Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS RÉPRESSION - PRISON
LA TALAUDIÈRE   COVID-19
Publié le 15 mai 2020 | Maj le 24 mai 2020

Être prisonnier.e en temps de pandémie : interview depuis la Maison d’arrêt de La Talaudière


Comme dans toutes les prisons de France, la pandémie de Coronavirus a largement dégradé les conditions de détention à la Maison d’arrêt de La Talaudière : suppression des parloirs, fermeture de la bibliothèque, arrêt des formations et suspension des activités. Par ailleurs, les annonces de Belloubet sur les sorties de prison et le rythme ralenti du tribunal, n’ont que très peu résorbé la surpopulation. Extrait de l’interview de N. par L’Envolée.

N : Il me semble que dans toutes les prisons de France, en fait, c’est la même chose. Y’a plus de parloirs. Pour aller à l’infirmerie, ou juste pour la joindre, c’est un peu compliqué, c’est même très compliqué car il n’y a que quelques jours où les médecins sont présents, du coup, bien sûr, les détenus ils n’ont pas accès aux soins qu’ils devraient avoir.

L’Envolée : Encore pire que d’habitude ?

N : D’habitude, y a quand même au moins des consultations médecin à peu près tous les jours, et là c’est pas du tout le cas.
Donc là, en fait, c’est la sortie du confinement et on ne sais toujours pas si les activités vont reprendre, si le scolaire va reprendre, si la bibliothèque sera ouverte… Parce qu’ils ont même fermé la bibliothèque, pendant tout le temps du confinement ! Même si on a pu entendre dans certaines émissions qu’il y a avait toujours un accès à la bibliothèque, c’est pas vrai, nous ici en tout cas on n’en a pas. Ils ont mis apparemment des cloisons aux parloirs, pour la reprise des parloirs, ils ont mis des espèces de vitres en plexiglas, je les ai pas vues, mais bon, on m’a dit ça.

E : Pour les mettre entre les familles et le prisonniers ?

N : Exactement. Et bon, les surveillants, ils ne portent pas de gants, la plupart ils ne portent pas de masques, certains oui et d’autres non. J’ai un peu l’impression, en fait, que certains surveillants n’en ont rien à foutre, de toute manière. C’est pas dans leurs préoccupations, de savoir si on va tomber malade ou pas. Je sais pas si, ici, il y a des gens qui ont eu le Covid ou non, parce qu’il y a plusieurs bâtiments, et comme c’est fait, en fait, on ne peut pas forcément voir tout le monde. Par exemple, si y a eu des arrivants, on ne les voit pas. On peut pas voir ceux qui sont dans ce qu’on appelle « le petit quartier », et eux, on ne les voit jamais et on n’a jamais de contacts avec eux. Moi, j’suis dans le bâtiment des travailleurs, ici en tout cas personne n’est tombé malade. J’imagine qu’il y en a eu, mais moi j’en ai pas entendu parler, ils ne l’ont pas ébruité en tout cas.

E : Ça crée du stress pour les prisonniers ?

N : Oui, et notamment, surtout, pour les parloirs quoi. Parce que les gens ils ne voient plus leurs proches, donc forcément ça stresse un peu tout le monde, de ne pas pouvoir avoir un contact avec des gens de l’extérieur. Malgré qu’ils nous aient mis une cabine téléphonique en cellule (là, en fait, ils ont mis des cabines dans chaque cellule) juste après le début du confinement. Mais les échanges par téléphone, c’est pas les mêmes que quand on a les personnes directement, devant nous. C’est pas du tout la même chose. Et puis, imaginez bien que de toute manière, y a plein de gens qui font leurs petits trafics, tout ça, qu’ils peuvent pas faire, et puis même pour le linge, par exemple, sortir ou ramener du linge, bah c’est pas possible… Y a moyen quand même de se le faire laver, mais les détenus en général ils préfèrent le donner à leur famille plutôt que de le donner à la détention, parce que des fois il est perdu, des fois il est peut-être volé même, ou déchiré quand il revient, ou alors il est encore sale quand il revient… donc oui ça peut faire des conflits. En plus ici y a eu quelques conflits liés aux cantines parce que pendant le confinement il n’y avait pas tous les articles disponibles, notamment en nourriture, du coup souvent ils nous mettaient « rupture de stock ». Il faut savoir qu’ici on ne peut cantiner que toutes les trois semaines notre nourriture, en fait quand on fait notre dépôt de compte-cantine on attend trois semaines pour avoir nos cantines. Ce qui fait que, quand on attend trois semaines, on nous dit que y en a pas parce qu’il y a rupture de stock et qu’on doit attendre trois semaines de plus, forcément ça crée des tensions, des problématiques avec les surveillants – parce que de tout manière on ne peut parler qu’avec eux, et ne leur reprocher qu’à eux. Oui, y a eu quelques tensions !

E : Au tout début, je crois que c’était au tout début du confinement, dans les médias locaux ça a parlé de protestations, dans la prison…

N : Bah en fait c’est pas vrai ! Il y a eu un mouvement, mais qui n’était pas un mouvement de protestation vis-à-vis du confinement. Il y a eu un mouvement de contestation contre les conditions de détention générales, mais ça, c’est régulier à La Talaudière depuis quelques mois, où il y a toujours des conflits entre l’administration et des détenus, qui refusent de remonter de promenade. Même, il y a un mur qui sépare deux cours de promenades, à plusieurs reprises il a été cassé. Le grillage aussi a été cassé à plusieurs reprises.
Mais ça c’était déjà avant, ça avait déjà commencé avant le confinement. Les gens, ici… Ici il y a presque pas de travail, y a pas d’activités, les cours de promenade ont été réduites quelques années en arrière, donc elles sont plus petites, bah forcément les détenus ils aimeraient retrouver leur grande promenade, on avait deux grandes cours on se retrouve avec deux petites… Et aussi il y a des surveillants qui jouent le rôle de la provocation tout le temps. Donc ça aussi ça a favorisé le fait qu’il y ait des mouvements. Et puis il n’y a pas assez de transferts vers les centres de détention, y a plein de gens qui attendent depuis cinq ans, qui sont encore en maison d’arrêt, qui ne peuvent toujours pas accéder au centre de détention, ce qui est un problème quand t’as une longue peine.

Il y a eu un mouvement, mais qui n’était pas un mouvement de protestation vis-à-vis du confinement. Il y a eu un mouvement de contestation contre les conditions de détention générales, mais ça, c’est régulier à La Talaudière depuis quelques mois, où il y a toujours des conflits entre l’administration et des détenus, qui refusent de remonter de promenade.

E : La ministre a parlé de faire sortir plein de gens de prison à cause de la crise du Covid, toi tu a vu des gens sortir ?

N : Les gens qu’on a vu sortir, c’est les gens qui devaient sortir. Qui ne devaient pas avoir de RPS, de remise de peine supplémentaire, bah là, comme de par hasard, on les leur a donné quand même. C’est à dire qu’ils ne répondaient pas aux conditions, ils n’allaient ni au scolaire, ni ils travaillaient, ils ne faisaient aucun effort, de, comme ils aiment bien le dire, « de réinsertion ». Là, ils ont pu avoir les RPS mais c’est tout. C’est tout, y a pas eu plus que ça. Franchement, ça ne s’est pas ressenti en détention. Y a que là, depuis une semaine, qu’on a senti un petit souffle, dans la prison. Et seulement dans le bâtiment dans lequel je suis, c’est parce que y a beaucoup de gens qui sont partis en transfert, à Roanne. Donc là, ça a libéré quelques places en cellule. Donc il y a des gens qui se retrouvent tout seuls en cellule ; mais sinon, en vrai, il n’y a pas beaucoup de gens qui ont pu sortir. De tout manière, les aménagements de peine ils ont été bloqués pendant tout le confinement, il n’y a pas de gens qui ont pu en faire, enfin très peu, et ce très peu, c’est ceux qui en avaient fait, bien avant, et qu’ils attendaient déjà leur réponse. Mais ça reste des gens, en fin de peine, qui leur reste pas grand chose à faire, trois mois à tout casser. On a vu des gens rentrer par contre.

E : Beaucoup ?

N : Pas mal quand même, ouais. J’ai pas l’impression que le confinement a changé bien grand chose sur les entrées en prison. Pour moi c’est toujours la même chose, y a toujours autant d’entrées, ça veut dire, je sais pas moi, quinze à vingt personnes par semaine qui doivent rentrer à peu près. Mais non, j’ai pas vu beaucoup de gens sortir. En tout cas, ceux que je fréquente, que je vois depuis longtemps ici, je les vois pas sortir.

E : Quelque chose à ajouter ?

N : Non, pas vraiment. Ah, si ! Que c’est toujours un risque de parler comme ça, publiquement. Et que moi, sur mes dernières détentions, j’ai subi de plein fouet de parler publiquement de ce qu’il se passait en détention. Et ça m’a coûté l’isolement, beaucoup de mitard, beaucoup de pressions de la part des surveillants, tout ça. Là, je ne sais pas si j’aurai des pressions ou non, et en vrai, j’en ai rien à foutre. Mais, je le dis parce que j’aimerais bien que les gens dehors, ils comprennent que les détenus, si ils parlent pas trop, c’est parce que c’est dangereux pour eux. C’est pas un acte anodin. Souvent, j’entends des gens dire « ils se plaignent pas beaucoup », « ils disent rien », ceci cela… Oui, mais en fait, si ils disent rien, c’est aussi qu’ils ont peur pour eux, pour leur sortie, pour savoir s’ils vont obtenir leurs aménagements, si il ne vont pas subir les assauts de l’administration pénitentiaire ou des transferts très loin de chez eux… Alors voilà, c’est un truc que je voulais dire quand même.

E : C’est pour ça qu’on peut te remercier de nous donner des nouvelles, envoyé spécial malgré toi ! Et à tous ceux qui le font, déjà, big up ! À tous ceux qui font ça, c’est un sacré risque.

N : J’tiens à dire aussi aux détenus qui peuvent le faire, qui n’ont pas peur des pressions et tout, qu’ils doivent parler, et pas se laisser faire. Ils doivent agir, par tous les moyens qu’ils peuvent, en envoyant des courriers, ou en téléphonant à des radios ou à des journaux ou n’importe quoi, mais en tout cas qu’ils se laissent pas abattre, qu’ils se disent pas que c’est fichu, qu’on peut rien faire. Non, y a toujours moyen de faire quelque chose !

L’interview complète à écouter dans l’émission quotidienne de L’Envolée :


Proposé par malina
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En complément...

ACTUALITÉS   RÉPRESSION - PRISON

Les conditions de détention à la prison de La Talaudière vues par un ex-prisonnier

Voici un témoignage sur les conditions de détention catastrophiques à la Maison d’Arrêt de La Talaudière. Cet ex-prisonnier est sorti juste avant les mesures deconfinement avec un aménagement de peine. On imagine aisément que les conditions de vie se sont largement empirées avec le confinement en cellule, la suppression des parloirs et des activités.

Publié le 17/04/2020

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans COVID-19

Lire aussi dans LA TALAUDIÈRE

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Répression des manifestants : plus loin encore avec la loi sur « la sécurité globale » ?
Publié le 31/10/2020

Confinement : contacts et infos utiles
Publié le 30/10/2020

La colère sociale explose à Naples et dans toute l’Italie contre l’hypothèse d’un nouveau confinement
Publié le 29/10/2020

Les Bourses du travail, une expression de l’autonomie ouvrière
Publié le 29/10/2020

Un policier de la BAC de Paris mis en examen pour meurtre
Publié le 28/10/2020

Prison de Latina (Italie) : « Solidarité entre prisonnier.e.s anarchistes ». Un texte de Francesca
Publié le 27/10/2020