Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS MIGRATIONS - SANS-PAPIERS / RÉPRESSION - PRISON
SAINT-ÉTIENNE  
Publié le 10 octobre 2017 | Maj le 14 juin 2020

Lettre ouverte sur la situation des familles Rroms à Saint-Étienne


Je vous adresse cette lettre car la presse locale reste sourde à nos multiples messages concernant les familles Rroms à la rue. Il est vrai qu’à Saint-Étienne, ils sont moins nombreux qu’à Paris ou Lyon. Il est vrai que notre maire, Gabriel Perdriaux, veut mettre tous les pauvres hors de sa ville. Les services municipaux du Centre communal d’action sociale refusent de façon quasi systématique d’accorder de les domicilier – clef qui leur ouvre quelques droits – et ceci en contradiction avec tous les textes réglementaires. Sans que le préfet qui a pourtant autorité en la matière ne lève le petit doigt.

Neuf familles étaient à la rue en cette fin d’été. Les autorités ont daigné héberger une famille dont la maman venait d’accoucher. Peu de temps après, sur plainte de la mairie pour occupation illicite d’un terrain, la police demande aux huit familles restantes de quitter les lieux – bien sûr sans aucune proposition d’hébergement. Nous arrivons à faire déplacer une journaliste de France 3 local qui vient faire des images et des interviews… que nous ne verrons jamais. Un ami arrive néanmoins à faire venir un journaliste de la tribune locale qui publiera un bref article.

Les familles sans solution, ne sachant plus à qui s’adresser, sont allées frapper à la porte de la préfecture. Une vingtaine de bambins et autant d’adultes qui se déplacent en groupe dans le centre ville de Saint-Étienne, c’est très mauvais pour l’image de la ville... Une délégation du collectif « Agir Ensemble » sera finalement reçue en préfecture par le directeur de cabinet du préfet et par le directeur de la Direction Département de la Cohésion Sociale (DDCS). Une deuxième famille – dont dont la maman est enceinte de huit mois ! – obtient alors un hébergement. Pas de chance en revanche pour une autre famille la mère n’est enceinte que de cinq mois, pas de chance n’ont plus pour celle qui a un nourrisson de quatre mois, pas de chance pour toutes les autres non plus.... Elles n’ont qu’à attendre le plan hiver, là le risque vital est en jeu et les autorités ouvriront un gymnase début novembre si les températures passent en dessous de zéro. Sinon il faudra attendre décembre. Le directeur de la DDCS annonce bien qu’un temps important du prochain comité de pilotage [faisant suite à un projet mis en place pour quatre familles à la rue l’an dernier] sera en partie consacré à ces familles, tout en disant qu’elles ont vocation à retourner dans leur pays.

La situation dans laquelle les autorités laissent ces familles est désastreuse, elles dorment sous des tentes de fortune qui prennent l’eau après chaque averse, il n’y a bien sûr ni eau, ni électricité, ni sanitaire. Dans ces conditions vous comprendrez, que bien que tous inscrits à l’école, les enfants n’y sont pas aussi assidus que leurs autres petits camarades stéphanois. Nous pouvons parler de droit à l’éducation bafoué dans cette ville qui a obtenu le label "Ville amie des enfants".

Nous vous écrivons parce que ces familles désirent que la situation dans laquelle les autorités les abandonnent soit divulguée au grand public. Qui en effet peut accepter que l’on traite nos semblables de la sorte ? C’est un cri de désespoir qu’ils poussent car ils ne retourneront pas vivre en Roumanie et ici, une à une, toutes les portes se referment.

Pour Agir Ensemble
Yves Scanu
Tel du collectif : 07 86 54 12 87
Facebook : https://www.facebook.com/Agir-Ensem...

P.-S.

Le comité de pilotage s’est finalement réuni. Peu de temps a été pris pour parler de la situation actuelle, le directeur de la DDCS ayant dû quitter précipitamment la réunion. Une seule petite avancée : la mère qui doit accoucher en février aura peut-être (!) un abri.


Proposé par pazkal
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

Lire aussi dans MIGRATIONS - SANS-PAPIERS

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

« Faut-il attendre que quelqu’un meure pour être autorisé à débarquer ? »
Publié le 5/07/2020

Roberto libero ! Tutti.e liberi.e !
Publié le 3/07/2020

1er juillet 1910 : éxécution de Jean-Jaques Liabeuf, stéphanois et « tueur de flics »
Publié le 1er/07/2020

Enzo Traverso : « Les déboulonneurs de statues n’effacent pas l’histoire, ils nous la font voir plus clairement »
Publié le 29/06/2020

Élections municipales à Saint-Étienne : victoire absolue de l’abstention
Publié le 29/06/2020

Démission à l’UJM : encore un effort camarades
Publié le 28/06/2020