Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS DROITS SOCIAUX - SANTÉ / FLICAGE - SURVEILLANCE / RÉPRESSION - PRISON
VALENCE ET ALENTOURS  
Publié le 20 mars 2004 | Maj le 13 décembre 2020

Débats / Conférence : « Enfermement social et Centre Educatif Fermé », les samedi 3 et dimanche 4 avril à Valence (26)


La Coordination Régionale Rhône Alpes Contre l’Enfermement organise les samedi 3 et dimanche 4 avril, à la MJC Mandela -Place de l’Europe - Valence, des conférences-débats autour du thème « Enfermement social et Centre Educatif Fermé ».

Samedi 3 avril 2004

- 10h : « Centres éducatifs fermés pourquoi faire » par Jean Luc Courtois - Président de Education et Société
- 19h : « Maisons de correction », Témoignages Fermeture des maisons de correction - Film documentaire

Dimanche 4 avril 2004

- 10h : « Le droit et politiques répressives », entretien avec un représentant du Syndicat de la Magistrature
- 14h : « Espace social - Espace carcéral » avec Jean Pierre Garnier - Directeur de recherche Au CNRS
- 17h : « Cités sous surveillance » - « Vidéo surveillance » de Jean Pierre Petit - Collectif « Souriez Vous êtes Filmés »


Dans une société de plus en plus inégale, [...] l’écart croissant entre catégories sociales va de pair, désormais, avec une séparation physique accrue entre elles. Faute d’une remise en cause de la structure la société globale, il est peu probable que la Cité puisse redevenir une « communauté ».

Au contraire, des murs, clôtures et des barrières de toutes sortes,matérielles ou virtuelles, visibles ou invisibles, continueront de s’élever entre les nantis, réfugiés dans des enclaves huppées super-protégées, et les démunis, cantonnés dans des zones de relégation hyper-contrôlées. Dans les unes, Big Brother veillera sur les habitants ; dans les autres, il les surveillera.

L’instauration du soi disant « nouvel ordre mondial », c’est à dire d’un capitalisme « globalisé » fondé sur le salariat précaire et le démantèlement de l’État social, a eu pour effet de fragiliser, paupériser et marginaliser de larges fractions des couches populaires. Face aux désordres « locaux » qui en résultent, notamment sous la forme de violence, d’incivilité et d’insécurité, qualifiées à tort d’« urbaines » comme si « la ville » expliquait leur apparition, les pouvoirs publics mettent en place d’innombrables dispositifs de « pacification » où l’urbanisme et architecture sont, eux aussi, mis à contribution. Ainsi en va-t-il de l’espace public dont la reconfiguration doit, à la fois, dissuader le nouvel « ennemi intérieur » de passer à l’acte et, au cas où il le ferait, faciliter la répression, confirmant ainsi le lien entre l’aménagement urbain et maintien de l’ordre social.

***
Extrait d’un tract distribué par les représentants du Syndicat de la Magistrature de Valence lors d’un rassemblement contre le Centre Educatif Fermé de cette ville.

La campagne sécuritaire, la surenchère politique et la sur médiatisation contre la jeunesse et particulièrement celle des banlieues ont eue comme résultat :
- la modification de « l’ordonnance de 45 »
- la mise en place d’un arsenal répressif comprenant :
- la création de centres éducatifs fermés,
- le doublement de place de prison pour mineur, soit par la création de prison pour mineurs, soit par l’augmentation de quartier de mineur dans les prisons.

Mais le ministre qui a promu cet arsenal juridico-répressif s’inquiète t’il des 16000 jeunes vivants dans la rue, de la violence que ces jeunes exercent contre eux mêmes - c’est à dire des conduites à risque et les suicides. Cette violence est statistiquement beaucoup plus importante que celle liée aux incivilités ou à la petite délinquance.

Contrairement à ce qui largement diffusé, la jeunesse n’est pas la classe dangereuse contre laquelle la société doit se protéger. Notamment :
- En abaissant la responsabilité pénale à 10 ans,
- En permettant la retenue d’un enfant de 10 ans durant 24 heures dans les locaux de la police,
- En permettant la détention provisoire d’un enfant de 13 ans,
- En enfermant les enfants à partir de 13 ans dans des centres fermés,
- En jugeant en urgence « à délai rapproché » (10 jours) bâclant ainsi le droit à la défense,
- En supprimant le monopole du Juge des Enfants (au bénéfice d’un juge de proximité sans compétence particulière),
- En sanctionnant les parents déjà en grande difficulté.

Pour toutes ces raisons nous exigeons :
- L’abandon de cette idéologie d’enfermement des mineurs en particulier et de la société en générale,
- L’abandon des centres éducatifs fermés,
- L’abandon des prisons pour enfant,
- La suppression des quartiers de mineurs dans les prisons,
- L’abrogation de l’ordonnance parue au journal officiel le 10 septembre 2002 portant modification de « l’ordonnance de 45 ».

Pour + d’infos : Collectif Solidarité Prisonniers
C/O Le Laboratoire - 8, place Saint Jean - 26000 VALENCE
Solidarite chez no-log.org

P.-S.

Pour les personnes de la région stéphanoise intéressés pour y aller, merci de laisser un message à la rédaction du Numéro Zéro qui fera suivre.


Proposé par brayou
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

Lire aussi dans DROITS SOCIAUX - SANTÉ

Lire aussi dans FLICAGE - SURVEILLANCE

Lire aussi dans VALENCE ET ALENTOURS

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Journée dans les branches
Publié le 16/10/2021

Tournoi de streetbasket à Tardy
Publié le 16/10/2021

C’est quoi l’ANARCHIE ? - Réflexion sur l’anarchisme, par Le Gueuloir
Publié le 16/10/2021

Liberté, qui pour écrire ton nom ?
Publié le 13/10/2021

40 ans après l’abolition de la peine de mort... La prison tue encore !
Publié le 13/10/2021

Non-mixité : un taillis épineux ?
Publié le 10/10/2021