Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS RÉSISTANCES ET SOLIDARITÉS INTERNATIONALES / VIOLENCES POLICIÈRES
INFOS GLOBALES  
Publié le 17 août 2004 | Maj le 10 juin 2020

Arrestation et violences policières contre des manifestant-e-s en russie


Des personnes ayant manifesté contre la construction d’un site de démantèlement de missiles nucléaires à Perm en Russie ont été arrêtées et torturées par la police puis jugées et emprisonnées pour quelques jours...

Le 10 août à 11h40, 14 participants d’une manif contre le démantèlement des missiles balistiques à Perm en russie ont été emmenés au poste de police du district Lenin à Perm.
La Police et OMON (les forces spéciales du ministère de l’intérieur) ont agressé brutalement dès leur arrestation et les coups continuèrent au poste de police. 8 des détenus ont été frappé à l’estomac et aux reins, les bras tordus et ont reçu des chocs électriques.

Le vice-chef du département de sécurité de la police de Perm, Konstantin Strogiy, supervisionnait les séances de torture.
Le 11 août, un jugement a été organisé, contre les participants de l’action de protestation, au tribunal du district de Perm. 7 des participants à la manifestation ont été condamnés à 3 jours de prison, deux eurent 5 jours de prison et une personne, une semaine. Une détenue a été relaxée, deux autres reçurent une amende de 1000 roubles - elles ont fortement protesté contre le sexisme du tribunal. Le tribunal était fermé ; les journalistes et représentants du public ne furent pas admis au jugement. Quelques personnes ont exigé du juge qu’il organise une enquête au sujet des blessures provoquées par les tortures, mais cette demande a été ignorée. Comme protestation envers cette attitude de la part du juge d’ignorer la demande, Roman Yushkov récita à voix haute des vers de Brodskiy, ce qui lui valut d’être retiré de la salle d’audiences. Il sera plus tard jugé pour manque de respect envers le tribunal.

À présent, les anarchistes et écologistes radicaux incarcérés sont en train de purger leur peine à la prison des délits administratifs.
Il est important de protester contre les condamnations et contre les tortures à l’administration de Perm oblast, puisque de toute évidence, soit la police, soit OMON étaient en train d’accomplir des consignes venues du haut.
Le numéro de fax de l’administration de Perm oblast est le suivant : +7-3422-36-09-52

Vous pouvez écrire une lettre, ci-dessous se trouve un exemple.

Cher mr. Chirkunov
Nous sommes très préocupés au sujet du traitement subi par des manifestants arrétés et gardés à vue le 10 août dernier. Nous sommes au courant que 8 de ces détenus ont été torturés par coups et electro-chocs et les soins médicaux leur ont été niés. Le sous-chef du département de sécurité de la police de Perm, Konstantin Strogiy, supervisionnait la torture - donc ceci ne peut pas être vu comme un incident de quelques agents policiers isolés, qui ont outrepassé leurs pouvoirs, mais comme une stratégie que les autorités de Perm avaient choisi face à la préoccupation légitime des habitants concernant leur santé, l’environnement et l’avenir.
Nous ne tolérons pas ce type de réaction aux manifestations du mouvement populaire.

Nous exigeons la libération des activistes arrétés et l’annulation du projet de démantèlement des missiles balistiques à Perm, puisqu’il est clair que les habitants de Perm et du faubourg de Zakamsk sont interdits de faire valoir publiquement, avec négation de leurs droits, leur préoccupation légitime. ......

Le contexte

D’après les traités internationaux de désarmement, la Russie doit construire un certain nombre de sites pour démanteler de vieux missiles et leur combustible, ce qui est fait avec de la technologie et argent US, dans la pratique.
Bien sûr, nous n’avons rien contre le désarmement, mais ceci doit être fait avec des préoccupations en ce qui concerne la santé et le bien-être des habitants des lieux, ce qui semble ne mériter aucune valeur de la part du complexe militaro-industriel.
Il y a 3 ans, à Votkinsk, ils ont échoué une tentative de construire une usine de démantèlement à 8 kilomètres d’une ville de 100 000 habitants ; cette fois-ci, d’après les plans, une usine semblable et extrêmement dangereuse est prévue au centre d’un faubourg de 100 000 habitants d’une ville avec plus d’un million d’habitants ! Au niveau officiel, le projet de Perm n’est pas sensé remplacer celui de Votkinsk qui est, à présent, suspendu. Dans la pratique, les missiles qu’il est prévu de démanteler à Perm sont les mêmes qu’il était prévu de démanteler à Votkinsk. En fait, ceci est le ’troisième round du combat’, puisque l’usine de Votkinsk était prévue initialement à Perm, mais à la fin des années 90 ces plans ont été suspendus à cause des manifestations locales !
Les missiles à démanteler ne possèdent plus leurs charges nucléaires, cependant le corps du missile demeure légèrement radioactif. Mais le problème principal est le combustible extrêmement dangereux dont ils sont chargés. Le site de démantèlement serait construit à l’intérieur de l’usine de S.M. Kirov, qui - à présent - construit et teste les missiles stratégiques.

La Mashinostroitel, usine responsable du démantèlement, a décidé de passer outre toute question d’ordre écologique, considérant que les autorisations nécessaires et les études d’impact environnemental étaient une perte de temps. Le financement US - fourni dans le cadre de la législation Lugar-Nunn, passée il y a 13 ans - est crucial pour l’accomplissement du projet.

Le démantèlement des missiles avec des combustibles solides a lieu à des températures de 3500 degrés Celsius. D’après des spécialistes russes et américains, des dioxines toxiques se formeront dans les tubes de refroidissement du gaz, pendant le processus. Même à petites doses, les dioxines sont très toxiques ; elles s’accumulent facilement au long de la chaîne alimentaire, sont cause de malformations des embryons et provoquent le cancer. Elles sont stables chimiquement et conservent leur dangerosité pendant de nombreuses décennies. Il n’existe simplement pas de technologie sûre pour la manipulation de missiles à combustibles solides.
Un campement de protestation est donc organisé et son but est la révocation complète de ce programme criminel de manipulation des missiles et de leur combustible à Perm. Ce campement se poursuivra jusqu’à obtenir satisfaction, au moins jusqu’au début de septembre.
Le campement de protestation est organisé par la Résistance Anarcho-Écologique de Perm, l’Union pour la Sécurité Chimique, l’Action Autonomne, le Mouvement d’Yekaterinburg Contre la Violence et les Rainbow Keepers (Gardiens de l’Arc-en-ciel)
Pour des informations supplémentaires : lager_perm chez mail.ru, russia.indymedia.org

Photos de l’action citée sur :

http://russia.indymedia.org/front.php3?article_id=10322


Proposé par raoule
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans RÉSISTANCES ET SOLIDARITÉS INTERNATIONALES

Lire aussi dans VIOLENCES POLICIÈRES

Lire aussi dans INFOS GLOBALES

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

20 octobre 1921 : mort de Charles Flageollet à Saint-Étienne
Publié le 20/10/2020

Terreur et récupération
Publié le 19/10/2020

Vidéos des débats contre la 5G à Lyon le 19 septembre 2020
Publié le 19/10/2020

Retour sur la manifestation du 17 octobre à Lyon
Publié le 19/10/2020

Tou.te.s au Feu Follet
Publié le 17/10/2020

Rencontre-débat avec Anthony Galluzzo
Publié le 16/10/2020