Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ANALYSES ET RÉFLEXIONS CAPITALISME - GLOBALISATION
INFOS GLOBALES  
Publié le 6 février 2005 | Maj le 26 avril 2020 | 1 complément

La révolution ou la mort


Le vote sur le reférendum de la constitution européenne va engager notre avenir et celui de nos enfants. Mobilisons nous.

LA REVOLUTION OU LA MORT

« Un peuple a toujours le droit de revoir, de réformer, de changer la constitution. Une génération ne peut assujettir à ses lois les générations futures. »

C’est beau n’est ce pas, c’est un article de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, article tombé dans les oubliettes, article qui justifie la désobéissance civile et les actions du collectif des faucheurs volontaires. Mais c’est aussi un article qui justifie que l’on vote « NON » à la constitution européenne.

Cet article, que j’ignorais, ainsi que beaucoup d’autre personnes, cet article disais-je donc nous a été offert par Monsieur Raoul-Marc JENNAR docteur en science politique, chercheur etc..., lors d’une conférence débat ayant pour thème :

« LE TRAITE CONSTITUTIONNEL EUROPEEN : UNE CHANCE OU UN PIEGE »

- « Une chance », pour ceux qui ont assisté à la conférence.
- Mais pour les absents, un piège, une chausse-trappe, un crime contre la démocratie et je pèse mes mots, et plus encore un crime contre l’humanité puisqu’il justifie l’empoisonnement de la planète et sacrifie l’avenir de nos enfants sur l’autel de la rentabilité.
- Combien de nos concitoyens iront-ils voter ? Combien le feront-ils en toute liberté, après avoir subit le bourrage de crâne des médias.
- Un tas de gens voteront « OUI » sans doutes au prochain référendum, non parce qu’ils sont d’accord avec la constitution européenne, je doute qu’ils l’aient analysé, ce serait étonnant. Mais simplement parce qu’ils auront été « embrigadé, anesthésié » par les médias.
- Or, pour qu’un autre monde soit possible, pour construire un monde solidaire, il convient d’abord de faire le ménage chez soit avant d’avoir la prétention de le faire chez les autres.
- Puisque nous n’avons pas accès aux médias, et que nous n’avons pas de capitaux illimités, il nous reste notre volonté, notre détermination, notre engagement pour un avenir meilleur ; nous devons nous investir dès aujourd’hui à instruire nos concitoyens (ce ne sont pas les pédagogues qui manquent dans notre mouvement) en organisant des conférences-débats dans chaque villes, communes, villages, afin de contrebalancer l’hégémonie médiatique des Despotes qui détiennent le pouvoir.
- la Déclaration des droits de l’homme française dit en préambule : « La souveraineté appartient au peuple qui l’exerce, soit directement, soit par le moyen de ses représentants. »
- La très grande majorité de nos représentants sont corrompus, si ce n’est par l’argent c’est par l’exercice d’un pouvoir quasi héréditaire.
- C’est pourquoi, nous, Citoyens Libres, non asservi aux dogmes professés par la classe politique aux profits de despotes, devons engager une révolution pacifique en utilisant l’arme de la désobéissance civile partout ou cela est nécessaire.........

Dominique.BRUYANT (faucheur volontaire)

Souvenons nous de la mise en garde de Mirabeau : « les hommes passent la moitié de leur vie à se forger des chaînes et l’autre moitié à se plaindre de les porter. »

- Accepter cette Constitution, c’est nous aliéner et aliéner les générations à venir. C’est accepter des chaînes que nos aînés avaient brisées.

- Rejeter la Constitution proposée, c’est signifier aux gouvernements et aux élus que nous voulons une Europe européenne où la solidarité s’organise dans la liberté, où l’égalité s’impose dans la diversité, où l’homme vit en harmonie avec la nature, où le rapport aux autres peuples du monde rompt définitivement avec toutes les formes de néocolonialisme et d’impérialisme.

Raoul-marc JENNAR


Proposé par dominique.Bruyant
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 complément

  • Bêtises.

    Puisque la question est « La révolution ou la mort », à quoi riment toutes les lignes qui sont dessous ?

    La meilleure façon de faire la révolution, c’est de nous organiser pour la faire et pour faire comprendre à nos concitoyens pourquoi il faut la faire.
    Aller voter, pour le oui ou le non, c’est accepter le pseudo-jeu démocratique.
    Si nous votons oui, nous jouons le jeux des libéraux.
    Si nous votons non, nous jouons le jeux des extrêmes, car à l’extrême gauche ou à l’extrême droite, le mot d’ordre est lancé pour le non.
    On nous demande dans cette article de ne pas être asservi aux dogmes que nos dirigeants nous proposent. Ici ils nous proposent un non simpliste, contre un oui, non moins simpliste. Et le dogme est que cela va changer quelque chose dans nos vies. Quoi au fait ? En quoi l’avenir de nos enfants sera-t-il changé par le résultat du vote. J’aimerais bien qu’on m’explique. Je ne vois pas ce que ça peut changer. Est ce que, par exemple, le futur projets de loi sur la « prévention de la délinquance », découlant du rapport raciste et totalitaire du député Benisti, sera mis aux oubliettes ?
    Si le non l’emporte, est ce qu’on va revenir sur les LSI, puis les LSQ ... Est-ce que nous allons revenir sur l’âge de la retraite, sur le démantèlement des services publiques et tout ce que vous voudrez ?

    Je rêve du jour où nos concitoyens préfèrerons rester coucher ou aller au ski ou a la plage, plutôt qu’ils se déplacent aux urnes comme les moutons qu’ils voudraient que nous soyons.

    Je suis certain qu’Octave Mirbeau, qu’on cite ici, serait bien d’accord avec moi. Il n’y a qu’à lire sa littérature et voir ses engagements pour s’en persuader. Il est d’ailleurs malhonnête de se servir de quelques mots d’un illustre mort, complètement sorties de leur contexte, et de servir une soupe qui aurait fait vomir ustement cet illustre mort.
    Rester chez soi le jour du vote, c’est simplement montrer qu’on en a rien à foutre du spectacle dans lequel on nous amuse.
    Allez voter oui, c’est faire le jeux de la droite et d’une partie de la gauche.
    Allez voter non, comme cela a été dit, c’est faire le jeux de l’autre partie de la gauche, en même temps que celui des extrêmes.
    Si le oui sort, nous restons de toute façon astreint aux différents traités (Maastricht, Nice, Barcelone, Shengen ...) européens. Ils suffira que les possédant révisent le texte d’une façon démagogique pour que celui-ci nous soit reproposé. Et en fin de compte, avec la patience et le temps, ils réussiront toujours à glisser les saloperies qu’ils veulent nous faire avaler avec cette constitution.
    Pour ceux qui n’ont pas la mémoire courte, et ceux qui n’aiment pas se voiler les yeux, ils savent à quoi ça a servi que les irlandais votent non dans leur premier référendum (juin 2001) par rapport au traité de Nice. Cela n’a servi a rien, pour les irlandais, et en fin de compte, le traité a été accepté en octobre 2002 ... par voix référendaire ! Dans les autres pays, comme la France (puique nous y sommes), ils s’étaient moins cassé la tête, et l’avaient ratifié avec un loi.

    Si une partie de la gauche aujourd’hui, de façon opportuniste, rejette la constitution européenne, est-ce parce qu’elle a été rédigée par Giscard, et parce que le gouvernement actuel est de droite. Si ce même texte avait été proposé par Delors, et que le gouverenement actuel soit la gauche plurielle, croyez vous que la CGT aurait violé son obligation de neutralité ? La politique est vraiment une affaire de dégueulasses.

    La meilleure façon de ne pas se faire manipuler dans cette histoire, c’est de rester au chaud le jour du vote et de ne pas marcher dans cette illusion de choix : oui ou non .
    Cela fait depuis 1789, que les démagos nous racontent qu’il faut allez voter « pour faire la révolution ». En 1981, lorsque la nouvelle de la victoire de Mitterand est tombée, le peuple a cru qu’il venait de faire la révolution par les urnes, on a pu voir des scènes de liesse massives et populaires. Aujourd’hui, 24 ans après, on n’a pas avancé d’un iota. Pire, j’irais jusqu’à dire que nous avons reculé.

    Choisissons une autre alternative : expliquons à nos concitoyens pourquoi, quelque soit le choix qu’ils feront, ils se seront fait avoir.

    Même si je me fous de la victoire du oui ou du non, voilà ce qui va se passer : Si le non l’emporte, nous pourrons nous raccrocher à cet espoir, à ces illusions, et encore remettre la révolution aux oubliettes, espérant ainsi que le monde, ou rien que la France, va s’arranger grâce au vote « contestataire » que le gentil électeur a émis. On sera content d’avoir fait chier nos dirigeant (on les fera vraiment tant chier que ça ?).
    Si le oui, l’emporte, au moins, les choses deviennent claires dans l’esprit des gens.

    Je disais plus haut qu’il vaudrait mieux rester au chaud. En fait, le meilleure choix populaire, ce serait que la foule en fureur brûle les urnes du mensonge, et qu’elle signifie à nos dirigeant qu’il y en a marre, et que nous avons décidé que nous nous passerons d’eux à l’avenir. Voilà donc un chemin possible pour la révolution qui est demandée dans cet article.

    Il est dommage que ce média servent pour les campagnes partisanes électorales. Nous voilà pollués au même titre que les autres médias de masse dans des enjeux qui ne servent qu’à nous soumettre. Car, pendant qu’on nous occupe avec cette duperie, personnes ne s’intéresse aux choses les plus essentielles et les plus simples, qui sont des milliers et des millions de petites choses, imputables à l’organisation de notre société, c’est à dire le capitalisme, qui nous pourrissent la vie. Mais puisqu’il y a déjà deux interventions partisanes qui ont été publiées sur ce sujet, je m’y mets moi aussi. Puisque vous avez tiré les premiers, je sors mon canon.

    Ce média est un média d’info, et c’est un média alternatif, pas une tribune au service de nos politiciens, alors svp : STOP
    Les gens qui le font vivre, toutes les petites mains qui se tapent le boulot ingrat, celles ci n’ont certainement pas envie que ce média charient les préocuppations qui occupent les colonnes, les pages, et les minutes, les heures, des autres médias, dont tous sont, je le rappelle, à la botte des grands groupe de l’armement.
    Il y a effectivement beaucoup moins de volontaires pour envoyer des articles, que ceux ci soient en accord ou pas avec la charte de ce site, que pour se taper la mise en page, les photocopies et l’agraffage de la version papier. Il y a aussi beaucoup moins de volontaires pour faire le boulot d’organisation dans les soirées et etc... Personne n’est payé, et personne n’est soumis aux cadres idéologiques qui caractérisent la « Pensée Unique » !
    Assiste-ton à une dérive qui fait que ici aussi, on nous emmerde ? Dans ce cas, faisons attention.

    Ramon

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans CAPITALISME - GLOBALISATION

Lire aussi dans INFOS GLOBALES

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

À propos d’Abdelhakim Sefrioui et du collectif Cheikh Yassine
Publié le 20/10/2020

La veille du couvre-feu les expulsions de squats se sont multipliées
Publié le 20/10/2020

20 octobre 1921 : mort de Charles Flageollet à Saint-Étienne
Publié le 20/10/2020

Terreur et récupération
Publié le 19/10/2020

Vidéos des débats contre la 5G à Lyon le 19 septembre 2020
Publié le 19/10/2020

Retour sur la manifestation du 17 octobre à Lyon
Publié le 19/10/2020