Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ANALYSES ET RÉFLEXIONS CAPITALISME - GLOBALISATION / RÉSISTANCES ET SOLIDARITÉS INTERNATIONALES
SAINT-ÉTIENNE  
Publié le 16 juin 2005 | Maj le 25 mai 2020

Pas de charité mais la Justice.


Le samedi 11 Juin 2005, le gouvernement britannique annonce l’annulation de la dette des 18 pays les plus pauvres par les membres du G8 qui regroupe les 8 pays les plus riches du monde, excepté la Russie. Cette décision a été saluée aux quatre coins de la planête. Simultanément, Washington s’obstine à refuser de doubler son aide aux pays africain d’ici 2005.

Cet acte de charité accordé à l’Afrique pour la « sauver » de la misère est l’occasion de se souvenir de ceux qui ont donné leur vie pour la cause africaine, comme Ken Saro-Wiwa, qui fut condamné ainsi que 8 autres activistes Ogoni par le gouvernement nigérien en novembre 1994. Leur seul crime a consisté à avoir clamé l’extreme richesse du Nigéria alors qu’elle dépouillé par les entreprises multinationales occidentales.

Saro-Wiwa a donné sa vie pour que son pays puisse bénéficier de l’extrême richesse de son sous-sol : gaz, diamant, or, platine, chrome, fer, acier et qu’il ne se contente pas seulement de subir la pollution qui incombe à l’extraction de ces richesses. Cet homme ne demandait pas la charité mais la Justice.

Le mouvement pour la survie du peuple Ogoni demandait à ce que Shell dédommage ce peuple pour avoir été exproprié alors que cette entreprise avait perçu, depuis les années 50, près de 30 billions de dollars de l’extraction du pétrole. C’est le gouvernement nigérien et l’armée nigérienne qui, par la force, mit un terme aux manifestations.

Dix ans plus tard, 70% des nigériens vivent avec moins de 1$ par jour. Shell continue à réaliser des bénéfices pharamineux. La Guiné Équatorial, qui a signé un contrat avec ExxonMobil, ne touche que 12% des revenus du pétrole. L’extrême pauvreté de l’Afrique n’est pas le résultat d’erreurs politiques mais la conséquence du pillage post-colonial.

L’Afrique sub-saharienne, la région la plus pauvre du monde, est également la destination des investissements les plus rentables.
Selon le rapport du développement mondiale de la finance publié en 2003 par la banque mondiale, cette région propose le meilleur retour sur investissement du monde. L’Afrique est pauvre parce que les investisseurs sont incroyablement riches.

L’idée défendu au prix de sa vie par Saro-Wiwa selon laquelle les ressources d’un pays doit bénéficier à ceux qui y habitent, est au coeur des luttes anticoloniales. Cette idée sombre dans l’oubli avec Traité Constitutionel Européen (TCE) et la stratégie de sécurité nationale états-unienne qui décrivent le « libre échange » non seulement comme une politique économique mais également comme un « principe moral ». Cette idée est au coeur des protestations qui agitent actuellement la Bolivie. Dix ans auparavant ce pays fut sommé par le Fond Monnetaire International (FMI) de privatiser l’exploitation de son pétrole et de son gaz naturel en lui promettant la prospérité. Lorsque l’échec de cette politique fut flagrante, le FMI demanda à la Bolivie d’augmenter l’impots sur le revenu des plus bas salaires. Les boliviens ont eu une meilleur idée : nationaliser l’exploitation du gaz naturel afin que d’en faire bénéficier le pays.
Il en va de même en Irak. Le 2 juin derner, Laith Kubba, le porte-parole du premier ministre irakien, déclara aux journalistes que le FMI l’avait forcé à augmenter les prix de l’électricité et de l’essence en échange de l’annulation de la dette de son pays : 10 billions de $. Quelques jours avant cette déclaration, la première conférence anti-privatisation qui réunissait les syndicats indépendants du pays, dont ceux des employés du pétrole, exigeaient que le gouvernement refuse de payer la dette accumulée par Saddam Hussein et se lance dans un processus de nationalisation, notamment des entreprises du pétrole.

Le néolibéralisme, une idéologie si puissante qu’elle tente de se faire passer pour de la modernité, ne fait pas l’objet d’un consensus. Cette idéologie a été rejeté par les électeurs français qui ont refusé le TCE. Les manifestations qui auront lieu dans un mois à Edinburgh dans le cadre du sommet du G-8 seront l’occasion de réclamer Justice.

Libre adaptation de l’article intitulé « A Noose, Not a Bracelet » écrit par Naomi Klein :
http://www.thenation.com/doc.mhtml?...


Proposé par dial
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans RÉSISTANCES ET SOLIDARITÉS INTERNATIONALES

Lire aussi dans CAPITALISME - GLOBALISATION

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Prison de Latina (Italie) : « Solidarité entre prisonnier.e.s anarchistes ». Un texte de Francesca
Publié le 27/10/2020

Jean Louis Gagnaire ou la raclure la plus zélée du macronisme local
Publié le 26/10/2020

Retour sur la mobilisation Antifasciste à Grenoble du 21 octobre
Publié le 23/10/2020

Contre le projet de fusion des universités et pour le maintien de l’UJM !
Publié le 22/10/2020

Collecte commune Brigades de solidarité Green Angels Solidarité
Publié le 22/10/2020

À propos d’Abdelhakim Sefrioui et du collectif Cheikh Yassine
Publié le 20/10/2020