Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ANALYSES ET RÉFLEXIONS CAPITALISME - GLOBALISATION / FLICAGE - SURVEILLANCE
SAINT-ÉTIENNE  
Publié le 25 novembre 2022 | Maj le 2 décembre 2022

Techno-luttons, toutes et tous !


Halte au contrôle numérique invite Fabien Benoit, co-auteur de Techno-luttes au Méliès Saint-François, 8 Rue de la Valse à Saint-Étienne, le mercredi 30 novembre à 20h30.
Ce livre - et nos actions - visent à faire converger toutes les luttes contre les technologies numériques qui participent du capitalisme de surveillance, imposées par les industriels comme par les Etats, l’Union européenne...

Extraits d’un entretien avec les deux co-auteurs (Fabien Benoit et Nicolas Celnik), par Irénée Régnauld (un des responsables de l’association du Mouton numérique)

Vous avez mené une multitude d’entretiens avec des personnes en lutte contre différentes technologies : à quoi vous attendiez-vous et qu’en retirez-vous ?

Plusieurs hypothèses nous travaillaient et sont à l’origine de ce livre. La première était celle d’une réactivation de la critique de la technique à la faveur de la crise environnementale. Nous voulions voir dans quelle mesure la crise climatique conduisait des profils nouveaux à s’intéresser à la question technologique .

Cette interrogation en rejoint une seconde : celle de caractériser un moment où, nous semblait-il, la technocritique sortait des sphères expertes et intellectuelles pour se démocratiser. Ce faisant, nous avions aussi l’idée d’explorer les convergences entre des groupes, d’horizons divers, qui se retrouvent à militer ensemble sur les enjeux liés au numérique . Nous avons donc rencontré des membres de la Quadrature du Net , de l’Atelier Paysan , d’ Ecran Total ou encore de Faut pas pucer , et surtout beaucoup de citoyens et d’activistes qui ne se présentent pas de prime abord comme « technocritiques », ainsi de celles et ceux qui se sont mobilisés contre le compteur connecté Linky puis la 5G , ou encore de ceux qui participent ou ont participé aux Marches pour le climat ou qui militent dans les mouvements qui y sont associés : Extinction Rebellion , Alternatiba , ANV-COP 21 , les Amis de la Terre

Notre enquête nous a aussi conduits dans les champs, aux côtés d’agriculteurs qui interrogent le machinisme et comment il a détruit leur métier, ou dans les administrations , à Pôle Emploi par exemple. Beaucoup de personnes s’intéressent aux questions technologiques parce que celles-ci les touchent au quotidien. Elles ne partent pas d’une réflexion théorique, ni de considérations philosophiques ou de principes moraux sur la technique, mais d’un constat : ma situation personnelle s’est dégradée, pourquoi ? Avant, j’avais le temps de faire des rendez-vous, puis on m’a imposé un algorithme qui détériore mes conditions de travail : comment ça marche ? Ce sont des entrées pratico-pratiques, pragmatiques dans le sujet : des savoir-faire qui sont détruits, une forme d’aliénation ressentie au travail, un compteur Linky imposé alors que l’ancien système marchait parfaitement bien… De fil en aiguille, au croisement d’autres mouvements, cela devient une critique contre Linky « et son monde » ou la 5G « et son monde », une critique de la numérisation dans son ensemble.

Ce constat est assez conforme aux premières critiques de la technique, celles des luddites notamment, qui eux aussi partaient de situations de travail très concrètes. Votre ouvrage aborde aussi les techno-luttes sous l’angle de courants d’idées qui reviennent, y compris dans les livres : qu’en est-il ?

Il y a en effet dans ces mouvements une réactualisation d’idées anciennes. Comme le dit l’historien François Jarrige , la technocritique connaît des mouvements de flux et de reflux, ce que nous voulions caractériser à notre hauteur. En allant notamment à la rencontre d’auteurs et d’éditeurs d’ouvrages critiques.

Comment se fait le lien entre les luttes et les livres ? Sans doute par les conseils et échanges de lectures qui ont lieu dans les groupes formés lorsque des problèmes émergent. Par les réseaux sociaux aussi. Nous avons croisé des gens de vingt ans qui avaient dans leurs sacs des livres d’auteurs assez surprenants, comme Bernard Charbonneau , des personnes qui nous disaient avoir lu Jacques Ellul ou André Gorz . Un jeune homme rencontré à Lyon lisait lui Hervé Krief , alors que pour obtenir son livre il fallait envoyer un courrier à un tout petit éditeur… En somme, que ce n’était pas simple d’y avoir accès. La pensée technocritique circule, autour de certains auteurs comme François Jarrige (auteur de Technocritiques : Du refus des machines à la contestation des technosciences ) – on parle ici d’un livre d’histoire de quatre cent pages – de certaines maisons d’éditions comme l’Echappée , La lenteur ou Le passager clandestin . Les magazines Socialter , Reporterre ou la Revue Z sont souvent cités, tout comme des auteurs plus grand public comme Philippe Bihouix ou Guillaume Pitron qui sont bien diffusés. Ce phénomène est difficilement quantifiable mais il y a quelque chose d’empirique qu’on a constaté auprès des militants : on revient souvent sur les mêmes noms. La pensée circule.

Vous parlez beaucoup de convergence entre groupes critiques, comment cela se traduit-il ?

Précisons que nous ne parlons pas ici d’un mouvement d’ampleur, d’un raz-de-marée. Toutefois lors des manifestations contre la 5G par exemple [à Lyon le 19/09/2020], on a pu retrouver beaucoup de collectifs d’horizons divers, de la Quadrature du Net aux Amis de la Terre, en passant par la Ligue des droits de l’homme, Extinction Rebellion ou les anti-Linky. Ces liens sont aussi visibles lors des mouvements refusant l’installation d’entrepôts Amazon en France.

On comprend que les critiques sont assez hétérogènes, quelles sont les revendications ?

[...] Ce qui motive les luttes, ce n’est pas tant de s’opposer aux technologies en elles-mêmes, tout rejeter, mais d’opter pour des trajectoires techniques différentes, quand celles que nous suivons nous ont été imposées. Le sentiment de ne pas avoir été consultés est omniprésent, tout comme les interrogations sur l’utilité de certaines technologies . Il y a la volonté de s’arrêter pour discuter, une demande de démocratie.

Un autre point que vous abordez est la surveillance de ces mouvements technocritiques. On a l’image de petits groupes dispersés, mais parfois, ils parviennent à bloquer de grands projets : quels sont leurs modes d’action ? Comment le pouvoir réagit-il ?

Ils déploient le répertoire d’action que les militants politiques mobilisent traditionnellement avec tout de même, il faut le noter, une ouverture vers des stratégies de sabotage . On le voit quand des antennes 5G sont détruites , quand des compteurs Linky sont démontés ou des trottinettes électriques neutralisées . Ce qui ressort de tout ça, c’est le constat qu’il faut agir vite : il y a un sentiment d’urgence clairement partagé, la peur que le monde se referme et qu’il devienne impossible de mener une vie hors des réseaux . On s’en rend déjà compte quand on veut accéder à son compte bancaire ou faire certaines démarches administratives, on est obligé d’avoir un smartphone.
D’autres sabotent en détournant les technologies ou simplement en désertant , en réduisant leur présence en ligne.

Lien vers l’interview complète


Lien vers un entretien vidéo avec l’autre co-auteur sur notre site

« Quels sont les nouveaux visages de la techno-lutte ? », émission de France Culture avec Isabelle Berrebi-Hoffmann, Fabrice Flipo et Fabien Benoit

Larges extraits du livre dans Terrestres

« Résistance face à la numérisation de nos territoires », appel du collectif Ecran total,

« Des techno-luttes à foison » dans L’âge de faire.

« Techno-luttes, enquête sur ceux qui résistent à la technologie », par le site Reporterre, co-éditeur, et « Mille raisons de résister à la technologie numérique », Tribune des auteurs.

P.-S.


Proposé par HalteAuControleNumerique
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En complément...

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans CAPITALISME - GLOBALISATION

Lire aussi dans FLICAGE - SURVEILLANCE

Lire aussi dans HALTE AU CONTRÔLE NUMÉRIQUE

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Le hackerspace féministe : 2e rendez-vous
Publié le 4/12/2022

Répression et perspectives au Bélarus : interview avec l’Anarchist Black Cross
Publié le 4/12/2022

Collectes de Noël des Brigades de solidarité et des Green Angels
Publié le 30/11/2022

Communiqué des grévistes de Grdf
Publié le 30/11/2022

Soirée de soutien au CASSIS
Publié le 30/11/2022

Rendez-vous « Causeries libertaires »
Publié le 30/11/2022