Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS RÉPRESSION - PRISON
INFOS GLOBALES   MOUVEMENT GILETS JAUNES
Publié le 18 décembre 2020 | Maj le 12 janvier 2021

Huit mois de prison ferme pour un militant documentant les violences policières


Les gilets jaunes et leurs soutiens n’en finissent plus de payer durement devant les tribunaux leur engagement. Ian, membre du collectif Désarmons-les, interpellé en septembre 2019 pour rébellion et outrage à Montpellier, vient de se voir infliger une peine de prison ferme. Son récit et ceux des témoins racontent, vidéo à l’appui, une tout autre version et révèlent plutôt un acharnement judiciaire.

Huit mois de prison ferme pour avoir protesté contre des violences policières ? Le tribunal correctionnel de Montpellier, vient de condamner, ce 3 décembre, Ian, un membre du collectif Désarmons-les, à cette peine de réclusion suite à son interpellation par des policiers, lors de l’Acte 46 des Gilets jaunes en septembre 2019. Motif ? Violence et outrage sur personne dépositaire de l’autorité publique et délit de groupement en vue de commettre des violences ou dégradations. « Je me sens comme quelqu’un qui a pris un coup de massue, une torgnole ! », commente Ian à Basta !. Le policier l’accuse de lui avoir porté des coups de pieds et poings puis de l’avoir insulté par les termes fleuris suivants : « Vous êtes les putes à Macron ». L’intéressé livre un tout autre récit de son arrestation que celui avancé par les autorités.

Dans un communiqué, le collectif Désarmons-les, qui documente « les violences d’État » dénonce une sentence « basée sur un faux en écriture publique réalisé par un agent des compagnies départementales d’intervention (CDI) ».

P.-S.

Article proposé par Ludovic Simbille le 08 décembre 2020 à lire dans son intégralité sur BASTAMAG ici.

En photo : lors de la manifestation parisienne du samedi 28 novembre contre la loi de sécurité globale et les violences policières / © Pedro Brito Da Fonseca

En 2020, 27 décès suite à une intervention des forces de l’ordre, dont 12 pendant le confinement

Qu’elles soient soit légitimes, discutables ou illégales, Basta! poursuit son recensement des interventions policières létales. 27 décès sont survenus en 2020 dont onze tués par balles – deux lors d’opérations anti-terroristes – et sept suite à un « malaise » en détention ou asphyxiés lors d’une interpellation. Voici le bilan que l’IGPN se refuse de faire.
Basta! actualise son recensement des décès liés à l’action de la gendarmerie et de la police nationale. Pour rappel, notre décompte intègre l’ensemble (...)


Proposé par grdbarloul
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

Lire aussi dans MOUVEMENT GILETS JAUNES

Lire aussi dans INFOS GLOBALES

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Rassemblement contre les idées d’extrême-droite
Publié le 25/05/2022

Livre sur les dynamiques de pouvoir dans les relations pas cishétéro
Publié le 25/05/2022

25 mai 1973 : fin de la grève des sans-papiers tunisiens
Publié le 25/05/2022

L’Intelligence Artificielle menace nos droits
Publié le 21/05/2022

Une auto-école autogérée à St-é (ça continue)
Publié le 19/05/2022

Minuit dans le siècle #6 L’OAS, le racisme colonial et l’extrême droite
Publié le 19/05/2022