Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ANALYSES ET RÉFLEXIONS MOBILISATIONS - LUTTES
FRANCE   RÉFORME DES RETRAITES (2019 - 2020, 2023)
Publié le 9 février 2023 | Maj le 18 août 2023

À l’ombre des retraites...


Les manifestations de janvier 2023 contre le projet de réforme des retraites, apparaissent comme un « succès » d’un strict point de vue comptable. Il y a du monde dans la rue, à Paris comme en province, avec des villes moyennes et petites qui enregistrent un nombre de manifestants très supérieur à ce qui est habituel ou attendu, rappelant au passage un caractère déjà aperçu au début du mouvement des Gilets jaunes. Mais pour le moment on n’y sent pas d’élan. Mais de ces manifestations semblent émaner plus d’incertitude et de pesanteur que d’enthousiasme et de détermination [1]. Nous ne parlons pas ici d’un niveau de violence qui manquerait au mouvement en comparaison, par exemple, du mouvement des Gilets jaunes, sachant que, le plus souvent, ce niveau de violence c’est le pouvoir en place et ses forces de répression qui le déterminent, mais d’une intensité intrinsèque à la manifestation qui la rendrait ainsi active. Peut-être est-ce alors la gravité qui l’emporte, une gravité des manifestants rendant compte de la gravité de la situation. En effet, alors que se profile la fin des boucliers fiscaux et que les raisons qui ont amenés les Gilets jaunes dans la rue n’ont pas disparues, bien au contraire, l’événement qui pourrait bousculer la routine ne figure à aucun « agenda », fût-il révolutionnaire. Il est en effet peu aisé de déterminer la place d’un conflit sur les retraites dans un contexte dominé depuis quelques années par l’articulation entre ce qui est de l’ordre de l’urgence de court terme (les exigences de « fin du mois »), qui relève du niveau de la gestion/reproduction à court terme des rapports sociaux par l’État ; et ce qui est de l’ordre de l’urgence de moyen ou long terme (les exigences pour éviter une « fin du monde »), qui relève de l’hyper-capitalisme du sommet au sein duquel les États ont un rôle et une place proportionnelle à leur puissance et sont engagés par des pratiques d’alliance et de coordinations... ou de conflit comme on les voit resurgir aujourd’hui (guerre en Ukraine, tension entre des blocs de puissance).

Si la réforme des retraites est loin de figurer au rang des urgences de court terme des salariés, elle se situe quand même dans un champ sur lequel on peut développer une intervention collective qui est encore de notre ressort. Il y a là une explication, parmi d’autres, du relatif succès des dernières manifestations sur la retraite.

Ces masses en mouvement donnent-elles au conflit sur les retraites un caractère de mouvement de masse ? Pour le moment, les médias parlent de « colère » plus que de révolte (une « colère sourde » disent-ils) ; les syndicats de ras-le-bol (CGT) ou de mécontentement (UNSA) ; les individus dans la foule manifestante clament leur ressentiment plus que la haine de classe avec une fixation contre Macron.

Si le pouvoir juge ces positions infra-politiques et plus de l’ordre du ressenti que d’une prise de conscience de classe qui pourrait faire craindre une maturation de la contestation dans le sens d’un niveau élevé d’antagonisme, elles ne sont pas faites pour le rassurer. En effet, elles s’avèrent peu lisibles pour lui et peu contrôlables par les syndicats, et tous les cercles de pouvoir, qu’ils soient liés au pôle capital ou au pôle travail, se voient contraints de « prendre la température » d’une mobilisation où chacun risque gros. En effet, une défaite des grévistes et manifestants, qui ne serait qu’une victoire par défaut du projet de réforme, consacrerait LFI ou plutôt le RN comme seule alternative avec, en profilage, une diversion politique vers le référendum.

La conscience de ce risque est déjà patente pour un pouvoir politique qui cherche à prévenir tout débordement. Ce qui est certain, c’est que l’État a changé de stratégie de maintien de l’ordre, une stratégie adoptée contre les Gilets jaunes et maintenue en partie contre le mouvement contre le projet de retraite universelle par points, mais stoppée par le confinement et la crise sanitaire. La méthode Lallemant de gestion sur le fil du rasoir, qui seyait peut-être à une majorité sûre d’elle-même pendant la première mandature, ferait prendre un risque trop grand à une « majorité » présidentielle qui n’en est plus une. Certes, et à la marge, le ministre de l’Intérieur Darmanin n’hésite pas à criminaliser les luttes environnementales de désobéissance civile ou de sabotage à partir du moment où elles apparaissent comme des coups de force de petits groupes ou d’individus sans consistance sociale ou politique. Mais avec les retraites, on a affaire à la gestion de masses en mouvement auxquelles le pouvoir semble vouloir laisser une chance de se mouvoir sans débordement. Laurent Nuñez, le remplaçant de Lallement, a donc appliqué une méthode de mobilisation importante des forces de l’ordre, mais à la présence discrète et à la capacité d’intervention rapide au cas où [2].

P.-S.

La suite de cet article à lire sur le site de Temps critiques.

Notes

[1Néanmoins, les « Nous ne battrons pas en retraite » ; « Macron, fumier, on va te composter » (Paris) ; « Si tu nous mets 64, on te re-mai 68 » (Clermont-Ferrand et Lyon) et « On ne peut pas à la fois se serrer la ceinture et baisser son froc » (Lyon) sont réconfortants. Quant au slogan : « Non à la retraite pour les morts » (vu partout), il rompt avec un droit, certes illusoire, accordé à la sortie de la Seconde Guerre mondiale où la France se dote de régimes de retraites par répartition, alors même qu’il ne profitait pratiquement pas aux catégories populaires (65 ans était au-dessus de l’âge de durée de vie moyenne de ces catégories et, par ailleurs, paysans et artisans en étaient exclus). Ce que revendiquent aujourd’hui les salariés, c’est une retraite vécue, de par l’accroissement de l’espérance de vie, et non pas imaginée.

[2Un manifestant en partie émasculé quand même boulevard Beaumarchais à Paris.


Proposé par _
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans RÉFORME DES RETRAITES (2019 - 2020, 2023)

Lire aussi dans FRANCE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Rencontre-signature et concert de Jules Sentore
Publié le 2/10/2023

Résister à Gaza avec Mariam Abu Daqqa
Publié le 1er/10/2023

Procès des dégradations de la mairie et du poste de police municipale à Rive de Gier durant les émeutes qui ont suivi la mort de Nahel, tué par un policier
Publié le 29/09/2023

Working classe hero : Rencontre avec Nedjib Sidi Moussa à l’occasion de la parution du livre « Le remplaçant : journal d’un prof (précaire) de banlieue »
Publié le 29/09/2023

Ukraine - rencontre avec Solidarity Collectives
Publié le 28/09/2023

Le 28 septembre 1870, à Lyon, on proclame la Fédération révolutionnaire des Communes du balcon de l’Hôtel de ville
Publié le 28/09/2023