Actualité et mémoire des luttes à Saint-Étienne et ailleurs
ACTUALITÉS ARMEMENT - MILITARISATION / ÉCOLOGIE - NUCLÉAIRE
LYON & ALENTOURS  
Publié le 19 février 2024 | Maj le 8 mars 2024

DE L’EAU, PAS DES PUCES ! Rencontre avec le collectif Stop Micro


STMicroelectronics, multinationale du semi-conducteur, a amorcé en 2022 l’agrandissement de son site industriel de Crolles, en banlieue de Grenoble.
Le collectif Stop Micro s’est formé pour lutter contre l’accaparement des ressources par les industries de la microélectronique. Il s’attaque non seulement à ce projet d’agrandissement, mais aussi au modèle de société lié à l’existence de telles usines : la course à « l’innovation » et au tout-numérique, le pillage de l’environnement et la mise des ressources au service de la croissance économique, les collusions très fortes entre cette industrie et le monde militaire.

21500 m³ : c’est la quantité d’eau que consommera par jour l’usine de STMicro après son agrandissement, soit 249 litres chaque seconde (le double de ce qu’elle consomme actuellement), et cela juste pour le rinçage des puces.
En période de sécheresse, l’usine n’est pas soumise à des restrictions d’usage ou interdictions, contrairement aux riverains et agriculteurs locaux.
Pour les locaux, les nuisances causées par cette industrie ne se limitent pas au pillage de l’eau.
II y a aussi sa pollution : 75 % de l’eau utilisée est relâchée dans la rivière Isère, chargée de tonnes de produits hautement toxiques (ammoniac, chlore, hexafluorures, phosphore, azote, cuivre...). Tout cela alors que la nappe phréatique située sous la rive droite du Drac est déjà déclarée impropre à toute utilisation du fait des rejets des plateformes chimiques.

Les pouvoirs publics ont choisi leurs priorités entre d’un côté la population et l’agriculture locale, et de l’autre une industrie polluante vectrice de « croissance économique » et de « souveraineté ».

Pour le gouvernement, les enjeux économiques et le « progrès » justifient une telle pollution locale puisque c’est à hauteur de 2,9 milliards d’euros d’argent public qu’est financée l’extension de l’usine STMicroelectronics.
Or, à quoi servent les puces produites par STMicro ? On les retrouve dans toutes sortes d’objets connectés (frigo, bouteilles d’eau, tondeuses à gazon, etc.), dans le réseau de satellites Starlink d’Elon Musk (utilisé entre autres par les Russes), dans des smartphones à renouveler toujours plus régulièrement, dans les batteries de voitures électriques…
Il y a aussi les usages que STMicroelectronics avoue moins : depuis le début de la guerre en Ukraine, des puces fabriquées à Crolles ont été retrouvées dans des missiles et drones kamikazes russes, malgré les embargos. STMicro et son voisin Soitec sont en effet des acteurs majeurs de l’industrie du semi-conducteur militaire.

La soi-disant « transition énergétique » promue par les gouvernements successifs est un formidable marché pour les industriels comme STMicroelectronics. Ce qui nous est vendu n’est pas un projet de société écologique : c’est la continuité du productivisme et du dogme de la croissance économique, par le règne du tout électrique et du tout numérique – et ne parlons même pas de la société de contrôle qui en découle.

Un panorama des luttes actuelles dans la région nous permet de voir que c’est contre les acteurs de cette fausse transition que nous luttons.
* Ainsi, Emili (société Ymeris), future mine de lithium dans l’Allier, minerai nécessaire à la généralisation des véhicules électriques ;
* Arkema à Pierre-Bénite, qui après avoir pollué « éternellement » la région avec ses PFAS, projette de s’agrandir pour produire les sels de lithium des batteries de ces mêmes véhicules électriques. Arkema a aussi des projets communs avec STMicro ;
* l’État et EDF qui projettent la construction de deux EPR2 sur le site du Bugey ;
* la Compagnie Nationale du Rhône et son projet « Rhônergia » de barrage sur le Rhône ;
* et enfin, STMicroelectronics et Soitec qui fabriquent les puces nécessaires à faire tourner tout ce merdier.

Nous appelons à soutenir les actions de Stopmicro, à les rejoindre en nombre les 5, 6 et 7 avril à Grenoble, et à soutenir les luttes locales contre Arkema, Imerys, Rhônergia et le nucléaire.

Plus d’infos sur la lutte contre STM ici et tract d’appel :

Viendez nombreuses et nombreux à l’Atelier des Canulars, 91 rue Montesquieu- 69007, Lyon) samedi 2 mars à 16 heures. Y aura à boire, à manger, de la musique, des livres, et des riverains d’Arkema en lutte.

La CRAAM-Lyon
https://craam.noblogs.org/
Contact : craam chez riseup.net


Proposé par Épépé
Partager cet article
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Comment publier sur lenumerozero.info?

Le Numéro Zéro n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez.
La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Voila quelques infos rapides pour comprendre la publication. Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre mail lenumerozero [at] riseup.net

 

NEWSLETTER

Lire aussi dans ÉCOLOGIE - NUCLÉAIRE

Lire aussi dans ARMEMENT - MILITARISATION

Lire aussi dans LYON & ALENTOURS

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

À la une...

Conférence sur France travail
Publié le 22/04/2024

Ouverture de l’Hérissé·e
Publié le 19/04/2024

Quatre rendez-vous dans la Loire au sujet des Mégabassines
Publié le 19/04/2024

« SURFER SUR LA VOGUE » - Une fête foraine artisanale et décalée
Publié le 18/04/2024

Rassemblement et action pour la réquisition des logements vacants
Publié le 18/04/2024

Tiens, voilà du bidasse !
Publié le 14/04/2024