une volonté politique de nos gouvernements successifs...).

Un canapé ? Un enfant en internat une semaine sur deux ? Un weekend ou une semaine d’absence ? Nous garantissons l’hébergement à votre domicile en votre absence en y envoyant des personnes de confiance que nous connaissons depuis plusieurs mois.
Dans ces cas de figure nous passons régulièrement dans le logement pour vérifier que tout ce passe bien...

Merci de nous écrire, trop de gens sont dehors à l’heure actuelle.

lamaisonsolidaire42 chez gmail.com
0477591954
FB : LaMaisonSolidaireStEtienne

Une cagnotte a été créée afin de récolter des dons pour participer à la prise en charge de ces personnes. Ici, vous pouvez, directement et en un clic, participer à cette cagnotte.

Présentation de la Maison solidaire :

1. Depuis novembre 2016, La Maison Solidaire s’efforce d’apporter un soutien matériel et humain aux personnes en détresse sociale, psychologique ou morale sur notre territoire. Elle est un établissement sans entité juridique à l’heure actuelle mais est inscrite dans les statuts de l’association « Transport People and Care » comme étant un lieu d’hébergement, de collecte et de stockage de produits de première nécessité, administré par elle.

Au fil des mois, c’est vers les exilés présents sur ce même territoire que nos activités se sont orientées. Le constat que nous faisions étant qu’aucune catégorie de population ne subissait autant qu’eux l’exclusion et la politique autoritaire, sécuritaire des dernières années.

Ils sont nombreux, et la tâche est immense. A de nombreuses reprises, nous avons dû faire des choix difficiles, pour décider de qui nous aiderions ou pas. A l’heure actuelle, nous ne sommes pas en mesure de répondre à 75 pour cent des demandes d’aide que nous recevons, principalement sur le plan de hébergement.

Nous privilégions les publics entre 14 et 26 ans, toutes situations administratives confondues. Ceci dit, pour les Dublinés dis « en fuite », toute forme de soutien s’avère extrêmement compliquée. Nous tentons encore de voir sur quels points nous pouvons nous permettre de les appuyer.

La mobilisation autour des hôtels et foyers d’hébergement des mineurs (soutien logistique pour ce qui concerne La Maison Solidaire), et le maintien de quatre séances d’alphabétisation ou de soutien scolaire chaque semaine sont gourmands en énergie et en temps de présence pour les bénévoles.De même, l’approvisionnement en nourriture nous occupe quasiment deux jours par semaine (ramassage, tri, préparation). Tous nos hébergeurs n’en profitent pas, mais chaque jeudi et vendredi, il leur est possible de venir faire « leurs courses » directement à La Maison Solidaire. Nous ne sommes donc pas assez nombreux, à l’heure actuelle, pour être réellement efficaces 7 jour sur 7 même si cela reste un objectif.

2. Dès septembre 2017, nous avons alerté sur la situation préoccupante des M.N.A [1]. Depuis cette période, nous avons souhaité concentrer notre soutien sur les cas les plus vulnérables, ceux sans logement, sans suivi social, ou très proche de leur majorité, et sans formation.

Cela ne nous a pas empêché, dans le même temps, d’exercer toutes les pressions possibles pour mettre en lumière la situation globale de ces jeunes.

Nous en avons accueilli 22 depuis cette date. Tous tenus à l’écart du dispositif de protection des mineurs :

  • 3 sont repartis quelques heures, quelques jours après leur refus de prise en charge.
  • 16 ont été scolarisés dans les semaines suivant leur arrivée au sein de notre réseau.
  • 8 sont maintenant pris en charge par le Conseil Départemental.
  • 8 attendent une convocation en appel, soit après une main levée, soit après un refus ou non-lieu à mesure d’assistance éducative de la part du juge des enfants.

3. Pour la suite, et sous couvert d’autorisation, La Maison Solidaire sera ouverte tous les jours de 11h à 15h, sans rendez vous, pour des demandes diverses. En dehors de ces horaires, la maison ne serait accessible qu’aux personnes ayant rendez-vous ou étant inscrites pour des activités.

La nouvelle convention de mise à disposition des locaux prévoit que le jardin, les dépendances, et tout le rez de chaussé seront à la disposition de l’association. Tout le premier étage restera à l’usage privé du locataire, c’est-à-dire moi.

C’est, à ce jour, la seule solution que nous avons à proposer. Cela aura du mal à passer auprès des services de la DDCS [2] mais nous rappellerons une fois encore que nous faisons face à une réalité qui est que des jeunes supposés mineurs ou tout juste majeurs se retrouveraient à la rue si une petite partie d’entre eux n’était pas hébergée dans cette maison (5 à l’heure d’aujourd’hui).

4. Mais là encore, le travail à accomplir est immense. Et nous rencontrons des difficultés sur plusieurs points. Organisationnellement d’abord. Maintenir une cohésion de groupe et des missions clairement définies n’aura pas été aisé. Les difficultés que nous rencontrons à obtenir une reconnaissance de nos activités par le département et la DDCS nous entravent dans notre communication, nos activités, notre développement économique.

En étant optimistes, nous n’attendons pas d’évolution rapide sur ce plan. Les tractations continuent avec les institutions, et nous rencontrons des politiques pour appuyer notre démarche, mais c’est un travail de longue haleine qui demande de la patience.

5. En attendant, notre fonctionnement ne repose que sur votre générosité.
Sans votre soutien, les jeunes sans prise en charge ne mangeraient pas à la cantine, n’auraient pas non plus de carte de bus. (Les fonds sociaux ne prennent pas toujours en charge, nous n’avons pas d’autre choix que d’assurer ces dépenses.)
Sans votre soutien, ceux qui relèvent de prise en charge en hôtel ne laveraient pas leur linge.
Sans votre soutien, nous ne pourrions pas non plus financer les nombreux recommandés, documents d’état civil, transports aux ambassades.
Sans votre soutien, l’association ne pourrait pas soutenir l’hébergement dans la maison.

6. En serrant les vis, nous finissons le mois avec 1750 euros de dépenses.
Le plus gros poste reste les charges de La Maison Solidaire (619 euros par mois), cela s’explique notamment par deux factures de rappel concernant l’année 2017 (reportées sur les échéanciers de 2018) période ou nous avons accueilli jusqu’à 21 personnes en même temps dans la maison.

Viennent ensuite les dépenses dites « personnelles » (403 euros), comprenant recommandés, documents d’état civil, frais de santé non remboursés, recharges de téléphone, cantine...

Les dépenses en nourriture, fournitures diverses (300 euros), pour compléter les colis alimentaires, acheter des produits d’hygiène, cartouches d’encre, rames de papiers...

Les dépenses de transport (145 euros) correspondent à l’achat de cartes de STAS ou billets pour Paris (ambassade)...

Enfin, les dépenses pour l’entretien du jardin (29,80 euros), pour du terreau, des plans et pieds, graines...

Dans l’idéal, nous souhaitons pouvoir soutenir l’hébergement de trois familles ou personnes dans des locaux payants, la facture s’élève à 445 euros pour 9 personnes dans trois appartement.

7. Nous avons donc aujourd’hui plus que jamais besoin de vous, et dans l’idéal, de personnes prêtes à s’engager à nos cotés chaque mois avec des versements réguliers. Pour finir l’année dans de bonnes conditions, des mécènes qui ponctuellement nous soutiendraient seraient également bienvenus.

Compléments :

Nous organisons ou participons actuellement à l’hébergement de 47 personnes. Famille, mineurs isolés, jeunes majeur(e)s isolé(e)s, couples avec enfants en bas âge ou enceinte de 5 à 8 mois.

D.A. : Demandeur d’asile
T.S. : Titre de séjour
M.N.A. : Mineur non accompagné
Ex M.N.A. : Jeune majeur arrivé sur le territoire avant 18 ans
A.S.E. : Aide sociale à l’enfance
O.F.I.I. : Office Français de l’intégration et de l’immigration
J.D.E. : Juge des enfants
T.A. : Tribunal administratif

87 personnes ont été accueillies entre janvier 2018 et le 20 novembre 2018.
14 bébés de - de 3 ans
3 enfants de + de trois ans
16 femmes pour des durées de 1 semaines à 4 mois,
20 hommes pour des durées de 1 semaines à 4 mois,
34 M.N.A. pour des durées de 1 nuit à 11 mois.

Pour les D.A. : Orientation OFII pouvant survenir dans les deux semaines après l’arrivée, jusqu’à 4 mois après l’arrivée.
Pour T.S. et Ex MNA : Orientation sur CCAS et 115 une fois la régularisation acquise.
Pour MNA : Orientation sur l’ASE si primo-arrivant, vers avocat et juges des enfants si refus à l’évaluation sociale, sur la cours d’appel quand le juge ne prend pas de mesure de placement.

Notes

[1M.N.A. : Mineur non accompagné

[2Direction Départementale de la Cohésion Sociale


Proposé par mut1°
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En complément...

ACTUALITÉS   LOGEMENT - SQUAT / URBANISME - GENTRIFICATION - TRANSPORT

Lettre ouverte à Monsieur le Maire de Saint-Étienne, Monsieur le Préfet de la Loire et au-delà 

Nous étions, ce mercredi soir, quelques dizaines de citoyens soutenant la cause des migrants et personnes sans domicile fixe à vouloir interpeller, lors de l’inauguration de la Biennale du design, nos responsables politiques et administratifs, sur les menaces d’expulsions pesant sur quelques squats de notre ville, ainsi que sur notre inquiétude de voir mises à la rue de nombreuses personnes et familles à la fin de la trêve hivernale.

Publié le 22/03/2019

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans LOGEMENT - SQUAT

Lire aussi dans MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Lire aussi dans MOUVEMENT POUR LE LOGEMENT DE TOU’TE’S (2019 - ....)

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

1791 à 1914 : les racines du maintien républicain de l’ordre
Publié le 10/07/2020

« J’ai vu le chagrin de victimes dévastées » : lettre ouverte au garde des Sceaux
Publié le 10/07/2020

Pour la forêt, et suite à l’abandon du projet de Center Parc de Roybon
Publié le 10/07/2020

« Faut-il attendre que quelqu’un meure pour être autorisé à débarquer ? »
Publié le 5/07/2020

Roberto libero ! Tutti.e liberi.e !
Publié le 3/07/2020

1er juillet 1910 : éxécution de Jean-Jaques Liabeuf, stéphanois et « tueur de flics »
Publié le 1er/07/2020