Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
MÉMOIRE RÉPRESSION - PRISON
SAINT-ÉTIENNE  
Publié le 14 mai 2019 | Maj le 30 avril 2021

Des Vermiraux à Saint-Genest-Lerpt


Voici un tract distribué à Saint-Genest-Lerpt avant la représentation d’un spectacle de théâtre qui avait comme point de départ la révolte des Vermiraux.

Aujourd’hui et ici on parle d’une révolte de gamins aux Vermiraux. Là-bas, aux Vermiraux, il y avait une colonie, un lieu d’enfermement. On y trouvait des orphelins, mais surtout des mineurs placés par un juge suite à des petits délits et ce jusqu’à leur majorité. Ainsi pour des petites rapines, des filouteries de survie, l’État envoyait dans les campagnes les gamins des faubourgs. Ces mêmes quartiers qui durant ce XIXe siècle se soulevèrent si souvent. L’État désirait mater, enfermer, redresser cette masse d’enfants des classes « dangereuses ». Les colonies sont construites pour ça, la plupart sont la propriété de riches propriétaires terriens ou d’institutions religieuses. Aux Vermiraux, ils se sont soulevés, comme dans d’autres colonies. Les adultes ont récupéré cette colère, s’en sont servi dans leurs petites guerres de pouvoir, mais les colonies ont continué d’exister.

Il y avait également une colonie à Saint Genest Lerpt. « Le chemin des bleus » à Saint-Genest-Lerpt prend son nom de la couleur des uniformes des enfants et ados placés dans ces lieux. Alors, ici, souvenons-nous qu’à quelques centaines de mètres, à partir de 1865, le paysage des 80 hectares de cette colonie agricole et industrielle fut façonné par le labeur de ces gamins que la justice essayait d’encadrer et de soumettre.

N’oublions pas ces histoires et luttons... Car aujourd’hui les EPM, CEF, CER [1] … et les autres établissements de « redressement » tournent à plein et des luttes (mutineries, évasions) s’y déroulent la plupart du temps en silence. Le contrôle sur les plus jeunes prend également d’autres formes, comme l’administration de plus en plus massive de ritaline et autres solutions médicamenteuses pour « traiter » cette jeunesse.

Pour finir voici un poème retrouvé sur les murs d’une cellule d’une autre colonie :

La Loire m’a vu naître
L’Assistance m’a vu paraître
La colonie de Mettray dans la torture
La colonie du Luc dans l’esclavage
Les prisons me verront rentrer
Le bagne me verra souffrir
Et Cayenne sera mon tombeau
Et Deibler [2] me fera passer le cou par la lunette
L’échafaud me verra mourir.

Notes

[1Respectivement établissements pénitentiaires pour mineurs, centres éducatifs fermés, centres éducatifs renforcés.

[2Nom d’un bourreau célèbre.


Proposé par escapade
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans RÉPRESSION - PRISON

Lire aussi dans SAINT-ÉTIENNE

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Les forces « aux » ordres
Publié le 21/10/2021

Non à la surveillance de masse et aux drones policiers !
Publié le 19/10/2021

Causerie sur la chanson ouvrière stéphanoise
Publié le 18/10/2021

L’Actu des Oublié.e.s : : Saison II - Episode 3 : La paysannerie indienne contre la dictature néo-libérale
Publié le 18/10/2021

Samedi 23 octobre : uni·es contre les violences d’extrême droite
Publié le 18/10/2021

Les aides à domicile « en révolte » face au manque de reconnaissance de leur indispensable métier
Publié le 18/10/2021