Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ANALYSES ET RÉFLEXIONS ÉCOLOGIE - NUCLÉAIRE / MOBILISATIONS - LUTTES
INFOS GLOBALES  
Publié le 16 septembre 2020

« Il faut détruire Total » - Pour en finir avec le pacifisme stratégique


Entretien avec Andreas Malm à l’occasion de la sortie de son dernier livre aux éditions La Fabrique, Comment saboter un pipeline. Partant de la constatation que le mouvement climatique n’a cessé depuis plusieurs décennies d’être « civil, poli, doux, presque attendrissant », il pose la nécessité d’un dépassement de ce « moment gandhien » au profit d’une assomption « fanonienne » de la violence politique, qui replace l’antagonisme au centre de la question écologique.
Rappelant que les populations des pays du Sud sont les plus touchées par les effets de la catastrophe climatique en cours, Andreas Malm plaide aussi pour la formation d’un « front anti-impérialiste » en Europe occidentale, qui puisse porter le conflit au coeur des métropoles du Nord global et ainsi articuler à nouveaux frais internationalisme et combat écologique.

Article publié sur le site acta-zone

ACTA : Andreas Malm, après avoir écrit deux livres sur le capital fossile et sur la nature et la société dans un monde qui se réchauffe, vous venez de publier Comment saboter un pipeline (La fabrique), où vous écrivez : « Le mouvement pour le climat a eu son moment gandhien ; sans doute le temps vient-il d’un moment fanonien ». Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? Quel est le bilan qui vous amène à écrire cela ?

Andreas Malm : Le mouvement climatique est civil, poli, doux, presque attendrissant depuis maintenant plus de deux décennies. Force est de constater qu’il nous a fait faire des progrès, mais nous avons encore un long chemin à parcourir et le temps presse. Les idéaux gandhiens de non-violence – souvent défendus comme des dogmes absolus, même s’ils sont cruellement incohérents – ne peuvent plus servir d’unique point de référence au mouvement.

L’héritage de Fanon et ses théories de la violence politique laissent entrevoir une alternative. Elle consiste, tout d’abord, à établir des distinctions entre les différentes formes de violence : toutes les violences ne sont pas les mêmes ; elles n’ont pas toutes un profil éthique ou politique malfaisant : certaines frappent d’en haut, d’autres d’en bas ; certains actes de violence reproduisent des structures oppressives et destructrices, d’autres les remettent en question ; certains donnent libre cours à la haine des groupes subalternes, d’autres expriment le désir de vivre et la rage qui découle du fait de se voir refuser une vie pleine ou même une vie tout court.

Certaines formes de violence peuvent avoir un potentiel émancipateur. À l’aune de l’avancée de la dégradation du climat aujourd’hui, c’est, je crois, particulièrement d’actualité. Le type de biens qui dévastent cette planète et tuent quotidiennement des subalternes – à savoir les machines qui déterrent et brûlent des combustibles fossiles – devraient être physiquement détruits.

Il s’ensuit, comme le soutient Fanon, que certaines formes de violence peuvent avoir un potentiel émancipateur. À l’aune de l’avancée de la dégradation du climat aujourd’hui, c’est, je crois, particulièrement d’actualité. Le type de biens qui dévastent cette planète et tuent quotidiennement des subalternes – à savoir les machines qui déterrent et brûlent des combustibles fossiles – devraient être physiquement détruits. Cela serait une forme de violence, même s’il faut – comme il se doit – éviter de faire du mal à quelqu’un. Cette forme de violence aurait tous les aspects positifs désignés par Fanon, or la tradition gandhienne la censurerait au moins aussi strictement que toute autre forme de violence. Je pense que c’est un cas d’aveuglement éthique et politique, et plus la crise climatique s’aggrave, plus cet aveuglement sera apparent – et plus contraignant il sera pour le mouvement.

ACTA : Vous développez une approche éminemment tactico-stratégique de la question de la violence politique en « dénonçant le pacifisme stratégique ». D’une part, vous décrivez comment dans l’histoire des mouvements révolutionnaires, l’existence d’une aile radicale a toujours permis des avancées progressistes qui ont répondu de manière plus ou moins satisfaisante aux revendications réformistes. D’autre part, compte tenu des rapports de force actuels, vous affirmez qu’il y a une nécessité d’intensifier le niveau d’antagonisme. Pouvez-vous développer ce point ?

Andreas Malm : La question climatique est traversée par l’antagonisme à tous les niveaux. La question est donc de savoir si le mouvement – et en fait quiconque s’efforce d’éviter une catastrophe incontrôlable et agit en faveur de la stabilisation du climat – articule l’antagonisme ou tente de l’émousser, de le balayer sous le tapis, de nier son existence, de glisser sur lui. La tâche du mouvement devrait être de rallier des masses de gens autour d’un programme honnête et sans compromis pour une transition radicale et immédiate vers l’abandon des combustibles fossiles. Pour ce faire, il faut isoler et affronter un ennemi – le plus évident étant la fraction du capital qui vit et profite de la poursuite de l’extraction des combustibles fossiles. Mon cas français préféré, car nous parlons dans un contexte français, est la première entreprise capitaliste de France : Total. Elle doit cesser d’exister en tant que compagnie pétrolière et gazière. Tous ceux qui connaissent, même minimalement, les raisons du réchauffement climatique le savent. Il n’y a pas d’autre solution : Total, la plus grande entreprise capitaliste de France, doit cesser ses activités. Bien sûr, cela implique un antagonisme – sa définition, son axiome – parce que les propriétaires de cette société, tout comme les propriétaires de toute autre compagnie pétrolière et gazière, planifient quotidiennement l’expansion de leurs activités. Ils ont l’intention de déterrer plus de carburant pour alimenter le feu. Toute avancée, tout progrès implique d’infliger une défaite à cette fraction de la classe capitaliste – comme un début minimal.

Le pacifisme stratégique est une école de pensée qui aime à croire que les ennemis de ce type ont toujours été vaincus par le biais d’une non-violence absolue. Je ne souhaite pas tant le dénoncer que rappeler aux militants climatiques et aux autres que cette idée n’a que très peu de rapport avec la réalité historique.

Je ne connais aucun exemple dans l’histoire où un antagonisme social de cette intensité et de cette ampleur a été résolu sans un élément de confrontation militante avec les « intérêts particuliers » (vested interests) pour utiliser le terme standard des politiques climatiques. Le pacifisme stratégique est une école de pensée qui aime à croire que les ennemis de ce type ont toujours été vaincus par le biais d’une non-violence absolue. Je ne souhaite pas tant le dénoncer que rappeler aux militants climatiques et aux autres que cette idée n’a que très peu de rapport avec la réalité historique. Je propose une brève réfutation du pacifisme stratégique, mais on pourrait empiler des encyclopédies entières pour étayer davantage les arguments contre celui-ci – ou simplement regarder ce qui se passe dans le monde aujourd’hui.

Black Lives Matter a explosé comme un mouvement de masse, non pas après une nouvelle série de veilles sereines et de pétitions bien conduites. Il a explosé après que les habitants de Minneapolis aient pris d’assaut le poste de police du troisième arrondissement et y aient mis le feu. Le pacifisme stratégique prédit qu’un tel acte devrait instantanément aliéner les masses et condamner le mouvement à la marginalité et à la futilité, or c’est exactement le contraire qui s’est produit : l’assaut a montré que la police n’est pas au-dessus des lois, qu’elle n’est pas intouchable, qu’elle n’est pas au-dessus du pouvoir des gens pour la faire tomber, et cela a été le catalyseur du plus large spectre possible d’activisme de masse antiraciste et anti-policier aux États-Unis et au-delà. Il va sans dire que tout ce mouvement n’a pas consisté qu’en des actes militants, comme la prise d’assaut de commissariats de police ou le déboulonnage de statues. Mais le flanc radical en a fait partie intégrante, et je ne vois pas comment quelqu’un pourrait sérieusement suggérer que le mouvement aurait été plus loin s’il avait été exclusivement pacifique, ne brûlant ou ne détruisant jamais rien. Il est assez évident que les concessions que ce mouvement a arrachées à l’appareil d’État américain à diverses échelles sont impensables sans l’élément de militantisme radical affiché depuis le meurtre de George Floyd.

Le problème du mouvement pour le climat est qu’il n’a toujours pas de flanc radical à sa mesure. Il n’y a toujours pas eu d’équivalent à la prise d’assaut et à l’incendie d’un poste de police, même si les infrastructures liées aux combustibles fossiles qui abritent des centres de violence permanente – contre les vies non-blanches en particulier – ne manquent pas ! En septembre 2020, le mouvement climatique est toujours paralysé, stagnant au même endroit depuis le début de la pandémie de Covid-19. 2019 a été notre année la plus forte jusqu’à présent, avec un pic de mobilisation populaire, bien qu’encore complètement sur le mode pacifiste. Lorsque notre mouvement reprendra son élan, il pourrait y avoir cinquante ou cent gigatonnes de dioxyde de carbone supplémentaires dans l’atmosphère. Raison de plus, donc, pour intensifier (escalate) la lutte.

P.-S.

La suite à lire sur le site acta-zone


Proposé par _
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

Lire aussi dans ÉCOLOGIE - NUCLÉAIRE

Lire aussi dans MOBILISATIONS - LUTTES

Lire aussi dans INFOS GLOBALES

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Expulsion imminente du squat de la poste de Solaure
Publié le 25/09/2020

Les députés votent une nouvelle mesure anti-squat
Publié le 22/09/2020

L’hypothèse autonome : entretien avec Julien Allavena
Publié le 22/09/2020

Le Rassemblement National s’invite chez Génération Identitaire
Publié le 22/09/2020

Les sans-papiers et leurs soutiens marchent vers l’Élysée !
Publié le 21/09/2020

Avorter en 1979, en 2013, au printemps 2020 : une lutte
Publié le 21/09/2020