Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS RÉPRESSION - PRISON
LA TALAUDIÈRE  
Publié le 10 août 2020 | Maj le 18 août 2020

Ils dorment par terre, la tête dans le frigo


Confinement, canicule, quatorzaine... derrière les barreaux de la Maison d’Arrêt de la Talaudière. Retranscription résumée d’une interview faite début août, reprise sur le FB « Infos Prison sur Saint-Étienne ».

Tu sors de la Talau, tu peux nous en parler ?

Je suis rentré mi février, au début du covid. Donc pas de vêtements, pas de parloirs... au niveau de l’argent tu attends 2 ou 3 mois... le temps qu’ils t’expliquent comment tu peux recevoir, tu poireautes… [si les proches n´ont pas de permis de visite, les virements qu’ils envoient sont refusés par la prison].

On parle beaucoup de la surpopulation et du fait que c’est "moins pire qu’avant". Tu étais seul en cellule ?

Non on était 2. Pendant un petit moment ça s’est plus ou moins vidé, puis ça s’est rempli aussi sec. Je n’ai jamais été seul à part pendant la quatorzaine, et autour de moi, les gens étaient à 2, voir 3 ou 4 au bâtiment A.

Il y a eu récemment un article de journal où le directeur dit qu’il n’y a pas de détenus qui dorment sur un matelas par terre à la Talau...

Bien sûr que si ! Au bâtiment B un peu moins, mais au A t’en as plein qui sont par terre. Ils dorment par terre, la tête dans le frigo... t’as pas 8m2 en fait, t’enlèves la table, les lits, les toilettes, t’enlèves tout et tu te retrouves avec 3/4 m2 viables...

Avec les mesures liées au confinement, pas de parloir ni d’activités, ça se passait comment ?

Aucun contact avec l’extérieur... pas de linge... pendant 15 jours ils ont fait une session où ils lavaient ton linge, mais ça a duré seulement 15 jours sur les 2 ou 3 mois de coupure qu’il y a eu avec l’extérieur... pas d’activité, il n’y avait plus rien. Soit tu allais en promenade, soit tu ne faisais rien... toute la journée...en fait on était coupés de tout... sauf des surveillants.... de ça on n’était pas coupés... c’est con à dire d’ailleurs... aucun masque, rien, même qu’ils se foutaient de ta gueule... ils te disaient il faut respecter la distance de 1 mètre alors que c’est eux qui venaient...

Ils ont prétexté qu’ils empêchaient tout contact avec l’extérieur pour la santé des détenus, mais concrètement, pour votre santé, en matière de prévention, qu’est ce qui a été fait  ?

Strictement rien ! On n’avait plus de contact avec l’extérieur, mais eux on les voyait tous les jours, et mis à part les infirmières qui avaient leur masque tout le temps, eux c’était... « on s’en bat les couilles ».

Même début août quand ils ont à nouveau obligé les masques dans les lieux publics, (je suis sorti juste après), aucun surveillant n’avait le masque. Quand j´étais en quatorzaine, j’ai vu ma CPIP, en tête à tête comme on est là, à même pas un mètre l’un de l’autre, sans masque et sans rien du tout.

Comment se passe l’accès aux soins ?

Pour moi ça s’est bien passé, parce que j’ai un traitement. Donc tous les jours je voyais les infirmières. Mais c’est grâce à elles que ça s’est bien passé, sinon c’est au bon vouloir du 06, celui qui gère les portes. C’est au bon vouloir de son heure, et de son humeur... c’est celui qui va chercher telle personne à tel endroit, emmener les gens à l’infirmerie, les activités... Comme quand tu sors de la douche, et que t’attends une demi-heure, ils sont en train de faire une partie de baby foot, en face de toi, ils te regardent... t’attends...

Justement, tu parles des douches, l’accès à l’hygiène c’est comment ?

Déjà y’a pas de douche en cellule, là ils sont en train de les mettre. T’as droit à 3 douches par semaine, une tous les 2 jours... sauf quand tu travailles... mais si t’es en placement sanitaire, t’as pas le droit aux douches ! C’est l’inverse de ce que ça devrait être... mais bon voilà, t’as pas droit aux douches, t’as droit a rien... c’est douche en cellule, enfin au lavabo... si t’as pas d’argent c’est fini, tu te démerdes… pas de produits d’hygiène ni d’entretien.

Le placement sanitaire, c’est la quatorzaine ? C’est ce que tu as eu en revenant de ta perm ?

Oui, ils m’ont mis en confinement quand je suis revenu, sans me prévenir alors que j’avais demandé avant ! Sinon j’aurais refusé la perm, c’était 4 heures pour un entretien pour un boulot dans un an, donc j’aurais refusé. J’avais bien demandé, je ne voulais pas être en quatorzaine ... et quand je suis revenu ils m’ont dit "on t’a préparé ton paquetage, tu pars en quatorzaine, on t’a mis ton tabac..." et y’avait pas de tabac, juste un gel douche... et tu pètes un plomb !!!

C’est quoi les conditions de la quatorzaine ?

T’es dans une cellule qui est dégueulasse en général, mais bon ça à la Talau c’est habituel...

T’as pas accès aux douches, t’as pas accès à la promenade... enfin, ils te disent que t’as accès à la promenade mais en fait ils ne viennent pas te chercher... le premier jour ils viennent, le deuxième jour ils t’oublient, le troisième jour tu les appelles parce qu’ils t’ont oublié la veille, et le quatrième jour quand tu les appelles ils jouent au baby foot... Moi c’est le baby foot qui m’a marqué, c’est hallucinant...
Tu les entends, tu les vois jouer au baby foot et t’attends... t’as des micros sur les interphones pour appeler, ils répondent pas... après ils viennent te casser les couilles...

Quand je suis rentré de quatorzaine, y’en a un qui m’a dit « t’es déclassé ». Il disait ça en plaisantant. Sur le coup je l’ai pris au sérieux donc j’ai appelé Rimbaud pour qu’ils joignent mon avocat... et là par contre t’as tous les chefs qui déboulent.
Ils écoutent quand ça les arrange. Les téléphones sont tous sur écoute. Quand je travaillais j’étais au petit quartier, et t’as des papiers sur les lois. T’as un papier où c’est marqué en gros « les appels téléphoniques ne doivent en aucun cas être écoutés » [quand on appelle certaines associations ou interlocuteurs]. Quand j’ai appelé Rimbaud, 3mn après j’avais les 3 chefs de bâtiments qui déboulaient dans ma cellule.

Et puis c’est la manière de répondre quand tu demandes des renseignements... quand j’ai posé des questions, le chef de détention m’a répondu mot pour mot "écoute, ta vie, je m’en bats les couilles, décale-toi de mon cadre de porte".
En fait ils t’interdisent les douches parce que sinon pour eux il faudrait les désinfecter tous les jours.
Donc tu sors en permission, en plus 3 heures pour du boulot, mais baste, tu reviens, t’es interdit de douche. T’as pas droit aux douches. Tu peux gueuler, tu peux dire tout ce que tu veux. De toute façon, plus tu gueules, plus t’en prends plein la gueule... Puis après quand tu pètes vraiment un plomb ils te disent "mais faut venir nous demander...". Attends, moi, quand je suis venu demander, on m’a dit "je m’en bats les couilles de ta vie, décale-toi de mon cadre de porte..."
En principe les draps sont changés tous les 15 jours. Mais normalement c’est à partir de 10h, quand tu es en promenade. Quand tu le sais, tu prépares tes draps, tu les poses vers les portes. Mais bon, moi je travaillais aux draps, y’a un surveillant il me disait « non on va passer à 8h le matin comme ça ils dorment tous, comme ça... » Hop là, en 7mn on faisait un étage entier, ça fait 70 cellules.
Y’a un des deux surveillants qui était comme ça. L’autre était beaucoup plus cool, il prenait du temps.
Mais bon c’est comme pour la gamelle, il passe, si t’es pas devant... les douches pareil... y’a des surveillants, si t’es pas devant la porte avec ta serviette de bain et ton gel douche quand ils viennent t’ouvrir, ben t’as pas de douche.

Est ce que tu peux raconter un peu ce que tu as vu concernant l’insalubrité ?

Bah oui... tu fais caca à coté de ton collègue... t’as juste une planche comme ça... t’as aucune intimité, d’ailleurs dans tous les sens du terme.
Y’a juste un truc qui a changé aux douches c’est qu’ils ont mis une séparation pour que tu prennes ta douche.

Ça fait que les autres ne te voient pas quand tu prends ta douche ?

Ben si, ils te voient devant, ça c’est juste une planche sur le coté.

Et sur l´état général des lieux ? On parle de moisissure, de trucs tout décrépis...

Oui, mais c’est la prison entière qui est comme ça ! C’est tout le bâtiment A. Là ils ont commencé, les 2 premières cellules de chaque étage du bâtiment B sont refaites, ça ressemble un peu à des hôtels formule 1, mais après le reste c’est tout pourri. T’as tout qui se décolle des murs, t’as plus de vitres... les frigos, de la moisissure en veux-tu, en voilà... si jamais tu te plains, ils te disent de racheter un frigo…

C’est véridique, parce que moi quand j’emmenais les draps avec l’autre qui me disait "on y va quand ils dorment, comme ça ça va plus vite"... T’as la plupart des gars qui sont frigo ouvert, matelas par terre... et la tête dans le frigo.

J’ai entendu parler aussi d’épidémies de gale

Oui il y en a plein.
Et puis aussi il y en a beaucoup qui finissent en psychiatrie, et quand ils rentrent, les surveillants vont se foutre de leur gueule... y’a aucune humanité en fait. Comme pour plein d’autres trucs. Deux frères étaient ensemble en cellule, y’en a un qui a chopé un rhume, ils les ont mis en quatorzaine. Alors qu’ils étaient pas sortis, rien. Ils les ont séparés parce qu’il y en avait un qui avait un rhume.

Quand il y a eu la suppression des parloirs, des activités et tout, vu qu’ils essayaient de faire croire que c’était pour le bien des détenus, ils ont beaucoup parlé dans la presse de libérations en masse, et toi par exemple t’as eu une petite peine mais ils ne t’ont pas proposé de sortir ?

Non, j’avais pas d’appartement. Après y’en a d’autres aussi qui avaient des appartements et ils les ont pas laissés sortir... En fait tous ces trucs, c’était à la simple appréciation du juge, sur rien du tout... T’as des gens ils rentrent pour un mois et une semaine... Donc les trucs de libérations pour mise en danger et mesure d’hygiène...
C’est vrai que beaucoup de gens ont été libérés, mais c’est rentré aussi sec derrière...

Est ce qu’il y a des trucs que t’as vu qui t’ont choqué quand t’étais là-bas ?

Ouais. Ils ont mis les cabines téléphoniques dans les cellules, mais avant tu les avais pas en cellule. Donc fallait mettre la lumière... Déjà le temps que tu mettes la lumière et qu’ils viennent te voir tu peux attendre... Et donc un jour c’était à l’infirmerie. Ceux qui y vont c’est que ca va pas, qu’ils sont pas bien ou qu’ils ont un problème dans leur tête. Et y’a un bonhomme qui demandait à téléphoner à sa mère, et y’avait le surveillant derrière qui l’affolait,qui lui disait non non... Et ça a duré une demi-heure, c’est les infirmières qui ont dû intervenir pour dire aux surveillants d’arrêter. Y’avait justement le surveillant qu’on appelle "pas de douche". C’est le genre d’action où ils se moquent ouvertement de la gueule des détenus. Comme ceux qui reviennent de l’hôpital, c’est du foutage de gueule, ils en ont rien à foutre. Ils s’en amusent en fait.
Comme quand ils te transfèrent à l’hôpital, t’arrives là-bas, t’as des traverses aux pieds, des traverses aux mains, t’es branché entre les pieds et les mains... Ils se mettent en valeur eux, en en ayant strictement rien à foutre.
Quand j´étais aux draps, y’en a un qui est arrivé, qui est revenu justement d’hôpital psychiatrique, à part se foutre de sa gueule à lui dire « tu pues, ils étaient bon les cachets, etc. »...
Au niveau des parloirs, y’a une asso, Rimbaud qui vient t’aider pour te réinsérer, pour trouver un appartement ou un boulot... et en fait quand eux ils viennent te voir, 2 fois sur 3, les surveillants vont dire « non, le détenu refuse de venir au parloir ». Alors que c’est complètement faux, on est pas prévenus. Parce qu’ils n’aiment pas cette asso parce qu’ils t’aident à t’en sortir. Eux ils en ont rien à foutre comme tout ce qui est extérieur, ils parlaient par exemple du Secours catholique, qui amène des trucs pour Noël. Bon c’est ce que c’est y’a catholique dedans, mais ils amènent des trucs. Et quand les surveillants en parlent c’est "ces casse-couilles", "ces emmerdeurs". J’arrive pas à mettre de mots dessus, juste parce qu’il faut qu’ils fouillent, voilà...

T’as bossé en buanderie, c’est quoi les autres boulots ?

T’as les cuisines, les ateliers, les croûtes (c’est ceux qui nettoient les coursives), y’a le technique, et les ateliers. Les ateliers, je ne sais pas comment ça se passe maintenant, mais t’es payé à la tâche. Et plus le boulot est compliqué, ou plutôt long à faire, et moins t’es payé.
Par exemple les ampoules c’est tout con mais t’as plein de trucs à mettre dans la boîte, mais c’est moins payé que les boulons que t’auras juste à visser.

Les boulots comme la buanderie ou d’autres, en fait tu sers à faire tourner la prison, t’es payé combien ?

280 euros par mois. Et les horaires, ben ça dépend du surveillant, c’est ça qui est dingue. C’est toujours pareil : ça dépend du surveillant. Normalement c’est 8h30/11h30, puis 14h/15h30. Mais bon moi ça m’est arrivé qu’ils m’oublient, ils viennent me chercher à 16h30 dans la buanderie alors que ça faisait une heure que j’attendais... En fait c’est tout à l’appréciation du surveillant. Après, l’être humain il est comme ça, il est con, bête et méchant. Dès que tu lui donnes un peu de pouvoir il croit que c’est dieu le maître...

T’avais déjà été incarcéré là-bas, t’as trouvé quoi comme changements ?

Aucun... à part les cours de promenades qui sont de plus en plus petites... parce que t’avais une grande promenade qu’ils appelaient promenade sport, et de l’autre coté la petite promenade. Au lieu de couper la grande promenade en deux, ils ont coupé la toute petite promenade en deux. Du coup tu te retrouves dans une part de camembert. Tu te fais défoncer la gueule, aucun surveillant n’intervient, les pauvres gars qui se font pousser sous les grillages pour aller récupérer les projections ils se font tirer dessus à balles réelles...

Pendant que t’y étais ? Les surveillants ont tiré sur des types ?

Ouais ouais, c’est vraiment arrivé. Ils ont pas tiré dessus, mais à quelques centimètres, et ils disaient "la prochaine fois c’est dans la jambe". En fait ça fait un grillage, puis un passage, puis il y a le mur. Et quand les trucs arrivent par dessus le mur, ils défoncent le grillage, en général ils en forcent un à passer... Oui, maintenant ils tirent.

Sur les conditions des parloirs par rapport à d’autres prison, il y en a pas mal où ça s’est allégé, et là-bas ils laissent encore les paravents.

Oui, [quand j’y étais avec les plexi] la personne tu peux pas discuter avec, comme là on parle, si par exemple tu parles en même temps que moi, des fois on se coupe, et ben c’est impossible.... même avec [ma copine] quand on s’est vus au parloir, au bout d’une demi-heure on s’est dit "c’est bon... c’est pas un parloir..."
C’est tellement aberrant que c’est difficile à décrire. Moi sur les 3 peines que j’ai faites, c’est la plus courte, mais c’est la pire. C’est de pire en pire. Les conditions dans lesquelles on vit là-bas dedans... En fait pour moi, l’administration pénitentiaire fait tout pour que les surveillants n’aient rien à faire, et que ça soit les détenus qui... pfff... Il n’y a aucune humanité à trouver... il n’y a aucune humanité, tout simplement. C’est des gens, tu leur donnes le moindre pouvoir possible et pour eux ça leur fait ...pchuit... après c’est l’être humain qui est comme ça... En fait le seul pouvoir qu’ils ont, t’as l’impression qu’ils l’ont grâce à la prison, et parce qu’ils ont un uniforme et voilà... comme le coup des douches, celui qu’on appelle "pas de douche", c’est pas pour rien...

Merci à toi pour toutes ces infos.

De rien...


Proposé par infoaide
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans LA TALAUDIÈRE

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Expulsion imminente du squat de la poste de Solaure
Publié le 25/09/2020

Les députés votent une nouvelle mesure anti-squat
Publié le 22/09/2020

L’hypothèse autonome : entretien avec Julien Allavena
Publié le 22/09/2020

Le Rassemblement National s’invite chez Génération Identitaire
Publié le 22/09/2020

Les sans-papiers et leurs soutiens marchent vers l’Élysée !
Publié le 21/09/2020

Avorter en 1979, en 2013, au printemps 2020 : une lutte
Publié le 21/09/2020