Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ANALYSES ET RÉFLEXIONS ANTIFASCISME / ÉCOLOGIE - NUCLÉAIRE
INFOS GLOBALES  
Publié le 24 novembre 2021

La possibilité de l’écofascisme


Article à lire sur le site perspectives-printanieres.info

Le débat public français est complètement saturé par le discours identitaire. Stations de radio comme chaînes de télévision (y compris publiques !) offrent quotidiennement des tribunes à divers éditorialistes réactionnaires, dont Éric Zemmour est le parfait archétype. Défendant une conception nationaliste de la mémoire contre les travaux scientifiques des historien-nes [1], ceux-ci convoquent « l’Histoire » (toujours avec un grand H) pour fonder leurs fictions racistes et suprémacistes blanches, comme celle du « grand remplacement », formulée par l’écrivain Renaud Camus. S’ajoutant aux déjà trop nombreuses organisations fascistes qui pullulent sur le territoire, cette saturation du débat public par le discours réactionnaire reflète « la possibilité du fascisme », d’ores et déjà installé dans certains espaces médiatiques à forte audience [2]. Dans le même temps, le péril environnemental s’aggrave constamment sans que l’écologie ne devienne un sujet d’importance pour cette « éditocratie » réactionnaire [3]. Une place ridiculeusement périphérique lui est réservée dans les interventions quotidiennes de ces polémistes professionnels, essentiellement structurées par les fictions racistes et identitaires précitées. La seule position claire sur cette question de ces éditocrates réside dans leur climatoscepticisme bas-du-front et leur défense du capital fossile [4], le mode de vie occidental y étant adossé représentant pour eux le plus haut degré de civilisation humaine, ayant réussi son « arrachement » à la nature. Pour l’heure, ce « carbofascisme » semble donc être la norme à l’extrême-droite, lorsqu’il est question d’écologie. Cette façade ne doit toutefois pas occulter certaines appropriations plus sérieuses et profondes de l’enjeu écologique par certaines sensibilités politiques d’extrême-droite – des appropriations que l’on ne peut réduire à du « greenwashing » électoraliste. Bien que celles-ci ne soient pas dominantes aujourd’hui, l’écologie politique d’inspiration raciale qu’elles défendent pourrait se renforcer à mesure que s’intensifient et s’aggravent les impacts locaux [5] de la crise environnementale. L’appellation d’« écofascisme » semble toute désignée pour caractériser cette lente et profonde écologisation du fascisme, mais souffre encore d’un flou définitionnel qui empêche de prendre la mesure de ce danger.

Parmi les militant-es antifascistes aussi bien qu’écologistes, l’écofascisme reste encore relativement peu conceptualisé [6]. Il est souvent mobilisé comme contre-slogan, pour caractériser des discours sur l’écologie qui sont antidémocratiques (voire autoritaires) et/ou néomalthusiens – autrement dit, qui considèrent le problème écologique par le seul prisme démographique. Ainsi, sont régulièrement et indifféremment qualifiés d’écofascistes des discours aussi variés que ceux faisant du coronavirus une violente « vengeance de la nature » [7], du permis/quota carbone individualisé un dispositif de justice climatique [8] ou de la volonté de ne pas faire d’enfant(s) le summum de l’engagement écologiste [9].

Aussi critiquables soient-ils, ces discours s’ancrent dans des contextes idéologiques très différents et ne peuvent être amalgamés sous l’appellation d’écofascisme – au risque de manquer l’essentiel sur l’écologisation du fascisme. Ce flou définitionnel est constitutif du terme « écofascisme » depuis ce qui semble être sa première formulation, par Bernard Charbonneau, en 1980. Tel Hans Jonas avant lui, ce dernier considère que « l’écofascisme a l’avenir pour lui, et il pourrait être aussi bien le fait d’un régime totalitaire de gauche que de droite sous la pression de la nécessité » écologique [10]. Les deux philosophes s’inquiètent avant tout de la technocratisation de la question écologique, avatar parmi d’autres de l’écologie autoritaire. Le fait de considérer que l’écofascisme pourrait être « aussi bien […] de gauche que de droite » déconnecte ce dernier du fascisme dit « historique », en le réduisant à sa dimension technocratique et autoritaire – occultant de fait les liens politiques réels entre fascisme « historique » et écofascisme. Cette conception de l’écofascisme apparaît tronquée, comme le sont également son identification par le seul populationnisme/néomalthusianisme ou le primitivisme considérant que l’être humain est intrinsèquement destructeur de son environnement, posant ainsi problème par son existence même. Ces conceptions de l’écologie sont évidemment critiquables, pour de multiples raisons que nombre de théoricien-nes et de militant-es ont déjà exposées par le passé [11]. D’une certaine manière, il s’agit peut-être d’une fascisation de l’écologie, car elles participent bien à la théorisation (explicite mais aussi rampante) de l’écofascisme, en partageant une ou plusieurs caractéristiques avec lui. Toute la question tient dans la nécessité ou non de les distinguer de ce qui fait le cœur idéologique de l’écofascisme. Plus précisément, ce dernier repose en grande partie sur une racialisation de l’écologie, dont il faut absolument préciser les contours [12]. Celle-ci est nourrie par une conception particulière de la « nature », qui structure par ailleurs la pensée écologique bien au-delà de l’écofascisme – rendant d’autant plus concrète la possibilité de celui-ci, alors ancré dans cette conception réactionnaire de la nature.

Considérer sérieusement « la possibilité de l’écofascisme » se situe au croisement de ces deux préoccupations politiques. Si la menace néofasciste n’a pas attendu les alertes du GIEC pour se constituer, le drame climatique en cours pourrait bien lui donner un nouveau souffle, ainsi qu’une nouvelle couleur – le vert. Malgré une multitude de signaux faibles et l’existence d’un corpus théorique suffisamment profond pour soutenir une telle reconfiguration idéologique, le double processus d’écologisation du fascisme et de fascisation de l’écologie n’est pas encore une réalité massive qu’il ne serait possible de constater qu’avec impuissance. C’est un mouvement en germe dont les prémisses idéologiques peuvent encore être détruites, en comprenant ses fondements, son ancrage organisationnel et les voies par lesquelles il se déploie aujourd’hui.

Le spectre d’une dictature verte

Depuis la constitution du mouvement écologiste dans les années 70, c’est l’argument privilégié de ses nombreux ennemis politiques : l’écologie politique serait par nature hostile à la démocratie (libérale). Cette attaque pourrait tout simplement être ignorée, car le ridicule ne tue pas mais fait assurément perdre du temps. Par devoir de vigilance, elle peut faire l’objet d’un examen suffisamment approfondi pour en tirer des conclusions politiques efficaces. Dans sa forme tronquée (sans les parenthèses), l’argument tombe en effet immédiatement à l’eau, tant est évidente la puissante aspiration démocratique animant les principales théorisations politiques de l’écologie [13].

P.-S.

La suite de cet article à lire sur le site perspectives-printanieres.info.

Notes

[1Pierre Tevanian, Politiques de la mémoire, Amsterdam, 2021, 180 p.

[2Ugo Palheta, La possibilité du fascisme. France, la trajectoire du désastre, La Découverte, 2018, 276 p.

[3Laurence De Cock, Sébastien Fontenelle, Mona Chollet et Olivier Cyran, Les éditocrates 2. Le cauchemar continue…, La Découverte, 2018, 224 p.

[4Zetkin Collective, Fascisme fossile. L’extrême-droite, l’énergie, le climat, La fabrique, 2020, 368 p.

[5La mention des seuls impacts locaux se justifie ici par le rejet de la globalisation par une partie de l’extrême-droite : le renforcement de son intérêt écologique ne trouvera pas sa source dans la mise en évidence de la vulnérabilité accrue de populations non-occidentales, mais bien dans l’aggravation des dégâts écologiques dans les pays européens.

[6L’une des meilleures contributions récentes sur ce thème est assurément celle de Paul Guillibert, « La racine et la communauté. Critique de l’écofascisme contemporain », Mouvements, vol. 104, n°4, 2020, p. 84-95. Le présent texte espère dialoguer efficacement avec cette ressource essentielle, qui prend au sérieux l’écofascisme sur le plan idéologique.

[7Voir un précédent article sur Perspectives Printanières, publié en 2020 : Le virus n’est pas une vengeance

[8Mathilde Szuba, « La carte carbone : des quotas d’énergie pour les particuliers », p. 161-187, in Séverine Frère et Helga-Jane Scarwell, Éco-fiscalité et transport durable : entre prime et taxe ?, Presses universitaires du Septentrion, 2011, 276 p.

[9Des reportages télévisés au ton sensationnaliste sont régulièrement réalisés sur « angoissé-es par la crise écologique, ces jeunes ne veulent pas faire d’enfants ». L’objectif du présent article n’est toutefois pas de détricoter ce qui fonde ces aspirations écologiques et personnelles.

[10Bernard Charbonneau, Le feu vert. Autocritique du mouvement écologique, Karthala, 1980 (nouvelle publication à paraître chez L’échappée en février 2022).

[11Murray Bookchin et Dave Foreman, Quelle écologie radicale ? écologie sociale et écologie profonde en débat, Atelier de création libertaire, 2020 (1994), 144 p.

[12Le concept de « race » n’est ici pas employé dans un sens pseudo-biologique, mais correspond à sa définition sociologique comme « régime de pouvoir » produisant une hiérarchie raciale (assumée ou non comme telle) entre les individus, cf Sarah Mazouz, Race, Anamosa, 2020, 96 p. Cette précision liminaire a son importance, puisqu’au contraire de cette définition sociologique, l’écofascisme repose en partie sur une conception pseudo-biologique des « races » humaines, complètement réfutée scientifiquement mais qui continue de structurer cette pensée politique, de manière plus ou moins explicite. Cette situation est un glaçant rappel qu’affirmer l’inexistence biologique de différentes « races » humaines est loin de suffire à stopper le racisme sous toutes ses formes, dont d’autres notions que la « race » biologique deviennent les principales vectrices – comme l’ethnicité, la nation, etc. Sur ces glissements sémantiques, voir par exemple Stuart Hall, Race, ethnicité, nation. Le triangle fatal, Amsterdam, 2019.

[13Elle est au cœur de la pensée d’auteurs majeurs de l’écologie politique comme André Gorz ou Murray Bookchin.


Proposé par _
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans ÉCOLOGIE - NUCLÉAIRE

Lire aussi dans ANTIFASCISME

Lire aussi dans INFOS GLOBALES

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Mobilisation nationale et unitaire rassemblant de nombreuses fédérations, syndicats et collectifs de travailleurs·euses sociaux·iales !
Publié le 6/12/2021

Carapatage #5 – Les centres éducatifs fermés
Publié le 5/12/2021

Jeunesse et éducation enfermées
Publié le 5/12/2021

Commémoration des Justes à Saint-Étienne : l’hommage doit passer par la lutte contre l’injuste en Palestine
Publié le 5/12/2021

De mines et de design
Publié le 3/12/2021

Appel du collectif « Pour que personne ne dorme à la rue »
Publié le 30/11/2021