Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS EXPRESSION - CONTRE-CULTURE / LOGEMENT - SQUAT
INFOS GLOBALES  
Publié le 16 décembre 2004 | Maj le 26 avril 2020

NICE : friche artistique Diables Bleus - La Justice stoppe les bulls 48h !


Le Collectif des Diables Bleus, les autres associations et artistes passaient lundi matin (13 janvier) devant le Juge de l’exécution. Le Collectif avait initié cette procédure au moment où le bâtiment des Diables Bleus était encore debout, pour obtenir que l’expulsion annoncée soit différée jusqu’au 10 janvier 2005 au moins, date où la Cour d’Appel doit se prononcer.

Malheureusement le Maire de Nice a pu convaincre un préfet complaisant que non seulement on ne pouvait attendre jusque là , mais qu’en plus il était impératif d’intervenir avant que des délais ne puissent être accordés par la justice. C’est pour cela que le lundi 1er décembre au petit matin, une colonne de plus de 150 mètres de véhicules composé des polices les plus diverses (150 C.R.S., la B.A.C., le G.I.P.N., d’autres groupements anti-terroristes, 6 commissaires de police, dotés d’équipements spéciaux,snipers ont investi la friche artistique Saint Jean d’Angély que les Diables Bleus animaient depuis plus de cinq ans. Quelle image loufoque ! La violence n’ayant jamais fait partie de nos modes d’action. Pour éviter cette situation absurde nous avions réaffirmé à la presse et aux commissaires de police être non-violents et ne pas préparer de baroud d’honneur. La machine à réprimer disproportionnée a donc assistée a un long déménagement dans le calme, rien à voir avec les quasi-terroristes décrits par la mairie !

La démolition des Diables Bleus a eu lieu le jour même de l’expulsion, la mairie espérant ainsi éteindre toutes éventualité pour le Collectif d’être réintégré dans son bâtiment, par le Juge de l’exécution jusqu’à ce que la cour d’Aix en Provence se prononce, il n’était pourtant situé ni sur le passage des travaux du tramway, ni sur l’extension de l’université, ni même sur le projet de réalisation de parkings de surface. Et ce bien que, depuis plus de 10 jours le Collectif ait remis les clefs des deux bâtiments situés sur le passage du tramway. Quel dérision de les voir encore debout au soir du 3 décembre, alors que les Diables Bleus n’étaient plus que ruines.

Après ce gâchis effectué à la hussarde,sans DESAMIANTAGE (attesté sur rapport) recouvrant ainsi le quartier d’un nuage de poussière pendant plusieurs jours, les demandes de délai qu’avait formulé le Collectif n’avaient plus aucun sens, c’était d’ailleurs le but de l’opération municipale. Lundi dernier (6 décembre) le Collectif et la quasi-totalité des associations et artistes, ainsi que les deux personnes qui habitaient sur place, se sont donc désistés de leur demande de délai. Toutefois l’association Monta Cala Vaï a fait valoir qu’elle n’était pas expulsée des jardins partagés qui ont été défrichés devant le bâtiment des Diables Bleus.

Monta Cala Vaï est une des associations membres du Collectif. Elle monte et gère des réseaux de distribution directe avec des agriculteurs bio locaux et a d’autre part créé et dynamisé ces jardins partagés afin de sensibiliser la population du quartier à l’environnement et au monde agricole. Pour se faire elle salarie un « jardinier-animateur », et fait surtout appel aux bonnes volontés de ses adhérents. Deux fois par semaine, différents agriculteurs, membres de l’association, distribuent leur production à plus de cent abonnés sur le site des Diables Bleus. Cet espace vert, ouvert au public sert à la diffusion de spectacles (concerts, cirques, ...), à la présentation d’œuvres d’art (sculptures, performances plastiques, ...) et à de nombreuses fêtes allant du simple casse-croûte au grand festin. Il est un lieu de rencontres et d’échanges avec en son centre un jardin d’enfants. Ce jardin couvre aujourd’hui environ 1000m² et contient de multiples essences méditerranéennes dont certaines rares et protégées offertes par des sympathisants. Un puits a aussi été creusé permettant encore aujourd’hui l’arrosage de la totalité des surfaces. Ces activités correspondent strictement aux « jardins partagés » définis par une nouvelle loi, émanant du Sénat. Monta Cala Vaï a donc demandé au tribunal de constater que l’ordonnance d’expulsion prononcée contre elle et le Collectif concernait uniquement les bâtiments et en aucun cas les jardins.

M de Surville, chargé de mission du Maire, était passé à plusieurs reprises sur le site de Saint Jean d’Angély durant le week-end, affirmant que dès ce lundi « il ferait tout dégager » car depuis leur expulsion, les Diables Bleus, continuent d’occuper les jardins.A partir du jeudi 9 décembre, au moins un véhicule de la police municipale surveillait les membres du Collectif jour et nuit sur le site. Ce lundi en fin d’audience M. De Surville a été contraint d’acquiescer à l’ordre du juge de ne RIEN entreprendre avant le prononcé du jugement, jeudi 16 décembre a 14h. Juste après l’audience la voiture de la police municipale s’éclipsait et depuis la surveillance rapprochée n’a pas reprise. Le Collectif, prouve ainsi la volonté de ses membres de rester ensemble et de poursuivre ses activités et a, recréé dans ces jardins un espace convivial.

SIAM TOJOURN AQUI

Viva

site du collectif : http://www.dangely.org


Proposé par yakusa
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans EXPRESSION - CONTRE-CULTURE

Lire aussi dans LOGEMENT - SQUAT

Lire aussi dans INFOS GLOBALES

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Contre le projet de fusion des universités et pour le maintien de l’UJM !
Publié le 22/10/2020

Collecte commune Brigades de solidarité Green Angels Solidarité
Publié le 22/10/2020

À propos d’Abdelhakim Sefrioui et du collectif Cheikh Yassine
Publié le 20/10/2020

La veille du couvre-feu les expulsions de squats se sont multipliées
Publié le 20/10/2020

20 octobre 1921 : mort de Charles Flageollet à Saint-Étienne
Publié le 20/10/2020

Terreur et récupération
Publié le 19/10/2020